Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 20:42

3In_difference.jpg

 

 

Petit retour sur un ovni du métal français, le groupe Boost, qui n’officia à la fin des années 90 début des années 2000, tout en surfant sur la vague néo-hardcore metal de l’époque (Pleymo ou autre Lofofora).

Sorti en 2001, « In difference » est le deuxième album de la formation parisien dans laquelle officie deux chanteurs Crass et K-Shoo avec le programmeur Boozy en soutien, Olive à la guitare, Steph à la basse et Thomas à la batterie.

Avec sa pochette froide et technologique, « In difference » débute par « Altered behaviour » ses bruitages électroniques, sa guitare massive et son chant alterné que ce soit guttural (Crass) ou reggae (K-Shoo) pour créer un mélange inhabituel groovy et tribal assez détonnant.

Passé l’effet de surprise, « The insane » bien que punchy semble un peu rentrer dans le rang avec un style plus linéaire et attendu.

On se reprend un peu sur « Dominate » au tempo plus lent sur lequel se développent bidouillages électroniques et vocalises plus aériennes puis arrive le gros tube du disque « You cry ….  I’m fine » sur lequel les vocaux hurlés surpuissants se mêlent aux fulgurances reggae pour proposer une inarretable mixture techno-fusion-métal.

Boost prend pousse encore plus loin le processus de fusion sur « In difference » ou les parties électroniques atmosphériques prennent un volume au moins égal à celles plus électriques.

Plus de brutalité sur le très hardcore dans l’âme « Tic-tic » assez peu intéressant, quand à « Waste of time » et « Emptiness »,  il ne font que répéter en mode automatique la formule bourrine hardcore/fusion sans apporter de réelle nouveauté.

L’auditeur doit donc combattre le sentiment de lassitude qui l’envahit pour aborder la fin du disque qui se profile avec « Get up son ! » et « Thug »  rapides et violent comme des décharges de chevrotine entrecoupées d‘un « R.I.P » lent, ultra lourd avec en arrière plan des sirènes de polices des plus macabres.

En conclusion, vous l’aurez compris malgré une belle touche d‘originalité « In difference » ne dépasse pas le cadre de la curiosité musicale.

En réalisant ce mélange audacieux de différents styles fondus dans le creuset d’un metal à tendance hardcore brutal, Boost développe une marque de fabrique inscrite dans une époque donnée propice à ce type d’expérimentations audacieuses.

L’atout principal de Boost est cette alternance de chant hip hop/reggae et death apposée sur une musique sans concession.

L’exercice fait parfois mouche (« You cry … I’m fine » ou même « R.I.P » ), mais montre tout de même ses limites sur la longueur avec une certaine répétitivité.

Malgré ses critiques, « In difference » dur et intense, demeure un album parfaitement digne d’intérêt pour tout amateur de musique brutale et expérimentale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Fusion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens