Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 10:50

X_men_1986_2.jpg

3

 

 

Retour aux X-men avec « X-men, l’intégrale 1986, tome 2 ».

Chris Claremont partage les scenario avec le couple Simonson (Walter et Louise) tandis qu’aux dessins Terry Shoemaker, Bret Belvins, Walter Simonson, Sal Buscema et Jon Bogdanove succèdent à John Romita Jr.

« X-men, l’intégrale 1986, tome 2 » commence par la fin du combat entre la redoutable sentinelle du futur Nemrod et les mutants.

Pour vaincre un ennemi aussi dangereux, les X-men  dirigés à présent par Magnéto s’allient à leurs pires ennemi du Club des Damnés.

Le gros Leiland se sacrifie en affaiblissant par son contrôle de la gravité les systèmes électroniques du robot, tandis que les actions conjuguées de Colossus, Etincelle, Séléné et Shaw parviennent à venir à bout du monstre robotique, qui parvient une nouvelle à se téléporter avant sa destruction totale.

Une fois le menace Nemrod écartée, on bascule sur l’histoire principale du récit, l’assassinat programmé des mutants sous terrain Morlocks par une équipe de tueurs appelés les Maraudeurs (Arclight, Blockbuster et leur super force, Harpon et ses javelots d’énergie pure, Scrambler annulant les pouvoirs des autres, Vertigo agissant sur l‘équilibre, Riptide et ses lames propulsées à grande vitesse, Long couteau et son arsenal de tueur cyborg+ en tueur solitaire le bien connu Dents de Sabre).

Les Maraudeurs traquent impitoyablement leurs proies dans les égouts éliminant également femmes, enfants et vieillards.

Cette histoire plus touffue qu’il n’y parait va subir plusieurs interférences avec des récits croisés.

Tout d’abord, la Confrérie des Mauvais Mutants rebaptisée Freedom Force, commandée par Mystique aidée par Spider Woman,  traque à présent pour le compte du gouvernement américain les mutants.

A la recherche du mutant Rusty Collins (générateur de flamme) et de son amie Skids (génératrice de champs de force), la Freedom Force va se heurter à X-Factor, couverture des premiers X-men (Cyclope, Angel, Marvel Girl, Fauve, Iceberg) pour en réalité protéger les mutants.

Cet affrontement finalement perdu par Freedom Force, va mener X-factor dans les égouts et leur faire découvrir l’horrible génocide dont sont victimes les Morlocks.

De leur coté, les X-men sont également averti par un Morlock agonisant du drame qui se joue sous la surface de la terre et envoie une équipe pour aider leurs amis.

Les X-men prennent difficilement le dessus sur les Maraudeurs qui parviennent finalement à s’enfuir dans les égouts pour continuer leur œuvre de mort.

Affaiblis avec Diablo inconscient, les X-men se retirent alors en accueillant les Morlocks survivants (dont Callisto) dans leur quartier général afin de les soigner.

Assez logiquement, ce sont alors X-factor qui prennent le relais mais qui essuient de sévères pertes au cours de la lutte, notamment Angel, blessé aux ailes et cruellement torturé par Blockbuster et Harpon.

Les croisement d’histoire s’intensifient alors beaucoup, avec par exemple les Nouveaux Mutants (Solar, Rocket, Magma, Mirage, Karma, Felina, Warlock, Cypher, Magie) , apprentis X-men qui piaffent d’impatience pour faire leurs preuve et surtout un Thor barbu rendu vulnérable physiquement par un sortilège lancée par la reine du royaume de la mort, Héla.

C’est un Thor en plein doute physique et psychologique qui se retrouve embarqué un peu à l’arraché dans l’histoire des Morlocks.

Affaibli, il parvient tout cependant à délivrer Angel de ses bourreaux même si au cours de la lutte, Blockbuster parvient à lui casser un bras.

Comme si cela ne suffisait pas, les gamins de Puissance 4 entrent dans la danse.

Cela commence à se bousculer sous terre.

J’ai déjà exprimé mon désintérêt total pour cette équipe d’enfants qui vont parvenir à triompher des Maraudeurs plus facilement que les X-men ou que X-Factor (!).

La suite de l’épisode montre des X-men vulnérables, avec l’inconscience de Diablo blessé, la paralysie de Colossus que même Magnéto ne peut guérir et les doutes de Tornade ébranlée pyscholiquement dans son rôle de leader sans pouvoirs.

Puis X-factor sauve d’autres Morlocks plus radicaux appelés les Tunneliers (Berserk, Scaleface, Masque, Blowhard).

Mais ce répit sera de courte durée puisque les Tunneliers seront tous tués dans un affrontement avec les humains à l’exception de Masque, seul survivant.

La dernière partie, moins interessante, traite de Mojo, ennemi extra terrestre obèse des X-men qui use de magie pour les faire régresser dans le temps.

Cet épisode voit l’apparition de Longshot, super héros acrobate issu du monde de Mojo qui viendra intégrer progressivement l’équipe des X-men.

Controlés télépathiquement et physiquement, les X-men format de poche sont sauvés par les Nouveaux Mutants qui leur permettent de repousser l’affreux Mojo dans sa dimension.

En conclusion, « X-men, l’intégrale 1986, tome 2 » est une histoire un peu longuette et confuse qui fait s’entemeler plusieurs personnages autour du génocide du peuple Morlock avec en toile de fond les prémisses de Sinistre et d’Apocalypse qui commencent doucement leur recrutement.

Dans cette féroce bataille sous terraine contre des adversaires de niveau moyen, les X-men ne sont pas bien convainquant et les voir avoir le dessous contre les Maraudeurs est assez pénible à voir, surtout quand  les tocards de Puissance 4 font le boulot à leur place !

Les Nouveaux Mutants, bien qu’assez sympathiques et plus crédibles que Puissance 4 ne laisseront pas non plus de trace très marquante dans l’univers Marvel.

Le position de X-Factor est elle aussi plus que boiteuse, car personne ne croit à cette pseudo équipe de super héros jouant double jeu pour protéger les mutants.

On peut simplement y voir une tentative maladroite et assez vaine de réactiver les premiers X-men.

D’ailleurs X-Factor ne fera pas long feu au sein de l’univers Marvel.

Quand à Thor, sa présence dans les sous sol est très artificielle et il n’apporte pas grand-chose au récit avec ses pouvoirs diminués.

Les seuls bon moment de la série sont donc l’affrontement avec le robot du futur Nemrod et une bonne séance de castagne à l’ancienne entre anciens X-men et Confrérie des Mauvais Mutants.

Pour le reste, mis à part le style infantile de Bogdanove pour Puissance 4, la pleaide de dessinateur s’en sort correctement meme si on est à vrai dire à des années lumières de John Byrne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens