Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 22:08

jaws_of_death.jpg5
Une année seulement après son premier (et réussi !) album, Primal fear récidive en 1999 avec « Jaws of death ».

En une année seulement, le groupe a recruté le guitariste supplémentaire Stephan Leibning pour étoffer encore davantage un son pourtant déjà bien robuste.

Inutile de cherche l’innovation dans la pochette, les allemands ne se sont pas ici trop foulés pour l’occasion en reprenant leur mascotte d’aigle métallique planant cette fois aux alentours d’un château fort de montagne.

La musique s’enclenche après encore une fois une courte introduction de bruits de sirènes assez anecdotiques, par « Final embrace » , certes moins percutant que « Chainbreaker » mais tenant bien la route avec ses refrains mélodiques et ses couplets bien balancés.

Comme souvent avec Primal fear, le son est énorme et l’énergie à revendre.

Rapide et punchy, « Save a prayer » sans être un grand titre, recèle un coté très accrocheur avant que « Church of blood » n’atteigne le statut de hit heavy metal par la pugnacité des ses couplets, la puissance de ses riffs et cerise sur le gateau sa petite touche épique.

Parlant d’intolérance religieuse (on pense très fort au terrorisme islamique), les paroles de « Church of blood » sont de surcroit plutôt courageuses et intelligentes.

Combinant toujours énergie thermo nucléaire et pincée de mélodie,  Primal fear aligne « Into the futur » rapide et puissant mais c’est sur la superbe power ballade « Under the spell » qu’il atteint le niveau des plus grands.

Magnifique ballade parlant d’amour, de déception et de trahison, « Under the spell » est un chef d’œuvre chanté à la perfection par un Ralf Scheepers émouvant comme jamais.

Le contraste avec le neo-thrash jouissif « Play to kill » impitoyablement martelé par la batterie de Klaus Sperling n’en est que plus grand mais permet au groupe de montrer ici toute l’étendue de son registre.

On passe ensuite la vitesse de la lumière sur « Nation in fear » avec les doubles guitares qui mitraillent à tout va et un Scheepers bloqué en mode destruction.

Mais la vraie authentique ballade du disque est sans nul doute « When the night comes », très efficace avec juste ce qu’il faut de frisson émotionnel.

Comme pour le disque précédent, la fin est alors de niveau olympique avec l‘hymne « Fight to survive » aux refrains impériaux capable de redonner vie à un mourant, l’incroyable mid tempo « Hatred in my soul » combinant fluidité mélodique et puissance contrôlée et enfin la reprise de Rainbow « Kill the king » comme pour Deep Purple surboosté de vitesse.

En conclusion, malgré le peu de délai entre les deux disques, « Jaws of death » réussit à surpasser son pourtant déjà très bon prédécesseur.

La différence est ici que « Jaws of death » ne contient aucune faiblesse majeure, aucun titre réellement en deçà et produit une formidable impression de puissance dévastatrice qui frappe au plexus à chaque nouveau morceau.

Le recrutement du deuxième guitariste fait en effet très mal et Primal fear sonne encore plus fort.

On a du mal à croire que les allemands puissent atteindre un tel niveau de perfection.

Leur musique n’est certes toujours pas novatrice mais elle est exécutée avec un talent, une passion et une énergie incroyable avec un chanteur de premier rang, capable de rivaliser avec des pointures comme Halford, Tate et Owens.

Pour l’anecdote personnelle, entré à l’époque dans une phase plus épanouie et sereine de mon existence, j’ai gouté avec délectation ce disque pendant pratiquement tout l’été de sa sortie, me repassant en boucle ses titres flamboyants.

« Jaws of death » constitue donc un must pour tout fan d'un heavy metal classique branché directement sur le circuit primaire d’une centrale nucléaire.

 

Pas sur donc que Carla Bruni le possède dans sa discothèque.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Heavy Metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens