Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 17:58

Tron_legacy.jpg

2

 

Grand buzz de ce début d’année 2011 orchestré à grands coups de techno à la Daft Punk, le très attendu « Tron : l’héritage » réalisé par Joseph Kosinski.

Il pouvait sembler très osé de tenter une suite prêt de trente ans après le premier volet devenu avec le temps un véritable objet de culte.

Le film de Kosinski met en scène Sam Flynn (Garrett Hedlund)  le fils de Kevin Flynn (Jeff Bridges) qui est le principal actionnaire de N-Com devenue une multi nationale de l’informatique mais qui peu concerné par le monde des affaires vit en solitaire dans un modeste appartement.

Obsédé par la disparition de son père 27 ans auparavant, Sam est surpris quand Alan Bradley, le collègue et ami de son père lui révèle qu’il a reçut un signal sur le beeper de son père émanant d’une vieille salle d’arcade fermée depuis longtemps.

Jeune et fougueux, Sam enfourche sa moto, pénètre dans la salle d’arcade et est lui aussi aspiré dans le jeu vidéo Tron.

Il vit alors quasiment les même événements que son père, combat dans l’aréne à coups de disques lumineux et participe à des courses de bolides générant des flux d’énergie densifiée à mesure de leur propulsion sur la fameuse grille.

Fort de son statut de concepteur, Sam surmonte les obstacles et parvient même à tenir tête çà Rykker le mystérieux tueur masqué à la dextérité surhumaine.

Pourchassé, Sam ne doit son salut qu’à Quora (Olivia Wilde) qui lui permet de s’échapper de la grille à bord d’un véhicule hybride.

Quora améne Sam jusqu’à son père vivant en maitre zen dans le jeu.

Kevin lui révèle que son alter ego Clu, une intelligence artificielle qu’il a crée dans le but qu’il conçoive le système parfait est devenu incontrôlable ivre de pouvoir.

Clu ressemble en effet à un clone de Kevin lorsqu’il avait trente ans de moins.

Désireux d’échapper aux envoyés de Clu, Sam va trouver Castor (Michael Sheen) le patron d’une boite de nuit (ou jouent les Daft Punk !) afin de trouver le dénommé Zuse seul capable de trouver un moyen d’arrêter le programme devenu fou.

Mais Clu intervient, capture Quora en raison de sa qualité d’Iso (créature mi vivante mi informatique) et corrompant Castor obtient de lui le disque de Flynn avec lequel il pourra sortir du jeu, ouvrir le portail vers la terre pour y conduire ses légions.

Mais Kevin, Sam et Quora parviennent à reprendre le disque et à mettre un terme aux projets fous de Clu.

Le film se termine par une lutte épique culminant avec une somptueuse poursuite en avions de chasses énergétiques avant que Kevin ne décide de réabsorber Clu afin de l’empêcher de sortir du jeu.

Revenu sur terre, Sam et Quora peuvent donc goûter une nouvelle vie à l’air libre.

En conclusion, « Tron : l’héritage » est un habile recyclage d’un film ancien qui était lui réellement novateur à son époque.

L’histoire se tient sans véritablement nous chavirer avec le thème principal de la créature ayant échappé à son maître qui se prenait à tort pour un démiurge et les principales qualités du film demeurent quelques belles scènes qu’on peut admirer en 3 dimensions.

Mais outre le fait de passer un bon moment  « Tron : l’héritage » n’apporte rien au premier opus et ne fait que réutiliser les trouvailles de l’époque en les habillant de technologies up to date.

Les acteurs très lisses à l’image de la beauté froide de Garrett Hedlund ne sont pas très convaincants et le rapport pére-fils avec Jeff Bridges tombe assez vite à plat.

Inférieur donc au premier opus mais également inférieur au niveau de la créativité à un film comme « Matrix » , « Tron : l’héritage » ne sera pas pour moi constitué la révélation de l’année mais juste un vaste divertissement gentillet et vaguement ennuyeux car trop peu audacieux à mon goût.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens