Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 19:31

Rage_live.jpg4

 

 

Même après un carrière aussi courte et après sa dissolution en 2000, Rage against the machine fait encore parler de lui à titre posthume avec la sortie en 2003 du joli album live intitulé « Live at the grand olympic auditorium » dans sa ville natale de Los Angeles.

Le disque débute avec un « Bulls on parade » puissant et dense, gratifié d’un son clair et fluide avec les sempiternels facéties guitarsitiques de Tom Morello.

L’enchainement avec « Bullet in the head » et sa montée progressive en intensité avant de déterminer en pur déferlement sonore fait son effet sur le public qui reprend à tue tête les refrains.

Les armes de poings continuent de crépiter sur « Born of a broken man » qui allie passage de calmes relatifs et refrains beaucoup plus appuyés avant que les californiens ne balancent leur bombe nucléaire, l’atomique « Killing in the name » placée étrangement tôt dans l’arrangement des morceaux.

Pourtant RATM montre qu’il a encore sous la main un arsenal des plus respectables en embrayant sur « Calm like a bomb » aux refrains explosifs ou le toujours nerveux « Testify ».

Plus hip-hop, « Bombtrack » se situe en dessous au nouveau intensité mais cette relative baisse est aussitôt compensée par la grenade à fragmentation « War within a breath ».

Les choses se tassent un peu avec « Housin » plus prévisible malgré sa qualité intrinsèque, avant une nouvelle déflagration « Sleep now in the fire » qui enflamme littéralement le stadium.

Force est de constater que les guérilleros alter mondialistes tiennent la distance car après un « People of the sun » brutal et décousu enchainé d’un monstrueux « Guerilla radio ».

La reprise bourrine des MC5 « Kick out the jams » plus tard vient le final composé de la triplette « Know your ennemy » et ses riffs ultra efficaces, « No shelter » étonnamment linéaire et morne pour finir par un « Freedom » long, douloureux et intense.

En conclusion, « Live at the grand olympic auditorium » est un album live très impressionnant, avec une set list qu’on pourrait qualifier d’idéale.

Tous les tubes de Rage against the machine sont ici présents, interprétés avec intensité et conviction dans une ambiance chaude sans être toutefois délirante.

La guitare de Morello fait des étincelles avec ce style inventif si particulier et Zack de la Rocha est parfait dans son rôle de rappeur/invectiveur/chauffeur professionnel.

Un véritable régal pour les fans ou les nostalgiques donc, ou un bon investissement pour les néophytes désireux d’avoir un bon panel du style pratiqué par le plus grand groupe de fusion de l’histoire du hard rock.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Fusion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens