Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 13:57

cite hommes

3

 

La saison deux de  « La cité des hommes » de Katia Lund, Fernando Meirelles et Cesar Charlone comporte cinq épisodes diffusés à la télévision brésilienne en 2003.

On y suit la suite des pérégrinations des deux jeunes garçons Laranjinha (Darlan Cunha) et Acerola (Douglas Silva) continuant leur apprentissage de la vie dans une favela de Rio de Janeiro.

Mais la teneur des évènements prend un tour plus léger dans les premiers épisodes, ou on assiste aux séances de dragues dans les bals funk du samedi soir puis au mélange des classes sociales sur les plages de Rio.

Il est donc surtout questions des premiers émois adolescents, de la fille qu’on espère fiévreusement pouvoir approcher pour pouvoir l’embrasser au moment propice et ainsi pouvoir épater ses amis en vantant sa maturité sexuelle.

A ce petit jeu la, Laranjinha semble être le plus aventureux des deux, Acerola faisant plus figure de timide.

On comprend également  le rôle fédérateur des plages comme lieu de brassage social voir racial entre deux composantes de la société brésilienne.

Les épisodes deux et quatre sont plus étranges, le premier consistant à un surréaliste périple des deux garçons vers la capitale de Brasilia pour remettre une lettre au président Lula afin de demander la grâce d’un oncle d’une amie d’Acerola encore détenu en prison malgré l’expiration de sa peine.

Les deux copains semblent complètement perdus et émerveillés de changer d’air et de côtoyer le climat pacifié un brin austère de leur capitale.

Le rôle d’une ONG aidant les enfants des favelas à payer le billet parait de bus parait au final bien anecdotique.

L’épisode quatre relate lui aussi une hallucinante virée d’Acerola et Laranjinha réussissant à faire venir dans la favela des enfants de riches qu’ils ont sauvé de la noyade.

Bien entendu les gamins feront les quatre sans coups ensemble et s’offriront de mémorables moments qui viendront l’espace d’un court instant abolir les invisibles frontières sociales entre individus.

Seul le dernier épisode, plus classique mais o combien prenant reprend place dans le business des trafiquants de drogues avec le combat intérieur du dealer Brochette cousin de Laranjinha, pour changer de vie et abandonner le business.

Blessé par la police, soumis à la pression des chefs de gangs (Hibou, BB) impitoyables entre eux pour contrôler le marché et grimper dans la hiérarchie du crime, Brochette va avoir besoin de toute l’aide d’Acerola et de Laranjinha pour s’arracher à cette spirale infernale l’amenant à la mort.

En conclusion, s’ouvrant vers d’autres horizons plus généralistes cette « La cité des hommes, saison  2 » m’a moins passionné que la première.

On retrouve pour moi ces histoires de flirts adolescents dans tous les pays du monde et les transposer dans le cadre particulier et exotique de Rio de Janeiro n’apporte pour moi pas grand-chose.

Il restera effectivement le dernier épisode, le plus intense et le plus dur qui montre l’attrait que peu avoir un caid local pour les enfants et pour les femmes résidant dans ce micro monde sans loi qu’est la favela.

Acerola joue le rôle de l’enfant raisonnable, freinant son ami Laranjinha qui est lui attiré par ce mode de vie semblant en effet receler en apparence beaucoup de pouvoir.

Il ouvre les yeux à son ami sur la condition plus que fragile de son idole, avec une vie passée à se méfier de tout le monde, police, rivaux et proches.

Alors malgré ses petites critiques, « La cité des hommes, saison  2 » offre toujours un formidable dépaysement avec cette immersion profonde dans le quotidien des cariocas les plus défavorisés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens