Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 23:05

live_monsters.jpg3.gif

 

 

Les habitués de ces chroniques connaissent mon respect pour Gary Moore, légendaire guitariste de Thin lizzy, décédé prématurément en 2011 après une belle carrière solo de plus de 30 ans.

Enregistré en 2003 à Bonington à l’occasion du célèbre festival Monsters of rock, « Live at monsters of rock » est une belle opportunité pour apprécier le répertoire du guitar hero sur une scène monstrueuse.

C’est flanqué de Simon Barrett (bassiste/batterie) que l’Irlandais entame son concert par « Shapes of thing » gros titre très hard rock dans ses refrains heurtés et bien entendu agrémenté d’un solo particulièrement démonstratif.

Les décibels sont toujours à l’honneur sur « Wishing well » qui sait également faire preuve de plus de variété dans sa construction.

C’est devant un public étonnamment absent que le guitariste donne une leçon de  heavy metal avec « Rectify ».

Après un court mais spectaculaire instrumental « Guitar intro » vient « Stand up » comme les autres morceaux richement doté en riffs puissants sur lequel vient se poser un chant souvent colérique.

Difficile également de se caler la power ballade « Just can’t let you go » tant la voix de Moore peut se montrer irritante dans ses parties hurlées ou touchante dans celles plus douces dans une veine évoquant par instant un Radiohead blusey.

Moore joue enfin davantage avec le public sur le rock n’ roll trop classique « Walking by myself » et sort enfin sa brochette fatale de classiques hérités du grand Thin Lizzy, comme « Don’t believe a word » réinterprété de manière dommageable en version blues avant une accélération terminale bien tardive, le tube magnifique heavy « Out in the fields » en forte interaction avec une foule bien distante et enfin sa plus grande ballade, la célébrissime « Parisienne walkways » étirée sur neuf longues minutes de pur plaisir de guitariste.

En conclusion, « Live at monsters of rock » se révelera sans doute un régal pour tous les amateurs de guitare tant Gary Moore se montre irréprochable dans un répertoire beaucoup plus hard/heavy qu’on aurait pu le penser.

Impressionnant sur la puissance des riffs ou sur la dextérité de solo, Moore l’est moins sur le chant, qui demeure malgré tout d’un niveau tout à fait correct.

Immense guitariste, chanteur honorable, Moore produit un show de belle qualité, peut être un peu trop linéaire et prévisible, avec ses titres majeurs placés à la fin.

Malgré ces quelques défauts « Live at monsters of rock » reste un solide album live de guitar-hero.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens