Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 13:26

meteora.jpg2

 

 

Abandonnons pendant quelques instants le flashback vintage des comics des années 80 pour nous pencher sur une forme de musique plus contemporaine, le néo-metal de Linkin park qui inonda les ondes au début des années 2000.

Sorti en 2003, « Meteora » est le second album des californiens après le colossal succès de « Hybrid theory ».

Avec sa pochette très culture hip-hop pas forcément attractive pour votre serviteur, « Meteora » débute réellement par « Don’t stay » qui rappelle immédiatement le style du groupe composé de guitares et rythmiques lourdes, du chant puissant de Chester Bennington le tout fortement mélangé de scratchs et vocalises rap de Mike Shinoda.

Force est de constater que cette fusion rap/métal certes peu nouvelle fonctionne plutôt bien et parvient encore à se sublimer sur « Somewhere I belong » aux refrains quasi irrésistibles.

Le formule est ensuite dupliquée avec quelques variations sur « Lyin from you » un tantinet plus agressif, « Hit the floor » qui donne plus la part belle au hip-hop, « Easier to run » plus planant (et ennuyeux).

On ressort la machine produire de la fonte sur « Faint » et « Figure 09 » énergique et bien ficelés mais manquant sans doute d’originalité avant de trouver sans nul doute la première réelle innovation de l’album, « Breaking the habit » qui s’éloigne des rivages musclés du neo metal pour s’aventurer avec succès vers ceux du rock mélodique.

Impossible également de nier la qualité de « From the inside », qui déploie une grande puissance de feu sans oublier quelques passages plus subtils.

L’influence du hip-hop ressurgit sur « Nobody’s listening » dominé par des samples orientaux puis sur l’horrible instrumental « Session ».

On termine en beauté par le tube commercial « Numb » qui canalise habilement sa puissance pour l’adapter à un format exportable radio.

En conclusion, pour une découverte, « Meteora » se montre moins catastrophique que j’aurais pu le penser.

Linkin park utilise une formule rap/metal certes facile et un peu limitée, mais l’exploite fort efficacement pour proposer une musique moderne en phase avec son temps.

Le disque est homogène, équilibré et les quelques tubes qu’il contient lui permet de toucher un public jeune en quête de sang neuf.

De mon coté, sans réprouver de réelles lacunes, « Meteora » ne parvient pas en raison de son style figé et répétitif à réellement me passionner.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Neo metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens