Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 22:40

les_morts_savent_rien.jpg

1

 

Le thème du deuil toujours avec « Les morts ne savent rien » de Marie Depussé.

Largement autobiographique, le roman raconte l’histoire d’une famille à travers le destin de quatre frères et sœurs, Jean l’aîné, Ubu le plus jeune , l’auteur elle même et sa jeune sœur Fifille.

En réalité « Les mort ne savent rien » ne traite pas à proprement parler du deuil mais ne fait que l’effleurer par la disparition de la mère de la famille décédée d’un cancer des intestins puis plus tard du père lui même d'un cancer.

Les Depussé sont issus d’une famille bourgeoise de gauche établie entre Paris et la Sologne ou ils se réfugièrent temporairement pour échapper à la seconde guerre mondiale.

L’auteur évoque une vague ascendance juive par un grand père non pratiquant.

Après la jeunesse en Sologne prêt d’un asile psychiatrique ayant particulièrement marqué l'auteur, on passe ensuite au retour à Paris et à l’évolution de chacun des enfants entre Jean l’instable, aventurier gauchiste radical qui participa à la guerre civile espagnole avant de tardivement éprouver des sympathies pour l’extrême droite, Ubu, plus rangé qui fit une belle carrière dans l’industrie avant de tout quitter pour devenir tour opérateur de montgolfière en Afrique ou Fifille plus mal dans sa peau par rapport à l'écrasante présence matriarcale.

Bien entendu la mère est souvent évoquée, sans que l’on soit réellement touché par le destin de cette femme dite belle, élégante et relativement anticonformiste pour son milieu bourgeois.

La figure du père architecte apparaît également mais plus en retrait, les passages les plus touchants étant sa passion pour l’aquarelle durant ses dernières années de maladie.

Peu de choses à dire également sur l’auteur elle-même, ses brillantes études de lettres l’amenant au professorat, sa sexualité tardive et son manque d’intérêt pour amour.

En conclusion, alors qu’on pouvait s’attendre à être bouleversé aux larmes à sa lecture, « Les morts ne savent rien » ne provoque quasiment rien, laissant perplexe par le vide qu’il propage.

En cause le peu d’intérêt pour ce roman autobiographique sans réelle construction structurée alignant des anecdotes d’une vie bourgeoise d’une platitude inouie, mais surtout un style particulièrement irritant fait de phrases creuses se voulant élégantes.

Le récit prend donc rapidement l’eau et coule à pic, entraînant avec lui tout espoir d’intéresser un lecture fatigué par ce maniérisme littéraire tournant complètement à vide.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Psychologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens