Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 15:01

still_dangerous.jpg2

 

 

Dans la série il n’y a pas de mal à se faire du bien, voici « Still dangerous, live at the tower theatre Philadelphia 1977 » sympathique live de Thin Lizzy enregistré comme son nom l’indique à Philadelphie, en pleine tournée américaine.

Avec sa superbe pochette estampillée 200% rock ‘n’ roll ou Phil Lynott empoigne sa basse comme une mitrailleuse,  le disque débute par un morceau étrangement doux, « Soldier of fortune » tiré du dernier album de l’époque, le non indispensable « Bade reputation ».

Certes les parties de guitares sont superbement ciselées mais « Soldier of fortune » manque tout de même d’entrain pour lancer le concert.

Ce rôle est dévolu à « Jailbreak » bien aidé en cela par ses riffs nerveux qui en raison d’un son faiblard peinent toutefois à donner leur plein rendement.

Thin Lizzy surprend encore une fois en alignant « Cowboy song » autre morceau soft rock aux forts relents de country aussitôt contrebalancé par « The boys are back in town » tube plus célèbre du groupe, qui peine lui aussi à relancer la machine.

Après avoir grillé prématurément ses deux meilleurs cartouches, assez mal placées selon moi, Thin Lizzy retourne à sa veine funky avec « Dancing in the moonlight » plombé de son horrible saxophone.

Il faut attendre « Massacre » et « Opium trail » pour enfin revenir à plus d’intensité rock électrique et à un jeu de guitare plus offensif.

Cette fois le fauve semble réveillé pour de bon et Thin Lizzy place « Don’t believe a word » rapide et enlevé avant une belle accélération finale composée du duo « Baby drives me crazy » et du très rock ‘n‘ roll « Me and the boys » ou Phil joue tout à loisir avec le public pour faire monter la température sur un nuage de décibels craché par la paire Gorham/Downey.

En conclusion, une fois passée l’excitation de la découverte de sa pochette, « Still dangerous, live at the tower theatre Philadelphia 1977 » déçoit forcément en raison d’une set list mal structurée, faisant la part belle à des morceaux plus inoffensifs et soporifiques du groupe.

Il faut donc attendre la dernière partie du disque pour entendre les Irlandais se réveiller un peu et produire ce qu’on attend d’eux, à savoir du hard rock flamboyant avec des guitares jumelles donnant le tourni par leur puissance brutale et leur intense vibration mélodique.

Autre ennemi du disque, le son assez faiblard qui atténue l’impact des titres sensés être les plus puissants et ne fait pas forcément honneur à la voix de Lynott plutôt mise sous l’éteignoir.

L’amateur éclairé pourra donc gentiment passer son chemin et se réserver pour d’autres albums live autrement plus excitant de Thin Lizzy.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 22:05

chinatown.jpg3

 

 

Lentement et patiemment, nous finalisons les chroniques de la brillante discographie du plus méconnu des groupes de hard rock talentueux, les irlandais de Thin Lizzy.

Sorti en 1980, « Chinatown » et sa pochette très Paris 13 ième arrondissement a pour particularité de ne pas contenir le travail de Gary Moore, remplacé ici par Snowy White à al guitare aux cotés de Scott Gorham.

L’album démarre en pente douce avec « We will be strong » mid tempo mélodique doté de refrains accrocheurs.

On enchaine sans coup férir sur « Chinatown » qui passe bien en raison de riffs de guitares nerveux et d’une rythmique soutenue.

Le groupe parait tellement facile sur « Sweetheart » frais et aérien que en comparaison « Sugar blues » se montre beaucoup plus terne et laborieux.

Heureusement tout est rapidement oublié avec « Killer on the loose » fantastique tube hard, puissant, méchant et irrésistiblement entrainant.

Efficace sans être particulièrement marquant, « Having a good time » a tout du titre festif écrit pour être sublimé sur une scène devant une foule reprenant ses paroles à l’unisson.

On déroule sur « Genocide (The killing of the Buffalo) » manquant grandement de punch et de variété, puis explore la face plus douce du groupe sur « Didn’t I » porté par la voix de velours de Lynott et les mélodies caressantes du duo Gorham/White, avant de conclure avec « Hey you » dont la morne torpeur est fugacement illuminée par un étincelant solo de guitare.

En conclusion, « Chinatown » est un album en demi teinte qui fait quelque peu pale figure aux cotés de sommets que sont « Black rose » et « Renegade ».

Tout y est à vrai dire plutôt correct, notamment en raison du jeu des doubles guitares ou de la voix du grand Phil toujours agréables à l’écoute, voir parfois franchement enthousiasmant (« Killer on the loose », « Chinatown » voir à un degré moindre « Didn’t I ») mais la densité de titre de qualité demeure globalement relativement faible.

Thin Lizzy semble ici marquer le pas du départ de son guitariste emblématique et ceci s’en ressent sur les compositions qui manquent de souffle ou tout simplement d’inspiration.

Bien entendu, « Chinatown » s’écoule tout de même plutôt bien et demeure un titre de hard rock tout à fait honorable … sans être génial.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 17:56

black-rose.jpg4

 

 

Comme vous avez pu le constater Thin Lizzy est rarement longtemps oublié dans ces colonnes, aussi Est-ce avec un immense plaisir que « Black rose » va-t-il etre chroniqué aujourd’hui.

Nous sommes en 1979 et après une décennie éblouissante entachée simplement par un « Bad reputation » en deçà de la qualité habituelle des Irlandais, Thin Lizzy rappelle le légendaire guitariste Gary Moore en remplacement de Brian Robertson.

Avec sa pochette soignée et peu fade, « Black rose » débute par « Do anything you want » mid tempo entrainant remarquable par le jeu de batterie soutenu de Brian Downey et comme souvent par la paire Moore/Gorham et ses riffs aériens.

Les luttes des guitares électriques sont également à l’honneur sur « Thoughest street in town » beaucoup plus durcit encore plus le ton et s’oriente vers un hard rock appuyé.

On change d’ambiance sur « S&M » moins puissant, plus léger et groovy.

Cette relative déception est immédiatement effacé par « Waiting for an alibi » magnifique tube resplendissant de toute la classe mélodique légendaire du groupe.

Vient ensuite « Sarah » une ballade toute en souplesse magnifiée par la sensibilité et la voix feutrée de Lynott puis un autre morceau fracassant, « Got to give it up » puissant et félin autour du thème tragique de la dépendance qui coutat la vie au chanteur bel et bien conscient de sa maladie.

Certes moins étincelant ,« Get out of here »  fait néanmoins preuve d’une belle énergie et envoie son quota de décibels.

Plus subtile et délié, « With love » distille un charme hypnotique du largement au chant enveloppant de Lynott et à la qualité des guitares.

Sans qu’on s’y attende, l’album se clôt par « Roisin dubh (black rose) », longue épopée musicale de plus de sept minutes rappelant le gout marqué pour Thin Lizzy pour les ambiances celtiques.

En conclusion, « Black rose » est un album de grande qualité illustrant le retour en forme d’un des géants du hard rock.

Très dense, inspiré et homogène, « Black rose » contient tous les éléments qui ont contribué à la grandeur de Thin Lizzy, puissance et superbe accroche mélodique des guitares mais également chant de grande classe de Lynott, ici en tout point parfait.

« Black rose » rend ici superbement hommage au rock dans tous ces états et constitue un des meilleurs album des magiciens irlandais.

A recommander à tous les amateurs de rock classieux.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 23:10

van_halen_III.jpg2

 

 

On saute plusieurs décennies dans la carrière de Van Halen et on se retrouve en 1998 avec la sortie de « III » qui a la particularité notable d’être le premier avec le chanteur Gary Cherone en remplacement de Sammy Hagar qui avait brillamment tenu la baraque depuis le départ au début des années 80 de Roth.

Avec sa belle pochette d’homme encaissant un boulot de canon dans le ventre (!), « III » commence par une placide introduction instrumentale « Neworld » pour lancer le premier véritable morceau « Without you » doté d’une bonne énergie rock et d’une bonne dynamique sur laquelle la voix rauque de Cherone se greffe admirablement bien.

On enchaine sur « One I want » au tempo puissant mais un peu trop heurté.

Les choses se calment ensuite sur « From afar » aux refrains adoucis contrastant avec le timbre particulièrement rugueux du chanteur puis s’améliorent franchement sur « Dirty water dog » ou le bon dosage semble être trouvé entre guitare/synthétiseurs et refrains bien huilés sur lesquels Cherone trouve enfin ses marques.

Van Halen pousse davantage le coté mélodique avec « Once » première authentique ballade du disque, correctement exécutée sans bouleverser outre mesure.

On revient à du plus rugueux sur « Fire in the hole » mid tempo hard rock efficace, avant de repousser encore plus les loin les limites des ballades avec « Josephina » beau morceau acoustique, sur lequel Cherone arrive à faire passer toute l’émotion nécessaire ou « Year of the day » un peu plus difficile à digérer sur ses plus de huit minutes.

Un court instrumental « Primary » pour se remettre et on attaque la dernière ligne droite du disque, décomposée en deux parties, « Ballot or the bullet » musclé mais manquant de cohérence et une énième ballade « How many say I » avec piano mollasson et chant larmoyant.

En conclusion, honni des fans purs et durs du groupe pour des raisons évidentes, « III » n’est pas un album détestable mais un album de hard rock trapu, abusant de ballades à rallonges globalement assez peu convaincantes.

L’intégration de Cherone est en effet plus compliquée que prévu, tant sa voix dure et éraillée se montre encore plus difficile à canaliser au sein de Van Halen que celle de Hagar et pour ne rien arranger, l’inspiration des autres musiciens (ou es tu Eddy ?) ne parait pas être à son meilleur niveau.

Après « III », Van Halen connut une longue éclipse de près de 14 ans, autant dire une plongée dans un gouffre.

Autant dire que cet album pompeux qui connut un grand échec commercial, fit aussi mal aux Californiens qu'un coup de boulet dans le gras du bide ...

Ceci demeure à mon sens certainement exagéré.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 22:09

van_halen_II.jpg2

 

 

Poursuivant le vieil adage qui veut que les grands groupes des années 70 sortaient un album par an, Van Halen sort en 1979 « II » soit une année après leur son premier album éponyme considéré comme culte dans le monde du (hard) rock.

On prend les même et on recommence alors ou presque avec ce « II » au titre et à la pochette sobrissimes.

Les américains choisissent un début plutôt calme et infusent un savoureux «You’re no good » sur lequel Dave Lee Roth ondoie lascivement sur les traditionnels effets de guitare du surdoué Eddy.

On continue sur le même rythme avec « Dance the night away » très bon morceau de rock aux refrains aériens purement irrésistibles puis « Somebody gives me a doctor » beaucoup plus poussif malgré toujours quelques plaisantes sorties du père Eddy.

Il faut toute la gouaille et l’abattage de Roth pour emballer un « Bottoms up ! » bluesy et canaille, tout comme « Outta love again » titre atypique au tempo déstructuré sur lequel le chanteur fait parler les aigus.

Arrive enfin le premier riff hard rock avec « Light up the sky » qui malgré une belle originalité manque légèrement d’impact pour figurer au rang des classiques.

Après le court (mais réussi) instrumental hispanique « Spanish fly » déboule « DOA » mid tempo remarquable surtout par ses refrains efficaces.

On arrive alors sans trop forcer à la fin du disque composée du très soft « Women in love » trainassant péniblement sur plus de quatre minutes et « Beautiful girls » comme son nom l’indique, léger, groovvy et un tantinet superficiel.

En conclusion, plus sage et moins puissant, « II » est bien loin d’égaler la flamboyante créativité du premier opus.

Pour autant, dans un registre presque plus rock que hard, il n’en demeure pas totalement dénué d’intérêt, et pourra séduire les amateurs d’une musique plus calme mais toujours de bonne qualité.

Si la guitare d’Eddy a un peu oublié sa vigueur et si l’absence de hits mastodontes se fait ici cruellement sentir, le chant de Roth toujours de très bon niveau, avec un registre varié mélangeant mélodie, tons bluesy et cris suraigus, peut suffire à lui-même pour jeter une oreille sur ce disque, mais pas plus selon moi.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 21:18

boys_back.jpg4

 

 

Un peu de musique avec un Dvd concert vintage fort appréciable, je veux bien entendu parler de « The boys are back in town, live in Sydney 1978 » de Thin lizzy, tiré d’un mémorable concert à l’opéra de Sydney en 1978.

Ce show, ni vous ni moi n’y était probablement, aussi est-ce un grand plaisir que d’y assister par la magie de la technique plus de 30 ans après.

C’est devant 25000 australiens assemblés sur une grande scène de plein air près de la baie de Sydney et sous un temps couvert que se produit Thin lizzy dans sa formation la plus légendaire, Phil Lynott (voix/basse), Gary Moore/Scott Gorham (guitares) et le moins connu Mark Nauseff à la batterie.

On commence par une des pièces maitresses de Thin lizzy, « Jailbreak » interprété tout en puissance par la groupe pour chauffer l’assistance.

Dans une ambiance estivale de jeunes à cheveux longs, on enchaine avec « Bad reputation » pour constater que Moore et Gorham font également le spectacle derrière Lynott et se donne à 100% physiquement dans des solo électriques hauts en décibels.

L’intensité retombe un tantinet avec « Cowboy song » plate ballade country plus parlée que chantée, avant une nouvelle montée de fièvre sur le second tube mondial du groupe « Boys are back in town » s’appuyant sur des riffs en acier et une grande efficacité couplets/refrains.

Plus félin que jamais, Lynott capture son public et fait quasiment tout passer par son charisme, « Waiting for an alibi » moins marquant que sur disque en raison d’un son approximatif puis le génialement festif « Are you ready » ou le chanteur prend complètement possession de la foule avec laquelle il joue.

On passera rapidement sur le rapide mais un peu trop brouillon « Me and the boys » pour déguster le dernier plat des chefs, « Baby drives me crazy » énorme gifle rock ‘n’ roll ou le public chavire de bonheur sous l’action conjuguée de la guitare folle de Moore et le charme dévastateur de Lynott.

En conclusion, le principal reproche qu’on pourrait adresser à « The boys are back in town, live in Sydney 1978 » c’est qu’il est trop court (47 minutes à peine) et trop pauvre en bonus.

Le packaging un peu à la va vite ne saurait néanmoins entacher la qualité exceptionnelle du concert, véritable condensé du répertoire de Thin lizzy, et montrant surtout un groupe au sommet de sa forme jouant à fond les ballons dans un cadre de rêve.

Difficile aussi de ne pas avoir une pensée ému pour Phil et Gary qui nous ont quitté trop tôt, et que voir en pleine jeunesse à la fin des années 70 provoque un petit pincement au cœur.

Je citerai aujourd’hui comme principal héritier du groove de Thin lizzy, Danko Jones, autre métis électrique, au registre mélodique et épique toutefois moins large.

Je recommande néanmoins ce beau Dvd à tous les amateurs de bon rock qui décoiffe,meme si malheureusement la musique des Irlandais apparait sans doute un peu sous estimée et oubliée en 2013, ce que l'on ne peut que regretter.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 19:13

5150.jpg2

 

 

Dans la continuité de la redécouverte du patrimoine de Van halen, « 5150 » sorti en 1986 est surtout remarquable pour être le premier album des américains sans Dave Lee Roth au chant et avec le flamboyant Sammy Hagar en remplacement.

Au premier abord après l’écrasant succès de « 1984 », la tache semble impossible pour le groupe, pourtant tel l’Atlas ridicule body buildé et huilé soulevant le monde de la pochette, « 5150 » débute pied au plancher avec le rapide, incisif et diablement sexy « Good enough » et sa remarquable synergie guitare/voix.

Le ton s’adoucit un peu et l’apport massif des synthétiseurs fait clairement pencher « Why can’t this be love » du coté du big rock US généraliste pafaitement calibré.

Nouvelle accélération assassine avec « Get up » au jeu de guitare d’Eddy proprement ébouriffant avec un Hagar extrêmement puissant et dominateur puis rebasculement vers la musique pop radio avec le néanmoins excellent « Dreams » porté par un chanteur d’un niveau exceptionnel.

Après pareil début en fanfare, il est bien notable d’observer un fort ralentissement sur « Summer nights » et « Best of two worlds » un tantinet plus poussifs malgré encore une fois un solide son rock et quelques refrains appuyés.

Van Halen verse ensuite dans la ballade langoureuse de « Love walks in » certes bien interprétée mais beaucoup trop guimauve pour être crédible.

L’auditeur sans doute un peu agacé par la tournure que prennent les évènements glisse alors sans grande conviction vers la fin du disque symbolisée par  « 5150 » title track plombé par un manque d’inspiration et d’entrain manifestes et « Inside » pénible car complètement déstructuré.

En conclusion, « 5150 » après un début tout en biceps gonflés, s’écroule comme un soufflet et montre toute la difficulté pour Van Halen de combler le départ d’une personnalité aussi créative et charismatique que Roth.

Hagar est certes un excellent chanteur de hard rock au timbre chaud, puissant et sensuel, mais le problème semble plus général avec un manque global d’inspiration et de vélocité dans la musique proposée notamment au niveau des riffs/solo d’Eddy Van Halen au talent particulièrement étouffé.

Encore sonné par le départ de Roth, on sent le groupe fragile et titubant sur ses bases.

La suite prouvera qu’il sera trouver la bonne carburation avec le moteur Hagar et trouver les ressources pour survivre.

Ceci ne s’entend pas vraiment sur ce « 5150 » qui mis à part sa première partie en fanfare, demeure assez dispensable.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 22:21

unlawful.jpg3

 

La musique à présent avec « For unlawful carnal knowledge » de Van Halen.

Sorti en 1991, « For unlawful carnal knowledge » est déjà le troisième album des américains avec Sammy Hagar au chant.

Avec sa pochette sobre, « For unlawful carnal knowledge » débute par « Poundcake » solide mid tempo aux sympathiques élancements.

Vient ensuite une tornade hard rock, la fabuleuse décharge d’énergie pure de « Judgment day » avec riffs en acier et grandes envolées dans les aigus de Hagar.

La tension retombe avec « Spanked » qui malgré un titre prometteur, ne fesserait même pas le derrière d’un nouveau né.

Van Halen développe un bon groove sur « Runaround » puis se lance dans une structure plus complexe sur « Pleasure dome » qui s’entortille en de multiples circonvolutions progressives sur prêt de sept minutes.

On revient à plus de simplicité avec « In ‘n’ out » qui traine en longueur et peine toutefois à décoller franchement.

Hagar impose sa puissance sur « Man on mission » qui balance fiévreusement et déroule un boulevard pour ce qu’on pourrait un authentique tube « The dream is over » couplant riffs de haute volée, couplets ultra entrainants et refrains très mélodiques.

L’efficacité est au rendez vous sur « Right now » puis vient la fin du disque, décomposée en un court instrumental atmosphérique « 316 » et  un mid tempo très accrocheur faisant figure d'hymne « Top of the world ».

En conclusion, « For unlawful carnal knowledge » tient malgré quelques passages en dedans, fermement la route en proposant un hard rock généraliste, puissant, chaud et groovant.

On pourra sans doute déplorer le manque de titres franchement rentre dedans et de riffs d‘anthologies et de solo supersonique au profit d‘une musique plus calibrée, mais Van Halen démontre fait preuve ici d’une grande efficacité qui rend son « For unlawful carnal knowledge » réellement plaisant avec une mention spéciale à Sammy Hagar, chanteur de première catégorie.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 20:30

spinal_tap.jpg2

 

 

Sorti en 1984, « Spinal tap » de Rob Reiner est un film underground réputé culte dans le petit milieu du hard rock.

L’histoire est la parodie d’un groupe de hard rock des années 80, Spinal tap, tentant un retour sur le devant de la scène après avoir connu son heure de gloire à la fin des années 60.

Spinal tap est composé de David St Hubbins (Michael Mc Kean), chanteur/guitariste au type nordique évoquant de loin un Robert Plant, Nigel Tufnel (Christopher Guest) le guitariste taciturne sosie de Bruce Dickinson d’Iron maiden, le ridicule bassiste nain Derek Smalls (Harry Shearer), Viv Savage (David Kaff) et un batteur interchangeable comme dans tout bon groupe de rock qui se respecte.

Sous la houlette de leur manager Ian Faith (Tony Hendra), Spinal tap tente de sortir un nouvel album « Smell the groove » sensé les ramener au top de leur popularité et rejouer à nouveau dans des grandes salles.

Mais le groupe doit faire avec de nombreux problèmes, tout d’abord avec la pochette jugée trop provocatrice par la maison de disque, puis répondre aux questions embarrassantes du journaliste rock Marty De Bergi (Rob Reiner lui même) concernant les morts successives et farfelues de tous leurs batteurs précédents, décédés par combustion spontanée ou étouffés dans leur vomi.

Les scènes comiques (prothèse en métal cachée dans le pantalon, décor Stonehenge ridicule, concert devant le 3ième age) succèdent aux extraits musicaux du reste de qualité tout à fait respectable.

Il faut bien reconnaitre cependant que le groupe, passablement abruti, à toutes les peines du monde à renouer avec le succès et l’arrivée de Jeannine (June Chadwick), petite amie de David, comme co manager aux idées fumeuses inspirées d’astrologie ne font qu’accentuer les tensions au sein de Spinal tap.

Finalement, assez classiquement Nigel quitte le groupe mais le rejoint dès l’annonce d’une tournée au Japon assez inespérée sur laquelle se conclut le film.

En conclusion, « Spinal tap » est un film potache, régressif et pour moi largement surestimé.

On sourit quelques fois mais la plupart des gags demeurent assez faibles et surtout réservés à un public d’initiés fans d’Iron maiden, Motorhead, Led zeppelin voir Black sabbath.

Bien que de portée assez limitée, la satire touche néanmoins assez juste en montrant le coté excentrique et ringard des années 80, bas du front et querelleur des rockers de base.

Enfin comme dit précédemment, la musique composée pour l’occasion tient elle plus que correctement la route ce qui rend le film tout à fait regardable si on est un tant soit peu porté sur le sujet.

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 22:09

different.jpg4

 

 

Toujours dans le registre du hard rock traditionnel mais avec un groupe légendaire, Van Halen, refaisant parler de lui en 2012 avec « A different kind of truth ».

La raison de ce regain d’intérêt pour Van Halen ? Le retour du chanteur historique, Dave Lee Roth absent depuis 1986 soit vingt six longues années.

Cet évènement suffit à lui seul à faire oublier le départ de Michael Anthony, authentique bassiste du groupe remplacé lui par Wolfgang Van Halen, le propre fils de Eddy, maitre guitariste qui écrivit en lettres de feu la légende de son groupe à la fin des années 70.

Avec sa pochette un brin mystérieuse voir incompréhensible (un télescope ?), « A different kind of truth », commence bien mal avec un « Tatoo » mollasson aux refrains purement horribles.

On retrouve plus de vélocité et la marque de fabrique du groupe notamment ce jeu de guitare vivifiant sur « She’s the woman » qui provoque une légère cure de jouvence fort bienvenue.

Dans le registre plus calme mais tout aussi incandescent de « You and your blues »
, la voix chaude et rauque de Lee Roth fait des étincelles.

Van Halen ne néglige pas non plus la puissance sur « Chinatown » qui envoie allégrement son lot guitares bondissantes et de riffs acérés et si « Blood and fire » semble un peu manquer de souffle malgré les habituelles arabesques du guitare-héros mais les fracassants « Bullethead » et « As is » habités par un Lee Roth déchainé, redressent vigoureusement la barre adressant une éclatante démonstration de santé de la part des papys rockers.

On ne peut pas dire non plus que l‘imprononçable « Honeybabysweetiedoll » fasse dans la dentelle avec sa structure chaotique construite sur des riffs ultra lourds

Les américains continuent de nous régaler avec « The trouble with never », ses riffs atomiques et son break titanesque, replace une belle accélération sur le court mais diablement pugnace « Outta space ».

Dans la dernière ligne droite, Van Halen place un hallucinant blues densifié « Stay frosty », un hard musclé « Big river » avant de nous achever par un « Beats workin » solide bien que trop linéaire.

En conclusion, fortement attendu au tournant, « A different kind of truth » est une divine surprise démontrant l’insolente santé de dinosaures du rock, ayant tous dépassé la cinquantaine.

Si on excepte son premier titre pour moi raté, « A different kind of truth » expose rapidement l’étendue de sa classe avec un jeu de guitare de Eddy Van Halen toujours aussi génial qui illumine chaque morceau, y compris les plus faibles et la voix de grand seigneur de ce diable de Lee Roth.

En 2012, Van Halen avec cet album dense, tonique et puissant donne une véritable leçon de hard rock aux groupes vieillissants et embourgeoisés comme Deep purple.

Avec son hard de grande classe, « A different kind of truth » ne fait donc que renforcer l’immense respect pour cette légende de la musique qu’est pour moi Van Halen.

A écouter d’urgence !

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens