Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 22:05

3 Rio_grande_blood.jpg

 

 

Deux après le très violent « House of the MolE » et sa charge anti George W Bush, les rockers industriels de Ministry reviennent encore plus enragés avec « Rio grande blood » et sa pochette ultra provocatrice disons le un peu facile caricaturant de manière grotesque un personnage déjà assez caricatural à l base.

Nous sommes alors en 2006 et l'imprévisible Al Jourgensen ne garde dans son épique que le batteur Mark Barker, renouvelant par Paul Raven et Tommy Victor le tandem basse /guitare qui pourtant avait fait des ravages sur le disque précédent.

Après une introduction samplant la voix du controversé président des Etats-Unis, « Rio grande blood » déboule à une vitesse supersonique.

Peu de mélodie ou de respiration sur un morceau aussi dur, rapide et intense évoquant un thrash metal hybride ultra agressif.

La suite est du même tonneau avec un « Senor Peligro » d’une brutalité inouie marchant dans les pas de Slayer et d’Annihilator.

Le tempo se ralentit un peu sur « Gangree » beaucoup plus industriel avec ses samples répétitifs, son atmosphère glauque et dérangeante.

Cette tendance se confirme avec « Fear (is big business) » qui débute sur un rythme lent avant de  faire exploser à la face de l'auditeur un thrash apocalytique.

Mais c’est sur un titre comme « Lies lies lies » que Ministry se montre plus efficace lorsqu’il calme le jeu, soigne ses effets électroniques et peaufine ses refrains destructeurs.

Les musiciens reprennent ensuite leur marche en avant avec « The great satan » survitaminé mais trop frontal pour se révéler pleinement original.

Pas de désarmement dans la suite des hostilités ou « Yellow cake » et « Palestina » déchainent un incroyable tourbillon thrash-industriel.

Ministry peine avec « Ass clown » plus poussif et il faut attendre le long « Khyber pass » aux succulentes influences orientales pour trouver une véritable recherche atmosphérique.

En conclusion, « Rio grande blood » est dans la parfaite lignée de son prédécesseur, et entérine le regain de violence d’un Ministry muté en gigantesque ogre de métal carburant au thrash US le plus déchainé.

Cette violence est ici portée à son paroxysme avec une absence prononcée de variation ou de respiration;

Disposant de la puissance de feu d’un Porte Avion Américain, ce Ministry enragé par la forte colère intérieure de son leader détruit tout ce qui se trouve sur son chemin sans trop se soucier du résultat.

Les machines sont ici clairement en retrait, laissant la place à la guitare surpuissante de Victor.

Forçant ici la dose, Ministry réoriente ici massivement sa musique vers un thrash certes terriblement dévastateur mais aussi plus classique tout en se  dépareillant un peu pour moi de ses superbes capacités d’hypnotisme électronique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Industriel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens