Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 16:39

Intelligence_pensee.jpg3

 

Retour à la pensée profonde avec « L’intelligence et la pensée » du philosophe musulman Averroès.

Surnommé Le Commentateur, Averroès est surtout connu pour cet ouvrage commentant le déjà très renommé « De l’ame » d’Aristote.

Centré sur un seul livre, le numéro III du traité d’Aristote, « L’intelligence et la pensée » est un véritable commentaire critique qui tente de prolonger la pensée du philosophe grec tout en développant de nouvelles idées plus personnelles.

Averroès reprend méticuleusement phrase après phrase le texte d’Aristote pour le décortiquer, traquer le sens de chaque mot et tenter ensuite d’en éclairer les nombreux passages obscurs.

Il faut bien le dire, la lecture de « L’intelligence et la pensée » est terriblement ardue tant les multiples traductions du grec à l’arabe en passant par le latin puis le français ont conduit à produire une prose souvent bien difficile à décrypter pour le profane que je suis.

Pourtant avec un peu de persévérance et en acceptant humblement de ne pas saisir toute la pensée de l’auteur au premier survol, le lecteur motivé parviendra finalement à comprendre les idées avancées par le philosophe.

Averroès accrédite en effet les idées d’Aristote sur l’existence d’un intellect agent, immortel et incorruptible venant provoquer l’acte de penser auprès d’un intellect passif et corruptible car mélangé à la matière et en contact avec les facultés imaginative et sensitive du corps.

Mais il ajoute un troisième intellect appelé lui matériel qui vient à la manière d’un diaphane recevoir la lumière de l’intellect agent pour activer l’intellect passif et produire les intelligibles qu'il compare à des couleurs.

L’intellect agent, universel et extérieur à l’homme, agit de manière divine pour éclairer la conscience de chaque homme.

L’intellect matériel lui aussi immortel et incorruptible, n’existant tout d’abord qu’en puissance joue le rôle de récepteur à la lumière divine et s’unit à l’intellect agent pour atteindre la perfection qui est l’acte de penser.

Au cours de ses réflexions, Averroès prend ses distances avec les théories de ses prédécesseurs notamment celles de Théophraste, d’Avicenne et d’Alexandre d'Aphrodise qui voit l’ame comme essentiellement matérielle donc périssable, .

En conclusion, on ressort passablement éprouvé de cette lecture.

Outre le style plutôt rebutant de l’ouvrage, les idées heurtent notre sensibilité d’occidentaux modernes élevés sur des concepts de liberté de penser et d’individualisme forcené.

En faisant de l’intelligence de l’homme le jouet d’une intelligence divine, supérieure venant collectivement éclairer l’humanité, Averroès choqua par l’audace de ses idées.

Banni du monde musulman et considéré comme hérétique, le mouvement qu’il engendra appelé Averroïsme fut également condamné par l’église catholique en 1277.

Mais malgré les condamnations, la portée de l’œuvre passera les siècles pour venir encore de nos jours irriguer les esprits.

« L’intelligence et la pensée » m’a fait ressentir que j’étais encore un peu léger pour aborder des auteurs aussi fondamentaux mais m’a aussi donné envie de travailler pour m’améliorer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

La voix 16/12/2012 15:38

Ce texte d'Averroès n'est pas obscur, mais la pensée qu'il exprime nous est inhabituelle. On ne dira jamais assez combien la pensée antique et médiévale est difficile d'accès si l'on commence par
étudier les modernes. Si Averroès nous semble obscur, c'est que notre oeil est trop facilement aveuglé. En outre ce commentaire prétend en tant que tel rendre Aristote clair. Mais c'est le texte
d'Aristote qui est passablement obscur, et les discussions de commentateurs qui achèvent d'embrouiller la question.

Cependant, on pourrait dire en un certain sens, que bien des auteurs médiévaux sont obscurs par volonté de l'être, ne serait-ce que parce que toutes les oreilles ne sont pas bonnes à entendre
toutes les vérités. Bien des textes doivent donc faire l'objet d'une lecture très attentive, afin de saisir la pensée exacte de l'auteur, qui n'apparaît pas en surface. Le Kashf d'Averroès est un
merveilleux exemple de texte qui se laisse lire intégralement sans bloquage, comme une succession d'évidences, mais qui en fait ne se lasse pas de poser de redoutables problèmes philosophiques sans
jamais les aborder de front. Il faut connaître la pensée philosophique d'Averroès, exprimée dans ses commentaires d'Aristote, pour pouvoir avoir une chance de saisir le fond de sa pensée.

Bref, je m'arrête ici, sans quoi la discussion pourrait s'éterniser. Bonne chance dans vos lectures. Je repasserai sans doute par chez vous.

La voix 14/12/2012 12:01

Bonjour !

Je vous renvoie à quelques articles sur mon blog traitant de ces problématiques "averroïstes" et de quelques problèmes philosophiques que cela pose.

http://lavoixdansledesert.wordpress.com/2011/08/17/aristote-et-les-siens/

http://lavoixdansledesert.wordpress.com/2011/08/08/pour-saint-thomas/

Tout n'y est pas écrit de la meilleure façon, mais le fond est là. Si cela peut vous aider à comprendre quelque chose à ce livre effectivement fort difficile à première vue, j'en serai satisfait.

Seth 15/12/2012 16:58



Merci pour le conseil et le lien, je me souviens en effet avoir souffert comme rarement à la lecture de ce philosophe qui pourrait également revendiquer le titre d"Obscur" généralement accordé à
Héraclite !



Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens