Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 20:01
Le coeur des vivants (Bernard Clavel)

Tout se suit dans l’œuvre de Bernard Clavel et « Le cœur des vivants » voit le jour en 1964.

On y retrouve le Jurassien Julien Dubois affecté au début de la Seconde guerre mondiale à Castres dans un poste de surveillance de la D.CA.

Flanqué de son ami savoyard Francis Carento, Julien découvre à Castre une planque parfaite ou une poignée d’hommes se la coule douce dans une mission de surveillance passive loin de contraintes militaires strictes.

Il fait rapidement la connaissance de Riter, un Parisien à l’âme de poète torturé grand amateur de théâtre et de littérature.

Riter qui a un fâcheux penchant pour la boisson, fait découvrir les plaisirs de la ville à Julien, qui y fait la connaissance de Sylvie Garuel, une jolie et jeune brune fille de bonne famille.

Les deux jeunes flirtent avec un naturel désarmant mais leur rendez vous restent clandestin, Sylvie étant destiné au fils d’un industriel local une fois la guerre finie.

Une parenthèse à cette intense passion a lieu avec la permission de Julien qui lui permet de retrouver sa famille restée à Lons-le-Saulnier.

Malgré une plaisante aventure avec Odette une petite serveuse de Fébruans rencontré à une noce, le séjour de Julien en Franche Comté est agité de plus sombres pensées comme le récit de la mort de son ex chef Pâtissier de Dole, André Voisin, homme fort et généreux, tué par les Allemands alors qu’il cherchait simplement à rejoindre à vélo le village ou se trouvait sa femme.

Ces méditations rejoignent le souvenir de la mort de son oncle chéri, Pierre Dantin, puis la vie reprend inexorablement ses droits et avec elle les retrouvailles avec Sylvie.

En 1940, la défaite de l'armée française vient changer le cours de la guerre et donner des idées de désertion aux isolés du poste de D.C.A.

Imitant l’exemple de Berthier passé avec succès en Espagne, Julien et Francis tentent leur chance en marchant en pleine nuit dans la Montagne Noire.

Peu à l’aise dans une nature hostile délivrant de terribles orages, les deux garçons se perdent dans la nuit et Francis, épuisé et malade, ne doit son salut qu’à l’arrivée d’un vieux bucheron qui leur prête assistance.

Après avoir remis sur pied Francis, le vieux par ailleurs vétéran de 1914-1918, les remet sur le droit chemin.

Mais malgré l’aide du vieil homme, la progression reste difficile et Francis atteint d’un mystérieuse hémorragie, finit par périr dans les bras de son ami paniqué de ne pouvoir lui venir en aide.

Julien est repris par les gendarmes français et bénéficiant de la complicité d’un capitaine, peut s’évader et rejoindre dans la clandestinité son poste de D.C.A dans l’attente de la démobilisation.

Même si Julien peut encore revoir Sylvie et vivre un instant d’amour magique en pleine nature, la situation se gâche subitement à l’annonce de la grossesse de la jeune fille.

Face au scandale public, Sylvie fait marche arrière et rompt brutalement avec Julien qui le cœur déchiré de chagrin la regarde un dernière fois filer devant lui en vélo.

En conclusion, après la déception de « Celui qui voulait voir la mer », « Le cœur des vivants » rétablit l’ordre des choses et présente une histoire prenante ou un jeune Jurassien traverse toute la Seconde guerre mondiale sans tirer un coup de feu, découvrant l’amour passionnel dans une ville du Sud mais comprenant aussi la terrible valeur de la vie au travers des drames de la mort de son ancien chef, de son meilleur ami ou de celle curieuse du mari d’une amante de passage.

Profond, douloureux et riche, « Le cœur des vivants » séduit autant sur le fond que sur la forme et donne une puissante envie de terminer le cycle de « La grande patience ».

Le coeur des vivants (Bernard Clavel)
Repost 0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 20:25
Sons of anarchy, saison 3, épisode 10 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy saison 3, épisode 10 », après le choc de l’explosion, l’attitude étrange de O’Neill (Arie Verveen) et sa subite disparition après le drame alertent les leaders des Sons, qui décident de le traquer dans le but de trouver Jimmy O’Phelan (Titus Welliver).

O’Neill est vendu par sa petite amie Cherry (Taryn Manning) et coincé dans un loft situé dans la zone portuaire.

Mc Gee (Andy Mc Phee) participe au raid afin de disculper sa propre culpabilité mais tente une ultime manœuvre pour sauver son complice/ami.

Malheureusement pour lui O’Neill est cueilli par Jax (Charlie Hunnam), emmené dans un entrepôt pour y être torturé par le froid Sean Casey (Dan Hildebrand).

Ses aveux filmés avant sa mort sont accablants contre Jimmy et serviront de témoignages pour le discréditer vis-à-vis de la hiérarchie de l’IRA qui suivra les avis d’Ashby (James Cosmo) pour l’exécuter.

Mais l’intervention de Jimmy et ses hommes venus liquider les Sons à l’arme automatique apporte la confusion.

Surpris par l’intense résistance des bikers, Jimmy et ses hommes sont obligés de fuir sous les balles.

Resté seul, Mc Gee qui a été également trahi par les aveux d’O’Neill est jeté du haut d’un immeuble par Clay malgré les liens de plus de vingt ans qu’il entretenait avec le vieux biker irlandais.

Clay se confie ensuite à Gemma (Katey Sagal) qui se trouve forcé d’avouer à Jax et Trinity (Zoe Boyle) sur le point de devenir amants, que John Teller est le paire commun.

Cette révélation arrache le cœur de Gemma dont les rapports avec Maureen (Paula Malcomson) sont exécrables en raison de leur passé commun.

A Charming, Tiger (Kim Coates) Piney (William Lucking) et Herman Kozik (Kenny Johnson) se résolvent à tenter de négocier l’aide d’Alvarez (Emilio Rivera) pour simuler sa mort pendant 24h afin de forcer Hector Salazar (José Pablo Cantillo) et sa compagne Luisa (Tara Macken) à relâcher Tara (Maggie Stiff) et Margaret (Mac Nally Sagal).

Après un entretien houleux, le redoutable chef des Mayans sensibles aux arguments familiaux de ses nouveaux alliés, accepte d’aider les Sons.

Enfin, dans la dernière partie de l’épisode alors qu’Ashby semble renier son marché passé avec Jax en lui avouant qu’en raison d’un serment fait auprès de son père John Teller, il a donné Abel à un couple d’adoption pour l’arracher à la vie de gangster, le vice président des Sons réagit brutalement agressant Sean pour forcer le vieux prêtre à lui révéler l’adresse ou se trouve son fils.

En conclusion, le niveau de « Sons of anarchy saison 3, épisode 10 » reste exceptionnel avec un choc frontal entre Jimmy et les Sons, mais aussi l’exécution de deux traitres, l’un horriblement torturé, l’autre éliminé après une mise en scène magistrale dans un face à face avec le grand Clay.

Mais la tension reste à son comble avec Tara gravement menacée par Salazar, un dangereux service demandé au sulfureux chef des Mayans et les révélations explosives sur la famille de Jax en Irlande…

Quelque chose me dit qu’après des débuts parfois laborieux, la fin de la saison 3 sera de haute volée !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 10 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 19:56
Sons of anarchy, saison 3, épisode 9 (Kurt Sutter)

« Sons of anarchy, saison 3, épisode 9 » voit Jax Taller (Charlie Hunnam) se méfier de l’offre du père Ashby (James Cosmo) et demande à son alliée contre nature June Stahl (Ally Walker) de l’ATF de se renseigner sur cet homme tout puissant au sein de la hiérarchie de l’IRA.

Obligé vis-à-vis de Stahl de livrer Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) vivant, parvient à convaincre Clay (Ron Pearlman) de l’approcher au cours d’un run de protection des Sons de Belfast pour un trafic d’armes de l’IRA.

Mais les Sons ne doutent toujours pas que Liam O’Neill (Arie Verveen) et Keith Mc Gee (Andy Mc Phee) prévoient de les trahir en les livrant aux hommes de Jimmy.

Après avoir passé un étrange contrôle policier, les Sons se trouvent enfermés dans une grange et parviennent à s’extraire grâce à Happy (David Labrava) et Juice (Theo Rossi) avant qu’un camion bourré d’explosif commandé par O’Neill ne leur explose dessus.

La déflagration fait 5 morts parmi les bikers dont, Padraic Telford (Lorcan O’Toole) le jeune neveu de Chibs (Tommy Flanagan).

Dans le même temps le redoutable Jimmy et son bras droit Sonny (Joël Tobeck) font irruption chez Maureen Ashby (Paula Malcomson) dans le but de récupérer Fiona (Bellina Logan) et Kerianne (Q‘Orianka Olcher).

L’intervention armée de Trinity (Zoe Boyle) sème le trouble qui profite à Gemma (Katey Sagal) pour retourner la situation et braquer les deux tueurs.

Mais contre toute attente, Fiona réagit en faveur de Jimmy pour dit elle protéger Gemma qui voulait l’abattre afin de récupérer Abel.

Les deux tueurs repartent néanmoins bredouilles mais menaçants avec comme bilan la mort d’un cousin de Sean Casey (Dan Hildebrand) le redoutable garde du corps d’Ashby.

A Charming, l’enquête autour de l’agression de Lumpy (Michael Fairman) conduit Unser (Dayton Callie) à comprendre que c’est Jacob Hale (Jeff Kobber) qui a commandité l’acte afin de faire prospérer sa société d’immobilier.

Mais les bikers restés sur place, Tiger (Kim Coates) et Piney (William Lurcking) ont d’autres priorités : l’enlèvement de Tara (Maggie Stiff) et sa chef Margaret Murphy (Mc Nally Sagal) par Hector Salazar (José Pablo Cantillo) et sa compagne Luisa (Tara Macken) qui exigent en échange de leur vie l’assassinant de son rival Mayan Marcus Alvarez (Emilio Rivera) et le vol de 250 000 dollars lui appartenant.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 9 » hausse le ton et la cadence pour proposer une dernière partie de saison exceptionnelle dans laquelle les Sons payent un lourd tribu en Irlande face aux redoutables cadres de l’IRA et aux traitrises internes tandis que Tara fragilisée par sa grossesse, subit la colère d’un biker latino gravement sous estimé, faisant figure de menace mortelle pour la famille de Jax…

D’un point de vue formelle, cette épisode 9 se surpasse avec quelques scènes d’anthologie comme le flash back ralenti de Jax autour de son père John Teller pendant l’explosion avant que celui-ci ne se matérialise sous les traits de Clay, la chute d’un vieil ami, membre fondateur du gang et toujours les somptueux paysages irlandais sur fond de rock lourd.

Vous avez dit génie ?

Sons of anarchy, saison 3, épisode 9 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 21:38
Celui qui voulait voir la mer (Bernard Clavel)

Un an après « La maison des autres » sort la seconde partie de « La grande patience » en 1963 : « Celui qui voulait voir la mer » de Bernard Clavel.

Rentré chez ses parents à Lons-le-Saulnier, le jeune Julien Dubois aspire à une forte indépendance après son expérience d’apprenti pâtissier à Dole et décide de se faire embaucher comme responsable de supervision d’une usine à Lyon appartenant à un certain Monsieur Martin.

Cette nouvelle bouleverse sa mère qui espérait le retenir au foyer familial et lui faire reprendre des études, comme l’indiquent ses démarches auprès de l’ex instituteur de Julien, Mr Gruat, qui se montre sceptique sur ses réelles capacités artistiques.

Acceptant mal de vieillir, Madame Dubois se dispute continuellement avec son mari Gaston, un ex boulanger affaibli par des maladies pulmonaires chroniques.

Mais à l’été 1939, la situation internationale devient explosive et la guerre semble inévitable avec l’Allemagne nazi.

Les Dubois apprennent le licenciement de Julien qui a plus mené une vie de bohème et d’étudiant aux Beaux Arts à Lyon qu’une vie de travailleur consciencieux.

Le retour du fils est finalement plutôt bien perçu mais l’invasion de la Hollande et de la Belgique par l’Allemagne est le signal déclencheur du conflit tant redouté.

Pressé par sa femme, Gaston accepte à contre cœur qu’on creuse un tranchée dans son jardin pour se protéger d’éventuels bombardements.

Entre rester pour défendre ses biens face aux pillages ou de quitter Lons pour échapper aux Allemands, un violent dilemme agite la famille Dubois.

Finalement, les parents acceptent que Julien fuie à vélo vers le Sud.

Guillemin un déserteur de l’armée hébergé temporairement dans la maison familiale, apporte des nouvelles du Nord ou la déroute française s’avère totale.

Les Dubois cachent Guillemin tandis que les Allemands arrivent à Lons-le-Saulnier.

Piqué au vif par une demande insistante du conseiller municipal Vintrenier, Gaston accepte de refaire du pain aidé de Guillemin afin de nourrir les habitants qui commencent à manquer de biens essentiels.

Contre toute attente, les Dubois sont obligés de nourrir aussi les Allemands qui se montrent du reste très civilisés pour une armée d’occupation.

Une fois l’armistice signée, Guillemin trouve le courage de rentrer chez lui à Villefranche-sur-Saône et fait ses adieux à ses bienfaiteurs.

A mesure que les jeunes hommes reviennent à la ville, la mère Dubois s’inquiètent de plus en plus pour son Julien qu’elle imagine mort.

Julien tarde effectivement à rentrer et les semaines passent, augmentant l’inquiétude de ses parents d’autant plus qu’un soldat leur rapporte la mort du fils Butillon, une forte tête tuée pour indiscipline.

Mais finalement Julien revient et avoue être allé jusqu’à Toulouse et avoir trainé par le Midi pour voir la mer avant de retrouver les siens.

La désinvolture du fils est finalement pardonnée, la joie de le retrouver intact l’emportant sur le ressentiment de son absence.

En conclusion, après la puissante évocation naturaliste de « La maison des autres » « Celui qui voulait voir la mer » est une déception par sa suite trop convenue basée sur une intrigue faible sous exploitant la puissance dramatique de l’invasion allemande de la Seconde guerre mondiale.

Ouvrage de transition narrant les tourments d’une mère s’inquiétant légitimement pour l’avenir de son jeune fils aux vocations artistiques incongrues dans une période troublée, « Celui qui voulait voir la mer » manque cruellement d’originalité et ne contient aucun élément particulièrement marquant méritant de s’y attarder.

J’attends donc avec impatience la troisième partie de « La grande patience » pour me forger une opinion plus nette de l’œuvre de Clavel.

Celui qui voulait voir la mer (Bernard Clavel)
Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 21:50
300, la naissance d'un empire (Noam Murro)

Après l’énorme succès de « 300 » de Zack Snyder en 2006, la tache de Noam Murro de lui succéder huit ans après s’avérait aussi traitre qu’un piège du sournois Xerxès.

Pourtant en 2014 sot « 300, la naissance d’un empire » qui se veut se dérouler avant et pendant la fameuse batailles des Thermopyles qui inspira Frank Miller.

Ici, le personnage principal est l’Athénien Thémistocle (Sullivan Stapelton), chef des armées dont le fait d’arme principal est de blesser mortellement le roi perse Darius Ier (Ygal Naor) à la bataille de Marathon en lui plantant une lance dans le torse.

Rapatrié en Perse, Darius expire dans les bras de sa favorite Artémise Ier (Eva Green), stratège de son immense armée.

Son fils Xerxès (Rodrigo Santoro) lui succède logiquement et jure de le venger en conquérant cette Grèce rebelle.

Soutenu par Artémise, Xerxès se baigne dans une source censé faire de lui un dieu vivant et prend la tête de la Seconde guerre médique.

En Grèce, Thémistocle échoue à provoquer l’union sacrée avec Gorgo (Leana Hadey) la reine de Sparte qui refuse de s’allier à la maudite rivale de sa fille.

Tandis que Léonidas et ses 300 font face à Xerxès dans le défilé des Thermopyles, Thémistocle prend donc la tête d’une flotte pour tenter de vaincre Artémise et les trirèmes perses.

Callisto (Jack O’Connell) un jeune guerrier inexpérimenté mais courageux l’accompagne bientôt rejoint par son père le balafré vétéran Scyllias (Callan Mulvey).

En sous nombre face à une ex Grecque devenue Perse après le massacre de sa famille lorsqu’elle avait 13 ans, Thémistocle met à profit la vitesse et la maniabilité des petits navires grecs pour éperonner les lourde trirèmes de ses adversaires et leur infliger de lourdes pertes.

Surprise de cette résistance, Artémise fait exécuter le général Artaphène (Ben Turner) et charge le général Bandari (Ashraf Barom) de laver l’affront.

Celui-ci tombe dans le piège grossier de la retraite des Grecs qui les attirent dans un espace rocheux étroit ou leurs navires se retrouvent rapidement immobilisés et vulnérables à une contre attaque cinglante.

Après le massacre de Bandari, la réaction d’Artémise est de tenter de séduire Thémistocle en lui proposant une grande autonomie en échange de la soumission d’Athènes au grand Xerxès.

Mais après un début de nuit torride, Thémistocle refuse l’offre ce qui propose l’ire de la sulfureuse stratège.

Déterminée à détruire son adversaire, Artémise déploie sa garde privée qui nage depuis son énorme navire cuirassé pour se sacrifier en bombes incendiaires humaines recouvertes d’une huile épaisse.

Un combat confus et désespéré s’engage alors, aboutissant à la mort de Calisto et Scyllias et la destruction du navire de Thémistocle dans un gigantesque brasier.

Le stratège grec survit néanmoins et rejoint Athènes en apprenant la triste nouvelle de la mort de Léonidas par la bouche du difforme Ephialtès (Andrew Tiernan), hoplite traitre soumis à Xerxès.

Plutôt que de s’affliger de cette défaite et de la prise d‘Athènes par Xerxès, Thémistocle préfère prendre l’exemple du sacrifice de Léonidas et de ses 300 comme un modèle d’héroïsme pour galvaniser la résistance grecque et unifier les cités afin de combattre l’envahisseur.

Il finit par convaincre la veuve Gorgo de l’appuyer en lui envoyant des navires spartiates en renfort.

Le choc maritime final survient à Salamine ou les Grecs parviennent par leurs qualités de combattants à dominer les Perses dans de sanglantes joutes navales.

Même les fameux Immortels, censés représenter les soldats d’élite de Xerxès sont massacrés par Thémistocle au cours d’une improbable charge à cheval sautant de navire en navire.

Se retrouvant face à Artémise, Thémistocle affronte la stratège en un combat singulier acharné et finit par la tuer après un ultime refus de rédition.

En conclusion, malgré une louable tentative, « 300, la naissance d’un empire » échoue à égaler ne serait ce que la moitié de l’impact du premier opus de Zack Snyder.

Certes l’action est là avec des combats d’une violence inouïe ou le sang gicle abondamment et ou les Perses tombent comme des mouches sous les coups des invincibles guerrier grecs… mais le scénario et la puissance graphique de Murro se montre terriblement moins excitant.

Le choix de la filiforme Eva Green pour incarner une invincible guerrière est un échec et on ne retrouve pas les moment de grâce brutale et épique, fruits de l’imagination féconde de Snyder ou archers, rhinocéros, éléphants de guerre, géants, sorciers et demi dieux faisaient face à une petite phalange de durs à cuir soudés comme un pack de rugby dans la mêlée.

Ce manque criant d’ampleur et de magie empêchent pour moi cette suite de prétendre rivaliser avec le chef d’œuvre originel…

300, la naissance d'un empire (Noam Murro)
Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 10:07
Sons of anarchy, saison 3, épisode 8 (Kurt Sutter)

Le long épisode « Sons of anarchy, saison 3, épisode 8 » doté d’un générique celtique pour l’occasion commence par la superbe arrivée des Sons of anarchy dans les superbes paysages d’Irlande.

Accueillis par leurs « frères » Liam O’Neill (Arie Verveen) et Keith Mc Gee (Andy Mc Phee), les Sons ne savent pas qu’ils vont tomber dans une piège tendu par trois policiers corrompus.

Pris dans un barrage, leurs identités sont contrôlées et provoquent immédiatement une arrestation suspecte.

Sans hésiter Gemma (Katey Sagal) lance sa jeep sur la voiture de police chargée d’emmener les prisonniers et provoque assez de chaos pour permettre aux Sons de retourner la situation.

Le rusé Clay (Ron Pearlman) comprend la supercherie lorsqu’aucun renfort n’arrive et menace l’officier de garde qui lui confirme avoir été corrompu par un commanditaire inconnu.

Cet incident troublant n’empêche donc pas le gang d’arriver à Belfast pour être hébergé par Maureen Ashby (Paula Malcomson) et sa fille Trinity (Zoe Boyle).

Irlandais d’origine, Chibs (Tommy Flanagan) est particulièrement soucieux de revoir son ex femme Fiona Larkin (Bellina Logan) et sa fille Kerrianne (Q‘Orianka Kilcher) qui vivent recluses au presbytère de Kellan Ashby (James Cosmo) en raison des menaces de mort de Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) à leur encontre.

Jax (Charlie Hunnam) se défoule à la boxe en rossant Liam sous le regard enamourée de Trinity qui ignore qu’il est en réalité son demi frère.

Alors que Gemma et Clay renouent enfin avec une vie sexuelle oubliée depuis le viol de Gemma par les hommes de l’affreux Zobelle (Adam Arkin), une violente fusillade prend à partie Fiona et Kerrianne pourtant escortés par les Sons sur le trajet de retour vers le presbytère.

Echappant miraculeusement à la mort, Jax se rend à un entretien avec Kellan qui lui révèle que Jimmy est devenu un gangster s’écartant des véritable objectifs politaro-militaires de l’IRA et lui propose de le tuer en échange de la restitution d’Abel, laissé sous sa protection loin de Belfast.

Abel s’avère donc un véritable enjeu dans la guerre pour le contrôle de l’IRA entre Jimmy et Ashby.

Du coté de Charming, Tara (Maggie Stiff) décide de s’inscrire à un programme d’avortement après avoir aidé à également avorter Lyla (Winter Ave Zoli )dans le plus grand anonymat.

Promptement libéré après son run sacrificiel, Tiger (Kim Coates) se voit privé de permis de conduire et échoue dans sa tentative de protéger le vieux Lumpy (Michael Fairman) agressé dans son club de boxe par Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo) après qu’Ernst Darby (Mitch Pileggi) ait refusé de faire le sale boulot demandé par Jacob Hale (Jeff Kober).

En conclusion, après de longs épisodes d‘attente, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 8 » propose enfin la transition attendue avec la transposition des aventures des bikers américains en Irlande à la recherche d’Abel.

Se déroulant à présent dans deux théâtres d’opérations, la Californie et l’Irlande, la saison 3 prend en épaisseur avec la définition d’une opposition à présent nette entre Jimmy O et Abel pour les retrouvailles avec Abel.

Infiltrés par les hommes de Jimmy, on peut se demander si les bikers feront le poids face à une organisation aussi puissante et armée que l’IRA ?

La Californie ensoleillée n’est pas non plus laissée de coté, avec les visées de Jacob Hale pour manipuler des petites frappes locales afin de prendre le contrôle de Charming en profitant de l’absence de Clay…

De quoi promette une fin de saison 3 captivante !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 8 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 09:33
Sons of anarchy, saison 3, épisode 7 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 7 », les Sons sont une nouvelle fois retardés dans leur projet d’aller en Irlande par le meurtre d’un des membres des Grim bastards, le gang de motards noirs alliés de Lodi.

Clay (Ron Pearlman) est obligé de prêter assistance à T.O Cross (Michael Beach) qui furieux contre les Mayans veut se faire justice lui-même et sans doute déclencher une guerre alors qu’un fragile accord de paix vient d’être scellé entre les deux gangs rivaux.

Les deux hommes se rendent à une petite fête organisée par les Mayans ou figurent également les Calaveras d’Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo) principalement soupçonnés dans ce règlement de compte.

Après une entrevue tendue, Marcus Alvarez (Emilio Rivera) entent la requête de Clay et T.O, lui permettant d’assassiner le présumé coupable et dégradant publiquement Salazar de sa position de chef des Calaveras.

T.O apaisé, la situation semble revenir à plus de normalité, ce qui permet aux Sons d’organiser leurs préparatifs de départ vers l’Irlande.

Mais Gemma, qui vient d’apprendre par Maureen Ashby (Paula Malcomson) que son ex mari avait eu une fille avec elle en Irlande, Trinity (Zoe Boyle) décide de braver les interdictions de la police pour les accompagner.

Avec l’aide de Tara (Maggie Stiff) de plus en plus déterminée à prendre tous les risques pour secourir Abel, Gemma s’échappe de l’hôpital et rejoint les Sons sur le parking pour un raid commun.

Unser (Dayton Callie) tente un moment de leur barrer la route mais ne peut aller jusqu’au bout de sa trahison.

Le vieux shérif signale cependant leur fuite aux force de police qui les prennent en chasse.

Tiger (Kim Coates) se sacrifie pour attirer les policiers sur une autoroute afin de laisser la voie libre pour ses amis qui peuvent s’envoler pour l’Irlande avec la complicité d’Elliott Oswald (Patrick Saint Esprit).

Ils ignorent cependant que leurs contacts sur place, Liam O’Neill (Arie Verveen) et Keith Mc Gee (Andy Mc Phee) ont été achetés par Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) et sont sur le point de les trahir…

Restée en Californie avec les Prospects et le vieux Piney (William Lucking), Tara se voit couverte par le témoignage de sa chef à l’hôpital et se pose beaucoup de questions sur la destinée de son futur enfant après qu’elle ait surprise Jax avec Ima Tite (Kristen Reton) une actrice de porno considérée comme sa principale rivale.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 7 » propose une dernier épisode américain avant le transfert en Irlande et fait encore une fois la part belle à Gemma, toujours aussi étonnante et remarquable dans ses réactions courageuses.

La relation entre Jax et Tara enceinte est aussi au cœur des débats…

Enfin le retournement d’Unser vieil allié des Sons se confirme.

Mais un danger plus grand encore se profile en Irlande : l’inquiétant Jimmy O et la puissance de l’IRA derrière…

Sons of anarchy, saison 3, épisode 7 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 21:28
La maison des autres (Bernard Clavel)

En cet hiver 2016 l’envie m’est venue de lire naturellement Bernard Clavel, auteur jurassien à l’abondante production qui nous quitta récemment en 2010.

Sorti en 1962, « La maison des autres » est le premier roman d’une série de quatre appelée « La grande patience ».

L’histoire prend place dans le Jura en 1937 ou Julien Dubois un adolescent de quatorze ans quitte l’école contre l’avis de ses parents pour partir en apprentissage en pâtisserie dans la ville de Dole.

Julien qui est hébergé chez son oncle Pierre et sa tante les Dantin, dans un petit village près de Lons le Saulnier les quitte donc pour aller s’établir chez le couple de patrons qui l’emploie, les Petiot.

A Dole, il découvre la rudesse de la vie d’apprenti, avec le réveil aux aurores pour faire chauffer le four, aider le chef à faire les croissants, les courses périlleuses en vélo aux quatre coins de la ville avant de terminer par d’harassantes corvées de plonge et de nettoyage.

Les premiers jours sont difficiles à supporter pour Julien d’autant plus qu’il est piqué la nuit par de vicieuses punaises mais le jeune garçon s’accroche, aidé en cela par la solidarité avec les autres employés : Maurice Laurent, la vendeuse Colette Parisot, le second Victor Bressaud et le Chef André, un homme exigeant mais généreux.

Avec le temps, Julien découvre la véritable personnalité de son patron, M Petiot, un ex combattant de 1914-1918, qui ne cache pas sa haine des hommes politiques, mouvements de gauche et exploite sans vergogne ses employés.

Lorsque durant ses rares jours de congés, Julien revient voir son oncle et sa tante, son état de fatigue les inquiètent.

Ex fonctionnaire et homme de gauche convaincu, Pierre Dantin estime que Julien ne devrait pas accepter les conditions abusives de son apprentissage mais ne parvient pas à le convaincre de se rebeller ou de quitter Petiot.

Serrant les dents, Julien continue par défi personnel, acceptant sans regimber les conditions difficiles imposées par ses patrons.

Le travail manuel auquel s’ajoutent des séances de boxe nocturnes avec les autres apprentis de la ville développent ses muscles et lui donnent une aisance corporelle le faisant paraitre plus mature.

Mais après quelques incidents, Petiot prend progressivement en grippe Julien avant que la guerre entre les deux hommes ne se déclare franchement lorsque le patron reçoit la visite de Pierre Dantin qui tente de le rappeler à l’ordre.

Soupçonnant Julien d’être un agitateur de la C.G.T après qu’il ait pris sa carte en suivant l’exemple de Colette, Petiot laisse éclater sa haine contre ce jeune homme rebelle qui accomplit néanmoins sa tache quotidienne sans se plaindre.
Entre insultes, menaces de licenciement et coups mal ajustés, Petiot sait pertinemment qu’il a trop besoin de son apprenti pour aller trop loin.

Malgré ce climat de tension, Julien laisse transparaitre son tempérament artistique par des dessins d’une belle femme sosie de Marlène Dietrich qu’il observe passer chaque jour ou par des poèmes qu’il écrit pour cette muse en apparence aussi inaccessible que l’actrice américano-allemande.

Il fantasme également sur une carrière de boxeur à la Joe Louis, le champion noir américain de l’époque et de conduite de voiture de sports aux États-Unis.

Un tournant a lieu lorsque son oncle aimé meurt d‘une crise d‘apoplexie, ce qui ravage le cœur de Julien.

Après le choc de l’enterrement et le départ de sa tante, Julien se rend souvent sur sa tombe avec sa chienne, confiée à un vieux voisin.

Le vivant et fantasque Victor quitte la pâtisserie pour le service militaire et Edouard Cornut un nouvel ouvrier arrive chez Petiot, devenant vite un indicateur sournois à la solde de Petiot.

Julien parvient cependant à connaitre l’amour dans les bras d’une femme de chambre d’un hôtel mais paye cher sa folle nuit blanche lorsque dormant debout, il chute dans le canal du Doubs perdant par la même occasion son vélo et la précieuse pièce montée qu’il devait livrer pour un mariage.

Dénoncé par Cornut, Julien évite de peu le combat de trop face à Petiot et reçoit toute la solidarité de ses collègues qui attirent le dénonciateur dans un guet apens pour le frapper et l’humilier.

Mais en 1939, le Chef est mobilisé à son tour et doit quitter la pâtisserie, laissant ses outils de travail à Julien dans un émouvant adieu.

Son contrat s’achevant, Julien quitte non sans soulagement la pâtisserie, sous l’œil scandalisé de Petiot, en grande difficulté depuis le départ du Chef.

Il retourne grandi, apaisé et nourri d’une nouvelle expérience chez ses parents à Lons-le-Saulnier dans un climat menaçant de Seconde guerre mondiale après l’attaque de la Pologne par l’Allemagne…

En conclusion, roman largement autobiographique, « La maison des autres » se révèle une découverte réellement plaisante.

Sur un sujet en apparence peu attractif pour moi, Clavel réussit à maintenir l’intérêt du récit avec notamment quelques pages sublimes d’émotion comme lors de l’enterrement de l’oncle.

La rudesse mais aussi la noblesse des métiers manuels sont remarquablement mis en valeur, ainsi que la vie d’un adolescent rêveur des années 30 en Franche Comté.

Derrière ce récit plein de vie, pointent les grands enjeux de l’époque en France, le Front populaire, la montée des grands mouvements syndicalistes et l’angoissante approche de la Seconde guerre mondiale…

Un première expérience très plaisante donc qui me pousse à lire prochainement la suite de « La grande patience ».

La maison des autres (Bernard Clavel)
Repost 0
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 18:07
Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 », les Sons sont bloqués dans leur projet de départ en Irlande par leur présence requise pour leur procès à Charming.

Tandis que Stahl (Ally Walker) s’active pour honorer son pacte ave Jax (Charlie Hunnam) et faire reporter l’audience, ce dernier est contraint par la nécessité à demander à Tara (Maggie Stiff) de vendre d’écouler les médicaments de Honey (Frances Fisher) à un médecin d’une autre clinique.

La jeune femme, qui a avoué à Gemma (Katey Sagal) qu’elle était enceinte de Jax accepte par amour mais est vue effectuant le deal par Ernest Darby (Mitch Pileggi) qui se remet de ses graves brulures.

Sans hésiter, Darby vend son information à Jacob Hale (Jeff Kober) afin de provoquer une descente de police chez ses ennemis.

Du coté des Sons, l’acceptation de trois nouveaux Prospects est votée, ainsi que le transfert de Happy (David Labrava).

Mais Kozik (Kenny Johnson) rejeté au vote par son vieux rival Tiger (Kim Coates) brule d’en découdre pour faire ses preuves et ainsi avoir une seconde chance.

Il est chargé d’une mission délicate, liquider le tueur des Calaveras, encore hospitalisé pour les blessures que lui a infligé Jax à l’enterrement de Mi-couille (Johnny Lewis).

Avec l’aide du toujours précieux Chuck (Michael Marisi Ornstein) qui distrait l’attention des policiers de garde, Kozik fait preuve de maladresse en frappant le Calavera alors que les consignes de Clay (Ron Perlman) étaient d’user de cyanure pour faire croire à une crise cardiaque.

Cette mission semi ratée provoque encore des tensions entre Kozik et Tiger qui en viennent aux mains mais permet ensuite à Clay de mettre à l’exécution un plan de plus grande envergure visant à conclure une trêve avec les Mayans.

Une rencontre au sommet est organisé avec Marcus Alvarez (Emilio Rivera) et occasionne un deal pour l’acheminement de la drogue entre Lodi et Stockton, à la condition du rejet des Calaveras dans le marché.

Alvarez accepte et lâche sans hésiter Salazar (José Pablo Cantillo) et son club qui sont éjectés sans ménagement malgré leurs protestations au profit des Grim Bastards de T.O Cross (Michael Beach).

La chance tourne pour les Sons qui après avoir échappé à une arrestation dans le cadre d’une descente de la brigade anti drogue devant un Unser (Dayton Callie) de plus en plus passif et distant, voient par un spectaculaire revirement de Gemma à son audience judiciaire, accuser Amy Tyler (Pamela Gray) de l’ATF du meurtre d’Edmond Hayes (Callard Harris) à la place de Stahl, violant ainsi le marché que tentait de lui imposer la diabolique : un évitement de le peine de mort contre l’endossement des deux meurtres.

Ce coup de théâtre permet à l’avocate Ally Lowen (Robin Weigert) d’obtenir un report de l’audience des Sons pour quelques semaines et ainsi à Clay d’obtenir l’aide d’Elliott Oswald (Patrick Saint Esprit) une aide logistique pour s’envoler illégalement pour l’Angleterre afin de gagner l’Irlande du Nord et se mettre en quête d’Abel.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 », se place toujours dans une position d’attente complexe dans l’attente d’une prochaine grande évolution.

Les Sons parviennent à s’extraire au moins temporairement de leurs problèmes avec les Mayans et l’ATF à Charming, afin de pouvoir gagner l’Europe.

Le jeu à trois entre Jax, Gemma et Stahl s’avère à haut risques pour les trois acteurs et ne va pas sans dommages collatéraux comme le rejet injuste de Tara par Jax, après l’avoir impliquée dans des affaires particulièrement troubles dans les intérêts supérieurs du club.

Cette rupture est la conséquence principale de ce sixième épisode, avant la suite qu’on devine irlandaise…

Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 20:34
Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 », June Stahl (Ally Walker) profite de la position de faiblesse de Gemma (Katey Sagal) ligotée et menottée à l’hôpital après son malaise cardiaque pour lui poser un dilemme : livrer l’IRA pour l’enlèvement d’Abel ou terminer sa vie en prison ou pire pour les meurtres de la fille de Zobelle et du fils d’Hayes.

Ne sachant pas qui croire, de Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) ou de Gemma, Clay (Ron Pearlman) et Jax (Charlie Hunnam) envoient Juice (Theo Rossi), Opie (Ryan Hurst) et Bobby (Mark Boone Jr) pour écouler les médicaments de Honey à Lumpy Feldstein (Michael Fairman) le gérant d’un club de boxe mais tombent dans un piège tendu par Chicken man (David Marciano) un toxicomane dans lequel Juice se fait dépouiller et tabasser par les Calaveras d’Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo).

Lorsqu’il revient amoché et piteux, Juice alerte Clay sur la révolte de ce club latino affilié aux Mayans.

En réaction, le chef des Sons of anarchy bénéficient d’informations du gang des bikers noirs de T.O (Michael Beach) pour inspecter un entrepôt suspect contrôlé par les Calaveras.

Tiger (Kim Coates) et Chucky (Michael Marisi Ornstein) sont envoyés en éclaireurs et confirment les soupçons de trafic de drogue émis par T.O.

De son coté Jax qui finit par recevoir également un coup de fil de Maggie (Mc Nally Sagal), passe à l’action en solo, allant trouver Stahl dans sa maison personnelle après l’avoir filé et lui proposant un marché incroyable, lui livrer Jimmy O pour redorer sa carrière moribonde à l’ATF en échange de l’immunité pour sa mère, son fils et son club.

Malgré ses réticences, Stahl qui couche avec son adjointe Amy Tyler (Pamela J Gray), finit par céder à l’appât de de son ambition dévorante après que Jax lui ait livré Luke (Kevin Kearns), l’homme de confiance de Jimmy avec un stock d’AK 47 impressionnant.

On comprend que Jax a pris de gros risques pour sauver son fils et entrainer son club dans un voyage dans la lointaine Irlande ou il bénéficie malgré tout de quelques contacts de motards locaux affiliés comme Liam O’Neill (Arie Verveen).

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 » redonne un peu de vigueur à l’intrigue en remplaçant la redoutable Stahl dans le jeu, avec un marché aussi excitant que sulfureux avec le vice président des Sons.

Alors que les gangs latinos refont sporadiquement parler d’eux sans pour l’instant présenter une menace sérieuse, Jax prend une décision radicale en entrainant les Sons dans un voyage périlleux loin de leurs terres californiennes pour trouver et sauver son fils en Irlande du Nord, fief de la redoutable armée de l’IRA.

De nouveaux horizons se dessinent donc pour les Sons avec un avenir bien incertain et sans doute risqué !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens