Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 22:32

one_second.jpg

2

 

 

Après le très grand succès de « Draconian times » , Paradise Lost se trouve un peu déstabilisé et décide de changer d’orientation musicale.

La mue débute avec « One second » sorti en 1997 et dont on notera la pochette dérangeante et donc forcément rock and roll ( !) nous renvoyant à notre propre vieillesse et au final à notre propre trépas.

On attaque en douceur avec « One second » , superbe mid tempo atmosphérique baignant dans des mélodies enveloppantes ou la voix de Nick Holmes charme plus qu’elle ne secoue et ou les guitares se font moins offensives.

Le second titre , « Say just words » reflète sans doute pour la première fois une approche plus commerciale, avec un tempo dynamique, des refrains emballant soutenus par un gimmick de clavier des plus accrocheurs.

Le groupe reprend un mode plus tortueux et lent avec « Lydia » pour un résultat somme toute assez décousu.

Les bruitages électroniques envahissent l’espace sonore sur « Mercy » baignant pourtant dans les atmosphères de douceur mélancolique qu’affectionnent tant les anglais.

Plus dynamique bien qu’hybride électrique/électronique, « Soul courageous » parvient tout de même à réveiller fugacement l’auditoire.

Le registre de la power ballade est ensuite abordé avec bonheur sur« Another day »  avec une alternance de couplets légers et de refrains plus costauds.

On retourne ensuite aux ambiances électroniques, dark et cotonneuses avec « The sufferer » puis l’atone « This cold life » qui traînent lamentablement leur misère.

« Blood of another » tente faiblement de réintroduire une certaine dynamique de guitare mais le résultat est bien timide.

Une embellie se produit sur « Disappear » plus contrasté entre subtils passages planants et envolées plus puissantes avant que  « Sane » mélodique mais trop mou ne retourne dans le marasme.

L’album se termine par une magnifique ballade glacée « Take me down » plongeant dans un vertigineux abîme de désespoir.

En conclusion, deux ans après « Draconian times » le choc est rude au regard du brusque changement d’orientation effectué par Paradise Lost.

Les guitares lourdes n’ont ici qu’un rôle d’appoint par rapport aux expérimentations électroniques, le chant rageur et puissant de Holmes a disparu et cette perpétuelle oscillation entre force et mélodie qui faisait la grande force du groupe s'est bel et bien envolée.

A l’exception du trompeur « Say just words », « One second » est un album majoritairement calme et atmosphérique.

La noirceur et le désespoir du groupe sont toujours présents mais la forme a ici changé délaissant la force du metal pour une musique plus subtile, plus froide et plus lisse.

Trop aventureux pour moi, « One second » est à ranger dans la catégorie expérimentation.

Paradise Lost poussera la formule encore plus loin deux ans après sur le très controversé « Host » évoquant plus Depeche Mode que Metallica, ce qui le désolidarisera encore plus de ses fans et provoquera sa chute.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Gothique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens