Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 10:36
Creed, l'héritage de Rocky (Ryan Coogler)

Après avoir revu l’intégrale des Rocky il y a tout juste un an et réalisé tout le bonheur que cela me procurait, je me suis donc logiquement dirigé avec « Creed, l’héritage de Rocky » de Ryan Coogler, sorti en 2016 en France.

L’histoire développée est celle d’Adonis (Michael B Jordan) le fils d’Apollo Creed, boxeur légendaire mort sur le ring après deux matchs homériques face à Rocky Balboa (Sylvester Stallone).

Ayant grandi sans connaitre son père, Adonis est passé de foyers en foyers, car incapable d’exprimer son mal être autrement que par ses poings avant que sa belle mère, Mary Anne (Phylicia Rashad) la seconde femme d’Apollo ne le prenne sous sa protection pour l’extraire à ce monde de violence.

Devenu un fils de bonne famille de Los Angeles ayant fait des études, Adonis n’en continue pas moins à boxer en cachette au Mexique.

Incapable de juguler son obsession pour son père et la boxe, il plaque un confortable métier de cadre pour contre l’avis de sa belle mère, partir à Philadelphie pour devenir boxeur pro.

Une fois à Philadelphie, Adonis entrer en contact avec Rocky qui végète dans son petit restaurant italien.

Toujours renfermé et triste par la mort de sa femme Adrian et de son beau frère Paulie qu’il visite régulièrement au cimetière, Rocky refuse tout net d’entrainer le fils de son ex rival et ami.

Ceci n’entrave pas la détermination du jeune homme qui va s’entrainer en solitaire chez Pete Sporino (Ritchie Coster) un ami d’enfance de Balboa.

Dans son petit studio, Adonis fait la connaissance de sa voisine Bianca (Tessa Thomson) une métisse musicienne qui se produit dans des clubs électro de la ville.

Adonis et Bianca flirtent ensemble, le jeune femme lui révélant sa surdité inévitable à venir.

A force de persévérance, Adonis parvient à convaincre Rocky de l’entrainer.

Le vieil homme se fait violence, amenant le fougueux jeune noir à d’intenses footings, séances de corde à sauter, travail au sac et punching ball.

Les progrès se font rapidement sentir et Sporino propose un combat avec son fils Leo (Gabriel Rosado) un boxeur déjà aguerri et invaincu.

Après quelque réticences, Rocky accepte qu’Adonis vienne vivre chez lui et lui demande de s’entrainer dans un club du nord de la ville situé dans un quartier difficile.

Sur place, Adonis rencontre une équipe extraordinaire de vieux entraineurs, préparateurs, soigneurs et un sparring partner idéal pour le faire progresser à la dure.
Le combat a finalement lieu et se solde par une victoire encourageante d’Adonis contre un adversaire féroce classé mondialement.

Le nom d’Adonis attire le Britannique Ricky Conlan (Tony Bellew), champion du monde en titre, dont les finances sont à sec après un passage en prison.

Son manager Tommy Holiday (Graham Mc Tavish) contacte Rocky et propose un match à Adonis à la condition express qu’il porte le nom de son père.

Adonis voit dans ce combat le moment venu d’exister hors de l’ombre envahissante d’Apollo.

Au cours de la préparation, Rocky fait un malaise et doit être hospitalisé.

Les médecins décèlent un cancer mais Rocky cache la vérité à ses proches, refusant même de se soigner pour rejoindre sa femme aux cieux.

Adonis découvre malgré tout le secret et une violente dispute éclate entre les deux hommes.

Après une altercation dans une boite de nuit ou joue Bianca, Adonis parle durement à Rocky et les deux hommes trouvent un accord : Adonis recommence à s’entrainer si Rocky accepte de se soigner.

Malgré une épuisante chimiothérapie, Rocky supervise l’entrainement d’Adonis avec course à pied à l’aube, sparring à haute vélocité et déplacements éreintants sur le ring.

Le soir du combat à Liverpool face à une horde de fans anglais tous acquis à leur champion, Adonis qui n’est pas pris au sérieux par Cnolan, surprend le champion et fait jeu égal avec lui.

Conlan qui pensait avoir un combat facile et empocher sans forcer une belle somme d’argent, déchante et prend autant de coups qu’il n’en reçoit.

Le match dure douze rounds à haute intensité et Adonis manque la victoire d’une poignée de seconde face à un adversaire chancelant qui conserve néanmoins son titre.

Mais il a gagné le respect de soi-même sous les yeux de sa belle mère qui a assisté au match à la télévision.

Symboliquement, Adonis fait gravir les marches une par une à Rocky des fameux escaliers ou il terminait ses footings à l’aube face à la ville de Philadelphie.

En conclusion, « Creed, l’héritage de Rocky » permet enfin à Sylvester Stallone âgé de près de 70 ans à présent, de laisser tomber le ring, pour des prestations qui devenaient embarrassantes…

Mettant moins en valeur le créateur-héros principal de la série des Rocky, le scénario joue habilement sur processus de transmission d’un vieil homme fatigué et malade au fils d’un ancien rival devenu ami.

Avançant chacun avec leurs propres fêlures, les deux hommes vont formidablement s’épauler pour donner au public ce qu’il attend d’un Rocky, de la sueur, du sang et des larmes.

Si on met de coté la performance magnifique d’un Stallone vieux malade attendant la mort, le film se montre malgré tout inférieur à la franchise des Rocky dans l’intensité de la préparation et des choix musicaux hip hop/électro à des années lumières de l’hymne génial composé par Bill Conti.

Sans le caractère épique de l’entrainement, ce spin off de Rocky perd de sa saveur, même si les combats menés par des athlètes très bien préparés demeurent d’une belle efficacité technique et visuelle.

Un ersatz de Rocky donc, mais qu’une forte dose de nostalgie et que la présence de notre « père » ou « oncle » à tous, Sylvester Stallone suffiront à rendre agréable à regarder en 2016, soit quarante ans (!) après le premier Rocky…

Putain de temps qui passe, non ?

Creed, l'héritage de Rocky (Ryan Coogler)
Repost 0
Published by Seth - dans Sport
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 09:49
Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 », les Sons of anarchy approchent Henry Lin (Kenneth Choi), le chef d’un gang asiatique pour s’approvisionner en pistolets automatiques les tarifs des AK-47 étant trop élevés pour eux vu l’état de leurs finances.

Lin demande en échange des actrices X blanches pour des partenaires venus de Hong-Kong ce qu’accepte de fournir Clay (Ron Pearlman) malgré quelques réticences d’Opie (Ryan Hurst) concernant la participation de Lyla (Winter Ave Zoli) devenue sa girl friend.

A Belfast, le corps marqué de Cameron Hayes (Patrick Mc Shane) est exposé en pleine rue, afin d’avoir le retentissement nécessaire de sa punition.

La mort de son cousin reste difficile à digérer pour Maureen Ashby (Paula Malcomson) qui doit en plus se séparer d’Abel sur ordre d’Ashby (James Cosmo).

Maureen charge son employée de magasin, Cherry (Terry Manning) d’appeler Gemma (Katey Sagal) pour lui parler mais le coup de fil échoue, pire, aboutit à ce que l’ex prostituée ne découvre la mort de son ex petit ami le Prospect (Johnny Lewis).

Gemma est pourtant très occupée entre la disparition de son père Nate (Hal Holbrook) qui part seul avec un fusil de chasse dans l’intention de se suicider avant de renoncer à son acte désespéré mais également avec Amelia (Monique Gabriela Curnen) ligotée dans la cave, qui finit par s’échapper en frappant Tara (Maggie Stiff).

Une lutte farouche au couteau éclate entre les trois jeunes femmes qui se solde par la mort accidentelle d’Amelia.

Embarrassé, Tiger (Kim Coates) fait appel à un nettoyeur professionnel, Bachman joué par l’écrivain mondialement connu Stephen King.

Taciturne et excentrique, Bachman n’en est pas moins efficace et fait disparaitre le corps d’Amélia.

Le deal avec les asiatiques passe mal en raison de la jalousie d’Opie qui ne supporte pas de voir sa chère Lyla tailler une pipe à un client.

Après un échange de coups de poings, le marché est rompu et les conséquences désastreuses pour Lin et Clay, qui finit néanmoins en faisant profil bas à obtenir ses armes en échange d’une mise en contact direct avec des gangsters italiens et d’un pourcentage revu à la baisse, 5% pour les Sons.

A Charming, l’ambiance est nettement moins favorable aux Sons depuis la fusillade qui a couté la vie à David Hale (Taylor Sheridan).

La liberté conditionnelle du gang, chèrement achetée par l’influent Elliott Oswald (Patrick Saint Esprit) est revue par la justice avec menaces d’emprisonnement et Wayne Unser (Dayton Callie) le vieux shérif tout acquis à la cause des bikers, change son fusil d’épaule, passant un pacte avec Jacob Hale (Jeff Kobber) pour le futur de la ville.
Ceci n’altère pas la ferme intention des Sons de retrouver Abel, qui semble t il se trouverait en Irlande…

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 » développe la suite d’une histoire entamée tambour battant dans les deux premier épisodes et on serait tenté de dire que le rythme faiblit un peu avec cette histoire d’escorts pour asiatiques qui tourne mal à cause de la sensibilité d’Opie.

L’histoire en Irlande n’avance pas beaucoup et seule partie dévolue à Gemma et son père malade tient toujours en haleine, avec l’élimination de l’aide ménagère latina à fort tempérament et l’apparition en guest de luxe de Stephen King !

On reste donc (un peu) sur sa faim et attend avec impatience la suite !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 12:54
Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 (Kurt Sutter)

Nous sommes déjà dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 ».

La recherche d’Abel progresse lorsque les hommes de Laroy Wayne (Tori Kittles) donnent aux Sons of anarchy une information cruciale sur Cameron (Jackie Mc Shane) qui s’est fait faire de faux papiers pour quitter le territoire.

Le petit bateau sur lequel il s’est enfui est également retrouvé et mène à une course poursuite endiablée de deux hommes noirs appartenant à un gang ayant aidé Cameron à se procurer des armes et à s’enfuir.

Après une explication musclée et des échanges de coups de feux, Jax (Charlie Hunnam) et Clay (Ron Pearlman) repartent avec de nouvelles informations pour suivre la trace du fugitif irlandais dont le bateau est coulé.

Clay garde le bonnet d’Abel retrouvé sur place et promet de le rendre à Jax lorsque son fils sera retrouvé, vivant.

Après la sanglante fusillade lors de la veillée du Prospect (Johnny Lewis), Jacob Hale (Jeff Kobber) le frère du shérif mort, annonce à Unser (Dayton Callie) sa volonté de devenir le maire de Charming et lui propose une alliance, que le vieux shérif refuse par fidélité pour Clay.

L’enquête suit également son cours autour du membre du gang ennemi sévèrement tabassé par Jax.

Les Sons s’arrangent pour pénétrer dans l’hôpital et identifient une marque d’un gang latino de Lodi, les Calaveras affilié aux Mayans.

Des contacts sont pris avec T.O Cross (Michael Beach), le chef d’un gang de motards noirs alliés de Lodi, qui assurent aux Sons leur soutien face aux Calaveras et leur indiquent le nom de leur chef, Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo).

Sans perdre de temps, Salazar est arrêté dans le lit de sa maitresse, tabassé et torturé jusqu’à ce qu’il avoue que Marcus Alvarez (Emilio Rivera) le chef des Mayans souhaite avec la complicité des Néo-nazis, étendre son contrôle du trafic de drogue dans les prisons en établissant une route de Lodi à Stockton, ce qui implique la prise de Charming et donc l’élimination des Sons of anarchy.

Comprenant l’ampleur de la menace, Clay qui sait que son gang est affaibli après le combat contre la Ligue nationaliste blanche, préfère temporiser et laisse repartir vivant Salazar.

De son coté, Gemma (Katey Sagal) qui ne tient plus en place, commet l’erreur de vouloir voler une voiture et plante un coup de couteau dans l’entre jambe de son propriétaire.

Tiger lui dit de se calmer et de rester encore au vert chez son père Nate Madok (Hal Holbrook).

Fidèle à sa réputation de « bad boy » vicieux, Tiger devient l’amant de l’aide soignante Amelia Dominguez (Monique Gabriela Curnen) mais les choses tournent mal lorsque Madok atteint d’une crise de démence sénile, lui tire dans l’omoplate en croyant trouver un rodeur.

Même si la blessure n’est que superficielle, cet incident alerte les soupçons d’Amelia qui découvrant la récompense de 25 000 dollars pour l’arrestation de Gemma, décide de la braquer, ce qu’elle regrette amèrement lorsque la reine mère des Sons retourne l’arme contre elle.

Alors que Tara (Maggie Stiff) reçoit un soutien inattendu de sa chef qu’elle avait agressé, qui lui recommande de ne pas prendre un congé sans solde suite à une défaillance en plein milieu d’une opération sur un enfant, la jeune femme parvient à convaincre Jax de continuer ensemble.

Une entrevue avec Clay et sa bande permet au le redoutable Jimmy O‘Phelan (Titus Welliver), l’ambitieux gangster de l’IRA de comprendre que les Sons ne sont en rien responsable du meurtre du fils de Cameron et que c’est l’ATF qui a tout manigancé.

Fort de cette information, Jimmy O parvient à convaincre Kellan Ashby (James Cosmo) de liquider Cameron, ce que fait faire le vieux prêtre dans une église après lui avoir administré l’extrême onction.

Après avoir réglé ce malentendu avec l’IRA, Clay demande à Bobby (Mark Boone Jr) de contacter Sergio Coletti (Jeffrey Newman) le mari chasseur de prime de son ex femme Precious Ryan (Eileen Grubba), pour rechercher Cameron et Abel.

Coletti accepte en échange d’une arrestation d’un ex militaire qui lui rapportera une jolie somme.

Mais l’opération dans un sex shop s’avère plus délicate que prévue, l’homme fuyant dans la rue après une rude bagarre et finissant renversé par une voiture.

Jax obtient néanmoins un information cruciale de la fuite de Cameron au Canada.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 » continue de réserver son lot de péripéties avec la découverte de la complexité du fonctionnement de l’IRA entre Irlande et Etats-Unis, du passé de Gemma, figure centrale et o combien géniale de la série avec en parallèle un nouveau choc de grande envergure entre les Sons of anarchy et leurs ennemis de toujours les redoutables Mayans.

Action, émotion et richesse narrative se combinent donc pour former le meilleur !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 10:02
Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 (Kurt Sutter)

Il n‘y a pas de raisons de stopper son plaisir alors voici « Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 », qui fut diffusé en 2010 aux Etats-Unis.

La victoire sur les Néo-nazis de la Ligue nationaliste blanche a un gout amer puisqu’elle se solde par l’enlèvement d’Abel le fils de Jax (Charlie Hunnam) par Cameron Hayes (Jackie Mc Shane) en représailles pour la mort de son propre fils Edmond.

Tandis que Gemma (Katey Sagal) va se cacher dans une maison discrète de l’Oregon sous la protection de Tiger (Kim Coates) pour échapper au mandat de recherche contre elle, Jax et Clay (Ron Pearlman) mettent tous leurs moyens pour retrouver Abel.

Cameron a en réalité fui en Irlande pour retrouver les membres dirigeant de l’IRA dont un prêtre le père Kellan Ashby (James Cosmo) semble l’un des principaux leaders.

Cameron qui a confié Abel à une Irlandaise appelée Maureen Ashby (Paula Malcomson) plaide sa cause terriblement mal à l’aise face à une situation qui le dépasse.

Tout en temporisant, Ashby doit résister aux pressions de Jimmy O‘Phelan (Titus Welliver) toujours présent à Charming, qui désire éliminer Cameron pour solder le conflit avec les Sons of anarchy et rétablir ainsi le vieux business du trafic d’armes.

En cavale, Gemma en profite pour renouer avec son père Nate Madok (Hal Holbrook) ex révérend atteint de la maladie d’Alzheimer qui doit bénéficier de la garde à domicile d’une jeune femme appelée Amelia Dominguez (Monique Gabriela Curnen).

Les retrouvailles sont difficiles car Nate perd la tête, voit encore sa femme décédée et peine même à reconnaitre Gemma qui sait qu’il n’en a plus pour longtemps avant d’être placé en maison de retraite.

Les recherches pour trouver Cameron ayant fait chou blanc, Jax connait d’intenses turbulences et demande à Tara (Maggie Stiff) de quitter la ville.

Ce jugement sévère bouleverse la jeune médecin qui a déjà réalisé d’importants sacrifices personnels et professionnels pour suivre par amour Jax.

Maggie qui a livré un témoignage réduit au strict minimum à la police pour retrouver Abel, décide pourtant de rester contre l’avis de Jax.

Clay et Jax qui ont compris que Stahl (Ally Walker) était à l’origine de la manipulation fatale ayant abouti à l’enlèvement d’Abel, l’accusation de Gemma doivent cependant enterrer Prospect (Johnny Lewis) victime collatérale de cette affaire.

Lors de la veillée du corps, les Sons de plusieurs Etats se rassemblent et des tractations opèrent avec les autres franchises pour recruter de nouveaux membres.

Herman Kozik (Kenny Johnson) ennemi de Tiger fait part de son désir de rejoindre l’équipe de Samcro ainsi que Happy (David Labrava) le chef des Nomads, homme des coups durs.

Mais au cours de la veillée de l’ancien soldat aspirant biker, un van noir surgit et ouvre le feu sur les motards massés devant la chapelle.

La fusillade cause la mort d’un enfant, une blessure à l’épaule pour Chucky (Michael Marisi Ornstein) et surtout celle du shérif David Hale (Taylor Sheridan) renversé alors qu’il tentait de riposter sur les assaillants.

L’un d’entre eux est cependant pris et sauvagement frappé par Jax qui ne contrôle plus ses poussées de violence.

La stupéfaction termine donc ce premier épisode pas vraiment de tout repos !

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 » reçoit la lourde tache de relancer la série après deux saisons exceptionnelles d’intensité et commence sur les chapeaux de roue avec la traque de Cameron sur fond de conflit larvé avec l’IRA et surtout la cavale de Gemma, qui lui permet de renouer avec un passé douloureux avec un père atteint d’une maladie dégénérative.

Cet épisode étonnant, bouleversant contient aussi son lot de surprise avec l’attaque éclair d’un gang rival en pleine période de deuil pour l’attachant Prospect, qui aboutit à la perte d’une figure emblématique des deux premières saisons, l’incorruptible shérif adjoint David Hale !

Le spectateur ne peut donc qu’avoir le souffle coupé après ce démarrage choc !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 22:38
Néant (Mickaël Parisi)

Coup de projecteur sur un roman issu de l’autoédition sur Kindle avec « Néant » de Mickaël Parisi.

ATTENTION CE QUI SUIT CONSTITUE UN SPOILER

Sorti en 2015, « Néant » raconte la dérive de Marlon un jeune homme d’une grande ville française indéterminée, qui victime d’un immense mal être intérieur, rumine de sombres pensées autour de sentiments d’échec personnel sans toutefois aller jusqu’au suicide, acte dont il s’estime incapable faute de courage.

Malgré une certaine aisance matérielle liée à un job alimentaire dans un journal ou il rédige des avis de décès, Marlon s’enfonce progressivement dans une spirale de l’échec et de rejet du monde qui l’entoure.

Son psychiatre ne peut rien contre cette dérive et Marlon se voit un soir approché dans une boite de nuit appelée le Crystal palace par un de ses rares amis le juif Safed Winnickberg, qui lui propose de simuler sa mort pour entrer au service d’une organisation secrète appelée le Gang des zombies, dont la direction est assurée par un homme appelé Antonio Jephté.

N’ayant rien à perdre et d’importantes sommes d’argent à gagner dans l’accomplissement de mystérieuses missions, Marlon accepte l’offre et se retrouve lié à un musculeux videur noir nommé Nyx et à Angela, une sculpturale stripteaseuse dont il tombe immédiatement amoureux.

Une troisième homme ne tarde cependant pas à tourner autour de lui, un détective privé appelé Thomas Grant, aussi imprévisible et grossier que menaçant.

Ses nouveaux amis se distinguent par un anticonformisme marqué se traduisant par d’interminables débats littéraires entre Safed et Nyx et pour Angela, par une acceptation totale de la puissance conférée par sa position de fantasme sexuel absolu.

Après avoir rencontre Jephté, un excentrique vaguement asiatique, Marlon est chargé de sa première mission : simuler sa propre mort dans l’incendie d’une soirée de la haute bourgeoisie en imitant le style du Pyromane, un tueur en série sévissant actuellement dans la ville.

Se faisant passer pour un dealer, Marlon approche sans difficulté Flavia Goschmann, l’étudiante organisatrice de la soirée et grande consommatrice de drogues.

Attendant les consignes de Cyrille, son agent de liaison transexuel, Marlon vit péniblement les débauches de la soirée de Flavia, assistant suprême horreur à un rituel satanique de sacrifice d’enfants avant que le signal tant attendu de déclencher un incendie ne viennent le délivrer de ce lourd fardeau.

Après avoir fait flamber la somptueuse villa, ses habitants et le cadavre d’un Roumain de sa corpulence censé jouer le rôle de son propre corps, Marlon retrouve Grant sur sa route qui fanfaronne tout en lui faisant comprendre qu’il n’est pas dupe de sa situation.

L’infernal privé semble le suivre comme son ombre, l’entrainant dans une virée dans un bar à hôtesses ou il dépouille à coups de taser les propriétaires.

Malgré cela, Marlon enchaine avec une mission glauquissime consistant à découper le corps d’un homme à la scie électrique et le transporter dans le métro mais préfère soudoyer un Roumain pour faire la salle besogne et finit incapable de gérer son stress par jeter un contrôleur sous un train.

Grant se fait alors plus pressant, le séquestrant et le menaçant chez lui en le forçant à boire de l’Absinthe, sa boisson de prédilection.

Malgré l’incohérence de ses propos, son cancer et son inquiétante passion pour les armes lourdes à qui il donne des petits noms affectueux, Grant le met en garde contre Jephté et sa bande qui selon lui le manipulent avant de se débarrasser de lui et lui propose de s’associer pour dépouiller son propre employeur.

Après une virée cauchemardesque dans un hangar ou une victime de la téléréalité a été massacrée pour de lucratifs snuff movies mis en scène par Jephté via une société écran appelée Pink mayhem, Marlon, convaincu du caractère criminelle du Gang des zombies, commence à prendre son dangereux ami plus au sérieux, surtout lorsque Safed et Nyx tentent de se débarrasser de lui en le vendant à une autre société de vampires toxicomanes underground appelé Atlantis.

Marlon n’échappe à ce piège mortel que grâce à Rodrigo, un collectionneur de chaussures qui le prévient et Grant dont l’intervention surarmé sème la panique dans les rangs ennemis.

Le traitre Safed perd la vie dans l’aventure ainsi que Christ le gourou des Vampires, tandis que Nyx blessé parvient à s’échapper.

La boucle est bouclée lorsque Marlon comprend qu’Angela, qui est également le Pyromane, l’a manipulé sans n’éprouver pour lui que du mépris.

Le cœur fendu, il rejoint Grant pour participer avec lui à un ultime raid contre Jephté.

Nyx éliminé par Grant, le patron du Gang des zombies résiste, refusant malgré la torture et les menaces de viol de sa fille chérie, de céder les millions d’euros de son compte en banque.

Le duo doit donc ruser, faire exploser le Crystal palace et livrer contre rémunération le criminel à Pierre Goschmann, le magnat du pétrole désireux de venger la mort de sa fille.

En un ultime coup de théâtre, les chemins des deux hommes se séparent, Marlon préférant faire cavalier seul avec Goschmann qui lui assure sa nouvelle vie de luxe et de sexe à Kuala Lumpur, tandis que Grant, malade passe la main…

En conclusion, construit sur les thèmes plutôt classiques de la simulation de sa propre mort et du fonctionnement organisations secrètes aux motifs obscurs mais aux actions d‘une violence radicale, « Néant » se distingue essentiellement de la masse de thrillers par le style particulièrement virulent et caustique de son auteur, qui emporte le lecteur dans un tourbillon énergétique de la première à la dernière page.

Derrière une intrigue surtout marquée par des scènes d’une crudité et d’une violence à la limite de l’insoutenable, Mickaël Parisi dresse également un diagnostic d’une noire lucidité sur l’absence de valeurs (spirituelles, culturelles ou morales) du monde occidental moderne au profit de celles faibles et dévoyées de la société de consommation : argent, sexe et matérialisme technologique.

On sent une fêlure, une fragilité tout particulièrement autour de la question de l’amour, qui se traduit par une réaction de répulsion/fascination vis-à-vis des valeurs de la société moderne, le paradoxe étant que tout en voulant fuir ce monde insupportablement « mainstream » pour lui, le héros recherche et retrouve ses mêmes valeurs dans son monde clandestin.

Son action de rupture n’est donc pas en réalité totale puisqu’il retombe sous la coupe d’un patron et d’une femme le manipulant dans l’espoir d’une vie meilleure dans un « ailleurs » exotique composé de soleil, argent et sexe tarifé à volonté.

Difficile donc de ne pas penser à l’actualité et au fonctionnement machiavélique de l’Etat islamique, parvenu toutefois à un degré de perfection de son art mortifère nettement supérieur à l’organisation présentée dans le roman.

Malgré sa noirceur et son nihilisme étouffant, je ne peux que recommander « Néant » pour son analyse froide des faiblesses de notre modèle sociétal conduisant à engendrer parfois des individus en perte de repère propres à sombrer dans la criminalité pour poursuivre d’invisibles chimères mais également pour son style décapant qui m’a fait rire à de nombreuses reprises.

A réserver néanmoins à un public averti aimant être bousculé et poussé dans ses retranchements, comme doit le faire à mon sens toute (bonne) littérature qui se respecte.

Néant (Mickaël Parisi)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 20:16
Sons of anarchy, saison 2, épisode 13 (Kurt Sutter)

L’heure est venue de clore la saison 2 de Sons of anarchy avec un épisode plus long d’une heure au lieu des 40 minutes réglementaires.

La police de Charming commence par relâcher AJ Weston (Henry Rollins) et Ethan Zobelle (Adam Arkin), le premier en raison du témoignage invalide de Chucky et le second avec un énorme coup de théâtre en sa qualité d’informateur du FBI.

Unser (Dayton Callie) informe malgré tout Clay (Ron Pearlman) et Jax (Charlie Hunnam) de la véritable nature de Zobelle qui peut malgré tout bénéficier de la protection des Mayans pour rejoindre son magasin de cigares.

Se sachant menacé de mort, Zobelle décide de quitter la ville avec sa fille Polly (Sarah Jones) qui têtue, obtient de faire un détour auprès d’Edmond (Callard Harris) son bel amant irlandais.

Alors que Clay et ses hommes campent devant le magasin de Zobelle, Jax est chargé d’éliminer Weston qui fait lui aussi un détour auprès de l’aide sociale afin de récupérer ses deux fils avant de partir.

Un passage chez un tatoueur affilié aux Sons of anarchy lui sera fatal et Jax le tue cruellement dans les toilettes après lui avoir laissé la possibilité de dire adieu à son fils.

Du coté de Polly la situation se complique fortement puisque la jolie blonde est prise en chasse par Gemma (Katey Sagal) pris d’une irrépressible envie de vengeance.

Mais aucune des deux ne sait qu’Edmund est sous l’influence de Stahl (Ally Walker) qui cherche à piéger à la fois l’IRA et les Sons.

Edmond parvient à prévenir assez adroitement son père Cameron (Jamie Mc Shane) du danger mais n’arrive pas à tuer Stahl comme il l’exigeait.

Très perturbé par sa défaillance Edmond frappe Stahl à la jambe mais est abattu.

Polly trouve son corps dans sa maison mais est tuée à son tour par Gemma que Stahl accuse habilement du double meurtre, tout en s’arrangeant pour que Cameron soit prévenu par radio.

Le final se tend alors de manière ahurissante avec d’un coté les Sons of anarchy qui éliminent les Mayans escortant Zobelle pour lui régler son compte.

Désespéré, Zobelle trouve refuge dans une station service ou s’est arrêté un bus de ramassage scolaire.

Alors que Clay s’apprête à lui donner le coup de grâce, Jax reçoit un coup de fil désespéré l’informant que Cameron s’en est pris en représailles à son propre fils.

Dans sa quête de vengeance, l’Irlandais tue Prospect (Johnny Lewis) et emmène Abel.

Ivres de rage, Jax et les siens voient Cameron partir en bateau avec son fils.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 2, épisode 13 » conclut en apothéose une saison 2 magistralement scénarisé et réalisé.

Si la menace des Ligue nationalistes blancs est anéantie, la situation est critique vis-à-vis de l’IRA, devenue un ennemi mortel après la mort d’Edmond et l’enlèvement d’Abel, et très problématique vis-à-vis de l’ATF, avec les redoutables manipulations de Stahl.

Cette saison exceptionnelle marqué par l’affrontement entre Clay et Jax pour le leadership du gang, se solde également par la mort de personnages particulièrement marquants comme le sympathique Prospect ou le charismatique Weston incarné par l’impressionnant chanteur de hardcore Henry Rollins.

On n’a donc qu’une seule hâte : fondre sur la saison 3 !

Sons of anarchy, saison 2, épisode 13 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 19:26
Sons of anarchy, saison 2, épisode 12 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 2, épisode 12 », tout en mettant les proches des Sons of anarchy en sécurité à l’intérieur même du club, Clay (Ron Pearlman) passe à l’offensive face à ses deux principales cibles la Ligue nationaliste blanche et l’ATF avec entre les deux l’embarrassant lien de l’IRA.

Clay noue d’abord une alliance avec Henry Lin (Kenneth Choi) et Laroy Wayne (Tory Kittles) afin que les gangs asiatiques et blacks l’épaulent pour détruire leurs rivaux communs des Mayans, en cheville avec la Ligue.

Les deux leaders acceptent l’offre de Clay qui peut ensuite envoyer Jax (Charlie Hunnam) titiller AJ Weston (Henry Rollins) aryen pur et dur au sujet des curieuses alliances contre nature menées par son chef Ethan Zobelle (Adam Arkin).

Le sang de Weston ne fait qu’un tour et après avoir éliminé Ule (Jason Matthew Smith) dans un labo clandestin de fabrication de drogue, celui-ci se tourne vers Zobelle avec deux gros bras, qu’il menace de mort.

Seule l’intervention de sa fille Polly (Sarah Jones) évite au chef nationaliste la mort.

Du coté de l’IRA, Edmond Hayes (Callard Harris).est soumis à une pression intolérable de l’ATF et préfère donner directement Jimmy O (Titus Welliver) le chef de l’organisation plutôt que son père Cameron (Jamie Mc Shane) en fuite.

Mais Jimmy a également été prévenu par Clay de la trahison d’Edmond et bien aidé par les Sons of anarchy évite habilement le piège de Stahl (Ally Walker) qui fait chou blanc pour coffrer à la fois le leader de l’IRA et ces bikers qui la défient effrontément.

Le bouillant Weston commet l’erreur de répondre à un défi de Jax et se rend avec une dizaine d’homme pour un combat à mains nues.

Si Weston triche en venant en surnombre et armé, Jax se montre plus malin que lui en amenant les Blacks et les Asiatiques qui submergent ses néo-nazis.

Le combat à la régulière se déroule néanmoins à dix contre dix et aboutit à une sévère rouste pour les aryens.

Arrivé plus tard, David Hale (Taylor Sheridan) ramasse un Weston amoché et l’incarcère pour l’incendie du studio de films pornographiques des Sons à la faveur du témoignage de Chuck (Michael Marisi Ornstein) survivant du sinistre.

Dans la dernière phase de son plan, Clay et Jax bien que couverts par Unser (Dayton Callie) ne peuvent tuer Zobelle qui survit par miracle, réussissant à se faire arreter par Hale pour possession de drogue.

Enfin, Tara (Maggie Stiff) de plus en plus dure, frappe et menace sa supérieure hiérarchique à l’hôpital pour lui intimer de la laisser tranquille.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 2, épisode 12 » se surpasse en complexité et en intensité, sonnant l’heure d’une grande contre attaque des Sons of anarchy qui avec les efforts conjugués de Clay et Jax, évitent les griffes de l’ATF, stabilisent la situation avec l’IRA et sont tout proche de détruire les Nationalistes, qui apparaissent plus affaiblis et divisés que jamais après la mort de Ule, l’arrestation de Weston et celle par défaut de Zobelle, qui se dénonce à la police pour éviter une exécution sommaire.

Cette épisode 12 montre donc tout le caractère impitoyable de la guerre des gangs pour le contrôle de Charming…

Sons of anarchy, saison 2, épisode 12 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 10:33
Sons of anarchy, saison 2, épisode 11 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 2, épisode 11 », Tiger (Kim Coates) perd les pédales après la révélation de l’agression et du viol de Gemma (Katey Sagal).

Après avoir failli faire l’amour avec elle sur un coup de tête, il se ravise in extremis et va se confier à Opie (Ryan Hurst), lui avouant qu’il a tué sa femme par mégarde car l’agent Stahl (Ally Walker) les avait convaincu de sa trahison.

Ivre de rage, Opie tabasse Tiger qui ne se défend pas puis quitte le garage avec la ferme intention de traquer Stahl pour la tuer.

Les aveux de Tiger conduisent Clay (Ron Pearlman) et Jax (Charlie Hunnam) à s’épancher devant les autres membres principaux que sont Bobby (Mark Boone Jr) et Piney (William Lucking).

Stahl qui a rendez vous avec Chibs (Tommy Flanagan) est sur le point d’obtenir sa signature pour devenir son informateur, mais le biker devant la non garantie de l’immunité des Sons of anarchy après avoir livré l’IRA, se rétracte finalement in extremis malgré les lourdes menaces qui pèsent sur sa femme et sa fille après l’arrestation d’Edmond Hayes (Callard Harris).

Chibs est vu par Opie sortir de chez Stahl, mais le barbu costaud se rue d’abord sur l’agent de l’ATF, la braquant par surprise.

Face à la mort, Stahl exprime des regrets sur ses actes mais Opie l’épargne finalement, révélant une humanité jusqu’alors simplement effleurée.

Tandis que Jax file discrètement Zobelle (Adam Arkin) et découvre qu’il a passé un accord avec Marcus Alvarez (Emilio Rivera) pour du trafic de drogue, il décide d’en informer Clay afin de bâtir ensemble une stratégie visant à monter Weston (Henry Rollins) son bras droit lui nazi convaincu contre le président de la Ligue.

Opie retourne courageusement au club et annonce à Clay et Jax qu’il souhaite oublier/pardonner l’affaire avec Donna pour rester un Sons.

Cette décision soulage tout le monde, même si l’irruption de Piney en pleine réunion pour tuer Clay jette un froid et un gros doute sur la solidité du club.

Après avoir réglé ses problèmes intimes, Opie annonce aux autres le surprenant revirement de Chibs, qui doit donc s’expliquer.

La situation est donc délicate avec d’un coté une tentative de médiation entre Clay et Jimmy O (Titus Welliver) pour rétablir de bonnes relations dans le trafic d’armes et de l’autre la trahison de Chibs au profit de l’ATF qui met en péril ce fragile accord.

D’un point de vue plus personnel, Tara (Maggie Stiff) se voit sur le point de perdre son job de médecin après avoir truqué le dossier de Chibs pour le faire rester à Charming et Prospect (Johnny Lewis) qui a cherché à se faire greffer une seconde testicule, se voit dans l’obligation se de rendre aux urgences après l’échec de la greffe.

à ses adversaires…

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 2, épisode 11 » est un épisode extrêmement fort ou les révélations tombent drues : après le viol de Gemma, les vraies raisons de la mort de Donna et de la brouille entre Clay et Jax.

Opie se montre surprenant dans cette histoire, surmontant son envie de vengeance contre ses « frères » bikers pourtant directement auteurs du meurtre qui le visait mais de manière plus surprenante vis-à-vis de Stahl, avec qui il n’entretient aucun lien affectif particulier.

Opie est également grandiose lorsqu’il plaide auprès de Clay pour le pardon du coup de sang de son père, qui a cherché à l’assassiner.

La saison 2 se tourne à présent vers Chibs, autre maillon faible du gang, mis en position quasi intenable car pris en étau entre l’IRA et l’ATF.

La fin promet d’être passionnante…

Sons of anarchy, saison 2, épisode 11 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 09:56
Deux frères (Milton Hatoum)

La littérature brésilienne contemporaine avec « Deux frères » de Milton Hatoum.

Sorti en 2000, « Deux frères » raconte dans le Brésil d’après Seconde guerre mondiale, le destin de deux jumeaux Omar et Yacub, tous deux fils d’émigrés libanais vivant à Manaus capitale de l’état de l'Amazonas.

Leur père Halim est un petit commerçant qui fait vivre modestement sa famille et est fou amoureux de sa femme Zana elle aussi d‘origine libanaise, qu’il a séduit en lui déclamant un ghazal, un poème arabe qu’on ami artiste lui avait recommandé.

La relation entre Halim et Zana, est passionnée, puissamment sexuelle et a donné au couple une fille Rania après la naissance des jumeaux.

L’histoire, raconté du point de vue du fils de Domingas, une Indienne devenue la domestique du couple, met surtout en avant l’opposition entre les deux frères aussi différents de caractère qu’on puisse imaginer.

Le premier incident entre eux intervenu dans une soirée cinéma ou Omar taillade la joue de Yacub pour une histoire de jalousie à propos de Livia la fille d‘un couple d‘amis, pousse Halim a envoyer ce dernier pendant un an au Liban.

Il en reviendra changé à treize ans, distant, parlant mal portugais et découvrant qu’en son absence Omar a pris ses aises en tant que roitelet de la maison.

La rage froide de Yacub s’exerce dans les études ou ses brillantes capacités intellectuelles notamment en mathématiques le font remarquer par ses professeurs tandis que son frère se fait volontairement un cancre indiscipliné et bagarreur, passant ses jours et ses nuits à sortir plutôt qu’à étudier.

Aussi lorsque en 1949, Yacub a la possibilité de partir étudier dans une école d’ingénieur polytechnique à São Paulo, il se rue sur cette occasion de partir en mettant pratiquement devant le fait accompli ses parents.
Au sein de la mégalopole du sud du Brésil, Yacub continue son ascension sociale, se spécialisant en construction civile par la force de son travail et de sa discipline.
Souhaitant qu’Omar prennent exemple sur son frère, Halim et Zana l’envoient également étudier à São Paulo mais après voir un instant fait mine de se ranger, le jeune homme quitte la ville pour les États-Unis en volant le passeport et l’argent de Yacub.

Yacub garde sa rage pour lui mais se fait de plus en plus distant avec sa famille de Manaus.
Il se marie à São Paulo mais ne révèle pas l’identité de sa femme.
Finalement les deux frères se retrouvent une nouvelle fois dans la maison familiale de Manaus.
Omar est toujours un bon à rien fantasque, qui rentre ivre mort à l’aube de ses sorties et coucheries pour dormir dans son hamac jusqu’à midi.
Sa jalousie haineuse pour son frère est à son comble et se solde par des bagarres continuelles.
Mais Omar finit également par se révolter face à sa mère Zana, qui a toujours chassé impitoyablement toutes les « fiancées » qu’il ramène à la maison.
Après une violente altercation, Omar quitte le foyer familial et va vivre comme un vagabond avec sa dernière conquête, une belle Noire appelée Bois-mulâtre
Fous d’inquiétude, ses parents le cherchent partout dans le vaste dédales de rivières et d’iles que forment l’Amazonie.
Halim qui a embauché un vieux pisteur boiteux pour l’aider dans ses laborieuses recherches finit par le retrouver se cachant sur un petit bateau avec sa belle, passant d’ile en ile et vendant son poisson sur le marché pour survivre.
Dans un état pitoyable, Omar est finalement ramené manu militari dans le foyer familial.
La mort d’Halim ne réconcilie pas les deux frères, l’éternelle célibataire Rania se contenant de continuer à gérer seule avec un certain talent les affaires du magasin.
Mais l’arrivée d’investisseurs étrangers cherchant à prospérer dans le développement de Manaus va changer la donne, l’un d’entre eux appelé Rochiram, un Indien beau parleur réussissant à convaincre les deux frères de travailler avec lui.
Malgré sa méfiance, voulant sans doute faire plaisir à Zana qui souhaite toujours une impossible réconciliation entre les frères, Yacub accepte de participer au projet et s’investit dans les calculs des constructions.
Ceci ne plait pas à son frère qui l’agresse violemment, le laissant le visage tuméfié.
Le temps pourtant finit par rattraper la famille.
Domingas meurt paisiblement dans le hamac familial révélant à son fils peu avant sa mort le terrible secret de son viol par Omar et de cette paternité cachée.
Yacub n’est pas non plus exempt de secret, a lui de son coté épousé Livia à Sao Paulo.
Rochiram refait aussi surface, menaçant d’attaquer en justice pour des pertes financières que lui auraient fait subir Omar et Yacub.
Paniqué, Rania n’a pas d’autre solution que de faire vendre la maison familiale pour éponger les dettes supposées de ses frères.
Cette vente est un déchirement pour Zana qui se laisse mourir peu après.
Le tempérament impulsif d’Omar et son amitié avec un professeur de lettres, Antenor Laval poète à ses heures, arrêté et exécuté par la police militaire en 1964 en raison de sa proximité supposée avec l’opposition, le conduisent lui aussi en prison.
Seule Rania continue à le soutenir jusqu’à sa sortie.
Lorsqu’il refait surface après deux ans d‘emprisonnement, il apprend que Yacub a engagé des avocats pour le pourchasser et lui faire payer ses violences.
Omar n’a donc plus d’autres choix que mener une vie de fugitif.
Lorsqu’Omar repasse une dernière fois dans la maison devenue la propriété de Rochiram, il fait face à son fils, eu avec Domingas, mais préfère une nouvelle fois tourner les talons plutôt que d’avouer sa faute.
En conclusion, sur un sujet en apparence déjà brillamment traité, notamment par Guy de Maupassant dans « Pierre et Jean », « Deux frères » n’en est pas moins un ouvrage intéressant par son ambiance familiale d’une lourdeur étouffante, ses multiples rebondissements et son cadre dépaysant, l’Amazonie de l’après Seconde guerre mondiale.
Sans nul doute largement inspiré de son histoire personnelle de Brésilien descendant de Libanais, Hatoum réalise une brillante fresque familiale autour de deux jumeaux que tout oppose et parvient notamment dans la dernière partie de son roman traitant de la décadence, du vieillissement et des lourds secrets de famille refaisant finalement surface à émouvoir aux larmes.
Hatoum n’est sans doute pas Maupassant mais mérite assurément le respect pour ce type d’ouvrage. Les plus curieux d'entre vous seront heureux d'apprendre l'adaptation en mini série télévisée brésilienne de ce roman complexe et intense.

Deux frères (Milton Hatoum)
Repost 0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 19:08
Sons of anarchy, saison 2, épisode 10 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 1, épisode 10 », la séparation est inévitable entre Clay (Ron Pearlman) et Jax (Charlie Hunnam) après que celui-ci ait convaincu les autres membres de Son of anarchy de voter son transfert au sein des Nomads.

Têtu, le beau blond n’écoute ni sa petite amie Tara (Maggie Stiff) ni son allié le vieux Piney (William Lucking) et considère qu’il vaut mieux prendre du large quelques années pour sauver le club de la guerre civile qui couve entre lui et Clay.

De son coté Opie (Ryan Hurst) qui est maintenant devenu amant de Layla (Winter Ave Zoli) découvre fortuitement par son job dans de dépanneur des caisses entières de balles de 9 mm dans une voiture saisie dans une réserve indienne.

Informé, Clay saute sur l’occasion rendant ainsi visite aux Indiens et forçant leur chef Ferdinand (Noah Watts) à travailler avec lui pour la production de balles y compris pour AK-47.

Mieux que cela, il se voit proposé de vendre des champignons hallucinogènes.

Après avoir fait tester les substances sur Prospect (Johnny Lewis) et Tiger (Kim Coates), défoncés à mort, Clay décide de proposer ce nouveau business à Laroy (Tory Kittles), ce qui lui permet de rester fidèle à son serment de ne pas dealer à Charming, mais de continuer à prospérer en se diversifiant.

Mais l’action se centre surtout autour de Chibs (Tommy Flanagan) fraichement sorti de l’hôpital, qui furieux d’apprendre que l’IRA a trahi les Sons of anarchy, décide de braquer le magasin d’Edmond Hayes ( Callard Harris).

Après un échange musclé avec Cameron, le père d’Hayes dans lequel intervient Jax lui-même, Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) le chef de cette branche de l’IRA fait son apparition et promet de rétablir la situation avec les Sons.

Chibs qui voue une haine tenace à cet homme qui lui a pris sa femme Fiona (Bellina Logan), l’a exclut de l’IRA en lui balafrant le visage et le menace de violer sa fille, craque aux pressions de l’ATF et accepte de livrer les Hayes à l’agent Stahl (Ally Walker) en échange de l’immunité totale pour ses proches.

Stahl dont la cible principale est devenue l’IRA et non les Sons, se frotte les mains pour être parvenue à faire craquer Chibs alors que Jax avait fermement refusé de rentrer dans ce marché douteux.

Pourtant un nouveau coup de théâtre survient lorsque Emma (Katey Sagal) désespérée du départ de Jax, tente un coup de poker, réunissant Clay et Tara autour de son fils pour leur annoncer l’agression et le viol dont elle a été victime par les hommes de Zobelle (Adam Arkin).

Sous le choc, Jax semble vouloir faire la paix avec Clay…

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 1, épisode 10 » relance encore une fois l’intrigue par un puissant coup de théâtre, celui de la révélation du viol de Gemma et de la tentative de réunification de Jax et Clay.

Les néo-nazis sont ici moins présents mais le chef de l’IRA, un homme redoutable maintes fois évoqués précédemment fait ici son apparition, nouant naturellement l’intrigue autour de Chibs, l’Ecossais du gang et de Stahl, qui le cible dans ses nouvelles priorités d’agent gouvernemental…

Suffisamment de matière donc pour relancer cette intrigue passionnante !

Sons of anarchy, saison 2, épisode 10 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens