Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 18:45

Dans « The Shield, saison 2, épisode 12 », les projecteurs sont mis sur Dutch (Jay Karnes) et Wyms (CCH Pounder) aux prises avec une complexe affaire de fugue d’un adolescent Jeffrey Cole (Elijah Allan Blitz)activement recherché par son père William (Roy Fegan).

L’enquête s’oriente vers le milieu des pédophiles et donne lieu à plusieurs interrogatoires de suspects comme Blaine (Don Mc Manus).

Après la découverte du corps d’un adolescent Lydell Crouch, Dutch élabore des théories complexes sur un tueur pédophile mais lorsque un autre pédophile Adam (Joël Bissonette) avoue finalement avoir été agressé par le jeune homme, Jeffrey passe du stade de victime à potentiel agresseur.

L’arrestation de Kyle Hutton (Jason Earles) un ami de Jeffrey confirme que les deux garçons appartiennent à une mouvance néo-nazi, agressant des pédophiles pour de l’argent.

Poussé à bout par Mackey (Michael Chiklis) Kyle finit par avouer que Jeffrey a tué Lydell et donne la localisation de son ami après qu’il ait réalisé que son père était noir.

Lors de son interpellation, Jeffrey ouvre le feu sur les policiers, blessant Shane (Walton Goggins) en pleine poitrine avant d’être abattu par Lemansky (Kenneth Johnson).

Si cette affaire se solde par un drame, Aceveda (Benito Martinez) a une réaction inattendue en tenant tête à son supérieur Tom Bankston (Ron Canada) qui lui demande de réduire de 20% ses effectifs.

Non seulement Aceveda ne fournit pas une liste de noms à licencier mais ne pointe que la Strike team avec son propre nom comme coupables.

Cette attitude semble au premier abord suicidaire puisque Aceveda refuse également d’obéir à son soutien politique Jorge Machado (Efrain Figueora) pour racoler des électeurs dans les rues.

Après quelques hésitations, Wyms va trouver Bankston pour lui signifier accepter de remplacer Aceveda comme commissaire afin de faire le ménage au sein des effectifs corrompus de la police.

Touché également, Mackey comprend qu’il a peut être agi prématurément avec Corrine qui l’accuse d’être entrée par effraction chez elle et s’arrange pour le faire arrêter.

Ceci n’enlève en rien sa détermination pour faire le coup du braquage de l’argent des Arméniens.

Julian (Michael Jace) paye également le prix fort de sa séparation avec Tomas (Brent Roam) puisque le petit voyou frappe Gary (John Scherer)son ami de l’église en lui causant de graves lésions puis en cellule ameute tout le commissariat pour annoncer son homosexualité.

Alors que Julian devient la risée de la police et reçoit des blagues douteuses, il obtient le soutien de Sofer (Catherine Dent) et Aceveda.

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 12 » se surpasse de maestria en accumulant les affaires majeures et les revirements spectaculaires, tel le sursaut d’Aceveda sabordant en apparence sa belle stratégie politique ou les aveux embarrassants de l’homosexualité de Julian.

Du grand art, brillant, puissant, maitrisé de bout en bout pour un final de saison 12 assez phénoménal !

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 08:02

Dans « The Shield, saison 2, épisode 11 », Mackey (Michael Chiklis) propose à Aceveda (Benito Martinez) de monter une opération d’envergure pour coincer Dante Fell (Rosero) un gros chef de gang afin de redorer le blason écorné du commissariat après la sortie du rapport préliminaire de Lanie Kellis (Luncinda Jenneys).

L’affaire est d’importance puisque Dante est également traqué par le FBI.

Mackey qui a réintégré Ronnie dans son équipe obtient le feu vert d’Aceveda interroge le rapper Kern Little (Sticky Fingaz) qui se plaint du préjudice financier suite à l’élimination de Robinson (Walter Jones) et exige sans succès de devenir un dealer rémunéré.

Après que Little ait finalement donné un nom, la Strike team se rend dans une cité difficile ou les habitants hostiles attaquent les policiers.

Pour ne rien arranger, le FBI débarque et sème la confusion dans l’intervention.

En difficulté, la Strike team ne s’en sort que par l’arrivée de renforts qui permettent d’appréhender Frogger (Reggie Currelley), le cousin de Fell.

Les policiers font craquer Frogger qui leur explique que Dante est à la maternité de Farmington pour la naissance de son fils, ce qui permet de l’arrêter.

Dutch (Jay Karnes) et Wyms (CCH Pounder) enquête sur une ténébreuse affaire de viol et après de multiples volte faces de la victime présumée Evette Montano (Ashley Bashioum), le suspect, Bruce Rosen (Jeff Kober) un patron de supermarché est finalement confondu au grand désespoir de sa femme.

Après une interpellation spectaculaire dans la rue, Julian (Michael Jace) est ensuite confronté à son passé avec la sortie de prison de Tomas Motyashik (Brent Roam), désespéré qui vient au commissariat lui réclamer assistance.

Agacé et mal à l’aise, Julian donne une carte bleu à Tomas pour s’en débarrasser…

Malgré son succès sur le terrain, Mackey est tourmenté par les rapports de Gordie (Ray Rolston) , qui lui indique que Corrine (Cathy Cahlin Ryan) a pris contact avec un avocat pour divorcer.

Sur les conseils de son propre avocat, Mackey décide de prendre les devants pour avoir la garde des enfants…

En parallèle se dessine toujours l’attaque du train de l’argent des Arméniens…

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 19:06

Dans « The Shield, saison 2, épisode 10 » le rapport préliminaire de Lanie Kellis (Luncinda Jenneys) fuite dans la presse et jette l’opprobre sur le commissariat de Farmington.

Ulcéré, Aceveda (Benito Martinez) demande des explications à la contrôleuse civile mais c’est trop tard, le mal est fait.

Dans le viseur après l’assassinat de Armadillo (Danny Pino) en plein milieu de la prison, Sofer (Catherine Dent) est lâchée par Mackey (Michael Chiklis) mais reçoit le soutien de Wyms (CCH Pounder) très remontée contre sa hiérarchie au point de contester régulièrement Aceveda.

En réalité, Mackey a d’autres soucis, car l’ancien directeur adjoint Ben Gilroy (John Diehl) revient le voir en lui annonçant être en cavale.

Après bien des hésitations, Mackey accepte de faire passer Gilroy au Mexique pour qu’il échappe aux mailles de la justice.

Le voyage à hauts risques à la frontière se fait avec Shane (Walton Goggins) son homme de confiance.

Resté sur place, Lemansky (Kenneth Johnson) travaille avec un nouveau venu dans la Strike team, Davon (Brian White) un policier destiné à remplir le quota des Noirs dans le quartier.

L’attitude de Gilroy finit cependant par éveiller les soupçons de Mackey : son penchant pour la boisson, ses absences et finalement le micro qu’il retrouve sur lui.

Sans état d’âme, Mackey comprend que Gilroy a tenté de le piéger et le fait passer de force la frontière en le menaçant d’un contrat sur sa tête, si il revient ou se fait prendre.

Contre toute attente, Aceveda reçoit le soutien du chef de la police Tom Bankston (Ron Canada) qui le menace cependant de licenciement si il ne se fait pas élire et ne lui renvoie pas l’ascenseur.

Bankston enterre le rapport final de Kellis et protège la Strike team.

Sur le terrain, Devon passe le baptême du feu avec succès en aidant à démanteler un trafic de voitures volées, tandis que Sofer accepte d’aller à l’église avec Julian (Michael Jace).

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 10 » reprend avec bonheur l’action dans le réel avec un Gilroy déchu réellement pitoyable dans ses tentatives de dérobades et de manipulations.

Sous pression permanente, Aceveda sauve de justesse sa place et par la même occasion sa carrière politique mais est de plus en plus contesté au sein de son propre commissariat par Wyms, Kellis et même Sofer qui ne veut pas subir les conséquences d’une négligence.

Le rapport de force parait donc bien instable et tout peut donc arriver, pour le plus grand bonheur du spectateur ?

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 06:57

De manière étonnante « The Shield, saison 2, épisode 9 » propose un flash back complet sur les premiers jours de l’ouverture du commissariat de Farmington.

Déjà nanti d’une réputation difficile, Mackey (Michael Chiklis) insiste auprès de Ben Gilroy (John Diehl) pour être le chef d’une brigade antigang/anti drogue et demande à travailler avec Shane (Walton Goggins).

Il obtient le poste au forceps, deux hommes en plus Lemansky (Kenneth Johnson) et Ronnie ((David Rees Snell) mais doit travailler sous les ordres du rigide capitaine Aceveda (Benito Martinez) qui exige immédiatement des résultats.

Dutch (Jay Karnes) débarque également et se montre assez maladroit/antipathique, attribuant une dévotion au vieil inspecteur Tom Gannon (Ray Baker), au détriment de Wyms (CCH Pounder) qu’il méprise à ses débuts.

Mackey est chargé de résoudre rapidement une histoire de meurtre de prostituées mais coincer le suspect, Lionel Philipps (Dayo Ade) un caïd local, s’avère plus délicat que prévu.

Mis sous pression par Aceveda puis Gilroy, Mackey franchit la ligne jaune et charge Connie Riesler (Jamie Brown) une prostituée de sa connaissance de placer de la drogue dans l’appartement de Lionel.

Avec le témoignage lui aussi arraché à un de ses lieutenants Rondell Robinson (Walter Emmanuel Jones), Mackey peut alors lancer une perquisition et faire tomber le caïd, dont l’arme du crime est retrouvé sur place.

Les compétences de Mackey sont immédiatement utilisées ensuite pour coincer des ravisseurs mexicains coupables d’avoir enlevé et violé une femme salvadorienne.

Si l’arrestation et l’inculpation sont des succès notamment en raison du flair de Wyms qui amène Jesus Latigo (Richard Yniguez) un négociateur hondurien à les aider, les méthodes brutales de Mackey irritent Aceveda qui impose un membre supplémentaire dans l’équipe, Terry Crowley (Reed Diamond) à qui il fait miroiter le poste de chef en cas de défaillance de Mackey.

Enfin, bien que en retrait, les personnages de Sofer (Catherine Dent) et Lowe (Michael Jace) sont également exposés, avec pour ce dernier des penchants homosexuels déjà péniblement refoulés.

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 9 » est une parenthèse inattendue remontant chronologiquement le fil des évènements ayant conduit à la création du commissariat de Farmington et à la Strike team, brigade de choc chargé des interpellations musclées des trafiquants de drogue et d’armes.

Les personnages sont posés, Mackey le fort en gueule à l’aise sur le terrain et prêt à franchir les limites légales lorsque les conditions s’y prêtent et le très rigide/austère Aceveda maniaque du contrôle et de l’autorité.

Une bonne entrée en matière !

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 19:18

Dans « The Shield, saison 2, épisode 8 » après l’agression sauvage de Ronnie (David Rees Snell) par Armadillo (Danny Pino) Mackey (Michael Chiklis) mobilise tous ses hommes pour coincer le dangereux dealer.

Mais Wyms (CCH Pounder) a de plus en plus de soupçons sur le leader de la Strike team demande à Aceveda (Benito Martinez) de rester sur l’affaire.

Armadillo est difficile à coincer et la Strike team doit s’y prendre à de multiples reprises avec a chaque fois une escalade dans la violence et des victimes collatérales comme l’indicateur Van Bro (David Raibon).

Lorsqu’il est finalement pris, il sort sans arme devant les forces de police ce qui empêche Mackey de le tuer comme prévu.

Lors de l’interrogatoire, Armadillo refuse de parler à Wyms et exige de voir Mackey pour en fait négocier sa sortie du territoire.

Pris au piège, Mackey est en difficulté mais parvient à faire assassiner Armadillo en cellule en utilisant Little Pop (Frank Gallegos) un de ses rivaux fraichement sorti de prison.

Ce brusque revirement irrite au plus au point Wyms qui s’en offusque auprès d’Aceveda et convoque Corrine (Cathy Cahlin Ryan) pour lui faire part de ses soupçons sur les activités illicites de son mari.

De son coté, Danny (Catherine Dent) est prise sous son aile par Dutch (Jay Karnes) pour résoudre une enquête sur l’agression d’un commerçant asiatique, ce qui lui permet de reprendre confiance suite à ses problèmes après la mort du Syrien.

En guise de final, Mackey couche avec la sexy Emma (Marguerite MacIntyre) ce qui lui permet d’oublier ses déboires familiaux pendant quelques temps.

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 8 » continue sur sa très bonne lancée en réglant définitivement le problème du coriace Armadillo, pour l’instant la plus dangereuse menace rencontrée par la Strike team.

Mais cette victoire a un gout amer pour Mackey de plus en plus soupçonné et critiqué par Wyms, à tel point que sa vie familiale se montre en péril.

Peut être pas le meilleur épisode de la saison 2 notamment avec des enquêtes secondaires peu intéressantes, mais tout de même bigrement efficace…

Repost 0
Published by Seth
commenter cet article
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 19:55

Un peu d’Histoire avec « La révolution américaine, 1763-1789 » de l’historien André Kaspi.
Sorti initialement en 1976, cet ouvrage retrace de manière assez succincte les principaux évènements ayant amené l’Amérique du Nord, faisant partie de l’Empire britannique à son indépendance.
Dominé économiquement par l’Angleterre depuis le XVIIième siècle en tant que colonie la cote Est de la Géorgie jusqu‘au Maine, est victime d’une succession de taxes sur ses exportations en matières premières (sucre, tabac, coton) mais c’est finalement en 1765, le Stamp act taxe sur les courriers qui déclenche les premières rebellions.
En 1774, le maintien des taxes par Georges Townshend  sur le cidre, rhum, malt, la toile et le lin, aggrave les tensions avec la maison mère et les émeutes succèdent aux boycotts.
Devant l’incapacité de faire appliquer ses mesures destinées à renflouer sa puissance vacillante, l’Angleterre réagit par la force, envoyant des troupes armées et demandant la fermeture du port de Boston, foyer de la rébellion.
En 1775, la guerre est alors inéluctable avec les milices patriotiques américaines.
En juillet 1776, ceux qu’on appelle les Pères fondateurs de la nation américaine (Thomas Jefferson, Georges Washington, Benjamin Franklin) peuvent créer la Déclaration de l’Indépendance.
En 1779, une coalition contenant la France, l’Espagne et la Hollande et même des tribus indiennes, se liguent contre l’Angleterre qui est forcée de reconnaitre l’indépendance des Etats-Unis par le Traité de Paris signé en 1783.
Plus tard, en 1787, les Etats-Unis se constituent en république fédérale puis établissent une Constitution des Etats-Unis d’Amérique statuant sur le fédéralisme des états mais aussi les différentes responsabilités des présidents, vice présidents, sénateurs, grands électeurs, membres du Congrès et de la Cour suprême, principaux organes législatif, exécutif et judiciaires.
Enfin en 1789, la Déclaration des Droits de l’Homme, vient compléter ces textes fondateurs par de grands et beaux principes républicains, démocratiques et humanistes.
Seule ombre au tableau, le refus de l’abolition de l’esclavage en raison des forts enjeux économiques pour les plantations du Sud…
La suite sera marquée par des liens commerciaux très majoritaires avec l’Angleterre au détriment de la France, bien peu cher payée de son action, le coup d’envoi de la colonisation des territoires de l’Ouest au potentiel gigantesque et une glorification du mythe de la révolution américaine avec ses lieux-dits et ses héros…
En conclusion, « La révolution américaine, 1763-1789 » est un déception tant l’aspect qui m’intéressait le plus le conflit armé et le déroulement de batailles jusqu’au dénouement est survolé, Kaspi préférant se concentrer sur l’aspect juridique des écrits fondateurs de la grande nation américaine.
Même si les textes crées pour l’occasion sont des chefs d’œuvre de démocratie républicaine soulignant leur incroyable proximité avec ceux de la France, cet aspect seul ne saurait combler ma soif de connaissance quant à la naissance de la plus grande démocratie du monde.

Repost 0
Published by Seth - dans Histoire
commenter cet article
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 08:13

Dans « The Shield, saison 2, épisode 7 » Mackey (Michael Chiklis) prépare activement le braquage de la mafia arménienne en entrainant ses équipes, Lemansky (Kenneth Johnson) compris, seul Ronnie (David Rees Snell) montrant des signes inquiétant de fébrilité en raison du contrat qu’Armadillo (Danny Pino) a mis sur leurs têtes.

Le but de Mackey est au final d’investir l’argent du braquage dans des projets immobiliers mené par un agent immobilier Leith (Marcos Ferraez) spécialisé dans le blanchiment.

Dutch (Jay Karnes) est poussé par Aceveda (Benito Martinez) a se secouer de sa dépression sur l’affaire Marcy Lindhoff (Melanie Lynskey) pour résoudre le meurtre d’une femme obèse, étranglée dans un parc.

Si un suspect Stu Kleinsausser (Mike Burner) est assez vite identifié, accumuler des preuves pour le faire craquer s’avère beaucoup plus difficile et Dutch renonce in extremis à dissimuler de faux indices dans son appartement.

Mackey est également forcé d’intervenir dans une affaire de violence conjugale et amène la victime, une femme noire (Karen Malina) à être prise en charge par Emma Prince (Marguerite MacIntyre).

Rétive, Emma finit par se laisser fléchir par l’insistance de Mackey qui embarque aussi le bourreau, Dez (Keith Diamond) un Noir brutal jouant la proximité avec sa compagne.

Mais alors que la femme accepte de passer une nuit au foyer, Dez réagit mal et oblige Emma à lui faire une clé pour le projeter par-dessus une balustrade.

L’homme chute lourdement sur le dos et doit être hospitalisé.

Toujours soucieux de l’image de son commissariat, Aceveda met en cage Emma et force Mackey a payer la caution de 3000 dollars pour la faire sortir.

Dans les à-côtés, Shane (Walton Goggins) retrouve la sulfureuse Tulips (Nicole Hiltz) qui offre son corps en paiement de l’arrestation d’un ex dealer.

Alors que Vanessa (Monnae Michael) accepte finalement les aveux de Julian (Michael Jace) concernant son homosexualité et maintient son mariage, Dutch finit par faire craquer en mettant la pression sur son physique et son passé.

Mackey craque finalement pour la très séduisante Emma mais le couple est surpris dans la chambre d’hôtel par le corps inanimé et brulé de Ronnie, victime de la vengeance d’Armadillo.

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 7 » se montre toujours aussi excitant avec la vengeance d’Armadillo se rapprochant en touchant l’élément le plus effacé de la Strike team alors que les rêves de retraite après un ultime braquage se concrétise pour les policiers corrompus.

Mackey développe sa relation avec la très séduisante Emma et Dutch parvient à remonter la pente dans une difficile affaire de meurtre.

Excellent as usual !

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 09:14

Dans « The Shield, saison 2, épisode 6 » Mackey (Michael Chiklis) se sentant sous pression par Armadillo (Danny Pino), prend des mesures de protection draconiennes, chargeant le privé Gordie Liman (Mark Rolston), de surveiller nuit et jour sa femme et ses enfants, tout en installant un couteux système de protection de sa maison.

Un meurtre abominable de six femmes dans une maison d’aide aux femmes en détresse est commis et focalise les ressources du commissariat.

Mackey interroge Emma Prince (Marguerite MacIntyre) la directrice du foyer pour identifier les victimes souvent anonymes et découvre que l’une d’entre elle une prostituée du nom de Dorea Pinchuk (Elisabeth Janas), manque à l’appel.

Connie (Jamie Brown) est mise à contribution et ne tarde pas à donner le maquereau de Pinchuk, Tecks (Shawn Woods) un Noir corpulent qui une fois mis sous pression par Mackey finit par livrer le nom d’un client lui ayant ravi sa « gagneuse ».

Après recoupement sur le seul enfant du foyer manquant à l’appel, les policiers découvrent que l’homme est en fait un pompier répondant au nom de Mike Holden (Matthew Glave).

Lou (Matthew John Armstrong) un policier ami du pompier est interrogé par Wyms (CCH Pounder) et Dutch (Jay Karnes) mais refuse de céder un pouce de terrain par soucis de préserver son emploi.

La chance sourit aux policiers puisque Connie est embauchée par Holden pour surveiller son gamin et prend le risque de prévenir Mackey.

Mais l’intervention peu discrète de la police fait réagir Holden qui prend Connie en otage et oblige Mackey a entrer désarmé dans l’appartement.

Après un échange tendu et une tentative de rapprochement psychologique, le pompier craque et abat Connie, avant d’être lui-même abattu par un sniper puis finit par Shane (Walton Coggins) venu soutenir son patron.

Alors que Dany (Claire Dent) craque en appelant Al Thani (Veena Bidasha) celle-ci utilise ce coup de fil pour déposer une plainte contre elle et s’arrange on ne sait comment pour placer de la drogue dans sa voiture afin de la mettre en difficulté devant l’IGS.

De son coté, Aceveda (Benito Martinez) connait la situation humiliante de redevoir patrouiller dans les rues aux cotés de Julian (Michael Jace) et se trouve en difficulté après un simple vol de vélo.

Au final, Mackey choqué par la mort de Connie fait un don auprès d’Emma en mettant un local à sa disposition pour aider les filles paumées à se reconstruire.

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 6 » frappe une fois fort et juste pour un épisode inattendu à haute valeur émotionnelle.

Mackey perd sa protégée Connie, prostituée-junky pathétique mère de famille en quête d’affection et de protection.

Cette affaire bouleversante, réveille toute la complexité de ce flic fort en gueule, capable d’assurer protection et soutien à certaines catégories de la population, notamment les femmes et les enfants.

Ici, cet épisode n’épargne pas les policiers et les pompiers, capables eux aussi de meurtres atroces…

Quant aux persécutions contre Danny, elles prennent un tour plus qu’inquiétant et montrent la vulnérabilité de certains représentants de la loi face aux poursuites judiciaires…

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 08:47

Dans « The Shield, saison 2, épisode 5 » Mackey (Michael Chiklis) tente de convaincre son équipe de monter un coup pour dérober l’argent de la mafia américaine mais reçoit un accueil glacial de Lemansky (Kenneth Johnson) qui trouve l’affaire trop risquée vis-à-vis des gangsters et des policiers.

Ceci bloque temporairement le projet mais une nouvelle vague de vente de drogue auprès des collégiens vient mobiliser toutes les forces de police de Farmington.

Un adolescent revendeur Felipe Gomez (Jonathan Hernandez) est coincé et forcé par la Strike team de livrer le dealer pour lequel il travaille Duardo (Rainbow Duarden).

Mais lorsque Mackey comprend qu’Armadillo (Danny Pino) est derrière toute l’opération, la situation se complique avec Aceveda (Benito Martinez) qui refuse qu’on utilise un mineur comme indic et qu’on coince le chef de gang selon les règles.

Embarrassé, Mackey rend aussi service à Connie (Jamie Brown) revenue de cure de desintox et finit par accepter de la prendre comme indicatrice après qu’elle ait refilé le tuyau sur Felipe.

Les pression directes sur Armadillo échouant, c’est finalement son frère Navaro (Emilio Rivera) incarcéré aux Etats-Unis qui est menacé de contrat en prison si il ne coopère pas avec Mackey et ses hommes.

De son coté, Danny (Catherine Dent) se sent persécutée par Yassirah Al Thani (Veena Bidasha), la veuve du Syrien abattu et voit sa voiture saccagée, puis reçoit un coup de fil anonyme lui annonçant à tort la mort de sa mère.

A bout de nerf, Danny demande à Aceveda de réagir ce qu’il fait assez mollement.

Courroucée, Danny réagit mal à l’annonce du mariage de Julian (Michael Jace) avec une femme Vanessa (Monnae Michael) après qu’il se soit dit « guéri » de son homosexualité.

Duardo est arrêté après avoir finalement utilisé Felipe, dont la coopération avec la police signifie la mort.

Magnanime, Mackey place Felipe sous protection dans un foyer pour mineurs à New-York, puis la redoutable Wyms (CCH Pounder) force Duardo à lâcher la planque d’Armadillo ce qui pousse la Strike team à intervenir sans perte de temps.

Mais l’opération tourne mal, la maison du caïd est vide et Armadillo annonce menaçant la mise sous contrat des policiers après avoir fait assassiné son propre frère !

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 5 » s’inscrit dans la même lignée que les épisodes précédents et présente un niveau de construction et de qualité tout bonnement incroyable avec cette fois un choc frontal face à un ennemi de haut niveau capable d’échapper aux coups des policiers et de les rendre en les menaçant de mort avec en toile de fond l'inondation des collèges américains par la vente de drogue.

Le duo Lowe-Sofer présente également un fort intérêt avec des difficultés intimes pour l’un et un cas judiciaro-raciste pour l’autre.

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 16:14

Dans « The Shield, saison 2, épisode 4 » est l’occasion pour Mackey (Michael Chiklis) se remet quelque peu miraculeusement de sa blessure par balle et est décoré par sa hiérarchie pour cet acte de bravoure au grand agacement de Wyms (CCH Pounder).

Mais un meurtre chez un joaillier, oriente la piste sur la mafia arménienne de Farmington.

Comme à son habitude, Mackey prend les choses en main et parvient à convaincre Aceveda (Benito Martinez) de le laisser jouer les flic ripoux pour infiltrer l’organisation et faire tomber un gros poisson, le chef mafieux Alex Eznik (Shaun Duke).

Hrach (Aaron Kader) l’un des tueurs de Eznik accepte en effet de balancer son patron pour se venger du traitement qu’il lui a fait subir et renseigne la police.

Mackey et Shane (Walton Goggins) débarquent donc dans le club de striptease du caïd, lui restituent une partie des bijoux volés puis lui offre leurs services de protection contre des opérations policières visant ses intérêts.

Méfiant, Eznik attend de tester la fiabilité de ses deux nouveaux interlocuteurs mais le culot de Mackey fonctionne encore.

Toujours secoué par son retentissant échec face à un tueur en série, Dutch (Jay Karnes) est chargé après un opération de récupération d’armes auprès de la population civile, d’élucider l’homicide d’un restaurateur.

Il s’avère que le propriétaire de l’arme rendue par sa fille, Lance Hinkle (Don Maloney), était un joueur endetté jusqu’au cou, ayant accepté le sale boulot pour s’exonérer auprès de son créancier, un voyou dangereux du nom de Manny Sandoval (Jonathan Neil Schneider).

Arrêté, Sandoval tient tête en dur à cuir qu’il est mais se fait piéger par Wyms qui place un micro sur Hinkle afin d’enregistre aveux et menaces.

De son coté, Danny (Catherine Dent) se trouve poursuivie par Aaron Hamad (Mario Prado), le tenace avocat engagée par Yassirah Al Thani (Veena Bidasha), la veuve du Syrien abattu lors d’une querelle domestique.

Mais Aceveda fait bloc pour protéger sa policière et refuse net tout dédommagement auprès de l’avocat qui a tenté une manœuvre audacieuse pour faire passer Danny pour une policière raciste.

Cette fois, Julian (Michael Jace) soutient sa coéquipière et l’aide à désamorcer l’attaque d’Hamad.

Lâchée par son avocat, la veuve part en proférant des menaces à Danny qui croyant pouvoir souffler dans sa vie privée, tombe de haut en découvrant que son potentiel futur petit copain Charlie Foster (Chris Payne Gilbert) a la curieuse manie d’enterrer les hamsters morts d’enfant du quartier contre rémunération !

Jouant un jeu serré après avoir promis à Eznik de l’aider à liquider Hrach, Mackey utilise le corps d’un suicidé qu’il défigure à coups de fusil à pompe pour duper le mafieux et obtient ainsi la liste des principaux entrepôts de l’organisation.

Alors que Shane est laissé en otage, Hagop (David Caprita) le bras droit de Eznik présent au commissariat croise par hasard Hrach et comprend qu’on lui a menti.

Mackey demande donc à Aceveda d’intervenir en urgence afin de neutraliser les mafieux et sauver Shane en fâcheuse posture dans le club d’Eznik.

Pourtant, fidèle à lui-même, Mackey ne dévoile pas tout à Aceveda et garde dans sa manche un formidable atout, le lieu et l’heure ou un convoi transportant tout l’argent de la mafia arménienne sur la Cote Ouest quitte la ville…

Ceci suffira-t il à atténuer le choc lorsque Corinne (Cathy Cahlin Ryan) revenue vivre à la maison avec les enfants, lui demande de quitter les lieux ?

Mackey se retrouve alors seul à l’hôtel…

En conclusion, « The Shield, saison 2, épisode 4 » se surpasse encore avec cette fois l’attaque d’un criminel de gros calibre à la tête d’une organisation mafieuse structurée.

Mélangeant ruse et audace, Mackey prend tous les risques pour faire tomber un homme dangereux et réussit même à berner Aceveda, aveuglé par ses ambitions politiques.

L’affaire affectant Danny présente également un fort intérêt et montre comment les policiers peuvent être poursuivis par des avocats ou associations en les chargeant de racisme, question toujours épineuse au pays du politiquement correct.

Magistral, ce 4ième épisode est sans doute le meilleur de la série et ne fait que donner encore

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens