Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 20:09

maltese_capricorne.jpg

  2

 

Je m’aventure assez rarement dans l’univers de la bande dessinée dite traditionnelle, aussi vais-je faire une exception avec « Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » de Hugo Pratt, publié en 1970 par épisodes dans un magazine pour jeunes alors bien connu (je parle du très contesté Pif gadjet !) .


Corto Maltese est un personnage culte pour amateurs de bande dessinées.

Ce bel aventurier anglo-espagnol du début du Xx ième siècle a en effet fait rêver bon nombres de lecteurs par ses aventures maritimes mystérieuses et exotiques.

Scindé en huit chapitres, « Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » ne déroge pas à la règle et débute par une aventure complexe en Guyane hollandaise ou en 1916, Corto en pension chez son amie Madame Java, rencontre un jeune homme appelé Tristan Bantam, qui lui demande son aide pour interpreter les cartes légués par son scientifique de père et découvrir Mu un royaume englouti situé dans le haut Brésil.

Mais au cours de la discussion, une femme noire adepte du Vaudou fait irruption pour révéler par énigmes à Tristan que sa demi sœur Morgana l’attend au Brésil.

Flanqué de son ami le professeur Steiner, ex scientifique rongé par une alcoolémie galopante, Corto accepte d’aider le jeune homme à aller au Brésil.

Avant de partir il doit pourtant faire face à la menace de deux hommes armés qui cherchent à tuer Tristan.

Sur le chemin, le trio rencontre un forçat en cavale appelé Cayenne et d’étranges indiens qui lui parlent par énigmes du continent Mu protégé par les esprits.

Cette impression de bizarre se confirme à Bahia ou au contact de sa demi sœur mystique, Tristan fait d’étranges rêves.

Après avoir neutralisé l’avocat anglais Milner, ex ami de du père de Tristan, cherchant à le déposséder de ses secrets, Corto décide de se rendre à Itapoa pour rencontrer Bouche dorée la maitresse de magie de Morgana.

Sur place, en échange de mille livres sterling, Bouche dorée propose à Corto de porter des armes et de l’argent à des guérilleros en rébellion contre les propriétaire terriens.

Corto accepte, s’enfouit dans la jungle du Sertao, permettant aux guérilleros emmenés par leur chef Tir fixe de renverser les propriétaires et leurs mercenaires mais contre attente refuse au final l’argent proposé par Bouche dorée.

De retour à Itapoa, surgit un nouveau personnage, le baron autrichien Von Manteuffel secondé par un immense colosse togolais appelé Casse Mâchoires qui met physiquement à mal Corto.

Les recherches du trio l'orientent vers l’ile de Maraja mais le font tomber sur le baron autrichien Von Manteuffel qui commande un croiseur allemand venu se ravitailler avant de poursuivre sa guerre contre l’Angleterre.

Après une lutte confuse, Casse Mâchoires révèle être comme Morgana et Bouche doré un espion à la solde des britanniques chargé d’informer les Brésiliens pour couler un bateau à l’entrée de l’estuaire de l’ile afin de bloquer le croiseur allemand.

Le plan réussit, même si Casse Mâchoires y perd sa vie.

Corto indique que le navire brésilien a été coulé sur un emplacement sensé receler le trésor de galions hollandais coulés en 1580.

L’aventure se poursuit ensuite avec un trésor caché sur une ile dont l’emplacement est donné par quatre as détenus par des aventuriers divers appelés les gentilhomme de fortune.

Détenteur d’un as, Corto entre en contact avec Miss Ambigüité de Poincy descendante d’un de ses gentilshommes et également à ce titre détentrice d’un as.

Mais il se heurte à son vieux rival le moine russe Raspoutine, détenteur lui aussi d’un as et désireux de s’emparer des autres par la force.

Arrivé sur place avec Corto, Ambigüité et ses hommes de main, Raspoutine se heurte à la farouche résistance du gardien à demi fou du trésor qui n’hésite pas à tirer sur les chercheurs d’or au canon pour se défendre.

Au cours de la fusillade, le gardien et Ambigüité sont tué mais Corto révèle à Raspoutine blessé et furieux que le trésor caché dans le canon a en réalité été détruit par l’assaut.

Le dernier volet de l’histoire a lieu une nouvelle fois sur une ile perdue du Honduras ou Corto blessé, esseulé et amnésique est pris dans une sombre histoire de règlements de compte entre descendants d’évangélistes.

En conclusion, pour une première fois, « Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » ne m’as pas du tout convaincu.

Si le style sobre, dépouillé et gracieux de Pratt confère un certain charme aux histoires du marin aventurier, il faut reconnaitre que les histoires sont presque toutes plus emberlificotées et nébuleuses les unes que les autres et donnent l’impression de servir de prétexte aux évolutions exotiques d’un héros tout en coolitude.

Difficile d’accrocher donc à ses histoires de trésors et de magie ponctuées de quelques fusillades et de bagarre à l’ancienne ou bien entendu Corto sort toujours on ne le sait comment vainqueur.

Beau, viril, détendu, énigmatique et distant, Corto Maltese est en quelque sorte l’incarnation du fantasme masculin de l’aventurier indépendant et insaisissable.

Outre le peu d’intérêt des intrigues, j’ai été également dessus du manque d’érotisme des images mais peut être avais-je une vision quelque déformée du style de Pratt, beaucoup plus sage que je ne le pensais.

Alors « Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » mauvaise expérience épisodiques ou signe avant coureur d’un manque d’adéquation avec mes gouts personnels ?

Sans doute un peu tôt pour le dire.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 14:55

5 Vikings.jpg

 

 

Avec « Les vikings » de Richard Fleischer, nous basculons au rayon des vieux classiques du cinéma américain.

Sorti en 1958, « Les vikings » est un grand film d’aventures épique qui me fit rêver longtemps lorsque j’étais enfant, aussi est-ce avec un plaisir inouï que je vais lui rendre hommage dans ces colonnes.

L’histoire raconte entre 800 et 900 après Jésus Christ, la rivalité entre une tribu scandinave peuplée de redoutables guerriers-marins capables de raids éclairs et meurtriers, et le royaume d’Angleterre désireux d’assoir sa puissance et de se préserver des ces menaces.

Au cours d’un de ses raids, le chef viking Ragnar (Ernest Borgnine disparu il y a quatre jours !) viole Enid (Maxine Audley) une princesse anglaise qui se trouve enceinte d’un enfant dont elle cache l’ascendance honteuse.

L’enfant reconnaissable à une pierre ornant son cou est envoyé loin du royaume d’Angleterre et 20 ans après, la reine mourante avoue son terrible secret.

Aella (Frank Thring), le roi actuel d’Angleterre, soupçonnant le noble Egbert (James Donald) d’être un traitre et un sympathisant à la cause viking, l’exile pour le punir.

Contraint à la fuite Egbert, est récupéré par Ragnar et rejoint la Scandinavie ou il rencontre le fier et beau Einar (Kirk Douglas) fils du roi.

Surmontant sa crainte devant ces hommes rudes et bruyants, Egbert est témoin d’un affrontement particulièrement violent entre Einar et l’esclave Eric (Tony Curtis) qui lance un faucon sur son rival pour le défigurer horriblement.

Malgré un œil en moins et le visage balafré, Einar se soumet à la loi viking en remettant le sort de son rival enchainé aux rochers aux dieux nordiques.

Contre toute attente, Eric survit et reçoit la protection d’Egbert qui prend comme esclave personnel.

Après un nouveau raid éclair, Einar capture la princesse anglaise Morgana (Janet Leigh) et la détient comme otage.

Mais la belle résiste aux avances brutales d’Einar, rendu encore plus agressif par son visage mutilé.

Elle tombe sous le charme d’Eric, qui lui permet de s’évader en barque.

Lors de la poursuite à travers les brumes du Nord, le drakkar de Ragnar percute un rocher.

Ragnar capturé est jeté aux loups par l’impitoyable Aella mais Eric bravant la colère de son hôte, donne l’occasion au vieux monarque de mourir l’épée à la main, condition obligatoire pour tout viking pour aller au Valhalla.
En représailles, Eric a le bras sectionné.

Lorsqu’il revient en Scandinavie avec Egbert, il informe Einar de la mort de son père.

Ivre de rage, le nouveau roi guidé par Egbert décide alors d’une grande offensive contre le château fortifié d’Aella pour venger son père.

L’attaque de grande ampleur est superbe, digne d’une des plus grands assauts de films de moyen âge, avec une véritable prouesse athlétique d’Einar pour ouvrir le pont levis donnant l’accès du château aux vikings.

Après une lutte féroce et la mort d’Aella jette aux loups par Eric qui prend ainsi sa revanche, Einar pénètre en force dans la chapelle ou réside la belle Morgana.

Sa déception n’en est que plus grande lorsqu’il apprend que la princesse lui préfère Eric, qui est son demi frère, et doublement de sang royal, anglais et viking.

L’affrontement entre Einar et Eric devient alors inévitable.

Il a lieu au sommet du château dans un décor somptueux.

Bien que Einar ait pris le dessus, il réalise que son combat est vain et laisse son adversaire le tuer.

Le film se termine sur des funérailles vikings grandioses avec drakkar enflammé.

En conclusion, « Les vikings » est un film exceptionnel à plus d’un titre.

La reconstitution d’époque est tout d’abord impressionnante, avec des villages nordiques et des drakkars plus vrais que natures.

Ensuite les paysages de la Scandinavie et du Nord de l’Angleterre sont grandioses avec ces fjords et ses châteaux forts médiévaux.

Gros moyens donc pour donner du réalisme à l’ensemble, mais ceci en suffirait pas sans une histoire complexe, douloureuse, de rivalité entre deux frères ennemis, le blond flamboyant et le brun sobre et tenace.

Les acteurs sont dans l’ensemble prodigieux, mais même si la superbe Leigh, le sexy Curtis et le truculent Borgnine brillent, la star est surtout Kirk Douglas, excessif, courageux puis finalement miné intérieurement au point de se laisser tuer.

Intemporel, inusable, « Les vikings » est un chef d’œuvre qu’on pourra revoir pendant des générations en rêvant encore et toujours sur ce peuple à l’histoire aussi riche que fascinante.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 20:05

grand_bleu.jpg2

 

 

Autant le dire tout de suite, je ne suis pas un fan du cinéma de Luc Besson, ni du personnage que je trouve assez peu sympathique.

En 1988 sort son troisième film, « Le grand bleu » qui sera son premier succès colossal succès commercial, notamment auprès d’un public jeune, assez inexplicablement attiré par le message délivré par le film, l’attirance quasi mystique pour le monde mystérieux des abysses et par son esthétique vidéo clip.

 

Je dois à ce titre avouer que j'ai connu certains personnes de mon entourage se piquer de passion pour la plongée et l'apnée à la suite de ce film, c'est dire son impact sur une certaine jeunesse de la fin des années 80.


« Le grand bleu » raconte l’histoire de la rivalité entre deux hommes, deux apnéistes, l’un italien Enzo Molinari (Jean Reno) et l’autre français Jacques Mayol (Jean-Marc Barr), se disputant le titre de champion du monde de plongée dynamique sur une ile de Sicile.

Au premier abord, tout semble opposer les deux hommes, Enzo est grand, robuste, sur de lui, extraverti et dragueur, tandis que Jacques est petit, introverti et rêveur.

Pourtant malgré cette opposition, une relation quasi amicale lie les deux hommes depuis leur enfance en Grèce, Enzo prenant sous sa protection Jacques après la mort tragique de son père scaphandrier dans les années 60.

Entre les deux champions, va se glisser une femme, Johanna Baker (Rosanna Arquette) new yorkaise urbaine et vive, tombée sous le charme lunaire de Jacques après une rencontre fortuite au Chili.

Ce triangle amoureux va s’installer lors du championnat du monde en Sicile, ou Enzo défend son titre face à ses rivaux.

A la surprise générale, Jacques bat son ami dont l’égo a bien du mal à se remettre.

Johanna vit un flirt avec Jacques mais l’étrange comportement du jeune homme la désarçonne notamment son inexplicable attirance pour un dauphin lâché en liberté avec qui il passe des heures.

Après des allers retours orageux, les deux hommes se retrouvent pour un ultime duel.

Malgré des performances ahurissantes d’Enzo qui descend à 115m sous le niveau de la mer, Jacques le surpasse encore et descend à 120m, établissant une sorte de limite physiologique que les médecins jugent dangereuse de franchir.

Incapable d’assumer la défaite, Enzo tente de battre le record mais essuie un grave accident.

Touché par les mots de son ami qui lui demande de le descendre au fond de la mer pour y mourir, Jacques accède à sa requête.

Il reste seul avec son record amère et un problème épineux, choisir entre son attirance inexplicable pour le monde marin et Johanna qui est enceinte.

Après une courte hésitation, Jacques choisit le monde des abysses et descend en pleine nuit sous l’eau retrouver les dauphins …

En conclusion, « Le grand bleu » est un film à la fois étrange, attirant et irritant.

 

On pourra tout d'abord lui reprocher film sa longueur et son coté contemplatif.

 

Irritants sont également les personnages, taillés à la serpe, tout particulièrement Reno, caricature de l’italien extraverti et bon vivant à l’hygiène de vie assez peu réaliste quand on sait la discipline de fer à laquelle doivent s’astreindre les apnéistes pour réaliser leurs performances.

Arquette est du même acabit : citadine branchée gouvernée par ses sentiments tentant de faire fléchir un homme qu’elle ne comprend qu’au dernier moment.

Bien entendu, Barr est le personnage le plus intéressant car tiraillé entre le monde des humains et de sa passion en une composition lunaire et décalée qui fit son charme.

Du coté plus positif, Besson utilise un sujet original, assez peu traité jusqu’alors car mystérieux et envoutant.

Les images sont fort belles, exploitant la beauté des paysages méditerranéens inondés de soleil sur une la musique électronique d’Eric Serra alors très en vogue à l’époque dans la même lignée qu’un Vangelis voir d’un Jean-Michel Jarre).

 

Le résultat en fait un film long, simple et terriblement attractif pour le grand public.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 19:41

appel_sauvage.jpg5

 

 

Après tous ces classiques de la littérature française lus dernièrement, l’envie m’est revenu de lire des auteurs étrangers, comme Jack London et « L’appel sauvage » premier livre qui en 1903 lui apporta un début de célébrité.

Classique entre les classiques, « L’appel sauvage » est comme « Croc-blanc » un livre idéal pour donner le gout de la lecture à un jeune garçon, et à ce titre Jack London accompagna bon nombre de mes lectures d’enfance dans le Jura.

La principale originalité de « L’appel sauvage » est que le personnage principal n’est pas un homme mais un gros chien appelé Buck, croisement de Saint Bernard et de chien de berger qui est enlevé à son existence douillette de chien domestique dans le Sud des Etats-Unis pour servir de chien d’attelage dans la fameuse ruée vers l’or vers l’Alaska.

Avec ses nouveaux maitres, François et Perrault travaillant dans les services postaux, Buck va apprendre une nouvelle vie faite de privations, d’efforts et de violence.

Mais il va peu à peu s’adapter et trouver en lui les ressources mentales et physiques pour s’endurcir et survivre dans un environnement hostile froid et sauvage.

La lutte dans la hiérarchie de la meute va être sa principale occupation, avec des relations de dominant à dominé s’établissant au gré des rapport de force.

Buck triomphera finalement de son principal rival, un husky nommé Spitz qu’il blessera à mort dans un terrible combat devant une meute enragée.

Devenu le maitre de l’attelage, il assoira de plus en plus son autorité, devenant de plus en plus dur.

Après que la mission postale fut achevée, Buck sera donné à un couple de chercheurs d’or amateurs, dont l’inconscience et l’incompétence conduira leur attelage aux portes de la mort.

Amaigri, battu et épuisé, Buck sera sauvé à Dawson in extremis d’une morte certaine par un chercheur d’or au grand cœur John Thornton qui sera le premier être humain depuis fort longtemps à lui apporter douceur et amour.

Il deviendra un vrai chien de la ville, farouchement fidèle envers son maitre et épatera les habitants par sa force de traction capable de lui faire tirer un traineau de 500 livres.

Mais même heureux avec les hommes, Buck sera tiraillé par un puissant sentiment intérieur qui le conduira à s’engager dans des contrées toujours plus sauvage à la recherche de ses semblables, les loups.

Le destin forcera la décision quand Thornton et ses associés seront assassinés par des Indiens venus chasser les troupeaux d’orignaux.

Buck accomplira une terrible expédition punitive pour venger son maitre et deviendra une légende très redouté par les Indiens.
Délivré de tout lien avec la civilisation, il rejoindra définitivement les loups et deviendra un chef de meute à l’aura quasi mythique.

En conclusion, « L’appel sauvage » est un court roman dont la magie demeure après plus d’un siècle absolument intacte.

Il est vrai que la métaphore du retour à l’état naturel est sublime, ramenant finalement l’animal (ou l’homme) à ses fonctions les plus nobles pour l’écrivain, celles ou il révèle ses cotés prédateurs pour survivre et retrouve une liberté sans entrave en contact direct avec la Nature.

Le style de London est absolument limpide et parvient à faire entrer le lecteur en totale empathie avec le chien-loup passant de l’état d’esclave à maitre.

« L’appel sauvage » transporte, fait rêver à de mystérieux et lointains paysages enneigés peuplés de loups, d’ours, de saumons, d’indiens farouches et de chercheurs d’or aveuglés par l’appât du gain.

L’attraction du livre est tellement puissante qu’on peut comprendre sans peine qu’elle fasse naitre des vocations un peu à la manière de « The call of the wild » de Sean Penn.

Un chef d’œuvre.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 19:59

les_chouans.jpg3

 

 

Publiée en 1829, « Les chouans » est l’une des œuvres les plus connues de Honoré de Balzac et pas seulement en raison des adaptations cinématographiques d’Henri Calef (en 1947) ou plus près de nous de Philippe de Brocca (en 1988).

Prenant pour cadre la troisième guerre civile de 1800 opposant les rebelles Vendéens et Bretons fidèles au roi en exil en Angleterre aux troupes républicaines fraichement soumises à Napoléon, « Les chouans » est une grande épopée historico-romanesque narrant l’amour impossible entre le chef des rebelles, le marquis de Montauran dit le Gars et Marie de Verneuil, une aristocrate au destin compliqué chargée par le ministre de la police Fouché de séduire et de livrer le Gars aux troupes républicaines du commandant Hulot.

Mais bien entendu, comme dans tout bon roman, la belle, fragile et sentimentale Marie de Verneuil tombera sous le charme de sa proie et subira une attraction tellement puissante qu’elle balancera longuement entre son sens du devoir et les intenses passions de son cœur.

De son coté, le Gars est un jeune chef impétueux régnant sur des maquisards bretons pratiquant une sorte de guérilla sauvage et cruelle contre les soldats républicains appelés les Bleus.

Bien qu’étant un militaire émérite, Hulot ne peut avoir seul le dessus contre ces diables de chouans qui sont soutenus par une grande partie de population locale et fanatisés par les curés, indéfectibles ennemis de la révolution française.

Il accepte donc malgré sa répugnance de recevoir l’aide d’un jeune espion noble arriviste nommé Corentin qui intriguera auprès de Madame de Verneuil, pour obtenir les renseignements qui lui permettront de tuer le Gars.

Le roman oscillera donc en permanence au fil des brusques revirements d’amour-et de haine entre les deux amants, avec comme forces auxiliaires des personnages beaucoup plus froids et pragmatiques comme Corentin ou Madame du Gua, noble mue en âpre chef de guerre bretonne et ennemi mortelle de Marie.

En conclusion, « Les chouans » est un très bon roman d’aventures ayant pour mérite de mettre en lumière une période difficile de l’histoire de France, avec une guerre particulièrement sale entre rebelles bretons et troupes régulières nationales.

La complexité de cette guerre civile est soigneusement bien décrite avec un mélange du coté des Chouans de braconnage et d’authentique fanatisme religieux.

« Les chouans » recèle donc une bonne dose de violence contenue dans de durs combats militaires mais aussi des scènes de tortures ou d’odieux massacres réalisés par des paysans mus en criminels sans scrupule.

Cette dureté est cependant grandement atténué par l’intrigue amoureuse, il est vrai romantisée à l’extrême et reposant grandement sur le cliché de l’amour impossible à la Roméo et Juliette.

Même si les échauffements du Gars et de Madame de Verneuil ne m’ont pas outre mesure passionné, on reconnaitra à l’ensemble une construction solide, un grand souffle épique porté par un rythme soutenu rempli de rebondissements en chaine.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 12:51

immortels.jpg

 

4

 

 

Grand amateur de mythologie et de culture hellène, mais également du film « 300 » de Zack Snyder, je suis bien entendu aller avoir « Les immortels » de l’indien Tarsem Singh sorti sur les écrans en cette fin d’année 2011.

Disons le tout de go, la mythologie grecque d’Hésiode et d’Homère est ici allégrement trafiquée, déformée, amalgamée au profit d’une histoire forte et spectaculaire.

Le roi de Crète, Hypérion (Mickey Rourke !) est un tyran sanguinaire, avide de pouvoir qui reve de retrouver le fabuleux arc d’Epire forgé par Hephaistos, seul capable de réveiller les Titans retenus prisonniers sous le Mont Tartare à la suite de leur combat perdu contre les Dieux de l’Olympe.

A la tete d’une féroce armée de guerrier masqués appelées les Heraklions, il cherche à ce que l’Oracle Phèdre (Freida Pinto) du temple des Sibylles lui révèke ou est caché l’arc mas la jeune femme reste aussi muette que ses trois sœurs protectrices.

Du coté du Mont Tartare vit Thésée (Henry Cavill) qui doit faire valoir son habilité au combat pour que son origine batarde soit respectée.

Avertis par des soldats de la progression des Heraklions dans leur direction, les villageois  partent se retrancher derriere une haute muraille prêt du Mont Tartare.

Thésée est enrolé dans l’armée en raison de ses capacités guerrieres mais les Grecs sont trahis par l’un des leurs Lysandre qui révèle à Hyperion toutes les informations dont il a besoin.

Pour le remercier, Hyperion le défigure et le chatre.

Thésée est pris de cours lors du premier face à face avec les troupes d’Hyperion.

Hyperion excécute sa mère sous ses yeux, le capture et l’envoi travailler dans les mines de sel.

Il y rencontre le voleur Stavros (Stephen Dorff) , Phèdre et ses sœurs qui leur proposent un plan d’évasion.

Phèdre lit l’avenir glorieux de Thésée et se sent attirée par lui car il est le protégé des Dieux notament Zeus qui sous les traits d’un viel homme l’a formé.

Conscient d’ailleurs de la menace du reveil des Titans, Zeus interdit pourtant à ses enfants (Apollon, Athéna, Poseidon) d’intervenir dans le cours des événements, préférant leur faire confiance pour résoudre les problèmes seuls.

Pourtant Poséidon, Apollon et Athéna violent la régle et sauvent Thésée des plusieurs guet apens tendus par les soldats d’Hyperion ce qui provoque le courroux du père des Dieux.

En enterrant sa Mère dans le temps sacré, Thésée découvre l’arc d’Epire et doit combattre le Minotaure qui dans le film est un soldat d’élite d’Hyperion.

Après une lutte farouche, Thésée triomphe de la bete et la décapite.

Il a une liaison amoureuse avec Phèdre qui accepte de perdre sa virginité et ses dons d’oracle qui lui pésent comme un trop lourd fardeau.

Mais Hyperion décidement infernal parvient à récupérer l’arc divin et lance donc toutes ses troupes à l’assaut des portes du Mont Tartare.

Thésée rejoint les insurgés et malgré la passivité du Conseil, vient les galvaniser pour faire face aux féroces soldats d’Hyperion.

Son discours est une ode typique à l’heroisme grec, ou une mort précoce mais glorieuse est préférable à une vie longue sans honneur.

L’affrontement atteint alors des sommets de violence, ce qui n’empeche pas Hyperion doté de l’arc magique de pouvoir réveiller les Titans endormis.

Ceux-ci ressemblant à des indiens sanguinaires se montrent particulièrement féroces dans un combat hors du commun face aux Dieux Olympiens venus secourir les humains.

Alors que les Olympiens chutent les uns après les autres sous les coups des Titans et que Thésée lutte de maniére acharnée contre Hyperion, Zeus choisit d’ébranler les montagnes et provoque la destruction du Mont Tartare afin de neutraliser à tout jamais les Titans.

Thésée qui vient de tuer Hyperion et de venger sa Mère meurt donc en héros ensevli sous des tonnes de pierre.

Mais son fils Asamas, né de l’union avec Phèdre, grandit sous la protection de Zeus dans la mémoire glorieuse des exploits de son pére, terrasseur du Minotaure, d’Hyperion et sauveur de l’humanité.

En conclusion, « Les immortels » est une grande fresque d’aventure valant surtout le détour pour son ampleur et l’efficacité des ses effets spéciaux décuplés par le 3-D.

Bien entendu l’aspect mythologique est un peu bafoué, la plus grande déception concernant les Titans sensés etre des Géants aussi nobles que les Dieux et non des sauvageons primitfs et sanguinaires.

Les capacités des Dieux sont également insultés, ceux-ci s’abaissant la plupart du temps à des close combats au lieu de faire valoir leurs pouvoirs divins.

A priori Arès tout comme Athéna devraient être à peu prêt invincible au combat, Zeus user de la foudre, Poseidon soulever les mers ou invoquer d’invincibles monstres marins, Hadès utiliser le casque de son invisibilité et Apollon sa puissance solaire.

Il reste tout de meme une grande maestria technique de Singh, des images d’une beauté à couper le souffle et des combats sanguinaires évoquant les  « 300 » de Zack Snyder.

Les héros sont tout à fait convainquants que ce soit Cavill en beau mec athlétique, Rourke impressionnant en chef de guerre impitoyable ou Pinto à la beauté orientale purement ensorcelante.

Aussi malgré quelques imperfections, le passionné de culture héllène que je suis ne peux qu’apprécier ce type de divertissement.



Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 22:04

bronco.jpg

2

 

 

On reste dans le cinéma mais on change de registre avec « Bronco Billy » petit film méconnu de Clint Eastwood.

Réalisé en 1980, « Bronco Billy » raconte l’histoire d’un improbable as du pistolet Bronco Billy (Clint Eastwood) qui mène une vie de saltimbanque allant de villes en villes pour réaliser des spectacles de cirque mettant en scène avec un lui un as du lasso Leonard James (Sam Bottoms) et un indien charmeur de serpent (Dan Vadis).

Persuadé d’être un authentique cow boy, Bronco Billy mène la vie qu’il a toujours voulu mener sans se préoccuper de son extrême précarité financière.

Mais la vie va lui jouer un drôle de tour en lui mettant dans les pattes une riche héritière Antoinette Lilly (Soundra Locke) abandonnée par son futur époux John Arlington (Geoffrey Lewis).

La très distinguée Antoinette va donc se fondre dans la vie des saltimbanques, tandis que la presse alertée de sa disparition la croit assassinée par son mari.

Contre toute attente, l’idiot Arlington se laisse embobiner par l’avocat de la famille et interné en hôpital psychiatrique en plaidant la folie pour atténuer l’accusation de tentative de meurtre.

Bien entendu, Antoinette finit par tomber sous le charme de la grande brute au cœur tendre qui l’embauche comme partenaire de cirque.

Le clou du film est la révélation d’Antoinette à Bronco de sa richesse et la résolution des tous ses problèmes financiers.

En conclusion, « Bronco Billy » est la première comédie de et avec Clint Eastwood.

Le ton est assez surprenant et à mille lieues des pitreries de « Doux, dur et dingue » ou autres « Ca va cogner » de Fargo.

 

Eastwood campe ici un personnage décalé, raté, marginal, mais d’une grandeur d’âme et d’une simplicité touchantes.

C’est pour moi le principal attrait de ce petit film guère passionnant, évoluant dans le monde de l’Amérique profonde avec bières et bagarres entre camionneurs dans les bars country music.

Sympathique mais au final un tantinet candide.


Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 21:02

homme_roi.jpg

3

 

 

Ayant vu avec mon père quand j’étais enfant « L’homme qui voulut être roi » de John Huston j’avais quelques vagues mais bon souvenirs de ce film réalisé en 1975 d’après un roman de Rudyard Kipling.

L’histoire située dans l'empire colonial britannique de la fin du XIX iéme siècle est celle de Daniel Dravot (Sean Connery déjà très dégarni) et Peachy Carnehan (Michael Caine) deux aventuriers anciens militaires britanniques en poste aux Indes, qui décident sur un coup de tête d’aller au Kâfiristân (pays imaginaire proche de l’Afghanistan ou nul européen n’est allé depuis Alexandre le Grand) pour prendre le pouvoir et se proclamer rois.

Intrépides, débrouillards et (sur)confiants en leurs possibilités, Daniel et Peachy vont avant de partir consulter le journaliste Rudyard Kipling (Christopher Plummer) pour établir un contrat moral les liant avec notamment l’interdiction de consommer de l’alcool ou d’avoir des relations sexuelles avant d’avoir atteint leur but.

Avec Dravot se faisant passer non sans talent pour un derviche tourneur fou, les deux hommes impressionnent leurs compagnons de voyage, et dérobent des mules à des pillards afghans.

La traversée de la passe montagneuse de Khyber entre le Pakistan et l’Afghanistan sera terrible avec des tempêtes et des avalanches de neiges qui manqueront de tuer les deux hommes.

Ayant franchi par chance cet obstacle quasi insurmontables, le duo rencontre un ghurka parlant anglais après avoir servi dans l‘armée anglaise, Billy Fish (Saeed Jaffrey) qui leur sert d’interprète pour converser avec Ootah (Doghmi Larbi) le seigneur local d’une tribu du Kâfiristân en guerre conte un autre clan.

Les deux hommes comprennent vite que Ootah est un roi faible, stupide et lâche et en tirent profit pour se faire embaucher comme conseillers militaires.

Ils forment un bataillon de soldats, leurs apprennent à tirer au fusil et utilisent cette supériorité technique pour triompher de leurs ennemis.

Au cours de l’assaut, une flèche vient se ficher dans la cartouchière de Dravot sans lui causer le moindre de mal.

Croyant au miracle et à son invulnérabilité, les indigènes le proclame dieu, Sikander fils d’Alexandre le Grand.

Malins, Dravot et Carnehan tirent profit de la situation pour assoir leur autorité sur la population.

Dravot est alors convoqué par Kafu Selim (Karroom Ben Bouih) , plus haute autorité religieuse vivant dans la ville forteresse de Sikandergul située sur un pic rocheux inexpugnable.

Sur place, la méfiance de Selim est provisoirement endormie par l’emblème des francs maçons que porte Dravot qui correspond à un symbole religieux de son peuple.

Selim lui montre alors le fabuleux trésor d’or et de pierre précieuse de la ville.

Peu à peu le pouvoir monte à la tête de Dravot et il devient fou, désirant contre l’avis des prêtres prendre pour épouse une belle autochtone appelée Roxanne (Shakira Caine la propre femme de l’acteur!).

Plus pragmatique Carnehan désire juste quitter le pays avec un peu du trésor entassé par les prêtres.

Mais la supercherie est démasquée lors du mariage de Dravot quand sa femme le mord jusqu’au sang, révélant sa mortalité aux yeux des habitants.

Traqués par la population, les anglais et leurs hommes de mains perdent leurs trésors et sont tous massacrés y compris Dravot précipité du haut dans un gouffre lors d’une scène émouvante.

Seul, Carnehan est finalement libéré après avoir été crucifié.

C’est lui qui défiguré et en haillon raconte son histoire à Kipling.

En conclusion, « L’homme qui voulut être roi » est typique d’un grand film d’aventures à l’ancienne avec des paysages montagneux extraordinaires vous apportant votre lot de dépaysement.

Les acteurs sont bons, même si assez insupportables de part leur orgueil d’homme blanc forcément supérieurs aux habitants de la région qu’ils prennent à tort en tant que sauvages superstitieux et stupides pour des proies faciles.

Huston décrit l’avidité sans borne de l’homme, sa folie pour le pouvoir, les richesses qui le mène finalement à sa perte.

A ce titre, les deux fous oublient qu’Alexandre le Grand avait accompli son exploit à l’aide d’une armée aguerrie et non à deux avec du culot et une dizaine de fusils.

Assez étrangement, malgré sa beauté, le film est assez dur avec des scènes de batailles plutôt violentes pour l’époque notamment celle assez angoissante de l’encerclement et du lynchage des usurpateurs.

« L’homme qui voulut être roi » n’est donc pas un chef d’œuvre mais un vieux film efficace et original.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 21:43

bete_hommes_dieux.jpg

3

 

 

Publié en 1924, « Bêtes, hommes et dieux » de Ferdynand Ossendowski est l’archétype même du roman d’aventures avec paysages somptueux, rencontres inopinées et grand sentiment d’évasion à ceci prêt que ces histoires sont ici enrobées dans contexte politique dramatique : la guerre civile qui déchira l’empire russe après la révolution bolchévique de 1920.

Ingénieur polonais chimiste de formation et prospecteur en Mandchourie pour l‘industrie minière russe, Ossendowski partisan du tsar et donc menacé de mort par les rafles communistes, est contraint pour survivre en 1920 de quitter la Sibérie.

Il va mettre a profit sa remarquable connaissance de cette vaste région du globe pour entamer un fou périple d’une année qui l’emmènera de la Sibérie à la Mongolie en passant par le Tibet.

En chemin, Ossendowski trouve des alliés de fortune, russes tsaristes, mongoles ou kirghiz ou tartares coalisés contre les troupes communistes qu’elles soient russes ou chinoises.

Outre l’aspect survie dans l’environnement hostile dans les terribles forets sibériennes,  les immenses fleuves gelés à la glace traitresse ou dans le désert de Gobi, l’homme va devoir jouer de ruse et de diplomatie pour ne pas tomber entre les griffes des espions rouges (comme Kanine et Gorokoff) tout en se méfiant des bandes de dangereux voyous versatiles (hounghoutzes chinois) rodant dans ces immenses régions désertiques.

Mais l’aspect le plus remarquable du récit est sans nul doute la découvertes des différentes cultures mongoles (soyottes, kalmouk) mais aussi tibétaines avec toute la complexe hiérarchie des prêtres lamaïstes.

Ossendowski décrit longuement les coutumes de ses peuples, leurs histoires et leurs croyances qu’elles soient bouddhistes ou chamanistes.

Le lecteur découvre donc un monde empli de merveilleux, de légendes et de magie et la croyance en un Roi du Monde régnant de manière sous terraine sur le monde, étant même supérieur au Dalai Lama, au Tashi Lama et du Bogdo Khan, principaux dirigeants bouddhistes.

Du coté de l’affrontement militaire blanc-rouge, les commandants tsaristes sont le colonel Kazangradi et le baron Ungern von Sternberg.

Mais la situation est en réalité beaucoup plus complexe avec des fortes dissensions entre les troupes blanches et un conflit dans le conflit entre chinois et mongoles.

Au cours des multiples péripéties générées par ces luttes imbriquées apparaissent des être sortant de l’ordinaire comme le lama vengeur et sorcier Touchegoun Lama héros des troupes mongoles ou le baron Ungern von Sternberg, descendant des templiers et corsaires autrichiens, illuminé sanguinaire désireux de fonder un état bouddhique en Russie.

De plus l’ombre exceptionnelle de Gengis Khan, plus grand conquérant de tous les temps et personnage héroïque de l’histoire de la Mongolie plane sur les traces de l’aventurier polonais.

En conclusion, classique indémodable du roman d’aventure  « Bêtes, hommes et dieux » a eu le mérité de m’instruire sur une époque (l’aspect oriental de la guerre civile russe) et une région du monde dont j’ignorais presque tout.

Malgré toute sa richesse, l’ouvrage est parfois difficile à décrypter en raison de la complexité des situations et des termes employés car pour l’essentiel issus des  cultures mongole et tibétaine.

Expérience humaine à la limite du vraisemblable, « Bêtes, hommes et dieux » se déguste comme un rêve exotique et lointain ou les bolchéviques ont le mauvais rôle, celui d’une irrépressible marée rouge prenant impitoyablement en tenaille les poches de résistances tsaristes.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:12

Aguirre.jpg

5

 

 

Voici avec « Aguirre la colère de Dieu » de Werner Herzog un film véritablement envoutant et fascinant.

Réalisé en 1972, cette oeuvre atypique raconte une expédition espagnole qui au XVI iéme siècle après Jésus Christ parcourt la jungle amazonienne du coté du Pérou pour trouver le mythique pays des cités d’or appelé par les indiens Eldorado.

Mais embarrassés par leur lourd attirail (canons, armures, hallebardes, chevaux et chaises à porteur !) parfaitement inadapté à la jungle, sa dense végétation, ses marécages boueux et sa chaleur suffocante, les conquistadors se retrouvent bien vite bloqués dans leur progression.

Les soldats sont accompagnés de femmes de la noblesse, de quelques esclaves maures et d’une dizaine d’indiens considérés comme des bêtes de somme.

Le chef de l’expédition charge donc le noble Don Pedro De Ursua (Ruy Guerra) de chercher du secours par la voix fluviale.

De Ursua embarque donc avec sa femme Inez de Antinazi (Helena Rojo), son lieutenant Don Lope de Aguirre (Klaus Kinski) et sa fille Flores (Cecilia Rivera), le prêtre missionnaire Don Gaspar de Carjaval (Del Negro ) principal narrateur de l’histoire et une vingtaine d’hommes soldats et porteurs indiens.

Mais les dangers combinés du fleuve et des indiens de la foret par essence hostiles aux hommes blancs, vont s’avérer être mortels pour les soldats.

Plus grave, Aguirre homme implacable, dur et avide de pouvoir va réaliser un coup de force et destituer De Ursua de sa légitimité.

Mué en dictateur avide de richesse, Aguirre va éliminer physiquement ses opposants, nommer un empereur fantoche du nom de Don Fernando de Guzman ( Peter Berling),  et enfin contraindre De Ursua blessé par balle et sa femme à la captivité après qu‘il fut gracié par le nouvel empereur.

Même de Carjaval prend lâchement parti pour le nouveau chef et abandonne De Ursua.

La suite du film consiste en une longue progression à travers les méandres d’un fleuve mortel, dans l’attente des flèches empoisonnées des indiens anthropophages, avec l’épuisement des ressources alimentaires et les inévitables tensions apparaissant entre des hommes poussés à la limite de leurs forces.

De Guzman tué par ses hommes parce qu’il mangeait trop, Aguirre a alors tout le loisir de faire exécuter de Ursua dans une scène poignante ou le noble exténué et impuissant accepte sans broncher son sort.

Encore plus déchirant, sa femme ne supportant pas sa mort s’enfonce dans la foret pour un voyage sans retour.

Les hommes tombent donc un par un  tandis qu’Aguirre sombre dans la folie de ses rêves démesurés s’accrochant à son désir de gloire et de richesse.

Le tyran entrainera toute l’équipe vers l’anéantissement qui n‘épargnera pas non sa propre fille.

Le film se termine sur une scène d’une force inouïe ou le conquistador arpente nerveusement seul son radeau dérivant avec ses hommes morts agonisants, tandis que des hordes de singes investissent le bord.

Solitude du dictateur sanguinaire aveugle et paranoiaque …

En conclusion, « Aguirre la colère de Dieu » est un pure chef d’œuvre du cinéma, une œuvre inclassable, un délire autour de la quête d’un absolu inatteignable et de la folie des hommes se prenant pour des dieux.

Outre l’approche intéressante de la quête du pouvoir menant pour l’homme déterminé à toutes les pires exactions, le film est une vibrante critique des volontés occidentales de colonisation.

L’échec cuisant que rencontre l’expédition face à des forces naturelles qui la dépassent de beaucoup montre clairement toute la vanité de cette entreprise.

La religion est elle aussi taillée en pièce, car se rangeant toujours du coté des forts pour accroitre elle aussi son pouvoir et demandant la mise à mort d’un chef indien qui n’avait pas par ignorance reconnu une bible.

Mais plus que ces approches en elle seule captivantes, « Aguirre, la colère de Dieu » passionne par son ambiance exotique, mystique, son rythme lent, hypnotique, la beauté des images magnifiquement mise en musique par les synthétiseurs de Popol Vuh.

On soulignera enfin, la qualité impressionnante du jeu des acteurs, particulièrement émouvants, mais surtout la présence dévorante de Klaus Kinski acteur fou et génial, parfait en conquistador mégalomane.

On pourra ranger ce pur joyau de cinéma aux cotés de « Apocalypse now » de Francis Ford Coppola ou du plus récent « Valhalla Rising » de Peter Winding Refn.

Repost 0
Published by Seth - dans Aventure
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens