Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 18:17

notre_dame.jpg

5

 

 

Il manquait assurément en ces colonnes celui qui est considéré (à tort ou à raison) comme l’écrivain français le plus connu, Victor Hugo.

Cet oubli est espérons le oublié avec « Notre-Dame de Paris » classique de la littérature française que je n’avais curieusement jamais lu.

Publié en 1831, « Notre-Dame de Paris » est une œuvre romanesque fictivement située dans le coeur du vieux Paris historique du XV iéme siècle.

Dans ce cadre sombre et dangereux, Hugo imagine une histoire d’amour complexe et impossible, de trois hommes amoureux de la même femme, une jeune bohémienne d’origine supposée égyptienne appelée Esméralda.

A ces trois hommes on pourra rajouter un quatrième (secondaire) , Pierre Gringoire, poète raté qui par la force des choses sera marié à la belle et deviendra truand.

Orpheline, Esméralda vit dans le quartier de la Cour des Miracles véritable zone de non droit ou se massent tous les infirmes, mendiants, prostituées, voleurs et tueurs de Paris.

Pour gagner sa pitance, elle danse divinement bien sur le parvis de Notre-Dame et effectue des tours de magie avec une chèvre dressée pour compter, dire l’heure et se dresser sur ses pattes arrières.

La beauté orientale d’Esméralda  fascine trois hommes.

Dans ses filets tomberont l’archidiacre Claude Frollo, homme brillant à la morale rigide, obsédé par l’accumulation de savoir théoriques, son fils adoptif le bossu difforme et sourd, sonneur des cloches de Notre Dame, Quasimodo puis le capitaine Phoebus de Chateaupers, archétype de l’homme viril et courageux.

Esméralda  rendra son amour à Phoebus mais celui-ci ne pourra jamais être tenu pour officiel compte tenu des convenances de l’époque, ce qui entrainera de grandes souffrances pour la jeune femme.

Mais des trois hommes celui qui souffrira le plus de sa passion interdite sera Frollo, homme torturé qui cherchera dans l’alchimie et la sorcellerie de biens vains remèdes pour combattre l’attraction de la chair pour la bohémienne.

N’acceptant pas de devoir être tenté, le prêtre mettra tout en œuvre pour posséder Esméralda quitte à la faire accuser à sa place d’avoir poignardé Phoebus lors d’un rendez vous galant.

Condamnée à mort pour cet acte, Esméralda sera sauvée par Quasimodo, brute difforme rejetée de tous mais émue par la générosité de la belle qui seule lui avait portée à boire lors d’une bastonnade publique.

Tel King Kong, Quasimodo emmènera Esméralda  à Notre-Dame pour y faire valoir le droit d’asile en vigueur dans toutes les églises.

Mais le bossu en profitera également pour avoir à lui seule son égérie et vivre par procuration lui aussi sa dévorante passion.

Malgré une tentative des brigands de la Cour des miracles pour la libérer et la soustraire à un prochain arrêté du roi menant à la violation du droit d’asile, rejetée par Phoebus sera tout de même arrêtée et exécutée sous l’œil fasciné et fou de Frollo.

Ce sera Quasimodo ivre de chagrin qui jouera le rôle du vengeur, de la Némésis tuant le prêtre maléfique et allant rejoindre dans la tombe le seul amour de sa vie.

En conclusion, « Notre-Dame de Paris » est un chef d’œuvre, un livre fabuleux sur le fond et la forme.

Hugo recrée minutieusement par la force de sa pensée le Paris du Moyen-âge, en en retraçant les principales évolutions architecturales au fil des époques.

Il justifie le cadre de son roman par le fait qu’avant l’apparition de l’imprimerie, toute la force et le beauté des arts étaient contenue dans l’architecture et tout particulièrement les lieux de culte ce qui explique que depuis la Renaissance, cet art soit devenu un métier et ait perdu en beauté, en puissance.

L’aspect romanesque est bien entendu superbe et comment ne pas tomber sous le charme de cette belle, jeune, généreuse et pure âme de gitane persécutée par les mœurs obscurantistes de son époque ?

Si le personnage de Frollo en prêtre diabolique est purement génial dans ses souffrances intérieures avec ce désir incoercible qui vient submerger ses défenses et sa maitrise de soi pour le rendre fou, c’est assurément vers Quasimodo, le monstre banni et moqué de tous que notre sympathie va.

Lui qui n’a jamais connu l’amour va préférer sacrifier son existence pour vivre quelques instants de douceur et tenter maladroitement de lui aussi, une seule fois se faire aimer dans sa vie.

Les dernières pages du livres, magnifiques de romantisme gothique avec cet amour qui perdure au delà de la mort, sont à pleurer de beauté et vous bouleverse.

Si on ajoute à cela que le style d’Hugo, riche, émouvant et brillant rend la lecture parfaitement fluide, on ne pourra que constater la pure merveille de littérature crée par le génie français.

Une envie me taraude à présent, voir le film de 1956 avec Anthony Quinn et Gina Lollobrigida.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens