Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 19:48

Il est temps à présent de boucler la saison 2 de Daredevil avec  « Daredevil, saison 2, épisode 13 ».

Comprenant la véritable dangerosité de la Main après l'enlèvement de Stick (Scott Glenn), Daredevil (Charlie Cox) et Elektra (Elodie Young) décident de contre-attaquer tout de suite et de frapper Nobu (Peter Shinkoda), le chef de l’organisation afin de la dissoudre.

Mais la Main est plus rapide puisqu’elle fait enlever les personnes ayant été sauvées par Daredevil sur la base d’informations dérobées à l’inspecteur Mahoney (Royce Johnson) passé à tabac.

Parmi elles, Karen (Deborah Ann Woll) utilise le bracelet électronique de Turk Barett (Rob Morgan) pour que la police les localise et vienne les secourir.

Alerté par Foggy (Elden Henson), Daredevil concentre tous ses pouvoirs pour localiser le lieu ou sont détenus les prisonniers dans l’immensité de New-York.

Malgré les réticences d’Elektra qui flaire un piège, Daredevil équipé d’une canne à filin modifiable en nunchaku par le génie de l’inventeur Melvin Potter (Matt Gerald) fonce secourir les prisonniers et leur permet de s’enfuir.

Le combat contre les Ninjas est acharné…

Acculé sur les toits avec Elektra finalement venue en support, Daredevil lui annonce être prêt à présent à la faire toute sa vie avec elle loin de New-York si ils en réchappent.

Lors du dernier face à face, le Punisher (John Bernthal) surgit armé jusqu’aux dents et liquide les Ninias mais Elektra reçoit une flèche en plein cœur et meurt dans les bras de son amant.

En représailles, Daredevil expédie Nobu hors du toit, laissant Stick miraculeusement échappé de son appartement, trancher la gorge du chef de la Main.

Les deux hommes enterrent donc Elektra dans un froid glacial, Stick demeurant toujours aussi insensible en apparence tandis que Murdock est dévasté.

Indépendant à présent, Foggy triomphe en étant embauché par le grand cabinet d’avocats de Jeri Hogarth (Carrie Anne Moss) pour se spécialiser dans les difficiles affaires de justicier.

Murdock donne enfin rendez vous à Karen devenue journaliste en herbe au Daily Bugle et lui avoue être Daredevil.

Mais la Main dont on ignore les véritables intentions dérobe le cadavre d’Elektra et l’enferme dans un sarcophage…

En conclusion, « Daredevil, saison 2, épisode 13 » clôt une seconde saison globalement plus dense et de meilleure qualité que la première.

L’arrivée du personnage du Punisher, version radicale du justicier, personnage torturé et violent, est pour beaucoup dans l’élévation du niveau… mais ce serait oublier également un travail un peu plus poussé sur la psychologie des personnages, des combats de close combats particulièrement dynamiques et une atmosphère urbaine sombre collant parfaitement à l’esprit du comic book.

Malgré cela, cette seconde saison ne peut être considérée comme un chef d’œuvre car la Main avec ses Ninjas interchangeables aussi répétitifs que lassants et ses motivations obscures contribuent pour beaucoup à un sentiment de confusion général qui à mes yeux masque un scénario faible trainant en longueur..

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 08:57

Dans « Daredevil, saison 2, épisode 12 », Daredevil (Charlie Cox) s’interpose dans la lutte à mort entre Stick (Scott Glenn) et Elektra (Elodie Yung).

Dans le passé, on découvre que Stick a enlevé et entrainé la jeune fille pour devenir une tueuse impitoyable.

La situation se complexifie grandement lorsque les Ninjas de la Main surgissent et enlèvent le vieux maitre aveugle.

Dans la vie civile, Foggy (Elden Henson) sort de l’hôpital et annonce à Murdock qu’il a reçu une proposition pour travailler dans le grand cabinet d’avocat de Marcy Stahl (Amy Ruthberg).

Confiant en ses capacités et un brin provocateur, Foggy teste la volonté de son associé pour le retenir mais se heurte à un consentement tacite qui entérine leur rupture.

Karen (Deborah Ann Woll) qui est entendue comme témoin après l’explosion du cargo ou se trouvait le Punisher (John Bernthal) est poussée par son nouveau patron Ellison (Geoffrey Cantor) de continuer à travailler sur le sujet malgré la disparition probable du psychopathe avec les tueurs du port.

Pour étoffer son portrait posthume, Karen va trouver le colonel Shoonover (Clancy Brown) réputé proche de Castle en Afghanistan mais comprend finalement que c’est lui le Blacksmith qui a organisé le deal mortel dans lequel Castle a perdu sa famille.

Shoonover la braque alors et l’emmène dans sa voiture dans les bois pour en terminer avec elle mais un énorme pickup leur coupe la route avec à son bord un Punisher revanchard.

Le Punisher écarte Karen blessée qui fuit dans la nuit et la foret, entraine Shoonover dans une cabane de forestier et le tue proprement d’une balle dans la tête après avoir obtenu des aveux.

Dans une cache secrète il découvre un véritable arsenal de guerre avec armes automatiques et mitrailleuses lourdes.

De son coté, Daredevil passe par les égouts pour retrouver la trace de Stick et combat les Ninjas de la main qui n’utilisent plus leurs armes pour désorienter son sens de l’ouïe.

Suivant les conseils de Stick torturé par un bourreau aux ordres de Hirochi (Ron Nakahara), Daredevil se focalise sur le souffle de ses adversaires et les met hors de combat, y compris Nobu (Peter Shinkoda) qui semble virtuellement immortel.

Mais face à Stick se trouve également Elektra elle aussi déterminée à tuer…

Lorsque Nobu et ses hommes font irruption on croit à un nouveau combat d’arts martiaux mais celui prête allégeance à Elektra en la considérant comme le Black sky de la Main, leur arme humaine suprême.

Un moment tentée, Elektra change in extremis d’avis par les mots de Daredevil et épargne Stick.

En représailles, Nobu jure la mort de Daredevil…

En conclusion, loin de nouer l‘intrigue « Daredevil, saison 2, épisode 12 » ajoute encore plusieurs surcouches de complexité en faisant à présent d’Elektra la potentielle reine mère de la Main, ce qui expliquerait le rôle trouble de Stick désireux à présent de la tuer après sa trahison…

De son coté, le Punisher semble avoir soldé ses comptes avec les principaux responsables du meurtre de sa famille, ce qui ne semble pas l’avoir apaisé pour autant…

Foggy et Karen apparaissent isolés et meurtris, ce qui fait à proprement parler de la peine, tandis que leur ex partenaire joue les casques bleues dans cette guerre quasi incompréhensible contre la Main, qui patine sur place dans ses épuisants combats ninjas…

Et si finalement Daredevil ratait la fin de la saison 2 ?

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 08:14

Dans « Daredevil, saison 2, épisode 11 », Daredevil (Charlie Cox) intervient à l’hôpital pour protéger Claire Temple (Rosario Dawson) d’une attaque des Ninjas de la Main venus récupérer les enfants.

La lutte est âpre, violente et si Claire est tirée d’affaire, les Ninjas repartent avec leur butin en laissant quelques morts du personnel de l’hôpital sur place.

Les enfants sont ramenés auprès de Hirochi (Ron Nakahara) et Nobu (Peter Shinkoda), qui continuent d’utiliser leur sang pour alimenter un mystérieux sarcophage.

Lorsque Claire, choquée, constate que le directeur de l’hôpital cherche à étouffer l’affaire en raison des corps mystérieusement évidés des Ninjas laissés sur place, elle claque la porte…

Daredevil poursuit seul sa quête à la recherche du Blacksmith, ce mystérieux commanditaire qui sème le trouble à New-York et rejoint en cela le Punisher (John Bernthal) qui cherche lui purement et simplement a se venger.

Dans une scène particulièrement forte, le Punisher donne rendez vous dans un bar minable à Karen (Deborah Ann Woll) et lui avoue ensuite lui avoir fait joué le rôle d’appât pour le Blacksmith.

Ce stratagème fonctionne puisque deux tueurs sont envoyés pour les liquider.

Même bien amoché par la dérouillée qui lui a administrée le Caïd, le Punisher surclasse les deux hommes et obtient une adresse ou localiser sa cible après les avoir torturés et finalement tués.

Daredevil progresse aussi dans ses recherches et obtient des informations par Madame Gao (Wai Ching Ho) concurrente du Blacksmith dans le trafic de drogue.

L’homme sans peur retrouve le Punisher sur un cargo et l’empêche de tuer in extremis un homme qu’il prend à tort pour le Blacksmith.

Lorsque les autres gardes accourent, une fusillade éclate et fait exploser le cargo chargé de drogues et d’explosifs.

Les hommes du Blacksmith meurent et Daredevil s’extraie avec peine de l’eau du port.

De son coté, Elektra (Elodie Yung) remonte la piste de son tueur français pour arriver jusqu’à Stick (Scott Glenn) qui se prépare à un due là mort avec son ancien élève.

En conclusion, « Daredevil, saison 2, épisode 11 » accélère le rythme autour du Blacksmith, qu’on devine être le point de convergence final de la saison 2.

Les agissements de la Main restent pour leur part toujours aussi mystérieux, tout comme ceux de Stick à présent obligé de lutter pour préserver sa vie face à son ancienne élève déterminée à le tuer.

Les personnages sont toujours aussi forts, que ce soient Daredevil ou le Punisher, toujours aussi torturé et radical, que Karen et Claire, dont le courage et les convictions personnelles forcent le respect.

L’action et la violence culminent, avec notamment l’extrême brutalité du Punisher avec les voyous.

On attend la fin avec impatience !

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 10:10

Dans « Daredevil, saison 2, épisode 10 », Daredevil (Charlie Cox) confie les enfants transfusés par la Main à Claire Temple (Rosario Dawson) qui demeure interloquée face à l’horreur des traitements qu’ils ont subis.

Sous sa véritable identité de Matt Murdock, le justicier a une explication avec Claire et lui révèle qu’elle pourrait aussi être menacée même dans l’enceinte de l’hôpital lorsque la Main cherchera à récupérer les enfants infectés.

De manière surprenante, Samantha Reyes (Michelle Hurd) l’arrogante procureur convoque le trio Murdock-Foggy (Elden Henson)-Karen (Derobah Ann Woll) pour leur révéler son inquiétude face à l’évasion du Punisher et aux menaces qu’a subi son propre fils.

Par la voix de son adjoint Blake Tower (Stephen Rider), Reyes avoue son implication dans l’affaire Castle et le fait que le deal entre trafiquants était monté de toutes pièces pour attraper le Blacksmith.

Mais Reyes est exécutée par un tir en rafale qui blesse également Foggy au bras.

Furieux, Murdock qui suspecte Fisk (Vincent D’Onofrio) d’avoir fait évader le Punisher pour se venger, se rend en prison s’entretenir avec le puissant Caid.

Etroitement supervisé par Donovan (Danny Johnson) l’avocat de Fisk, l’entretien est tendu.

Lorsque Murdock menace Fisk d’empêcher Vanessa (Ayelet Zurer) de rentrer sur le sol américain et de la charger comme complice de ses propres crimes, le Caid perd les pédales, agresse physiquement Murdock réduit à sa condition de simple aveugle, et le menace à son tour, ainsi que Foggy de représailles pour l’avoir conduit en prison.

L’agression est couverte par la complicité de gardiens achetés et Murdock ressort sonné, fermement décidé à régler tous ses problèmes seul sous les traits de Daredevil.

Les femmes ne sont pas épargnées non plus par les problèmes, puisque Elektra (Elodie Yung) en partance de New-York est approchée par un tueur français nommé Jacques Duchamps (Gilles Marini) qui essaie de la tuer mais est tué à son tour, après avoir avoué être envoyé par Stick.

Usant de son influence, Ellison (Geoffrey Cantor) fait protéger Karen qu’il estime menacée par les représailles du Punisher après la mort du légiste Tepper (Eric Michael Gillett).

Mais les deux policiers affectés à sa protection sont éliminés et Karen découvre le Punisher dans son appartement qu’il lui avoue sans la convaincre être étrangers aux meurtres de Reyes et Tepper.

Sans prévenir, le Punisher la plaque au sol pour éviter une rafale mortelle.

Lors d’un nouvel entretien avec Claire sur le toit de l’hôpital, celle-ci essaie de raisonner Daredevil et lui propose de rendre visite à Foggy, lui aussi soigné sur place pour sa blessure au bras mais ces nobles projets sont contrecarrés par l’arrivée des tueurs ninjas de la Main qui semble avoir réveillés les enfants placés en transe hypnotique…

En conclusion, « Daredevil, saison 2, épisode 10 » baisse quelque peu d’intensité même par rapport aux épisodes précédents, même si le meurtre spectaculaire de Reyes et l’évasion du Punisher portent à croire à sa culpabilité, celui-ci s’avère en réalité manipulé…

Toujours difficile également de comprendre les interactions avec la Main, cette organisation nébuleuse usant de pratiques mystiques pour des motifs obscurs…

De plus en plus isolé, Daredevil se rend compte de son impuissance face à des criminels comme Fisk, devenu le maitre de la prison ou il est affecté après la mort de son rival Dutton et la corruption assez étonnante/choquante de gardiens censés le surveiller.

Les solutions semblent pour l’instant assez réduites…

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 09:07

Dans « Daredevil, saison 2, épisode 9 », l’action se recentre sur Wilson Fisk (Vincent d’Onofrio) qui dès son arrivée en prison comprend qu’il doit manœuvrer contre le parrain local un certain Dutton (William Forsythe).

Suivant les conseils de son avocat Benjamin Donovan (Danny Johnson) qui lui recommande la plus grande discrétion dans l’univers carcéral, Fisk s’attache la protection de deux gros bras latinos et les conseils d’un analyste financier noir lui aussi incarcéré, Stewart (Korey Jackson.)

Rassuré par le fait que sa compagne Vanessa (Aylelet Zurer) se trouve en sécurité dans un autre pays, Fisk place ses pions, soudoie des gardiens et s’arrange pour approcher le Punisher (Michael Benthal) dans une salle de musculation.

Il s’attache ses services en lui disant que Dutton est directement impliqué dans le massacre de sa famille à Central Park et lui propose de le questionner dans sa cellule hautement protégée puis de le tuer afin de le rétablir comme seul Caid de la prison.

Après plusieurs hésitations, le Punisher surmontant sa répugnance pour Fisk accepte cette mission à hauts risques.

Du coté des avocats, toute explose après l’échec du procès du Punisher… écœuré Foggy (Elden Henson) décide de tailler sa route seul et d’abandonner ses collègues mais Karen (Deborah Ann Woll) continue de travailler avec passion sur le sujet.

Sa ténacité paye puisqu’elle parvient à convaincre Ellison (Geoffrey Cantor) le patron de Daily Bugle de rencontrer le médecin légiste Tepper (Eric Michael Gillett) qui leur avoue avoir fait disparaitre le corps d’un policier infiltré sous les ordres du procureur Reyes lors du massacre de Central park.

Ellison embauche Karen pour travailler avec lui.

Daredevil (Charlie Cox) se fait soigner par Elektra (Elodie Yung) après la flèche décochée par le tueur de la Main et décide de combattre cette organisation seul.

De plus en plus isolé, le justicier contraint le comptable de la Main, Stan Gibson (John Pirkis) à lui révéler la planque ou est retenu son fils Daniel (Lucas Eliott Eberl).

Daredevil se débarrasse sans trop de difficulté des yakusas gardant l’endroit et laisse filer Hiroshi (Ron Nakahara) le patron de Nakatami pour découvrir dans les sous sol d’un bâtiment appelé la Ferme, des adolescents livides transfusés de force.

Ecœuré, il croise à nouveau Nobu (Peter Shinkoda) qu’il pensait mort brulé vif et ne peut l’empêcher d’enlever un énorme sarcophage mais s’arrange pour évacuer les adolescents dont Daniel Gibson en piteux état.

En prison, le Punisher exécute son contrat et Dutton, après lui avoir soutiré des informations cruciales : l’existence d’un commanditaire pour le deal de Central park, un gros trafiquant de drogue insaisissable appelé le Blacksmith et la présence du FBI sur place pour piéger le piéger avec l’aboutissement d’un carnage final.

Se croyant tiré d’affaire, le Punisher est abandonné par Fisk qui le livre aux hommes de Dutton mais ceux-ci sont massacrés dans un corps à corps hallucinant de violence et de sang.

Une fois calmé par les surveillants, Fisk a une explication musclée avec son pion mortel et le fait relâcher de la prison, pour qu’il nettoie la ville de ses rivaux.

Haineux et difficilement contrôlable, le Punisher saute sur l’occasion et prend la tangente avec la complicité des gardiens achetés par Fisk.

En conclusion, « Daredevil, saison 2, épisode 9 » maintient un haut niveau d’intensité avec une histoire à de multiples niveaux.

Le retour de Fisk fait forte impression et sa prise de contrôle dans la prison aussi soudaine qu’irréaliste avec en pion de luxe, le fascinant et ultra hardcore Punisher.

Autour de Daredevil tout semble se désagréger, Foggy quitte le cabinet d’avocats et la persévérante Karen délaissée par ses deux amis, se rapproche du journaliste Ellison pour faire éclater une partie de la vérité sur l’affaire Castle.

Livré à lui-même, le justicier s’enfonce dans les profondeurs mystérieuses et inquiétantes des agissements de la Main et va d’horreur en horreur…

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 23:13

 « X-men, l’intégrale, 1992, tome 1» consacre le nouveau duo fort de la franchise avec Chris Claremont (scénario) et Jim Lee (dessins).

Ici on découvre un Magneto plus misanthrope que jamais fonder une communauté sur l’astéroïde M en orbite autour de la planète terre.

Le charisme du maitre du magnétisme est tel que d’autres mutants prennent tous les risques pour le rejoindre dans l’espace dont leur chef un certain Fabian Cortez…

Lorsque Magnéto revient sur terre récupérer les missiles nucléaires du sous-marin russe qu’il avait coulé, les X-men (Malicia, Wolverine, le Fauve, Psylocke, Gambit) tentent de le bloquer, sans succès.

De retour sur son astéroïde, Magnéto blessé par les griffes de Wolverine accepte de se faire soigner par l’étrange pouvoir de Cortez.

Sans attendre l’aval de son chef, Cortez et son équipe de mutants débarquent sur terre et affrontent les X-men à Genosha, la ville mutante martyr.

Magneto intervient alors dans un décor de guerre pour protéger ses acolytes responsables de la destruction d’un hôpital.

Sous les yeux des gouvernements russes et américains de plus en plus inquiets sur l’évolution de la situation, le vicieux Cortez dérègle les pouvoirs télépathiques de Psylocke pour la rendre folle mais le sexy mutante asiatique retourne la situation en profitant du coup de boost pour planter sa dague psychique dans le cerveau de Magneto.

Un des Acolytes appelé Chrome intervient alors et fige les X-men à l’état de statues pour les emmener jusqu’à l’astéroïde M.

De plus en plus fatigué, Magneto détecte une altération de son ADN et se rend au manoir de Charles Xavier interroger brutalement Moira Mac Taggert, qui finit par lui avouer sous la contrainte avoir procédé à des manipulations génétique lorsque l’Etranger l’avait fait régresser à l’état de nourrisson.

Furieux d’avoir été manipulé, Magneto emmène Xavier et Moira sur son astéroïde et pour la pousser à traiter de la même façon ses amis déjà prisonniers.

Les autres X-men (Tornade, Colossus, Iceberg, Archangel, Jean Grey, Forge, Hurleur) se rendent alors sur l’astéroïde pour les secourir.

Un combat fratricide s’engage alors avec les X-men convertis et les Acolytes contre les autres X-men.

Lorsque les X-men traités reprennent leurs esprits, Magnéto s’effondre car en réalité rendu malade par Cortez qui prétend le soigner.

Un tir de plasma concentré russe vient mettre un terme à l’histoire, détruisant l’astéroïde et tuant on le pense un Magnéto affaibli et malade, qui préfére abandonner la lutte.

Avec John Byrne au scénario, on bascule ensuite dans une autre aventure très complexe ou le mutant russe nommé Omega red est ressuscité par Matsuo et les jumeaux Fenris pour régler ses comptes avec Wolverine.

Le trio infernal envoie des mercenaires surarmés capturer le Fauve, Jubilé et Gambit tandis qu’Omega red en personne sort vainqueur du combat contre Wolverine.

Forge localise ses collègues et Cyclope/Colossus/Malicia les extraient sans trop de difficultés.

Wolverine est amené inconscient dans le laboratoire des commanditaires pour subir une batterie de tests psychiques visant à lui faire revivre son passé et à révéler ou se trouve un flacon de synthèse de carbonadium caché depuis près de 30 ans.

Il apparait que Red, mutant capable de générer un fluide mortel qui a un besoin vital de synthétiseur de carbonadium pour maitriser son pouvoir, a déjà eu affaire à Wolverine en tant que mercenaire et que celui-ci lui a échappé comme ses deux collègues de l’époque Dents de sabre et un troisième homme masqué appelé Maverick.

Comme prévu, tous les X-men viennent au secours de Wolverine que Maverick extrait de sa détention.

Mais Omega red est virtuellement invincible et se débarrasse sans coup férir de Jubilé, le Fauve et Cyclope.

Dents de sabre se joint alors à la fête pour le compte du camp adverse et ramène un Wolverine en piteux état pour subir à nouveaux ses horribles traitements psychiques.

Psylocke jusqu’alors sous contrôle mentale de Matsuo brise son étreinte et attaque Omega red en combinant physique et psychique pour le blesser au sabre.

Déchainée, Psylocke contrôle mentalement Dents de sabre qu’elle rend inoffensif et plante sa dague psychique dans la jumelle du duo Fenris.

Le baroud de Psylocke permet aux X-men de se libérer et à Malicia d’en terminer avec Red dans une énorme explosion.

Au final, Wolverine retrouve le synthétiseur et le confie à son allié Maverick.

Howard Mackie (scénario) et Ron Wagner (dessins) changent ainsi brusquement de cadre et de style pour mettre en scène Ghost rider, contrôlé par une troupe de Broods ayant également pris l’apparence des ennemis de la femme de Gambit.

Les X-men combattent tout d’abord le Rider victime d’une horrible mutation avant qu’il parvienne à briser l’emprise des aliens pour se retourner contre eux.
Le Rider finit par se faire justice et à tuer la reine Blood qui l’avait persécuté.

En guise de bouquet final, Mojo, l’étrange et obèse créature ennemie jurée de Longshot attaque les X-men, prend le contrôle d’une partie d’entre eux pour provoquer une lutte fratricide afin de divertir le peuple de sa planète natale.

Après une lutte acharnée, Malicia et Wolverine brise l’écran protecteur de Mojo et Longshot plante son épée dans corps flasque du monstre qui disparait, laissant l’administration de son monde à un opposant plus modéré.

En conclusion,  malgré sa pléiade d’artistes top niveau, l‘intérêt « X-men, l’intégrale, 1992, tome 1» reste inégal.

Comme souvent, Magnéto est un ennemi sublime et pathétique dans sa fausse mort grandiose et même si Omega red se montre un adversaire aussi effrayant que redoutable, cette histoire trop complexe, chargée et emberlificotée peine à séduire.

Pour le reste on s’ennuie ferme avec Ghost rider dans une aventure au scénario faiblard peu mis en valeur avec le style graphique assez faible de Wagner, l’excentrique Mojo restant assez anecdotique.

Mais heureusement pour sauver le tout, surnage le style graphique génial de Jim Lee, figurant pour moi dans sur le podium de mes dessinateurs Marvel préférés juste derrière John Byrne et rien que pour cela, ces X-men athlétiques, sexy et pétant de forme valent pour moi le coup d’œil !

Ah cette délicieuse Psylocke…

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 19:03

Dans « Daredevil, saison 2, épisode 8 »,  Elektra Natchios (Elodie Yung) et Daredevil (Charlie Cox) sont violemment attaqués par une armée de tueurs ninjas.

Stick (Scott Glenn) surgit pour les épauler et les tirer d’affaire rapatriant en catastrophe une Elektra blessée à l’abdomen par un sabre ennemi.

Tandis que la belle est soignée à son appartement, Murdock s’explique avec Stick qui le renseigne sur la Main, l’organisation secrète japonaise qui les attaqués et qui aurait découvert le secret de l’immortalité.

Lorsqu’il découvre que non seulement Elektra connait Stick mais qu’elle travaille pour lui, Murdock explose et se met à douter de sa relation passée…

Des explications s’imposent…

Du coté de la cour, les choses se présentent bien pour Frank Castle (John Bernthal) avec le témoignage élogieux son ancien supérieur en Afghanistan, le colonel Schooover (Clancy Brown) et d’un expert en neurologie Andrew Lee (Randall Mc Neal) qui avance la thèse de troubles psychologiques importants après qu’on lui ait tiré une balle dans la tête.

Mais la situation se gâte lorsque Castle émet le désire de parler à la cour.

Interrogé par Murdock, extrait du chevet d’Elektra par Karen (Deborah Ann Woll) outrée de voir son amant avec une autre, Castle finit par perdre les pédales, se montrant agressif et assumant complètement ses meurtres.

La sortie du tribunal est orageuse, Karen et Matt se disputant.

Castle a en réalité été manipulé par un policier qui l’entraine dans un quartier isolé de sa prison pour rencontrer Wilson Fisk (Vincent D’Onofrio) en personne occupé à lever des haltères.

Chez Murdock, Elektra se rebiffe contre Stick et refuse de continuer à travailler pour lui.

Déçu et amer, le vieux maitre s’efface…

A peine rentré chez lui, Murdock est agressé par un redoutable tueur de la Main.

Blessé à l’épaule par une flèche, il laisse Elektra trancher la gorge du tueur qui n’était en réalité qu’un adolescent.

En conclusion, « Daredevil, saison 2, épisode 8 » est un épisode dense et riche aboutissant à un parfait équilibre entre scènes d’actions contre des ninjas agiles et passionnant duel au tribunal.

Lorsque tout s’effondre et que Castle se voit approché par Fisk, la tension monte de plusieurs crans…avec un suspens de plus en plus maitrisé autour des personnages devenus forts de la série.

Enthousiasmant !

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 19:29

« Avengers, l’intégrale, 1966 » voit le duo Stan Lee (scénario)/Don Heck (dessins) continuer sur sa lancée avec des Vengeurs en effectifs réduits (Captain america, Œil de Faucon, Sorcière rouge, Vif-argent) tentant d’empêcher dans un futur lointain Kang le conquérant d’annexer le royaume de la princesse Ravonna.

Mais contre toute attente, alors que les troupes futuristes de Kang viennent à bout de ces Vengeurs poids plumes, son second ambitieux Baltag le trahit et monte une rébellion.

Ayant échappé de peu à un assassinat, Kang change brusquement de stratégie et s’allie aux Vengeurs pour vaincre les rebelles mais perd Ravonna dont il est tombé amoureux dans le combat.

Malgré sa peine, Kang fait preuve d’une certaine noblesse en téléportant les Vengeurs dans leur monde.

Après Kang, Fatalis entre en scène et attire les Vengeurs dans son royaume de Lavterie pour les emprisonner et ainsi démontrer ses capacités à ses irréductibles ennemis : les 4 Fantastiques.

Emprisonnés dans un dôme infranchissable né de la technologie de Fatalis, les Vengeurs tiennent néanmoins tête aux innombrables armes du monarque et parviennent à s’enfuir.

Nos quatre héros ont a peine le temps de se rechamailler de nouveau, qu’Attuma, le rival du Prince des mers, surgit avec comme idée majeure de submerger le monde de la surface à l’aide d’un machine de sa conception.

La capture fortuite de la Guêpe en croisière d’agrément sur un paquebot avec son mari Hank Pym, force les Vengeurs à s’aventurer dans le monde sous-marin ou Attuma très à son avantage les surclasse sans trop de difficulté.

Resté à New-York, Œil de Faucon doit repousser un étrange visiteur, le Scarabée et son armure grotesque mais non offensive et finit par rejoindre ses collègues en sous- marin pour repêcher Vif-argent épuisé par le combat sous les mers.

Revigoré, le duo utilise le sous-marin pour pénétrer dans la base d’Attuma et libérer les autres Vengeurs qui sabotent la machine infernale d’Attuma.

A peine rentrés, les Vengeurs sont attirés dans un piège par le Collecteur, qui détient déjà la Guêpe dans sa collection.

Très concerné, Hank Pym devenu Goliath avec un nouveau costume bleu et jaune plus offensif, les accompagne.

Sur place, Goliath révèle toute sa force et son courage en tenant tête à lui seul au Collecteur qui utilise des armes historiques et mystiques tandis que le reste des Vengeurs affronte plus classiquement le Scarabée, homme de main du doyen.

A force de pugnacité, le Collecteur doit s’enfuir et libère sa captive mais l’effort fige Goliath à une taille de 3 mètres.

Désespéré, le géant n’aura de cesse de trouver un traitement.

De son coté, Œil de Faucon, toujours amoureux de la Veuve noire, se jette dans ses bras tout en négligeant son passé d’agent secrète russe.

Sur place, Œil de Faucon refuse de faire équipe avec Swordsman et Powerman contre les Vengeurs et est vaincu par les deux mercenaires qui obéissent aux ordres de leur maitresse.

Très en confiance, le duo attaque Captain america au QG des Vengeurs et le fait également prisonnier malgré une résistance héroïque.

Alertés par la Guêpe, les Vengeurs attaquent en ordre dispersé et se font à nouveau surprendre.

Une nouvelle fois la force de Goliath est un précieux atout et permet à Captain america et Vif argent de harceler assez leurs adversaires pour les forcer à fuir.

Chacun la joue ensuite solo, Vif argent sa sœur aux Balkans pour retrouver leurs pouvoirs déclinant, Œil de Faucon se heurtant encore une fois au duo Swordsman/Powerman pour les beaux yeux de sa Veuve et Goliath obsédé par son traitement tombant sur une société médiévale secrète commandée par un prêtre appelé le Gardien.

Finalement secouru par Captain, la Guêpe et Œil de Faucon qui neutralise une immense flamme au cobalt convoitée par le Gardien, Goliath est amèrement déçu en constatant que le scientifique censé l’aider n’a en réalité pas les compétences requises.

Une organisation en appelant une autre, les Vengeurs mettent ensuite en échec les Fils du serpent, société secrète voulant répandre le racisme aux Etats-Unis.

Durant cette aventure, Goliath place tous ses espoirs en Bill Foster, scientifique noir recommandé par Tony Stark en personne.

Le dernier adversaire de cette année est le Laser vivant, super criminel aux motifs variables (dépit amoureux, appât du gain, renommée) qui après un casse raté, décide une nouvelle fois d’enlever la Guêpe.

Vaincu une première fois par Goliath seul, le Laser revient en perfectionnant la puissance de ses lasers qui parviennent à détruire le bouclier de Captain america (aussitôt miraculeusement reconstitué !) et décide de vendre ses services à des guérilleros du Costa Verde.

Une nouvelle fois mis en déroute cette fois par la femme qu’il comptait ravir par la force, le Laser vivant est cette fois bel et bien capturé, tandis que la République démocratique du Costa Verde reprend le dessus sur les guérilleros en déroute.
En conclusion, après une année 1965 catastrophique pour les Vengeurs, « Avengers, l’intégrale, 1966 » relève le niveau en réintroduisant du muscle dans l’équipe en la personne d’un Goliath rajeuni et rendu plus complexe par la malédiction de sa taille.

Personnage torturé et dépressif, Goliath demeure la vedette de cette année 1966 en se montrant décisif dans la plupart des situations.

Son arrivée apaise également un peu les tensions/contestations autour du leadership de Captain america.

Le rythme des aventures reste étourdissant avec des adversaires de haut niveau comme Kang, Fatalis, Attuma ou le Collecteur mais aussi de plus discutables organisations aux motifs obscurs pour ne pas dire nauséabonds.

Entre les deux se situent des seconds couteaux schématiques comme les dumb and dumber du crime Powerman/Swordsman et le peu mémorable Laser vivant.

On est encore loin de l’ère de Jack Kirby mais on remonte un peu la pente.

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 19:07

« Avengers, l’intégrale, 1965 » propose de profondes mutations dans les déjà très jeunes Vengeurs crées il y a seulement deux ans.

Jack Kirby a d’hors et déjà cédé les crayons à Don Heck pour une première aventure ou l’Homme taupe, ennemi historique des 4 Fantastiques refait des siennes en voulant ni plus ni moins qu’accélérer la rotation de la Terre à l’aide d’une puissante machine de sa conception.

Alerté par ses fourmis, l’Homme fourmi intervient seul car ses coéquipiers ne prennent pas l’alerte au sérieux et se fait capturer.

Mais lorsque les subterriens attaquent les Vengeurs en surface, ces derniers changent d’opinion et descendent sous terre pour secourir leur ami.

L’Homme taupe ne fait pas le poids longtemps malgré l’aide du Fantôme rouge et sa machine infernale est détruite par le marteau de Thor.

De manière plus originale, les Vengeurs affrontent ensuite le Comte Nefaria, représentant aux Etats-Unis du crime organisé appelé la Maggia.

Le Comte dont les principaux pouvoirs résident dans ses innombrables machines, crée des répliques des Vengeurs pour les discréditer auprès de l’opinion publique mais doit pourtant rapidement battre en retraite une fois ses plans démontés avec l’aide de la Brigade des teens, adolescents auxiliaires dirigés par Rick Jones.

Mais la Guêpe grièvement blessée par balle pendant la bataille devient le principal sujet de préoccupation de son mari Giant-man.

Les Vengeurs comprennent que le seul moyen de la sauver est de chercher un médecin norvégien du nom de Svenson mais la capture de ce dernier par les Kallusiens une race extraterrestre complique grandement la situation.

Après une rude bataille en Antarctique, Svenson est arraché à ses ravisseurs qui livrent bataille dans l’espace face à une race extraterrestre concurrente et la Guêpe soignée.

De nouveau au complet, les Vengeurs repoussent une nouvelle attaque d’envergure du Baron Zemo et de ses Maitres du mal…

Ces derniers finissent pas se faire capturer à l’exception du coriace duo Enchanteresse/Exécuteur tandis qu’en Amazonie, Zemo trouve la mort après un ultime combat face à Captain america.

Une fois ce danger écarté, un remaniement d’importance a lieu avec le départ des membres fondateurs : Thor, Iron-man, Giant-man et la Guêpe partis vaquer à des occupations personnelles.

Resté seul leader, Captain america doit composer avec Œil de Faucon, Vif-argent et la Sorcière rouge, intronisés nouveaux Vengeurs.

L’Homme taupe sert de baptême du feu à l’équipe en lâchant contre elle un énorme monstre sous terrain appelé le Minotaure.

Les Vengeurs sortent vainqueur de ce combat puis défont un super criminel chinois appelé le Commissaire ans une aventure à l’idéologie douteuse rappelant l’intervention américaine pour libérer le Viêt-Nam.

Alors que Œil de Faucon conteste en permanence l’autorité de Captain america et crée des tensions permanentes dans l’équipe, une nouvelle forte tête appelé Swordsman décide à son tour d’intégrer les Vengeurs.

Ancien mentor de Œil de Faucon à la moralité plus que douteuse, Swordsman piège Captain america puis est enlevé par le Mandarin qui l’utilise comme appât pour déposer une bombe et tuer les Vengeurs.

Malgré ses tendances criminelles, Swordsman recule au dernier moment, ne pose pas la bombe et fuit face à la colère des Vengeurs, furieux d’avoir été abusés.

Dans la jungle amazonienne, l’Enchanteresse utilise les machines du Baron Zemo pour créer un seconde Wonder-man appelé Power-man.

Cet ersatz en version méchante domine physiquement ses Vengeurs sous classés avant de lâcher brutalement prise, mystérieusement abandonné par sa créatrice.

Mais les violentes disputes et dissensions internes ont raison du groupe et aboutissent à sa dissolution.

Amer, Captain america se reconvertit comme boxeur de foire tandis que les autres échouent au Cirque du crime, avant de s’en extraire avec difficulté.

Il faudra attendre une nouvelle attaque de Kang le conquérant qui capture Vif argent, la Sorcière rouge et Œil de Faucon pour pousser Captain à secourir ses coéquipiers dans le futur.

Alors que la bataille fait rage, les Vengeurs reçoivent se trouve face à toute une armée à la solde de Kang, bien décidé à annexer un royaume appartenant à la princesse Ravonna.

En conclusion, « Avengers, l’intégrale, 1965 » représente une violente baisse après l’enchantement des premiers numéros.

Sur le fond, la remplacement de Thor, Hulk et Iron-man par des seconds couteaux comme Œil de Faucon, Vif-argent et la Sorcière rouge est une lourde erreur et la qualité de l’opposition s’en ressent fortement avec une flopée d’irritants loosers comme le Minotaure, Swordsman, Power-man ou l’incroyable Commissaire, caricature grossière d’un communiste chinoise obèse et stupide défait par Captain america en personne !

Sur la forme, si Kirby n’était pas un esthète, son style particulier et dynamique surclasse de la tête et des épaules celui de Don Heck au graphisme pauvre et particulièrement laid.

Enfin, les perpétuelles bagarres et insultes au sujet de Captain america sont surprenantes et plutôt déplaisantes, comme si les scénaristes prenaient un malin plaisir à salir la légende de 1939-1945, sans cesse contestée et rabaissée en raison de son âge et de son manque supposé de pouvoir.

En résumé pas grand-chose à sauver dans cet intégrale laide, stupide et vulgaire.

On tombe de haut !

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 17:06

Voici maintenant un grand moment du comic book avec « Avengers, l’intégrale, 1963-1964 » de ses majestés Stan Lee et Jack Kirby.

Arrivés une deux petites années après les premiers héros Marvel, les Vengeurs vont pourtant venir compléter les 4 Fantastiques et les X-men au rang des plus grandes équipes de justiciers masqués.

A tout seigneur tout honneur, Hulk la force brute indomptable surgie des radiations gammas, utilisé par Loki le demi frère maléfique de Thor comme instrument de vengeance va attirer autour de lui une association de super héros majeurs de leurs temps : Thor, Iron-man en grossière armure jaune et le couple Homme-fourmi/Guêpe.

Tous vont répondre à un appel au secours de Rick Jones l’ami de Hulk et sidekick idéal représentant avec sa brigade des teens de la jeunesse de l’époque.

Tandis qu’un premier affrontement va avoir lieu dans un cirque puis dans une usine automobile, Thor plus suspicieux ne va pas hésiter à se rendre en Asgard pour combattre Loki en personne et le ramener manu militari sur Terre pour avouer ses méfaits.

Intégré de fait à l’équipe, l’encombrant Hulk ne va pas tarder à créer des problèmes, que ce soit avec le Fantôme de l’espace, extraterrestre capable de prendre l’apparence et les pouvoirs de n’importe lequel d’entre eux pour créer de véritables (et juteux) affrontements fratricides, qu’ave le Prince des mers, farouche allié se revendiquant comme le seigneur absolu des mers.

Si le Fantôme est simplement vaincu en tentant de voler l’apparence de Thor immunisé par son statut d’immortel, il en va autrement du Prince des mers qui ne pliera qu’après la brusque transformation de Hulk en son alter ego Bruce Banner, alors que le duo surpuissant posait de sérieux problèmes aux Vengeurs.

La retraite rageuse du Prince des mers a un effet collatéral majeur : briser la prison de glace dans laquelle Captain america était détenu depuis la Seconde guerre mondiale.

Sonné par son hibernation et la mort tragique de son sidekick Bucky Barnes, Captain gagne la confiance des Vengeurs en forçant un extraterrestre sous la coupe de ce même Prince des mers, à libérer les Vengeurs changés en pierre puis en les aidant à repousser les troupes de choc du vindicatif Namor.

Fort de sa légende et de ses grandes capacités, Captain america remplace l’incontrôlable Hulk et devient un des piliers des Vengeurs.

Ensemble  les héros repoussent une nouvelle menace sous terraine représentée par les Hommes de lave et détruisent avec l’aide involontaire de Hulk un gigantesque minerai extraterrestre menaçant la Terre de destruction.

Captain entraine avec lui son ennemi historique le Baron Zemo, brillant scientifique nazi ayant établi une base secrète en Amazonie et charge les Maitres du mal (Chevalier noir, Fondeur, Homme radioactif) de répandre un puissant gaz adhésif sur New-York.

Soudés au sol, Captain america et Giant-man ne doivent leur salut qu’à la collaboration de l’ancien super criminel Pete-pot-de colle et battent les Maitres du mal en inversant leurs adversaires individuels attitrés, même si en réalité Iron-man accomplit l’essentiel du travail en neutralisant de manière compliqué le délicat Homme radioactif.

Captain america règle ses comptes avec Zemo en personne, lui aussi expert en close combat et met hors service ses plans de diffusion de gaz sur la ville.

Mais Zemo n’a toujours pas dit son dernier mot et trouve avec l’Exécuteur et L’Enchanteresse deux immortels transfuge d’Asgard, deux alliés de poids.

Tandis que Captain america se jette imprudemment tête baissée dans un piège en Amazonie, Thor manipulé par un sort de l’Enchanteresse se retourne contre ses amis.

Une nouvelle fois l’armure d’Iron-man seule parvient à briser le sort contre Thor qui malmenait ses anciens coéquipiers à New-York.

En guise de représailles le dieu du tonnerre expédie avec son marteau enchanté le trio dans une autre dimension sous les yeux de Captain america finalement extrait de la jungle.

La rencontre avec Kang, conquérant du 31 ième siècle constitue un des moments les plus forts de cette intégrale et les Vengeurs doivent s’employer à fond pour mettre en déroute ce Fatalis du futur, rendu quasi invincible par son arsenal technologique…

L’arrivée de Don Heck aux dessins remet en selle Zemo dans un autre épisode culte dans lequel le savant fou donne naissance à Wonder-man, surhomme capable à lui seul de vaincre les Vengeurs avant que ce brave ancien inventeur criblé de dettes, ne se range finalement aux cotés de ses adversaires désignés.

Mais l’infatigable Zemo trouve encore un nouvel allié avec Immortus, étrange créature envoyant les Vengeurs dans le temps combattre de prestigieux personnages légendaires comme Goliath, Merlin l’enchanteur ou Hercule avant d’être vaincu par une charge de Captain america contre sa garde rapprochée de chevaliers.

Privé d’Immortus par cet invraisemblable retournement, Zemo est encore une fois vaincu non sans une farouche résistance de l’Exécuteur et de l’Enchanteresse.

Zemo laisse la place à un Kang tout aussi revanchard qui jette son dévolu sur Spider-man pour créer un robot capable de gagner la confiance des Vengeurs pour mieux les abattre.

Le robot attire les Vengeurs dans un temple Inca et parvient par un invraisemblable concours de circonstances avec notamment la transformation de Thor en Donald Blake et l’absence d’Iron-man, à les neutraliser tous y compris Captain america.

Mais le véritable Spider-man surgit alors et neutralise son robot, mettant ainsi fin aux plans de Kang.

En conclusion, « Avengers, l’intégrale, 1963-1964 » est une œuvre culte car d’un contenu historique !

Jugez en plutôt : la formation des premiers Vengeurs autour de l’éphémère Hulk à la fois allié et menace, la rencontre avec Captain america décongelé de la Seconde guerre mondiale pour devenir un des piliers de l’équipe, le Prince des mers, Kang, le Baron Zemo et ses alliés de poids avec en prime la naissance de Wonder-man !

La créativité de ces deux années est purement exceptionnelle et les aventures de nos super héros, malgré quelques invraisemblances largement pardonnables, absolument passionnantes !

On se régale donc à chaque page ou presque avec le gratin des super héros de l’époque, une sorte de Big Bang artistique né de la paire Stan Lee-Jack Kirby !

Un must absolu à dévorer pour tout fan de comics qui se respecte !

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens