Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 20:53

kill_bill2.jpg1

 

 

Suite logique et quasi immédiate au premier opus, « Kill Bill volume 2 » de Quentin Tarantino sort dans la foulée en 2004.

On y suit la poursuite de la vengeance de la Mariée (Uma Thurman) avec au fur et à mesure du récit la divulgations d’informations concernant le massacre en lui-même dans l’église de Two Pins au Texas et les motivations du principal commanditaire Bill (David Carradine) leader du Détachement International des Vipères Assassines.

On découvre donc que Bill était l’amant de la Mariée et qu’il l’a poussée à suivre les enseignements d’un expert en arts martiaux chinois appelé Pai Mei (Gordon Liu).

Dans ce long flash back, on suit tous les clichés des films d’art martiaux sur l’enseignement du vieux maitre à la jeune recrue ignorante sans réellement savoir quelle est la part de moquerie (Pai Mei est en réalité un jeune acteur affublé d’un ridicule accoutrement de vieillard) et la part de sérieux (la rudesse du traitement infligé à la Mariée).

Etrange donc pour ne pas dire irritant, mais toujours est il que ceci explique les stupéfiantes capacités en arts martiaux de la Mariée.

Sa vendetta l’amène à la rencontre de Sidewinder (Michael Madsen) devenu une caricature de beauf américain bedonnant, buveur et vivant dans une caravane.

Pourtant Sidewinder surprend la Mariée et lui tire au fusil en plein plexus.

Comment la Mariée survivra à cet impact, cela le film ne le dira jamais.

Toujours est il que Sidewinder décide d’enterrer sa victime vivante dans l’une des scènes les plus pénibles à endurer de tout le film.

La Mariée parvient grâce aux techniques de Pai Mei à se sortir de ce cauchemar claustrophobe et n’a qu’à affronter California moutain snake (Daryl Hannah) après qu’elle eut elle-même tué ce brave Sidewinder aveuglé par sa cupidité.

Après une lutte au sabre d’une violence extrême dans la roulotte, la Mariée se débarrasse du dernier employé de Bill et se rend chez son ex mentor et amant.

Mais Bill lui montre une facette inattendue de sa personnalité en se montrant comme un bon père ayant pris soin de leur fille commune recueillie après la tentative de meurtre à l’Eglise.

Commence alors une scène interminable se voulant la plus introspective du film.

Finalement l’affrontement a lieu et le happy end annoncé également.

En conclusion, meme si on peut avoir de la sympathie pour le régrétté David Kung Fu Carradine, « Kill bill volume 2 » est pour moi moins bon que le premier opus.

On perd en effet la grâce relative de l’univers du combat de sabre asiatique, pour basculer dans quelques chose de plus commun, brutal et finalement plus laid.

 

Avec ses quelques scènes fortes jetées pèle mêle, des références aux westerns et aux films d’arts martiaux s’entrechoquant on ne sait pas très bien pourquoi ni comment et surtout de grandes longueurs dans des dialogues entre Carradine et Thurman à franchement mourir d’ennui, « Kill Bill volume 2 » s’est finalement avéré une mixture trop indigeste pour moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Action
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens