Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 09:38
Inception (Christopher Nolan)

En 2010, Christopher Nolan sort « Inception ».

Ce film de Science fiction met en scène une équipe d’espions industriels dirigée par Dominic Cobb (Leonardo di Caprio) qui est contactée par Saito (Ken Watanabe) pour détruire son concurrent dirigé par Robert Michael Fischer (Cillian Murphy) depuis la mort récente de son père Maurice (Pete Postlewhaite).

Soupçonné à tort de la mort de sa femme Mal (Marion Cotillard) ancienne partenaire de rêve, s’étant suicidée en raison des perturbations de son psychisme, Cobb n’a pas le choix et accepte le marché.

Pour arriver à ses fins, Cobb utilise la technique de l’Extraction ou de l’Inception et infiltre le subconscient de ses victimes pour dérober leurs secrets ou les influencer dans leurs choix stratégiques.

Avec son bras droit Arthur (Joseph Gordon Levit) il recrute un escroc nommé Eames (Tom Hardy), Yusuf (Dileep Rao) un chimiste pour droguer les victimes et enfin une étudiante surdouée Ariane (Ellen Page) capable par son esprit structuré et créatif de modeler l’univers des rêves.

Au cours d’un long vol vers Sydney, Fischer est drogué afin que l’équipe infiltre son subconscient.

Mais le premier niveau rêve s’avère insuffisant pour faire parler sous la menace Fischer et son oncle Browning (Tom Bérenger) afin de leur arracher un code permettant de percer les secrets de la firme Fischer.

Agressée par les défenses psychiques de Fischer qui envoie des gardes armés pour les tuer, l’équipe fuit dans un van piloté par Yusuf.

La décision est prise d’accéder à un second niveau de rêve, à l’intérieur même du van.

Grièvement blessé dans la fusillade, Saito devient inopérant dans le second niveau.

Dans ce monde de buildings d’affaire, Cobb tente de gagner la confiance de Fischer et le drogue à nouveau.

Alors qu’Arthur assure la surveillance du second niveau de rêve face à de nouvelles menaces armées, un troisième niveau s’avère nécessaire pour atteindre le subconscient de Fischer.

L’équipe restante doit donc prendre d’assaut une forteresse enneigée, tandis que le temps s’écoule différemment dans les différents niveaux de rêve.

Pris dans une fusillade, le van chute au ralenti d’un pont, faisant vaciller le monde ou Arthur affronte des gardes du corps surentrainés, tandis que Cobb, Eames, Ariane et Fischer lui-même combattent les gardes de la base.

Malgré une nouvelle apparition de Mal qui blesse Fischer à l’épaule, la manœuvre finit par réussir et le jeune homme comprend qu’il ne doit pas reprendre les reines de l’entreprise d’un père qui le méprisait.

Dans le niveau le plus bas des rêves appelé les Limbes ou évoluent les esprits des morts, Cobb et Ariane retrouvent Mal et Saito tous les deux finalement morts dans les autres niveaux supérieurs.

Alors que Ariane sort de ce monde troublant, Cobb décide de rester dans les limbes pour convaincre Saito vieilli et hagard de le blanchir du meurtre de Mal…

Les dormeurs finissent finalement par se réveiller in extremis par des fameuses décharges provoquées par des chocs physiques et à s’extraire du van plongé dans l’eau.

Dans la réalité, Cobb descend de l’avion et revient libre aux Etats-Unis pour retrouver ses enfants qu’il n’avait pu voir depuis sa poursuite pour meurtre.

En conclusion, « Inception » est un film long, complexe marqué par le style sombre et tortueux de Nolan.

Si l’originalité du scénario rappelle les romans les plus aventureux de Philipp K Dick et si la dextérité du réalisateur ne fait aucun doute dans la superposition de multiples scènes d’actions interconnectées dans divers plans parallèles, le style très lisse et le choix d’acteurs particulièrement peu crédibles et charismatiques dans leurs rôles comme Di Caprio ou Cotillard rend l’ingestion de cette « Inception » plutôt pénible.

Malgré donc ces critiques élogieuses et sa sophistication poussée qui séduira les esprits les plus intellectuels, « Inception » n’est donc qu’un épuisant mindgame éthéré qui ne dépasse par moi le stade de la masturbation mentale.

Inception (Christopher Nolan)
Repost 0
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 08:05
Sons of anarchy, saison 7, épisode 10 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 7, épisode 10 », après l’arrestation de Marks (Billy Brown), Moses Cartwright (Mathew Saint Patrick) son bras droit tente une manœuvre forte en mettant un maximum de pression sur Tyler Yost (Mo Mc Rae) afin qu’il prouve sa loyauté en livrant les protégés des Sons of anarchy.

Pris en étau, Tyler cède et conduit Cartwright et ses hommes jusqu’à T.O (Michael Bleach) et Ratboy (Niko Nicotera).

Arrêtés les deux hommes sont reclus et menacés de subir les mêmes horribles tortures que Bobby (Mark Boone Jr).

T.O cède le premier et indique à Cartwright la planque ou se trouvent Grant (Arjay Smith) et sa mère Loutreesha (April Grace).

Mais entre temps Jax (Charlie Teller) qui s’est assuré du soutien de Tully (Marylin Manson) pout tuer Lin (Kenneth Choi) et lui fournir des hommes surs comme Otis (Luke Massy), lui tend un embuscade et massacre ses tueurs.

Cartwright est achevé de la même manière cruelle que Bobby, après avoir eu un œil et des doigts coupés.

L’union contre nature entre les One niners, les Sons et les Frères aryens semble donc pour l’instant fonctionner d’autant plus que Leland (Brad Carter) un nazi radical a été éliminé par Unser (Dayton Callie) alors qu’il tentait d’éliminer Eglee (Marya Delver) , la seule policier rescapée capable de l’identifier.

Jax n’est pourtant pas au bout de ses peines puisque son fils Abel (Evan Londo) se mutile à l’école, alertant l’inquiétude de sa professeur Miss Harisson (Courtney Love), et des services sociaux.

De manière surprenante, Abel accuse Gemma (Katey Sagal) de lui faire subir des mauvais traitements et obtient son éloignement de l’enfant.

Choqué, Jax parle à Abel sous les conseils avisés de Nero (Jimmy Smits) et lui explique que Wendy (Drea de Mateo) est sa vraie mère.

Alors qu’il pense avoir finalement rassuré Abel, Jax apprend de la bouche de son fils que Gemma a tué Tara (Maggie Stiff).

Au sein des à cotés des histoires de cœur surprenantes se nouent : Chibs (Tommy Flanagan) dans une relation impossible avec la shérif Althéa Jarry (Annabeth Gish), Tiger (Kim Coates) follement amoureux de la transsexuelle Venus Van Damm (Walton Goggins) et encore plus étrange, Tully utilisant Juice (Theo Rossi) comme amant en prison.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 7, épisode 10 », fournit toujours son lot d’action et de péripéties.

Jouant sur plusieurs niveaux, l’histoire se déroule implacablement et tout en resserrant davantage l’étau contre Brown, laisse également planer l’inévitable sur la culpabilité de Gemma dans l’assassinat de Tara…

Un épisode fort de plus ou les amours contre natures entre marginaux ne sont pas laissés de coté en un beau et osé message de tolérance.

Sons of anarchy, saison 7, épisode 10 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 19:24
La chose d'un autre monde (Christian Nyby)

Sorti en 1951, « La chose d’un autre monde » est un vieux classique de Science fiction de Christian Nyby adapté d’un roman encore plus ancien de 1938 de John W Campbell.

Affecté dans une base militaire en plein Alaska, le Capitaine Patrick Hendry (Kenneth Tobey) est chargé par sa hiérarchie représenté par le General Fogerty (David Mc Mahon) d’aller prendre des nouvelles d’une mission scientifique qui aurait peut être découvert les débris d’un aéronef écrasé en plein pole Nord.

Il embarque donc le journaliste Ned Scott (Douglas Spencer) toujours avide de scoop et plusieurs hommes dont Eddy Dykes (James R Young) et Ken Mc Pherson (Robert Nichols) pour se rendre sur place.

Dans la base, Hendry se heurte à la froide autorité du docteur Arthur Carrington (Robert O Cornthwaite) qui fait passer l’intérêt scientifique avant les questions de sécurité mais retrouve également avec plaisir la secrétaire Nikki Nicholson (Margaret Sheridan) dont il est épris.

L’étude détaillée du point d’impact ne laisse ensuite aucun doute sur l’existence d’une soucoupe volante enfouie sous la glace.

Cette nouvelle excite au plus haut point Scott mais Hendry parvient à refreiner ses velléités de scoop juste assez pour faire exploser la surface de la glace et mettre en évidence un être vivant congelé (James Arness).

L’humanoïde est ramené dans son bloc de glace pour être étudié par l’équipe de Carrington.

Hendry le laisse sous la surveillance du caporal Barnes (William Self) mais comprend bien vite qu’un malaise s’installe à la proximité de la créature qui parvient finalement à s’extraire de son bloc de glace.

Les militaires retrouvent un husky tué et un bras dans la neige mais l’étude de Carrington révèle que l’être est un végétal capable d’auto régénération et se nourrit de sang humain.

L’inquiétude croit et la traque de la créature se fait plus intense jusqu’à aboutir à son confinement dans une serre, solution qui a terme s’avère peu viable en raison de sa faculté à se multiplier.

De violentes disputes éclatent entre Hendry et Carrington qui préfère laisser la créature se reproduire quitte à mettre en péril la survie de la terre.

Avec l’aide de Nikki, Hendry met à jour les manigances du docteur et parvient à blesser superficiellement la créature en la faisant bruler par ses hommes.

Mais la bête rode toujours, s’attaquant à présent à couper le chauffage pour faire périr les hommes.

En une manœuvre audacieuse Hendry et ses hommes l’attirent vers le générateur principal d’énergie de la station.
L’intervention hasardeuse de Carrington manque de faire tout échouer mais la créature est finalement brulé par un puissant arc électrique qui l’anéanti.

Hendry et ses hommes sont salués par leur hiérarchie, et le brave capitaine peut ainsi couler des jours heureux avec sa future femme….

En conclusion, « La chose d’un autre monde » est une pièce de musée de la SF et ne peut malgré le caractère novateur de son scénario (pour l’époque) pas masquer des dialogues horribles et des effets spéciaux « made in plastic » pour le moins datés pour ne pas dire ridicules.

Alors certes le respect voudrait qu’on ménage cette œuvre produite par Howard Hawks, mais en toute honnêteté le plaisir d’assister à « La chose d’un autre monde » est bien mince comparé à celui de déguster à nouveau « The thing » le chef d’œuvre de John Carpenter sorti en 1982.

La chose d'un autre monde (Christian Nyby)
Repost 0
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 17:50
Nuits tranquilles à Belém (Gilles Lapouge)

Gilles Lapouge est un amoureux du Brésil comme le prouve la production de quelques ouvrages remarqués sur le sujet comme « Nuits tranquilles à Belém ».

Sorti en 2015, ce court roman prend place dans la ville de Belém, dans l’immense état de l’Amazonie.

Le héros est un français amnésique et baroudeur qui étant reconnu par erreur comme son père par un gamin brésilien, décide de s’inventer une nouvelle vie en recollant un à un des nouveaux morceaux ou se mélangent des bribes de France métropolitaine, de Guyane et même d’Inde.

Etant venu au départ pour marcher sur les traces de l’explorateur géographe de Louis XIV Blaise de Pagan, le héros décide de rester à Belém en devenant le faux père du petit garçon nommé Ricardo.

Après avoir loué petite maison dans une favela à Marcelo Marboni, un ex employé de banque à la retraite, le héros reçoit le nom Louis Carlos, lutte contre la réputation de chercheur d’or baroudeur qu’on tente de lui faire endosser et comprend qu’il est un homme à femmes, avec toutes les complications que cela peut engendrer.

Marié à Maria de Lurdes, une belle indienne qui se refuse à trop d’intimité avec lui, il fréquente assidument un prêtre d’origine belge Olivier Vieira particulièrement expansif et travaille sur le port à décharger les poissons ramenés par les pécheurs du fleuve.

Pourtant le passé de cavaleur de Carlos le rattrape et une de ses anciennes conquêtes l’aborde au marché d’un ton menaçant.

Il comprend alors que son double a fui Belém pour une histoire de femmes et de règlement de comptes.

Mais il est trop tard lorsqu’il découvre avec stupeur son propre assassinat et assiste à son enterrement avec sa femme en deuil, son petit garçon immobile de tristesse et son chien Euclides.

En un dernier hommage il est honoré par l’Excelencia, le chant des morts entonné en son honneur par les femmes.

En conclusion, « Nuits tranquilles à Belém » est un roman étrange, lent, chaud et indolent comme des nuits sous les tropiques.

L’idée de disparaitre pour s’inventer une nouvelle vie dans est un vieux fantasme qui a agité plus de l’un d’entre nous mais… et le choix de Lapouge d’un pauvre docker de Belém au sang chaud vivant dans une favela se montre pour le moins original.

Mais malgré l’intérêt de l’idée de départ et la démarche générale, « Nuits tranquilles à Belém » peine à séduire par son manque de rythme, son ton introspectif satisfait de lui-même et donneur de leçon….

Court et faiblement construit, le livre ne parvient aucunement à captiver et reste pour moi au rang de l’anecdotique exercice de style.

Nuits tranquilles à Belém (Gilles Lapouge)
Repost 0
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 22:00
Roar (Noel Marshall)

Sorti en 1981, « Roar » est un film animalier et atypique de Noel Marshall.

Se déroulant en Afrique de l’Est, « Roar » raconte le projet fou de Hank (Noel Marshall) scientifique américain qui a comme projet fou d’élever ensemble plusieurs grands félins comme les lions, tigres, panthères, jaguars et même pumas et guépards.

Luttant en permanence pour se faire accepter parmi des fauves agressifs, Hank est bien en peine de convaincre de l'interet de son projet son adjoint Mativo (Kyalo Mativo) et les visiteurs comme Prentriss (Steve Miller) et Frank (Frank Tom) qui repartent furieux et menaçants du camps après s’être fait molestés.

Mais sa famille composée de sa femme Madeleine (Tippi Hedren), sa fille Melanie (Melanie Griffith), son compagnon Rick (Rick Glassey) et ses deux fils Jerry (Jerry Marshall) et John (John Marshall) inconsciente des périls encourus, décide de venir le rejoindre sur place.

Leur venue en l’absence de Hank occasionne une nouvelle situation de danger avec une horde de félins qui se met à les poursuivre dans chaque recoin de la maison.

Ils tentent de fuir, se cacher dans d’invraisemblables placards, coffres ou même tonneaux mais sont invariablement traqués.

L’embarcation sur une barque de fortune est un véritable fiasco et se termine face à un énorme éléphant en furie qui détruit leur moyen de fuite et empoigne même Madeleine de sa trompe pour la jeter à terre.

Pour ne rien arranger, Prentriss et Frank mettent leur menace à exécution pour retourner armés au domaine.

Lorsqu’il est informé de la situation Hank revient en urgence avec Mativo mais il est trop tard pour sauver les deux hommes, massacrés par les fauves après avoir ouvert le feu sur eux.

Hank parvient en revanche à voler au secours de sa famille en fâcheuse posture face à des félins déchainés.

Au final, tout se termine en un happy en familial et animalier.

En conclusion, « Roar » est un projet expérimental complètement barré compensant partiellement son scénario indigent par des scènes fortes ou des monstres tout en dents et en crocs manipulent des êtres humains comme des poupées de chiffons mais sans jamais occasionner aucune blessure léthale !

Les multiples blessures parfois graves occasionnées par le tournage suffirent à créer la réputation d’étrangeté du film mais passé cet effet de curiosité mais également de frisson soutenu, « Roar » se montre à vrai dire plus qu’anecdotique.

Et lorsqu’en plus Marshall possède la même voix française que Sylvester Stallone, il est difficile de ne pas parfois sourire.

A réserver donc aux amateurs d’exotisme et d’images de félins filmés au contact des hommes.

Roar (Noel Marshall)
Repost 0
Published by Seth - dans Horreur
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 09:13
Sons of anarchy, saison 7, épisode 9 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 7, épisode 9 », Jax (Charlie Hunnam) fait finalement mine de céder aux exigences d’August Marks (Billy Brown) et accepte de lui restituer le corps du pasteur Haddem (Marc Lear), le téléphone avec les vidéos compromettantes et même de lui livrer en prime Grant (Arjay Smith), le fils qui a tenté de fuir à sa surveillance.

En réalité la manœuvre est plus complexe : Jax fait déterrer le corps d’Haddem, couper sa tête et la placer sur celui d’un autre homme noir de même corpulence.

De la même façon les vidéos montrant clairement le pasteur sont effacées du téléphone.

Lors de la transaction, difficile près d’un puits de pétrole, Marks dupe Jax en dissimulant une arme sur le corps martyrisé de Bobby (Mark Boone Jr) et le tue en guise d’avertissement.

Cette mort est un électrochoc pour Jax…

En prison, les faux témoignages de Juice (Theo Rossi) et Gemma (Katey Sagal), impliquant les hommes de Lin (Kenneth Choi) dans la mort de Tara (Maggie Stiff) tombent lorsque le principal suspect est rapporté comme avoir été incarcéré dans un autre état le soir du meurtre.

Ce retournement invalide les accords entre Juice et Althéa Jarry (Annabeth Gish).

Le portoricain qui a déjà reçu un poinçon en prison par les hommes de Tully (Marylin Manson) est placé à l’isolement sans possibilité d’approcher sa cible : Lin.

Mis au courant, Unser (Dayton Callie) continue de chercher le véritable meurtrier de Tara.

Jax qui vient d’être informé de la décision des Indian Hills de voter pour des actes de représailles concernant la mort de leur chef Jury White (Michael Shamus Wiles), a fort à faire pour annoncer la mort de Bobby aux autres.

Alors que Gemma se recueille devant la dépouille du vieux biker et étanche sa culpabilité devant Abel (Evan Londo), Jax contre attaque en utilisant la déposition de Loutres (April Grace), les restes du corps de Haddem enterrés dans le chantier de Marks et demande à Chibs (Tommy Flanagan) que Jarry l’arrête.

Après quelques rebuffades, la shérif au jeu trouble finit par accepter.

Brown est alors arrêté sous les yeux des bikers mais son bras droit Moses Cartwright (Mathew Saint Patrick) est toujours libre…

La lute ne fait que continuer entre les deux organisations.

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 7, épisode 9 » produit un évènement majeur avec la mort de Bobby, vieux soldat à la lente et douloureuse agonie.

L’arrestation de Marks constitue également une affaire notable même si le voyou a encore plusieurs cordes à son acte, légales ou non pour se sortir d’affaire.

En arrière plan, la stratégie pour inculper Lin du meurtre de Tara s’effrite peu à peu et Juice perd une nouvelle fois pied…

On notera également le jeu trouble et malsain de Jarry, qui reste visiblement sous le charme de mauvais garçon de Chibs.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour lancer une fin de saison 7 explosive !

Sons of anarchy, saison 7, épisode 9 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 18:53
Before Watchmen, Minutemen, volume 6 (Len Wein, Joe Michael Straczynski, Steve Rude, Eduardo Risso, John Higgins)

Toujours en 2013 sort « Before Watchmen, Minutemen, volume 6 ».

Dans la première partie, Len Wein (scénario) et Steve Rude (dessins) s’intéressent au destin de William Benjamin Brady, ex footballeur de Texas, qui à la suite d’une blessure handicapante abandonne le sport pour tenter sa chance comme acteur à New-York.

Essuyant refus sur refus, le jeune homme accepte de prêter son physique athlétique à un personnage costumé appelé Bill Dollar censé protéger les banques des gangsters.

Alliant chance et marketing, Bill Dollar devient une star New-Yorkaise et intègre sur la foi de sa popularité les Minutemen avec lesquels il se distingue par des actions courageuses.

Mais la chance finit par tourner un jour et Bill meurt stupidement en tentant d’empêcher un nouveau braquage.

Son mythe survira néanmoins…

Dans un genre plus sombre, Joe Michael Straczynski (scénario) et Eduardo Risso (dessins) décrivent le parcours d’Eddie Jacobi, enfant victime de persécutions en raison de son physique difforme qui tua un jour un de ses camarades par déception amoureuse.

Dans les années 60, Jacobi sera ensuite tenté par une carrière de magicien sous le nom de Moloch puis embrassa une carrière de criminel, devenant un caïd régnant sur le proxénétisme et le trafic de drogue.

Mais ses ambitions furent souvent contre carrées par les Minutemen qui le conduisirent en prison.

Entre quatre murs, Moloch fit son mea culpa et se convertit à la religion catholique.

A sa sortie dans les années 80, le milliardaire Adrian Veidt alias Ozymandias profite de sa volonté de rédemption pour le prendre sous son aile et l’assigner à une tache factice de contrôle des calculs d’une équipe de scientifiques œuvrant sur une programme nucléaire censé changer le monde.

Moloch se laisse manipuler, apporte à Janey Slater, l’ex femme du Docteur Manhattan, un colis comportant des médicaments contre la bronchite.

Mais Slater meurt peu à peu, s’ajoutant à la liste déjà longue des victimes de l’homme radioactif.

Moloch, comprend trop tard par l’intervention du Comédien puis de Rorschach, qu’on l’a instrumenté et lui a inoculé une substance radioactive qui le condamne à une mort lente par cancer de la prostate.

Veidt manipule en réalité l’opinion publique en faisant croire que Manhattan tue tous ses proches et Moloch ex adversaire des Watchmen.

Lorsque Veidt lui révèle la vérité, il parvient également à le convaincre qu’il a expié ses fautes en participant à un projet d’envergure qui changera à tout jamais l’avenir de l’humanité.

Moloch se suicide donc peu avant l’arrivée de Rorschach.

En guise de bonus, Len Wein et John Higgins (dessins) racontent l’histoire d’un ex officier de marine anglais Gordon Mc Clachlan, qui à la suite d’un naufrage doit accomplir des actes étranges pour racheter son âme possédée par une créature surnaturelle appelée le Corsaire sanglant.

Durant des aventures aussi exotiques que fantastiques Mc Clachlan s’allie avec la sorcière Juju qui l’aide à échapper à des Indiens adeptes de sacrifices humains et à triompher d’esclavagistes espagnols commandé par un homme appelé Tête de serpent.

Mais à la fin de son périple, Mc Clachlan comprend qu’i la été dupé et devient le nouveau Corsaire sanglant…

En conclusion, « Before Watchmen, Minutemen, volume 6 » est un album varié et hétérogène.

Les aventures de Bill Dollar sont d’un classicisme total et d’un intérêt limité, si ce n’est de provoquer une émotion vive au vu du destin de ce faux super héros crée de toute pièces, celles de Moloch sont plus sophistiquées et sombres, dans le plus pur esprit polar des Watchmen, quand au Corsaire sanglant, il se montre quelque peu décalé avec son mélange d’exotisme et d’horreur.

Malgré cette disparité, l’intérêt pour la démarche demeure intact avec des histoires de belles qualité portée par des artistes talentueux.

Before Watchmen, Minutemen, volume 6 (Len Wein, Joe Michael Straczynski, Steve Rude, Eduardo Risso, John Higgins)
Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 17:46
Before Watchmen, Minutemen, volume 1 (Darwyn Cooke)

Très belle initiative de DC comics en 2013 de relancer une série de Watchmen la célèbre bande dessinée des années 80 d’Alan Moore et de Dave Gibbons considérée aujourd’hui comme un classique.

Le premier d’entre eux, « Before Watchmen, Minutemen, volume 1 » est l’œuvre de Darwyn Cooke utilise le projet de Hollis Mason, ex Hibou, d’écrire en 1960 ses mémoires de super héros, pour raconter l’histoire des Minutemen, groupe de justiciers des années 40.

Policier, Mason décide d’endosser une carrière de super héros lorsqu’il constate la popularité d’un autre justicier appelé le Juge masqué, individu colossal exécutant sommairement les criminels.

Peu à peu les Minutemen se forment avec Sally Jupiter, une jeune femme sexy au physique de star dont la publicité est entretenue par son agent/amant Larry Schexnayder et le Comédien, jeune homme violent et psychotique.

L’Homme insecte, un riche industriel utilise ses compétences techniques pour se confectionner un costume lui permettant de voler, puis Bill Dollar, défenseur des banques, la Silhouette, ténébreuse jeune femme issue d’Autriche rejoignent le groupe dirigée par Capitaine Metropolis alias Nelson Gardner, un ancien officier de Marine qui leur trouve une base secrète à New-York.

Metropolis, Sally et Larry deviennent les leaders naturels des Minutemen mais leur premier acte d’éclat contre un dépôt d’armes se solde par un fiasco total qu’un plan de communication d’urgence via la presse parvient à masquer.

La Silhouette et le Hibou enquêtent ensuite sur une sombre histoire d’enlèvements d’enfants qui les mènent vers un cirque puis le Comédien se fait exclure du groupe pour ses actes incontrôlés.

Le jeune homme mène sa barque seul et ses capacités de tueurs le font se faire recruter pour servir dans les forces spéciales pendant la guerre entre les Etats-Unis et le Japon.

Malgré d’évidentes qualités de tueur, le Comédien fait preuve d’indiscipline vis-à-vis de la hiérarchie militaire et tue son Capitaine qui avait lui-même abattu une japonaise qui lui avait sauvé la vie.

Après la guerre, la Silhouette qui était en réalité lesbienne est assassinée avec sa compagne dans un horrible crime homophobe.

Les Minutemen traquent le tueur, un psychopathe appelé le Liquidateur mais Sally retrouve seule le meurtrier et le torture avant de le tuer puis démissionner.

En 1947, Bill Dollar qui n’avait lui-même aucune capacité physique surhumaine est abattu dans un hold up, ce qui réduit encore les effectifs des héros.

Aidé de la Tunique bleue et de l’Eclaireur, les Minutemen déjouent un acte terroriste japonais à New-York puis par fidélité envers la Silhouette, très sensibilisée par son histoire personnelle à la cause des maltraitance des enfants, le Hibou reprend l’enquête sur les enfants enlevés pour se heurter à l’énigmatique Juge masqué, principal suspect de l’affaire.

Le Juge est finalement lâché par Capitaine Metropolis et attaqué dans sa tanière par le Hibou et l’Homme insecte.

Après une lutte confuse, le Juge est tuée ce qui provoque la souffrance de Metropolis, qui était son amant.

Mais dans les années 60 le Comédien resurgit et démontre qu’il a manipulé le Hibou pour lui faire croire que le Juge était l’auteur des agressions pour enfants.

Le Comédien fait ensuite chanter le Hibou pour censurer certaines parties compromettantes de son livre, ce qu’il accepte… en partie seulement.

Le livre sort pourtant et le Hollis Mason fatigué de la vie de super héros se range en devenant un petit mécanicien de quartier, tandis que d’autres après lui vont prendre la relève.

En conclusion, « Before Watchmen, Minutemen, volume 1 » ouvre donc le bal de cette nouvelle et passionnante série.

Le procédé narratif adopté par Cooke est brillant et montre les souvenirs d’un ancien super héros ayant fréquenté des personnages peu recommandables, qui derrière leur masques de justiciers cachaient de grand troubles névrotiques.

Le fait marquant est que les Minutemen ressemblent plutôt à une imposture, un coup marketing des années 40 et que la plupart d’entre eux n’avaient aucune faculté particulière tel le ridicule emblème du capitalisme Bill Dollar.

Homosexualité, pédophilie et schizophrénie émaillent donc l’univers des Minutemen.

Parmi les personnages les plus intéressants on retiendra surtout le Comédien qui vole a vedette au Hibou et à un degré moindre le sinistre et mystérieux Juge masqué.

Une critique au travail de Cooke cependant, son style graphique assez pauvre voir à la limite de l’enfantin, qui ne rend pas assez justice selon moi au coté obscur de son œuvre.

Before Watchmen, Minutemen, volume 1 (Darwyn Cooke)
Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 09:06
Northwest (Michael Noer)

Cinéma nordique avec « Northwest » film danois de Michael Noer.

Sorti en 2013, « Northwest » raconte la vie d’un petit voyou d’une cité danoise, Casper (Gustav Dyekjaer Diese), qui avec son ami Robin (Nicholas Westwood Kidd) réalise des cambriolages qu’il remet à Jamal (Dulfi Al Jabouri), le caid de sa cité.

Avec cet argent, Casper améliore la vie de sa famille, sa mère Olivia (Lene Maria Christensen), son frère Andy (Oscar Dyekjaer Diese) et sa petite sœur Freja (Annemieke Bredahl Peppink)

Mais gagnant trop peu et s’estimant floué par Jamal, Casper décide de changer de distributeur en travaillant pour Bjorn (Rolland Moller), un caid d’un autre quartier.

Après avoir réalise un premier et lucratif cambriolage pour lui, Casper découvre la réseau mis en place par Bjorn et notamment la prostitution.

Remplaçant au pied levé son chauffeur et garde du corps abruti Theis (Clement Blach Petersen), Casper conduit les filles à leurs rendez vous, veille à leur sécurité et récupère l’argent pour le remettre à Bjorn.

La réaction de Jamal est brutale, le voyou l’agresse et brise le bras de Robin qui s’apprêtait à faire une livraison de drogue à scooter.

Andy qui a une dispute avec Ali, un des hommes de Jamal, insiste alors pour remplacer le peureux Robin et fait la livraison.

Surpris, Bjorn accepte finalement de mettre Andy à l’essai.

Les deux frères découvrent la puissance d’un réseau structuré : l’argent qui coule à flot et les fêtes dans des boites de nuit tenues par le supérieur de Bjorn.

Casper se sent à présent fort et aidé par les hommes de Bjorn, tient tete à l’agressif Jamal.

Il fait profiter sa famille en l’enemenant dans un luxueux SPA, sa petite amie Irem (Sandra El Hussein) et provoque même Jamal dans un restaurant en lui offrant une bouteille de champagne.

Pourtant le gang rival réagit en mitraillant les vitres de la maison de Bjorn.

Une fille est blessée, les autres membres choqués.

Bjorn qui a déjà enseigné des rudiments de boxe aux frères, décide de les envoyer dans une mission pour assassiner Jamal.

Mais une fois face à sa cible, Casper ne peut l’abattre, souillant son pantalon.

Contre toute attente, c’est Andy qui prend le relais et tue le trafiquant.

Craignant les représailles les deux frères fuient leur appartement de Northwest.

Casper fait des adieux déchirants à sa mère et sa petite soeur puis rejoint Andy chez Bjorn.

Malgré les félicitations du caïd qui est prêt à l’intégrer dans son gang, Casper n’aspire qu’à prendre la fuite, ce que refuse Andy qui finit par balancer sa faiblesse dans le meurtre d’Amal.

Casper prend une nouvelle fois la fuite, mais lâché par les hommes de Bjorn et malgré une tentative d’aide d’Irem, il est traqué par les hommes de Jamal qui l’isolent dans un cimetière.

Après une course poursuite haletante dans les jardins, Casper est rattrapé…

En conclusion, « Northwest » est un film d’une brutalité radicale montrant l’engrenage terrifiant de la petite criminalité menant aux gangs locaux.

Les acteurs tous danois et inconnus, sont parfaits dans leurs rôles respectifs.

Pauvreté, isolement social, fonctionnement en vase clos et attrait de l’argent facile poussent les jeunes sans perspectives ou repères aux crimes, puis à la recherche de structure criminelles plus puissantes pour les protéger et augmenter leurs bénéfices.

Le résultat est généralement une montée dans la violence: de cambriolage on passe à proxénétisme, trafic de drogue, agression à l’arme blanche puis assassinats et fusillades.

Le personnage principal se montre finalement trop faible pour avoir l’étoffe d’un grand criminel et finit par payer de sa vie ses mauvais choix et son indécision.

Bien qu’inférieur au génie de la réalisation de « Pusher », « Northwest » séduit par son approche sociale et quelque scènes d’accalmie particulièrement touchantes…

A découvrir pour tous les amateurs de sombres joyaux nordiques.

Northwest (Michael Noer)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 21:15
Sons of anarchy, saison 7, épisode 8 (Kurt Sutter)

Dans « Sons of anarchy, saison 7, épisode 8 », après avoir eu un œil arraché, Bobby (Mark Boone Jr) se retrouve en tête à tête avec son bourreau le redoutable Moses Cartwright (Mathew Saint Patrick) qui cherche à lui faire avouer par tous les moyens ou se trouve le corps du pasteur Haddem (Marc Lear).

Soutenu par Chibs (Tommy Flanagan), Jax (Charlie Hunnam) se ressaisit et se lance à corps perdu dans la traque d’une balance au sein du club.

Gib O’Leary (Tanc Sade) est logiquement soupçonné sur la foi du témoignage du chasseur de prime Sergio Coletti (Jeffrey R Newman), mais Renée (Dale Dickey) la propre mère du jeune assassiné par les Sons, qui vit en marginale armée jusqu’aux dents, avoue aux Sons que Gib était le fils de Jury White (Michael Shamus Wiles), le chef des Indians, groupe de biker allié des Sons.

Sonnés, les Sons repartent et trouvent Jury que Jax soupçonne à présent d’être la balance.

Malgré ses dénégations et ses révélations concernant le passé de John Teller, Jury est brutalement assassiné par Jax, ce qui provoque des remous au sein du gang des Indians.

De son coté, Marks (Billy Brown) accentue la pression sur ses ennemis en organisant un raid dans la maison de Gemma (Katey Sagal) et en tuant des deux corneilles.

Heureusement Thomas et Abel (Evan Londo) viré de l’école pour violence, sont épargnés mais le message est parfaitement clair : Marks peut frapper n’importe qui, n’importe ou et quand.

En prison, Juice (Théo Rossi) dicte avec aplombs ses exigences à Althéa Jarry (Annabeth Gish) et Unser (Dayton Callie) : être mis à l’isolement pour des révélations concernant les tueurs chinois de Tara (Maggie Stiff).

L’expérimenté Unser voit clair dans son jeu et en informe la shérif.

Au final devant la résistance obstinée de Bobby, Cartwright passe la vitesse supérieure et décide de l’amputer.

Atterré, Jax reçoit une boite contenant les membres de son ami…

En conclusion, « Sons of anarchy, saison 7, épisode 8 » est un épisode assez malsain en raison des tortures sadiques auxquelles est soumis Bobby et de la justice expéditive que rend un Jax impitoyable qui n’accepte pas qu’un ancien ami de son père lui tienne tête et lui rappelle la corruption de ses idéaux.

L’histoire semble quelque peu s’enliser dans ce huitième épisode particulièrement dure à encaisser…

Sons of anarchy, saison 7, épisode 8 (Kurt Sutter)
Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens