Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 22:21

violator.jpg2

 

 

Trois ans après le gros succès de « Music for the masses », vient logiquement en 1990 « Violator » de Depeche mode.

L’album à la rose commence en douceur par « World in my eyes » qui traine sensuellement son beat technoïde sur lequel David Gahan place sa voix douce et froide.

Le ton semble alors donné : celui de l’ennui glacé comme le laisse franchement supposer le monocorde « Sweetest perfection ».

Pourtant les anglais se réveillent subitement pour proposer avec « Personal Jesus » l’un de leur plus grand tube, avec un riff de clavier martelé, un apport judicieux de la guitare de Martin Gore, le tout soigneusement emballé.

L’auditeur se laisse ensuite bercer par la légère fluidité de « Halo » et sombre dans le sommeil eternel de « Waiting for the night » assommante ballade plus de six minutes.

Heureusement, Depeche sort deux nouvelles carte maitresses de son chapeau, « Enjoy the silence » magnifique tube tout en grâce aérienne, peut être sa plus belle réussite, enchainé du racé « Policy of the truth » qui réussit la parfaite symbiose entre riffs de Gore et chant Gahan.

Après ce bref mais intense frémissement, arrive la fin de l’album composée de « Blue dress » nouvelle ballade éthérée et soporifique puis « Clean » aussi lent, étrange et glacé que possible.

En conclusion, pas plus que « Music for the masses », « Violator » ne parvient à me faire gouter à cette new wave pop, beaucoup trop morne, froide et linéaire à mon gout.

Sur le fond, le spleen de Depeche mode ne me touche pas et la quelque poignée d’authentiques tubes (« Personal Jesus » « Policy of the truth » mais surtout « Enjoy the silence ») suffisent à peine à sauver cet album de l’engloutissement complet dans les glaces arctiques.

Depeche mode, ou le parfait groupe d’électro-pop étant parvenu au hold up du siècle à l’aide de quelques hits radio un peu plus rythmés et accessibles à atteindre un grand succès commercial alors que sa musique n’est qu’un gigantesques édifice austère aux parois rigides, coupantes et glacées …

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Pop
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens