Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 23:12

raza.jpg

2

 

 

Officiant à présent comme un groupe d’amis fonctionnant par cycles complètement anti commerciaux de dix ans, Armored Saint sort de sa tombe en 2010 avec « La Raza ».

Après avoir découvert le groupe tardivement avec des « Revelations » fort bien nommées, je me suis donc dirigé avec ravissement vers son successeur.

La confiance est de prime abord aux rendez vous puisque toute la tfine équipe est ici au rendez vous Sandoval/Duncan aux guitares, Vera à la basse, Sandoval à la batterie et Bush qui a bien du temps libre en ce moment pour cause de rupture de contrat avec Anthrax au chant.

« La Raza » débute par un « Loose canon » se voulant en bon titre introductif rapide et enlevé mais ce coup de semonce manque au final de percussion et ne creuse que de faibles dommages dans la ligne défensive bien disposée de l’auditeur attentif.

On retrouve le mid tempo massif si caractéristique du Saint sur « Head on » , qui bien campé sur ses jambes arquées balance de solides crochets atteignant leur cible en plein dans les cotes flottantes.

Les Californiens élèvent encore le niveau avec « Left hook from a right field » éblouissant cuirassé heavy metal à la structure composée de riffs blindés et de refrains imparablement entrelacés.

Avec un titre de ce calibre, on se prend alors à rêver d’un « Revelation part 2 » , surpuissant, inspiré et fluide mais plus dure est la chute avec « Get off the fence » plutôt terne et poussif.

Le Saint prouve à nouveau capacité s’aventurer dans le registre plus tempéré avec « Chilled » power ballade efficace maîtrisée par un John Bush très à l'aise.

On enchaîne ensuite avec le médiocre « La raza » qui après une intro tribale usée jusqu’à la corde s’englue dans ses riffs lourdingues, son manque de structure et ses grande envolées mélodiques décalées.

Médiocrité toujours avec la ballade bien peu inspirée « Black feet » sonnant comme du sous Metallica avant que la révolte ne sonne sur « Little monkey » véritable gifle heavy metal comme seul le Saint peut asséner de sa puissante main gantée de fer.

L’album se termine sur un « Blues » pénible et sans consistance puis un « Bandit country » puissant et alambiqué à souhait.

En conclusion, « La raza » est une déception à la hauteur de l’enivrement que j’avais éprouvé à l’écoute des « Revelations ».

Le punch phénoménal de ce dernier s’est en effet complètement estompé et les titres rapides et massifs au groove imparable manquent ici cruellement.

Alors qu’étant donné son titre on aurait pu penser qu’Armored Saint allait puiser dans les racines hispaniques du quartier de son enfance à Los Angeles pour présenter un riche métissage de son heavy metal traditionnel, il n’en est finalement rien.

Assez pauvre, souvent sinueux et sans véritable relief si ce n’est l’excellent « Left hook from a right field » et dans une moindre mesure « Little monkey » , « La raza » trop lisse et édulcoré ne décolle jamais vraiment et comme sa pochette étonnamment immaculée manque au final étonnamment de saveur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Heavy Metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens