Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 19:20

Residentevil2.jpg3

 

Deux ans après le premier opus, sort en 2004 « Resident evil, apocalypse » d’Alexander Witt.

Cette fois l’action se déroule entièrement à l’extérieur puisque les hordes de zombies infectées par le virus T ont fait surface et envahis la ville de Racoon City provoquant la panique et l’envoi de troupes au sol pour tenter de contrer le phénomène par la force.

Devant l’impossibilité de contrôler la situation, Umbrella Corporation décide de fermer la ville, condamnant du même coup la population et les équipes de militaires encore présentes sur place à une mort certaine.

Echappée du laboratoire ou elle avait été gardée à la fin du premier opus, Alice (Milla Jovovich) prête main forte à un groupe de rescapés qu’elle trouve pris au piége dans une église.

Ce groupe est composée de l’agent Jill Valentine (Sienna Gillory) , le militaire Wells (Razaaq Adoti) et la journaliste Terri Morales (Sandrine Holt).

Doté de facultés physiques exceptionnelles, Alice est devenue une tueuse quasiment invincible, ce qui lui permet de terrasser dans l’église les trois horribles créatures mutantes traqueuses d’êtres humains.

Mais la véritable trame de l’histoire est l’apparition du Docteur Ashford (Jarred Harris) , scientifique créateur du virus T pour aider sa fille malade Angela (Sophie Vavasseur).

Ashford a été évacué hors de la ville par Umbrella mais sa fille Angela est restée prisonnière, ce qui pousse le scientifique à entrer en contact avec l’équipe d’Alice pour passer un marché : retrouver sa fille en échange d’informations pour sortir vivant de la ville avant que Umbrella ne largue une bombe atomique pour solder définitivement le problème.

Ashford révèle aussi l’existence d’un vaccin au virus délivrant du même coup une information cruciale.

Alice accepte les conditions et l’équipe se lance à la recherche d’Angela dans une ville en état de siége ou les derniers militaires luttent avec l’énergie du désespoir contre les zombies infectés.

Le groupe reçoit l’aide de deux commando dont Carlos Olivera (Oded Fehr) redoutable membre de l’unité S.T.A.R.S et progresse dans Racoon City.

Au chapitre comique il recueille également LJ (Mike Epps) , le « black marrant » de l’équipe.

Les scènes chocs abondent que ce soit par la présence d’enfants infectés ou de dobermans mutants.

Mais une autre menace fait alors son apparition, il s’agit du Némésis, qui n’est autre que Matt l’ex ami d’Alice qu’Umbrella a transformé dans ses laboratoires en monstrueuse créature mutante véritable machine commandée pour tuer.

Le Némésis est lâché dans Racoon pour tester son efficacité et fait un carnage parmi les militaires les plus entraînés.

Malgré les pertes, Alice parvient néanmoins a retrouver Angela et sur les indications de Ashford a rejoindre le toit d’un immeuble ou est prêt à décoller le dernier hélicoptère d’évacuation.

Mais elle retrouve le directeur de Umbrella qui a décelé le double jeu d’Ashford et qui lance le Némésis contre elle.

La lutte est terrible mais Alice l’emporte.

Alors que le Némésis agonise, l’ancienne personnalité de Matt reprend le dessus, donnant à Alice une aide salvatrice contre les troupes d’Umbrella.

Au final Alice, Jill, Angela et Terri parviennent à s’échapper dans l’hélicoptère mais la violence de l’explosion provoque leur crash.

Une nouvelle fois récupérée par Umbrella, Alice resubit un nouveau et mystérieux traitement.

A son réveil, semblant doté de pouvoirs psychiques supplémentaires, Alice n’a aucun mal à quitter le complexe et à retrouver ses amis Carlos et Jill …

En conclusion, « Resident evil, apocalypse » tient toutes ses promesses sans esbrouffe.

Meme si le mystère et le coté claustrophobe du premier opus n’ont plus lieu d’être, « Resident evil, apocalypse »  propose des scènes d’actions à l’efficacité redoutable et une intrigue suffisamment dense pour tenir en haleine du début à la fin.

Milla Jovovich est véritablement impressionnante, tant par ses prouesses athlétiques lors de scènes de combat mémorables que par sa présence magnétique.

Musclé et horrifique à souhait, ce deuxième volet constitue une parfaite rampe de lancement pour le troisième numéro, sans doute le plus spectaculaire et le plus ambitieux des trois.

Mon sentiment final est donc que le trilogie se laisse très bien voir et peut constituer une bonne idée de soirée dans le genre action et horreur.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens