Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 21:28
La maison des autres (Bernard Clavel)

En cet hiver 2016 l’envie m’est venue de lire naturellement Bernard Clavel, auteur jurassien à l’abondante production qui nous quitta récemment en 2010.

Sorti en 1962, « La maison des autres » est le premier roman d’une série de quatre appelée « La grande patience ».

L’histoire prend place dans le Jura en 1937 ou Julien Dubois un adolescent de quatorze ans quitte l’école contre l’avis de ses parents pour partir en apprentissage en pâtisserie dans la ville de Dole.

Julien qui est hébergé chez son oncle Pierre et sa tante les Dantin, dans un petit village près de Lons le Saulnier les quitte donc pour aller s’établir chez le couple de patrons qui l’emploie, les Petiot.

A Dole, il découvre la rudesse de la vie d’apprenti, avec le réveil aux aurores pour faire chauffer le four, aider le chef à faire les croissants, les courses périlleuses en vélo aux quatre coins de la ville avant de terminer par d’harassantes corvées de plonge et de nettoyage.

Les premiers jours sont difficiles à supporter pour Julien d’autant plus qu’il est piqué la nuit par de vicieuses punaises mais le jeune garçon s’accroche, aidé en cela par la solidarité avec les autres employés : Maurice Laurent, la vendeuse Colette Parisot, le second Victor Bressaud et le Chef André, un homme exigeant mais généreux.

Avec le temps, Julien découvre la véritable personnalité de son patron, M Petiot, un ex combattant de 1914-1918, qui ne cache pas sa haine des hommes politiques, mouvements de gauche et exploite sans vergogne ses employés.

Lorsque durant ses rares jours de congés, Julien revient voir son oncle et sa tante, son état de fatigue les inquiètent.

Ex fonctionnaire et homme de gauche convaincu, Pierre Dantin estime que Julien ne devrait pas accepter les conditions abusives de son apprentissage mais ne parvient pas à le convaincre de se rebeller ou de quitter Petiot.

Serrant les dents, Julien continue par défi personnel, acceptant sans regimber les conditions difficiles imposées par ses patrons.

Le travail manuel auquel s’ajoutent des séances de boxe nocturnes avec les autres apprentis de la ville développent ses muscles et lui donnent une aisance corporelle le faisant paraitre plus mature.

Mais après quelques incidents, Petiot prend progressivement en grippe Julien avant que la guerre entre les deux hommes ne se déclare franchement lorsque le patron reçoit la visite de Pierre Dantin qui tente de le rappeler à l’ordre.

Soupçonnant Julien d’être un agitateur de la C.G.T après qu’il ait pris sa carte en suivant l’exemple de Colette, Petiot laisse éclater sa haine contre ce jeune homme rebelle qui accomplit néanmoins sa tache quotidienne sans se plaindre.
Entre insultes, menaces de licenciement et coups mal ajustés, Petiot sait pertinemment qu’il a trop besoin de son apprenti pour aller trop loin.

Malgré ce climat de tension, Julien laisse transparaitre son tempérament artistique par des dessins d’une belle femme sosie de Marlène Dietrich qu’il observe passer chaque jour ou par des poèmes qu’il écrit pour cette muse en apparence aussi inaccessible que l’actrice américano-allemande.

Il fantasme également sur une carrière de boxeur à la Joe Louis, le champion noir américain de l’époque et de conduite de voiture de sports aux États-Unis.

Un tournant a lieu lorsque son oncle aimé meurt d‘une crise d‘apoplexie, ce qui ravage le cœur de Julien.

Après le choc de l’enterrement et le départ de sa tante, Julien se rend souvent sur sa tombe avec sa chienne, confiée à un vieux voisin.

Le vivant et fantasque Victor quitte la pâtisserie pour le service militaire et Edouard Cornut un nouvel ouvrier arrive chez Petiot, devenant vite un indicateur sournois à la solde de Petiot.

Julien parvient cependant à connaitre l’amour dans les bras d’une femme de chambre d’un hôtel mais paye cher sa folle nuit blanche lorsque dormant debout, il chute dans le canal du Doubs perdant par la même occasion son vélo et la précieuse pièce montée qu’il devait livrer pour un mariage.

Dénoncé par Cornut, Julien évite de peu le combat de trop face à Petiot et reçoit toute la solidarité de ses collègues qui attirent le dénonciateur dans un guet apens pour le frapper et l’humilier.

Mais en 1939, le Chef est mobilisé à son tour et doit quitter la pâtisserie, laissant ses outils de travail à Julien dans un émouvant adieu.

Son contrat s’achevant, Julien quitte non sans soulagement la pâtisserie, sous l’œil scandalisé de Petiot, en grande difficulté depuis le départ du Chef.

Il retourne grandi, apaisé et nourri d’une nouvelle expérience chez ses parents à Lons-le-Saulnier dans un climat menaçant de Seconde guerre mondiale après l’attaque de la Pologne par l’Allemagne…

En conclusion, roman largement autobiographique, « La maison des autres » se révèle une découverte réellement plaisante.

Sur un sujet en apparence peu attractif pour moi, Clavel réussit à maintenir l’intérêt du récit avec notamment quelques pages sublimes d’émotion comme lors de l’enterrement de l’oncle.

La rudesse mais aussi la noblesse des métiers manuels sont remarquablement mis en valeur, ainsi que la vie d’un adolescent rêveur des années 30 en Franche Comté.

Derrière ce récit plein de vie, pointent les grands enjeux de l’époque en France, le Front populaire, la montée des grands mouvements syndicalistes et l’angoissante approche de la Seconde guerre mondiale…

Un première expérience très plaisante donc qui me pousse à lire prochainement la suite de « La grande patience ».

La maison des autres (Bernard Clavel)
Repost 0
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 18:07
Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 », les Sons sont bloqués dans leur projet de départ en Irlande par leur présence requise pour leur procès à Charming.

Tandis que Stahl (Ally Walker) s’active pour honorer son pacte ave Jax (Charlie Hunnam) et faire reporter l’audience, ce dernier est contraint par la nécessité à demander à Tara (Maggie Stiff) de vendre d’écouler les médicaments de Honey (Frances Fisher) à un médecin d’une autre clinique.

La jeune femme, qui a avoué à Gemma (Katey Sagal) qu’elle était enceinte de Jax accepte par amour mais est vue effectuant le deal par Ernest Darby (Mitch Pileggi) qui se remet de ses graves brulures.

Sans hésiter, Darby vend son information à Jacob Hale (Jeff Kober) afin de provoquer une descente de police chez ses ennemis.

Du coté des Sons, l’acceptation de trois nouveaux Prospects est votée, ainsi que le transfert de Happy (David Labrava).

Mais Kozik (Kenny Johnson) rejeté au vote par son vieux rival Tiger (Kim Coates) brule d’en découdre pour faire ses preuves et ainsi avoir une seconde chance.

Il est chargé d’une mission délicate, liquider le tueur des Calaveras, encore hospitalisé pour les blessures que lui a infligé Jax à l’enterrement de Mi-couille (Johnny Lewis).

Avec l’aide du toujours précieux Chuck (Michael Marisi Ornstein) qui distrait l’attention des policiers de garde, Kozik fait preuve de maladresse en frappant le Calavera alors que les consignes de Clay (Ron Perlman) étaient d’user de cyanure pour faire croire à une crise cardiaque.

Cette mission semi ratée provoque encore des tensions entre Kozik et Tiger qui en viennent aux mains mais permet ensuite à Clay de mettre à l’exécution un plan de plus grande envergure visant à conclure une trêve avec les Mayans.

Une rencontre au sommet est organisé avec Marcus Alvarez (Emilio Rivera) et occasionne un deal pour l’acheminement de la drogue entre Lodi et Stockton, à la condition du rejet des Calaveras dans le marché.

Alvarez accepte et lâche sans hésiter Salazar (José Pablo Cantillo) et son club qui sont éjectés sans ménagement malgré leurs protestations au profit des Grim Bastards de T.O Cross (Michael Beach).

La chance tourne pour les Sons qui après avoir échappé à une arrestation dans le cadre d’une descente de la brigade anti drogue devant un Unser (Dayton Callie) de plus en plus passif et distant, voient par un spectaculaire revirement de Gemma à son audience judiciaire, accuser Amy Tyler (Pamela Gray) de l’ATF du meurtre d’Edmond Hayes (Callard Harris) à la place de Stahl, violant ainsi le marché que tentait de lui imposer la diabolique : un évitement de le peine de mort contre l’endossement des deux meurtres.

Ce coup de théâtre permet à l’avocate Ally Lowen (Robin Weigert) d’obtenir un report de l’audience des Sons pour quelques semaines et ainsi à Clay d’obtenir l’aide d’Elliott Oswald (Patrick Saint Esprit) une aide logistique pour s’envoler illégalement pour l’Angleterre afin de gagner l’Irlande du Nord et se mettre en quête d’Abel.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 », se place toujours dans une position d’attente complexe dans l’attente d’une prochaine grande évolution.

Les Sons parviennent à s’extraire au moins temporairement de leurs problèmes avec les Mayans et l’ATF à Charming, afin de pouvoir gagner l’Europe.

Le jeu à trois entre Jax, Gemma et Stahl s’avère à haut risques pour les trois acteurs et ne va pas sans dommages collatéraux comme le rejet injuste de Tara par Jax, après l’avoir impliquée dans des affaires particulièrement troubles dans les intérêts supérieurs du club.

Cette rupture est la conséquence principale de ce sixième épisode, avant la suite qu’on devine irlandaise…

Sons of anarchy, saison 3, épisode 6 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 20:34
Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 », June Stahl (Ally Walker) profite de la position de faiblesse de Gemma (Katey Sagal) ligotée et menottée à l’hôpital après son malaise cardiaque pour lui poser un dilemme : livrer l’IRA pour l’enlèvement d’Abel ou terminer sa vie en prison ou pire pour les meurtres de la fille de Zobelle et du fils d’Hayes.

Ne sachant pas qui croire, de Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) ou de Gemma, Clay (Ron Pearlman) et Jax (Charlie Hunnam) envoient Juice (Theo Rossi), Opie (Ryan Hurst) et Bobby (Mark Boone Jr) pour écouler les médicaments de Honey à Lumpy Feldstein (Michael Fairman) le gérant d’un club de boxe mais tombent dans un piège tendu par Chicken man (David Marciano) un toxicomane dans lequel Juice se fait dépouiller et tabasser par les Calaveras d’Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo).

Lorsqu’il revient amoché et piteux, Juice alerte Clay sur la révolte de ce club latino affilié aux Mayans.

En réaction, le chef des Sons of anarchy bénéficient d’informations du gang des bikers noirs de T.O (Michael Beach) pour inspecter un entrepôt suspect contrôlé par les Calaveras.

Tiger (Kim Coates) et Chucky (Michael Marisi Ornstein) sont envoyés en éclaireurs et confirment les soupçons de trafic de drogue émis par T.O.

De son coté Jax qui finit par recevoir également un coup de fil de Maggie (Mc Nally Sagal), passe à l’action en solo, allant trouver Stahl dans sa maison personnelle après l’avoir filé et lui proposant un marché incroyable, lui livrer Jimmy O pour redorer sa carrière moribonde à l’ATF en échange de l’immunité pour sa mère, son fils et son club.

Malgré ses réticences, Stahl qui couche avec son adjointe Amy Tyler (Pamela J Gray), finit par céder à l’appât de de son ambition dévorante après que Jax lui ait livré Luke (Kevin Kearns), l’homme de confiance de Jimmy avec un stock d’AK 47 impressionnant.

On comprend que Jax a pris de gros risques pour sauver son fils et entrainer son club dans un voyage dans la lointaine Irlande ou il bénéficie malgré tout de quelques contacts de motards locaux affiliés comme Liam O’Neill (Arie Verveen).

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 » redonne un peu de vigueur à l’intrigue en remplaçant la redoutable Stahl dans le jeu, avec un marché aussi excitant que sulfureux avec le vice président des Sons.

Alors que les gangs latinos refont sporadiquement parler d’eux sans pour l’instant présenter une menace sérieuse, Jax prend une décision radicale en entrainant les Sons dans un voyage périlleux loin de leurs terres californiennes pour trouver et sauver son fils en Irlande du Nord, fief de la redoutable armée de l’IRA.

De nouveaux horizons se dessinent donc pour les Sons avec un avenir bien incertain et sans doute risqué !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 5 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 19:55
Sons of anarchy, saison 3, épisode 4 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 4 », revenu à Belfast, Jimmy O’Phelan (Titus Welliver) tente de faire croire à Jax (Charlie Hunnam) qu’Abel est à Vancouver alors qu’il menace Maggie (Mc Nally Sagal) en Irlande pour retrouver lui-même l’enfant.

Gemma (Katey Sagal) doit de son coté prendre une décision douloureuse : conduire son père Nate (Hal Holbrook) atteint de la maladie d’Alzheimer dans une maison de retraite.

En larmes, elle est assistée dans cette pénible épreuve par Tara (Maggie Stiff) qui subit les foudres de Jax et Clay pour avoir participé au meurtre d’Amelia (Monique Gabriela Curnen)

A Charming, Piney (William Lucking) et Bobby (Mark Boone Jr) se rendent chez Honey (Frances Fisher) une trafiquante de médicaments pour leur consommation personnelle mais tombent sur la bande de dealers locaux de Red Head (Ray Porter), sortes de rednecks ultra agressifs cherchant à dérober toute la marchandise.

Pris au piège face à des adversaires plus nombreux et mieux armés, les bikers ne doivent leur salut qu’à l’arrivée des renforts de tous les Sons of anarchy qui neutralisent les dealers et récupèrent en récompense de leur intervention un stock de stéroïdes et de médicaments contre le VIH.

Mais à peine remise de l’épreuve de la maison de retraite, Gemma qui a décidé de revenir à Charming malgré les risques d’une arrestation, reçoit un coup de fils de Maggie qui lui annonce qu’Abel est à Belfast.

La reine mère des Sons fait en réponse un malaise et tombe inanimée sur le parking du garage.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 4 » continue de balancer entre l’Irlande et la Californie, la partie irlandaise se trouvant pour moi beaucoup moins excitante que son homologue.

Profonde émotion en revanche toujours pour Gemma, dans une scène poignante que personne ne souhaiterait vivre ou elle se trouve contrainte de se séparer d’un père aimé.

Pour le reste, l’intrigue piétine quelque peu et ce ne sont pas les bagarres avec des bouseux du coin qui viennent tirer cette saison 3 vers le haut…

Sons of anarchy, saison 3, épisode 4 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 20:40
Spider-man (Todd Mac Farlane, Rob Liefeld)

Toujours à l’honneur, Todd Mc Farlane signe chez Marvel dans les années 1990-1991 pour scénariser et dessiner Spider-man dans des aventures regroupées dans « Spider-man ».

Dans la première d’entre elles, Peter Parker marié à la sexy rousse Mary Jane Watson, se met sur la trace du Lézard, qui envouté par une sorcière formée par Kraven le chasseur, commet d’atroces meurtres à New-York.

Mais après avoir trouvé l’origine de la deshumanisation de son ancien ami/adversaire, Spider-man réalise que la Sorcière a la possibilité d’affaiblir ses pouvoirs en raison d’un venin magique injecté dans son corps à l’aide des griffes du Lézard.

Dans un atmosphère de violence et de magie noire, Spider-man ne sauve sa peau qu’en profitant du chaos de son combat contre le Lézard qui fait exploser une canalisation de gaz.

Alors que Mary Jane se console de l’absence de son mari en sortant seule faire la bringue dans le New-York by night, Spider-man rassemble ses dernières forces pour régler ses comptes au Lézard en l’étranglant avec des chaines ce qui provoque la disparition de la Sorcière.

Spider-man affronte ensuite un autre vieil ennemi, le Super bouffon et s’aperçoit qu’il traqué par Ghost rider en personne qui désire le châtier pour ses enlèvement d’enfants.

Le combat entre les trois hommes est confus, le Super bouffon illuminé se défendant avec la hargne de nouveaux pouvoirs mystiques face un adversaire le surclassant, tandis que Spider-man tente de s’interposer pour sauver la vie d‘un adolescent appelé Adam.

Une fois le Super bouffon mis KO par Ghost rider, Spider-man obtient du bourreau infernal de l’épargner pour préserver la vie d’Adam blessé dans la lutte.

L’action se transpose ensuite dans le Grand Nord canadien dans lequel le photographe Peter Parker appelé pour couvrir une série de meurtres d’enfants attribués au Wendigo, croise la route de Wolverine qui mène lui-même son enquête.

Après une enquête difficile faite de faux semblants dans lesquelles les peurs ancestrales de population militent pour accuser le monstre terrifiant des légendes canadiennes, Wolverine parvient à démasquer le vrai coupable, Krahn un policer pédophile poussant les habitants à faire des battues dans la foret afin de détourner les soupçons.

Wolverine laisse partir Krahn et permet à Thorpe l’un des chasseurs de le dénoncer en ayant entendu ses aveux dans la foret.

La journaliste canadienne Ann Brooks qui fait office de narratrice publiera elle aussi un article qui sera minoré par sa direction au motif qu’il était moins vendeur qu’un Bigfoot albinos tueur.

De retour à NY, Spider-man vétu de son costume noir de Vénom qui effraie tant sa femme, descend dans le égouts mettre en fuite le vampire Morbius qui a pris le contrôle des Morlocks pour lui ramener des victimes à consommer.

On termine par une histoire de Rob Liefeld dans laquelle la X-Force (Warpath, Feral, Shatterstar, Domino) aidée de Spider man affronte le Fléau dans un combat aussi confus qu’irritant sur le sommet des deux regrettées tours du World Trade Center.

Responsable d’une explosion au WTC, l’associé et ami du Fléau, Tom Cassidy est abattu par Câble

Après moultes improbables revirements, l’invulnérable colosse est pris en traitre par les épées magiques de Shatterstar qui parviennent à desceller son casque et mis en joue par Câble, se fait téléporter pour échapper au conflit, laissant la X-Force face aux hommes de S.H.I.E.L.D.

En conclusion, « Spider-man » montre déjà avant « Spawn » tout le talent et le style unique de Todd Mc Farlane composé de noirceur, de mysticisme, de violence et d’action.

Le Canadien est parfaitement à l’aise pour créer des atmosphères horrifiques dans lesquelles évoluent le Lézard, le Super bouffon ou Ghost rider dans des versions démoniaques d’eux même.

Il fait preuve de plus de subtilité dans l’affaire du Wendigo, qui fait plus ici figure de victime de la folie des hommes que de prédateur aussi implacable qu’effrayant, même si Spider-man n’a ici qu’un rôle de faire valoir face à un Wolverine taillé sur mesure pour la profonde foret du Grand Nord.

On déplorera cependant des scènes d'action surchargées parfois difficiles à apprécier et l'aventure de Morbius, éternel looser en Dracula de série B.

Enfin, même si Liefeld n’a pas son pareil pour dessiner des forces de la nature comme le Fléau ou Red dragon, son aventure reste de loin la plus faible et ridiculise un personnage censé balayer des semi amateurs comme la X-Force.

Malgré ces critiques, Mac Farlane impose indiscutablement une version plus sombre et violente du Tisseur bon enfant des années 60.

Spider-man (Todd Mac Farlane, Rob Liefeld)
Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 20:08
Spawn, tome 13, abomination (Todd Mc Farlane, Brian Holguin, Angel Medina, Nat Jones)

En 2015 sort « Spawn tome 13, abomination » confirmant la cadence élevée de production de l’écurie Todd Mc Farlane.

Ici le créateur canadien continue son association avec Brian Holguin, Angel Medina et Nat Jones (dessins) pour narrer le choc frontal et d’une violence extrême entre Spawn et le clown Violator qui a essaimé une horde de zombies possédés menaçant gravement la sécurité civile de New-York.

Mais Violator piège Spawn dans une zone appelée la zone aveugle, ou ses pouvoirs se trouvent annihilés et le livre ensuite aux atroces tortures de ses sbires.

Après que Violator se soit surpassé dans des mises en scènes aussi cruelles que délirantes, Spawn parvient à rassembler ses forces et à combattre le crime qui s’abat sur la ville et finit par échouer gravement blessé sous sa forme humaine aux urgences d’un hôpital.

De son coté le démon Mammon alias N’zzezheaal travaille au corps la sorcière Nyx pour la convaincre de passer un pacte avec lui : son pouvoir contre une visite en Enfer pour sauver l’âme de son amie d’enfance suicidée Théa.

Nyx finit par céder et se rend à l’hôpital pour profiter de la faiblesse de Simmons et lui dérober le pouvoir du Spawn.

Accompagné mentalement par le démon, Nyx tente de se frayer un chemin à travers les cercles de l’Enfer, traversant des paysages terrifiants ou des monstres brutaux et autres démons vicieux tentent de l’agresser ou de la perturber.

Grace aux pouvoirs du costume et de l’aide inattendue du Rédempteur laissé sur place par Spawn, Nyx parvient à arriver jusqu’à Théa mais comprend après un dialogue avec elle, que son amie souhaite disparaitre.

Elle s’exécute après un ultime adieu déchirant et obtient de N’zzezheaal un laissez passer également pour le Rédempteur qui souhaite revenir sur Terre.

De retour sur Terre, Nyx est prête à encourir le juste courroux de Spawn qui a retrouvé le contrôle de son pouvoir mais est secourue par le Rédempteur qui engage un combat acharné.

Si Spawn triomphe finalement de son adversaire, Mammon/N’zzezheaal fait ensuite tranquillement son apparition et lui démontre qu’il peut à présent complètement le contrôler et le persécuter à loisir.

Cruellement le démon choisit de relâcher Simmons en lui enlevant tous ses souvenirs.

On retrouve donc notre héros en vagabond échouant à Arcadia, petite ville sans histoire dans laquelle les habitants ont la curieuse manie d’effectuer tous les sept ans un sacrifice d’une jeune vierge afin d’apaiser les Oubliés des anges déchus garant de leur protection.

Usant de ses pouvoirs Spawn relève un défi audacieux visant à garantir la victime de sa protection face à des créatures usant de multiples transformations et tours de magie pour prendre le dessus.

En conclusion, « Spawn tome 13, abomination » garde le cap avec un scénario éprouvé ou Spawn se colletine avec un Violator déchainé menaçant New-York puis un flamboyant Rédempteur, sorte de symétrique en version positive de lui-même.

Derrière ses chocs hauts en couleurs, on appréciera l’épopée cauchemardesque de Nyx en Enfer dans un but particulièrement émouvant et louable.

Les compteurs sont donc au beau fixe pour cette équipe de scénaristes et dessinateurs de haute volée qui continuent de maintenir un haut niveau d’intérêt et de qualité dans cette série, sans pour l’instant connaitre d’essoufflement…

Pour combien de temps ?

Spawn, tome 13, abomination (Todd Mc Farlane, Brian Holguin, Angel Medina, Nat Jones)
Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 10:36
Creed, l'héritage de Rocky (Ryan Coogler)

Après avoir revu l’intégrale des Rocky il y a tout juste un an et réalisé tout le bonheur que cela me procurait, je me suis donc logiquement dirigé avec « Creed, l’héritage de Rocky » de Ryan Coogler, sorti en 2016 en France.

L’histoire développée est celle d’Adonis (Michael B Jordan) le fils d’Apollo Creed, boxeur légendaire mort sur le ring après deux matchs homériques face à Rocky Balboa (Sylvester Stallone).

Ayant grandi sans connaitre son père, Adonis est passé de foyers en foyers, car incapable d’exprimer son mal être autrement que par ses poings avant que sa belle mère, Mary Anne (Phylicia Rashad) la seconde femme d’Apollo ne le prenne sous sa protection pour l’extraire à ce monde de violence.

Devenu un fils de bonne famille de Los Angeles ayant fait des études, Adonis n’en continue pas moins à boxer en cachette au Mexique.

Incapable de juguler son obsession pour son père et la boxe, il plaque un confortable métier de cadre pour contre l’avis de sa belle mère, partir à Philadelphie pour devenir boxeur pro.

Une fois à Philadelphie, Adonis entrer en contact avec Rocky qui végète dans son petit restaurant italien.

Toujours renfermé et triste par la mort de sa femme Adrian et de son beau frère Paulie qu’il visite régulièrement au cimetière, Rocky refuse tout net d’entrainer le fils de son ex rival et ami.

Ceci n’entrave pas la détermination du jeune homme qui va s’entrainer en solitaire chez Pete Sporino (Ritchie Coster) un ami d’enfance de Balboa.

Dans son petit studio, Adonis fait la connaissance de sa voisine Bianca (Tessa Thomson) une métisse musicienne qui se produit dans des clubs électro de la ville.

Adonis et Bianca flirtent ensemble, le jeune femme lui révélant sa surdité inévitable à venir.

A force de persévérance, Adonis parvient à convaincre Rocky de l’entrainer.

Le vieil homme se fait violence, amenant le fougueux jeune noir à d’intenses footings, séances de corde à sauter, travail au sac et punching ball.

Les progrès se font rapidement sentir et Sporino propose un combat avec son fils Leo (Gabriel Rosado) un boxeur déjà aguerri et invaincu.

Après quelque réticences, Rocky accepte qu’Adonis vienne vivre chez lui et lui demande de s’entrainer dans un club du nord de la ville situé dans un quartier difficile.

Sur place, Adonis rencontre une équipe extraordinaire de vieux entraineurs, préparateurs, soigneurs et un sparring partner idéal pour le faire progresser à la dure.
Le combat a finalement lieu et se solde par une victoire encourageante d’Adonis contre un adversaire féroce classé mondialement.

Le nom d’Adonis attire le Britannique Ricky Conlan (Tony Bellew), champion du monde en titre, dont les finances sont à sec après un passage en prison.

Son manager Tommy Holiday (Graham Mc Tavish) contacte Rocky et propose un match à Adonis à la condition express qu’il porte le nom de son père.

Adonis voit dans ce combat le moment venu d’exister hors de l’ombre envahissante d’Apollo.

Au cours de la préparation, Rocky fait un malaise et doit être hospitalisé.

Les médecins décèlent un cancer mais Rocky cache la vérité à ses proches, refusant même de se soigner pour rejoindre sa femme aux cieux.

Adonis découvre malgré tout le secret et une violente dispute éclate entre les deux hommes.

Après une altercation dans une boite de nuit ou joue Bianca, Adonis parle durement à Rocky et les deux hommes trouvent un accord : Adonis recommence à s’entrainer si Rocky accepte de se soigner.

Malgré une épuisante chimiothérapie, Rocky supervise l’entrainement d’Adonis avec course à pied à l’aube, sparring à haute vélocité et déplacements éreintants sur le ring.

Le soir du combat à Liverpool face à une horde de fans anglais tous acquis à leur champion, Adonis qui n’est pas pris au sérieux par Cnolan, surprend le champion et fait jeu égal avec lui.

Conlan qui pensait avoir un combat facile et empocher sans forcer une belle somme d’argent, déchante et prend autant de coups qu’il n’en reçoit.

Le match dure douze rounds à haute intensité et Adonis manque la victoire d’une poignée de seconde face à un adversaire chancelant qui conserve néanmoins son titre.

Mais il a gagné le respect de soi-même sous les yeux de sa belle mère qui a assisté au match à la télévision.

Symboliquement, Adonis fait gravir les marches une par une à Rocky des fameux escaliers ou il terminait ses footings à l’aube face à la ville de Philadelphie.

En conclusion, « Creed, l’héritage de Rocky » permet enfin à Sylvester Stallone âgé de près de 70 ans à présent, de laisser tomber le ring, pour des prestations qui devenaient embarrassantes…

Mettant moins en valeur le créateur-héros principal de la série des Rocky, le scénario joue habilement sur processus de transmission d’un vieil homme fatigué et malade au fils d’un ancien rival devenu ami.

Avançant chacun avec leurs propres fêlures, les deux hommes vont formidablement s’épauler pour donner au public ce qu’il attend d’un Rocky, de la sueur, du sang et des larmes.

Si on met de coté la performance magnifique d’un Stallone vieux malade attendant la mort, le film se montre malgré tout inférieur à la franchise des Rocky dans l’intensité de la préparation et des choix musicaux hip hop/électro à des années lumières de l’hymne génial composé par Bill Conti.

Sans le caractère épique de l’entrainement, ce spin off de Rocky perd de sa saveur, même si les combats menés par des athlètes très bien préparés demeurent d’une belle efficacité technique et visuelle.

Un ersatz de Rocky donc, mais qu’une forte dose de nostalgie et que la présence de notre « père » ou « oncle » à tous, Sylvester Stallone suffiront à rendre agréable à regarder en 2016, soit quarante ans (!) après le premier Rocky…

Putain de temps qui passe, non ?

Creed, l'héritage de Rocky (Ryan Coogler)
Repost 0
Published by Seth - dans Sport
commenter cet article
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 09:49
Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 », les Sons of anarchy approchent Henry Lin (Kenneth Choi), le chef d’un gang asiatique pour s’approvisionner en pistolets automatiques les tarifs des AK-47 étant trop élevés pour eux vu l’état de leurs finances.

Lin demande en échange des actrices X blanches pour des partenaires venus de Hong-Kong ce qu’accepte de fournir Clay (Ron Pearlman) malgré quelques réticences d’Opie (Ryan Hurst) concernant la participation de Lyla (Winter Ave Zoli) devenue sa girl friend.

A Belfast, le corps marqué de Cameron Hayes (Patrick Mc Shane) est exposé en pleine rue, afin d’avoir le retentissement nécessaire de sa punition.

La mort de son cousin reste difficile à digérer pour Maureen Ashby (Paula Malcomson) qui doit en plus se séparer d’Abel sur ordre d’Ashby (James Cosmo).

Maureen charge son employée de magasin, Cherry (Terry Manning) d’appeler Gemma (Katey Sagal) pour lui parler mais le coup de fil échoue, pire, aboutit à ce que l’ex prostituée ne découvre la mort de son ex petit ami le Prospect (Johnny Lewis).

Gemma est pourtant très occupée entre la disparition de son père Nate (Hal Holbrook) qui part seul avec un fusil de chasse dans l’intention de se suicider avant de renoncer à son acte désespéré mais également avec Amelia (Monique Gabriela Curnen) ligotée dans la cave, qui finit par s’échapper en frappant Tara (Maggie Stiff).

Une lutte farouche au couteau éclate entre les trois jeunes femmes qui se solde par la mort accidentelle d’Amelia.

Embarrassé, Tiger (Kim Coates) fait appel à un nettoyeur professionnel, Bachman joué par l’écrivain mondialement connu Stephen King.

Taciturne et excentrique, Bachman n’en est pas moins efficace et fait disparaitre le corps d’Amélia.

Le deal avec les asiatiques passe mal en raison de la jalousie d’Opie qui ne supporte pas de voir sa chère Lyla tailler une pipe à un client.

Après un échange de coups de poings, le marché est rompu et les conséquences désastreuses pour Lin et Clay, qui finit néanmoins en faisant profil bas à obtenir ses armes en échange d’une mise en contact direct avec des gangsters italiens et d’un pourcentage revu à la baisse, 5% pour les Sons.

A Charming, l’ambiance est nettement moins favorable aux Sons depuis la fusillade qui a couté la vie à David Hale (Taylor Sheridan).

La liberté conditionnelle du gang, chèrement achetée par l’influent Elliott Oswald (Patrick Saint Esprit) est revue par la justice avec menaces d’emprisonnement et Wayne Unser (Dayton Callie) le vieux shérif tout acquis à la cause des bikers, change son fusil d’épaule, passant un pacte avec Jacob Hale (Jeff Kobber) pour le futur de la ville.
Ceci n’altère pas la ferme intention des Sons de retrouver Abel, qui semble t il se trouverait en Irlande…

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 » développe la suite d’une histoire entamée tambour battant dans les deux premier épisodes et on serait tenté de dire que le rythme faiblit un peu avec cette histoire d’escorts pour asiatiques qui tourne mal à cause de la sensibilité d’Opie.

L’histoire en Irlande n’avance pas beaucoup et seule partie dévolue à Gemma et son père malade tient toujours en haleine, avec l’élimination de l’aide ménagère latina à fort tempérament et l’apparition en guest de luxe de Stephen King !

On reste donc (un peu) sur sa faim et attend avec impatience la suite !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 3 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 12:54
Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 (Kurt Sutter)

Nous sommes déjà dans « Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 ».

La recherche d’Abel progresse lorsque les hommes de Laroy Wayne (Tori Kittles) donnent aux Sons of anarchy une information cruciale sur Cameron (Jackie Mc Shane) qui s’est fait faire de faux papiers pour quitter le territoire.

Le petit bateau sur lequel il s’est enfui est également retrouvé et mène à une course poursuite endiablée de deux hommes noirs appartenant à un gang ayant aidé Cameron à se procurer des armes et à s’enfuir.

Après une explication musclée et des échanges de coups de feux, Jax (Charlie Hunnam) et Clay (Ron Pearlman) repartent avec de nouvelles informations pour suivre la trace du fugitif irlandais dont le bateau est coulé.

Clay garde le bonnet d’Abel retrouvé sur place et promet de le rendre à Jax lorsque son fils sera retrouvé, vivant.

Après la sanglante fusillade lors de la veillée du Prospect (Johnny Lewis), Jacob Hale (Jeff Kobber) le frère du shérif mort, annonce à Unser (Dayton Callie) sa volonté de devenir le maire de Charming et lui propose une alliance, que le vieux shérif refuse par fidélité pour Clay.

L’enquête suit également son cours autour du membre du gang ennemi sévèrement tabassé par Jax.

Les Sons s’arrangent pour pénétrer dans l’hôpital et identifient une marque d’un gang latino de Lodi, les Calaveras affilié aux Mayans.

Des contacts sont pris avec T.O Cross (Michael Beach), le chef d’un gang de motards noirs alliés de Lodi, qui assurent aux Sons leur soutien face aux Calaveras et leur indiquent le nom de leur chef, Hector Salazar (Jose Pablo Cantillo).

Sans perdre de temps, Salazar est arrêté dans le lit de sa maitresse, tabassé et torturé jusqu’à ce qu’il avoue que Marcus Alvarez (Emilio Rivera) le chef des Mayans souhaite avec la complicité des Néo-nazis, étendre son contrôle du trafic de drogue dans les prisons en établissant une route de Lodi à Stockton, ce qui implique la prise de Charming et donc l’élimination des Sons of anarchy.

Comprenant l’ampleur de la menace, Clay qui sait que son gang est affaibli après le combat contre la Ligue nationaliste blanche, préfère temporiser et laisse repartir vivant Salazar.

De son coté, Gemma (Katey Sagal) qui ne tient plus en place, commet l’erreur de vouloir voler une voiture et plante un coup de couteau dans l’entre jambe de son propriétaire.

Tiger lui dit de se calmer et de rester encore au vert chez son père Nate Madok (Hal Holbrook).

Fidèle à sa réputation de « bad boy » vicieux, Tiger devient l’amant de l’aide soignante Amelia Dominguez (Monique Gabriela Curnen) mais les choses tournent mal lorsque Madok atteint d’une crise de démence sénile, lui tire dans l’omoplate en croyant trouver un rodeur.

Même si la blessure n’est que superficielle, cet incident alerte les soupçons d’Amelia qui découvrant la récompense de 25 000 dollars pour l’arrestation de Gemma, décide de la braquer, ce qu’elle regrette amèrement lorsque la reine mère des Sons retourne l’arme contre elle.

Alors que Tara (Maggie Stiff) reçoit un soutien inattendu de sa chef qu’elle avait agressé, qui lui recommande de ne pas prendre un congé sans solde suite à une défaillance en plein milieu d’une opération sur un enfant, la jeune femme parvient à convaincre Jax de continuer ensemble.

Une entrevue avec Clay et sa bande permet au le redoutable Jimmy O‘Phelan (Titus Welliver), l’ambitieux gangster de l’IRA de comprendre que les Sons ne sont en rien responsable du meurtre du fils de Cameron et que c’est l’ATF qui a tout manigancé.

Fort de cette information, Jimmy O parvient à convaincre Kellan Ashby (James Cosmo) de liquider Cameron, ce que fait faire le vieux prêtre dans une église après lui avoir administré l’extrême onction.

Après avoir réglé ce malentendu avec l’IRA, Clay demande à Bobby (Mark Boone Jr) de contacter Sergio Coletti (Jeffrey Newman) le mari chasseur de prime de son ex femme Precious Ryan (Eileen Grubba), pour rechercher Cameron et Abel.

Coletti accepte en échange d’une arrestation d’un ex militaire qui lui rapportera une jolie somme.

Mais l’opération dans un sex shop s’avère plus délicate que prévue, l’homme fuyant dans la rue après une rude bagarre et finissant renversé par une voiture.

Jax obtient néanmoins un information cruciale de la fuite de Cameron au Canada.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 » continue de réserver son lot de péripéties avec la découverte de la complexité du fonctionnement de l’IRA entre Irlande et Etats-Unis, du passé de Gemma, figure centrale et o combien géniale de la série avec en parallèle un nouveau choc de grande envergure entre les Sons of anarchy et leurs ennemis de toujours les redoutables Mayans.

Action, émotion et richesse narrative se combinent donc pour former le meilleur !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 2 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 10:02
Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 (Kurt Sutter)

Il n‘y a pas de raisons de stopper son plaisir alors voici « Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 », qui fut diffusé en 2010 aux Etats-Unis.

La victoire sur les Néo-nazis de la Ligue nationaliste blanche a un gout amer puisqu’elle se solde par l’enlèvement d’Abel le fils de Jax (Charlie Hunnam) par Cameron Hayes (Jackie Mc Shane) en représailles pour la mort de son propre fils Edmond.

Tandis que Gemma (Katey Sagal) va se cacher dans une maison discrète de l’Oregon sous la protection de Tiger (Kim Coates) pour échapper au mandat de recherche contre elle, Jax et Clay (Ron Pearlman) mettent tous leurs moyens pour retrouver Abel.

Cameron a en réalité fui en Irlande pour retrouver les membres dirigeant de l’IRA dont un prêtre le père Kellan Ashby (James Cosmo) semble l’un des principaux leaders.

Cameron qui a confié Abel à une Irlandaise appelée Maureen Ashby (Paula Malcomson) plaide sa cause terriblement mal à l’aise face à une situation qui le dépasse.

Tout en temporisant, Ashby doit résister aux pressions de Jimmy O‘Phelan (Titus Welliver) toujours présent à Charming, qui désire éliminer Cameron pour solder le conflit avec les Sons of anarchy et rétablir ainsi le vieux business du trafic d’armes.

En cavale, Gemma en profite pour renouer avec son père Nate Madok (Hal Holbrook) ex révérend atteint de la maladie d’Alzheimer qui doit bénéficier de la garde à domicile d’une jeune femme appelée Amelia Dominguez (Monique Gabriela Curnen).

Les retrouvailles sont difficiles car Nate perd la tête, voit encore sa femme décédée et peine même à reconnaitre Gemma qui sait qu’il n’en a plus pour longtemps avant d’être placé en maison de retraite.

Les recherches pour trouver Cameron ayant fait chou blanc, Jax connait d’intenses turbulences et demande à Tara (Maggie Stiff) de quitter la ville.

Ce jugement sévère bouleverse la jeune médecin qui a déjà réalisé d’importants sacrifices personnels et professionnels pour suivre par amour Jax.

Maggie qui a livré un témoignage réduit au strict minimum à la police pour retrouver Abel, décide pourtant de rester contre l’avis de Jax.

Clay et Jax qui ont compris que Stahl (Ally Walker) était à l’origine de la manipulation fatale ayant abouti à l’enlèvement d’Abel, l’accusation de Gemma doivent cependant enterrer Prospect (Johnny Lewis) victime collatérale de cette affaire.

Lors de la veillée du corps, les Sons de plusieurs Etats se rassemblent et des tractations opèrent avec les autres franchises pour recruter de nouveaux membres.

Herman Kozik (Kenny Johnson) ennemi de Tiger fait part de son désir de rejoindre l’équipe de Samcro ainsi que Happy (David Labrava) le chef des Nomads, homme des coups durs.

Mais au cours de la veillée de l’ancien soldat aspirant biker, un van noir surgit et ouvre le feu sur les motards massés devant la chapelle.

La fusillade cause la mort d’un enfant, une blessure à l’épaule pour Chucky (Michael Marisi Ornstein) et surtout celle du shérif David Hale (Taylor Sheridan) renversé alors qu’il tentait de riposter sur les assaillants.

L’un d’entre eux est cependant pris et sauvagement frappé par Jax qui ne contrôle plus ses poussées de violence.

La stupéfaction termine donc ce premier épisode pas vraiment de tout repos !

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 » reçoit la lourde tache de relancer la série après deux saisons exceptionnelles d’intensité et commence sur les chapeaux de roue avec la traque de Cameron sur fond de conflit larvé avec l’IRA et surtout la cavale de Gemma, qui lui permet de renouer avec un passé douloureux avec un père atteint d’une maladie dégénérative.

Cet épisode étonnant, bouleversant contient aussi son lot de surprise avec l’attaque éclair d’un gang rival en pleine période de deuil pour l’attachant Prospect, qui aboutit à la perte d’une figure emblématique des deux premières saisons, l’incorruptible shérif adjoint David Hale !

Le spectateur ne peut donc qu’avoir le souffle coupé après ce démarrage choc !

Sons of anarchy, saison 3, épisode 1 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens