Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 16:35

juge_coupable.jpg

2

 

Deuxième film sensiblement de la même époque que « Créance de sang » , « Jugé coupable » de Clint Eastwood sorti en 1999.

L’histoire est celle de Steve Everett (Clint Eastwood) vieux journaliste à l’Oakland tribune, cabochard à la vie dissolue entre une relation adultère avec la femme de son patron Bob  Findley (Denis Leary) et un passé d’alcoolique dont il a bien du mal à se défaire.

Remplaçant une jeune journaliste victime d’un accident de voiture, Everett va se retrouver à faire un reportage sur les dernières pensées de Franck Louis Beechum (Isaiah Washington) un jeune père de famille noir condamné à la peine de mort pour le meurtre d’une jeune caissière de supermarché de surcroît blanche et enceinte.

N’écoutant que son instinct, Everett va sentir tout de suite que quelque chose dans cette affaire et va tout faire pour montrer que Beechum est innocent.

De manière assez similaire à « Créance de sang » , Everett est le gêneur, celui qui brave le système juridique américain, s’attire les foudre de sa hiérarchie malgré le soutien du très animé Alan Mann (James Woods) mais dans un registre cette fois nettement moins clean.

Malgré le naufrage de sa vie privée et une femme lassée de ses infidélités qui va le plaquer, Everett montrera que la justice peut parfois se tromper et bâclant une affaire quand elle trouve un coupable idéal (noir, pauvre, peu éduqué) .

En conclusion, « Jugé coupable » est un film lent et long, finalement assez pétri de bons sentiments et qui joue souvent sur le registre émotionnel avec quelque fois grand talent comme lors des adieux de Beechum à sa fille dans une scène quasi insupportable.

Les séquences de préparation à l’exception sont elles aussi très lourdes et destinées à marquer le spectateur de toute la barbarie de cette cruelle coutume.

Le message anti-peine de mort délivré est fondamentalement le même que celui de  « Pendez les haut et court » le western choc de Don Siegel mais dans un registre plus politiquement correct et souvent irritant.

Le fait de chercher systématiquement l’empathie du spectateur pour le condamné m’a également gêné.

Il semblerait assez curieusement que Eastwood cherche à la fin de sa vie à changer dans des films humaniste son image de dur à cuir et à s'attirer la sympathie des minorités ethniques.

Un film donc plutôt décevant de la part d'Eastwood pour moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Policier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens