Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:43

Felins.jpg3

 

 

En cette période de vacances de février 2012, je suis allé voir « Félins » documentaire animalier réalisé par Keith Scholey et Alastair Fothergill pour Disney.

Le principe déjà éprouvé par ailleurs repose sur l’anthropomorphisme qui consiste à faire de félins du Kenya des héros de film.

Autour du fleuve stratégique pour le développement de la vie, règnent deux clans de lions, celui du male Fang séparé par les eaux de celui de son rival Kali qui a l’avantage de posséder quatre jeunes et vigoureux fils qui pourront s’avérer décisif dans les rêves de conquête de leur père.

Vivant également au Sud, Sita est une femelle guépard qui défend âprement sa progéniture contre les hyènes, les lions et les autres guépards.

Bien entendu la trame du film est ultra simple avec d’un coté la lutte pour la survie pour Sita et la lutte pour le territoire entre Kali et Fang.

Dans la troupe de lions, on suit plus précisément le sort de Layla, vieille lionne affaibli par l’âge et les blessures, qui consacre ses dernières forces à protéger sa fille Mara.

On suit alors le quotidien de ses superbes animaux, la vitesse incroyable du guépard, sa beauté et sa fragilité de sprinter, son courage pour lutter contre des ennemis plus nombreux ou plus puissants mais ce sont assurément les lions dont la vie en troupe est assurément beaucoup plus complexe qui attire l’attention.

Les lions combattent en effet leurs concurrents (crocodiles, guépards, hyènes) dans la recherche frénétique des proies (zèbres, buffles, gnous ou même hippopotames morts).

Le film se conclut de manière dramatique par le renversement du vieux monarque Fang et l’exil final de Layla après qu’elle se soit assurée que sa fille soit prise en charge par la troupe.

En conclusion, « Félins » est conforme à ce qu’on pourrait attendre d’un documentaire animalier : les images sont superbes et rendent parfaitement hommage à la beauté sans limite de ces grands chats de la savane véritable condensés de puissance, de beauté, d’agilité.

Les lions et les guépards sont certes d’implacables tueurs mais leurs grâce sauvage n’a pas fini de fasciner des générations entières de spectateurs.

Quelques reproches à présent : le coté Disney du film se fait sentir en édulcorant certaines scènes notamment de mise à mort ou de sanglantes batailles.

La férocité du monde animal est donc atténuée pour ne pas trop heurter la sensibilité du public de Disney.

Ceci rend « Félins » inférieurs aux films de Fréderic Rossif (« La fête sauvage » , « Sauvage et beau ») qui contenaient une véritable charge dramatique rehaussée par la musique hypnotisante de Vangélis.

Repost 0
Published by Seth - dans Documentaire
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 17:21

Ocean.jpg1-copie-1

 

Sorti en janvier 2010 sur les écrans français, « Océans » de Jacques Perrin est d’hors et déjà un franc succès dans notre bel hexagone qui plébiscite toujours des émissions comme Ushuaia.

En réalité, lorsque j’ai visionné ce film, j’ai été envahi par une curieuse impression de vide, d’inutilité.

Certes on a vanté les prouesse techniques pour la réalisation de ce film, l’utilisation d’un mini hélicoptère ou d’une torpille traînant une caméra pour réaliser des images inédites tournées aux quatre coins du monde mais le résultat m’a franchement laissé sur ma faim.

Jacques Perrin a voulu rendre un hommage à la mer et il est vrai que les images sont belles mais son travail donne l’impression d’assister à un grand zapping faisant passer d’un plan de dauphins filmés pendant moins d’une minute à celui d'un troupeau de phoques grognant sur leur falaise en attendant de se faire croquer par des orques ou des requins en maraude.

Pour qui a déjà vu les documentaires de Jacques Cousteau cela semble bien léger, d’autant plus que l’aspect pédagogique et scientifique est ici complètement oblitéré.

Pourtant j’aurais bien aimé moi même savoir quelle espèce j’avais en face de moi, quelle était sa localisation géographique et le pourquoi de ses mœurs.

Rien de tout cela dans le film de Perrin et le spectateur en prend certes plein les mirettes mais en ressort aussi ignorant que lorsqu’il était rentré.

Au lieu de cela le très rare commentaire de la voix off se concentre sur des propos lénifiants à propos de la menace que fait peser l’homme sur les espèces marines.

L’intention est certes louable mais pour quel résultat quand on sait que Total qui pollue les rivières au Nigeria finance ce film ?

J’avais également en mémoire les films animaliers de Frédéric Rossif comme « La vie des animaux » , « Sauvage et beaux » ou « La fête sauvage » qui avec leur beauté, leur majesté et leur violence parvenaient à faire éprouver de véritables sentiments d’empathie pour les espèces animales ce qui n'est pas le cas du film de Perrin..

En conclusion, « Océans » est pour moi un beau film vide dans l'ère du temps mais qui n’apprendra rien au spectateur et ne servira rien pour la cause qu’il prétend défendre.


Repost 0
Published by Seth - dans Documentaire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens