Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 19:47

3.gif

 

guerriers_nuit.jpg

 

Nous sommes à présent dans le cinéma de la fin des années 70 avec « Les guerriers de la nuit » de Walter Hill.

Sorti en 1979, « Les guerriers de la nuit » est un film assez atypique adapté d'un roman de Sol Yurick se nourrissant de l’univers des gang new yorkais des années 70, qui tenaient certains quartiers de la ville et contribuaient à la réputation de dangerosité de la ville jusqu’à la fin des années 90.

L’histoire débute par l’appel de Cyrus (Roger Hill), leader du plus puissant gang de la ville, aux autres principaux gangs, afin d’envoyer chacun neufs de leurs représentants pour assister à un immense rassemblement dans son fief du Bronx.

Comme les autres, les Warriors de Coney island envoient neufs types qui traversent la ville passablement inquiets de croiser des gangs rivaux pour arriver à destination.

Juché sur une immense estrade, le charismatique Cyrus se lance dans un prêche enflammé dans lequel il prône l’alliance de tous les gangs de la villes pour constituer une immense armée de 40 000 hommes et prendre ainsi le dessus sur la police et la pègre.

Mais Cyrus n’ira pas au bout de son rêve insensé, il est en effet abattu en plein discours par le tir de Luther (David Patrick Kelly).

L’assassinat de Cyrus déclenche un mouvement de panique dans la foule de surcroit rapidement cernée par d’importantes forces de police.

Le sournois Luther accuse ouvertement Cleon (Dorsey Wright) le chef des Warriors du crime, qui est alors submergé par des voyous déchainé par le stress.

Les huit autres Warriors profitent alors du chaos pour s’enfuir et se retrouvent dans une situation délicate, isolés loin de leur quartier de résidence.

Sous l’impulsion de Swan (Michael Beck), qui tient tête au brutal Ajax (James Remar) qui brigue aussi le poste de chef, les Warriors se lancent dans une folle course au milieu de la nuit pour rejoindre Coney island tout en évitant les policiers et les gangs lancés à leurs trousses par le nouveau chef Masai (Dennis Gregory) pour venger la mort de Cyrus.

Les Warriors pensent s’en tirer en prenant le métro mais constatent que les gangs ont stoppé la circulation en incendiant les voies.

Réduit à marcher, ils tombent sur les Orphans, qui malgré son statut de gang mineur n’entend pas céder la place sans sauver la face.

Après un dialogue tout en intimidation, le chef des Orphans (Paul Greco), aiguillonné par une femme au tempérament belliqueux appelée Mercy (Deborah Van Valkenburgh) passent à l’attaque mais sont aisément repoussés à l’aide d’un cocktail Molotov adroitement placé.

En réalité, Mercy secrètement attiré par le charme viril de Swan va suivre les Warriors et les aider à se repérer dans le dédales des bas fond new yorkais.

Séparés par une rafle policière, certains Warriors sont coincés dans le métro et Fox (Thomas G Waits) y perd la vie, écrasé par un train.

L’autre groupe se retrouve dans un parc ou il est pris en chasse par un gang grimé en joueurs de baseball.

Après une course poursuite, les Warriors font face à leurs ennemis et les battent à l’aide de leurs seuls poings.

La ballade nocturne dans le parc s’avère fatale pour Ajax, qui tente de séduire une femme seule (Mercedes Ruehl) en réalité une policière servant d’appât.

De leur coté, les survivants du métro sont séduits par un gang féminin qui flatte leur égo masculin et les invitent pour une soirée défonce dans un appart.

Tandis que le beau Vermin (Terry Michos) et l’excentrique Cochise (David Harris) se laissent aller en charmante compagnie, Rembrandt (Marcelino Sanchez), détecte à temps le piège tendu et permet à ses amis de s’extraire de l’appartement sous un feu nourri.

Les survivants se retrouvent tous dans une station de métro mais doivent lutter contre un autre gang particulièrement violent, dont le leader se déplace en patins à roulettes.

Le corps à corps particulièrement violent à lieu dans les toilettes du métro ou les Warriors parviennent à prendre le dessus sur leurs adversaires.

Alors qu’ils se croient en sécurité dans leur fief de Coney island, les Warriors reçoivent la visite du gang de Luther, qui désire se débarrasser d’eux en raison de leur témoignage gênant par rapport à la mort de Cyrus.

L’affrontement a lieu sur la plage mais Swan plante une lame dans le bras de Luther qui s’étant livré imprudemment, s’est trahi en avouant le meurtre de Cyrus devant  Masai et ses hommes qui l’exécutent impitoyablement.

En conclusion, « Les guerriers de la nuit » n’est bien entendu pas un chef d’œuvre du septième art, mais déroule à partir d’un scénario simple, un suspens très prenant.

Efficace, intense mais aussi joliment daté, « Les guerriers de la nuit » se regarde comme une curiosité de la fin des années 70 et parvient par son rythme soutenu et la diversité de ses situations à faire oublier le jeu stéréotypé et médiocre des acteurs.

Si les clips de « Beat it » ou « Bad » de Mickael Jackson vous fascinent encore aujourd’hui, alors « Les guerriers de la nuit » est un film taillé sur mesure pour vous !

Les autres passeront leur chemin avec un haussement d’épaules.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Action
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens