Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 19:19

Hercule_4.jpg3.gif

 

 

Poursuite de l’exploration des bon vieux comics des années 80 avec « Hercule n°4 » de l’incomparable Bob Layton (dessins et scénario).

Sorti en 1982, cet Hercule transpose avec un grand bonheur l’univers mythologique du demi dieu le plus célèbre du panthéon grec dans un space opéra de haute volée traversé par ce super héros haut en couleurs (buveur, coureur, vantard et bagarreur) accompagné d’un fidèle robot enregistreur tentant d’apporter un peu de logique et de cohérence dans ces aventures débridées.

Ici le lecteur apprend de la bouche du robot enregistreur interrogé par des extraterrestres humanoïdes, que Hercule a été accueilli en héros sur la planète Ciegrim-7 de la galaxie Rigel après son intervention musclée pour détruire une race extraterrestres appelée Brotherhood, qui menaçait de la livrer à l’appétit de leur maitre Galactus.

Flanqué de son fidèle robot, Hercule festoie abondamment avec ces extraterrestres au physique de tortue maitrisant de surcroit l’art de la distillerie pour produire d’excellents breuvages réputés dans toute la galaxie.

Il reçoit en guise de reconnaissance un mystérieux flacon contenant une liqueur capable de bousculer un trou noir mais a la désagréable surprise de subir de plein fouet l’attaque de Binaire, plus connue que héros de Galactus.

Après un accrochage musclé ou chacun fait usage de l‘étendue de ses pouvoirs, Binaire comprend qu’elle a affaire à Hercule et explique sa venue par l’impatience de Galactus pour se repaitre du monde désigné par ses serviteurs les Brotherhood.

Fidèle à sa réputation de fonceur, Hercule s’en prend donc logiquement directement à Galactus dans son propre vaisseau avant d’être sèchement remis à sa place en étant menacé de désintégration moléculaire.

Optant finalement pour la ruse, Hercule fait mine de soumission et tente de faire un ingérer la puissante liqueur à Galactus ce qui a un effet plutôt surprenant sur lui, car au lieu de le tuer, le fait éclater de rire.

Amusé par les piètres tentatives du dieu olympien, Galactus épargne Ciegrim-7 et relâche Hercule et son robot qui sont tout de même cueillis à leur retour par une patrouille de fonctionnaires de Rigel accusant Hercule de lourdes dettes.

Même si le peuple des distilleurs accepte de régler la note astronomique des dettes, les fonctionnaires confisquent le robot enregistreur jusqu’à régularisation de sa situation.

Hercule se sépare donc à regret de son compagnon de route mais à la délicieuse compensation de trouver Binaire changée sous forme humaine, disponible pour quelques étreintes passionnées …

En conclusion, si « Hercule n°4 » ressemble sur la forme au dessin animé « Ulysse 31 » mettant en scène un Ulysse en voyageur de l’espace, il en diffère par l’esprit beaucoup plus léger et généreux qui s’en dégage.


Malgré sa puissance et son courage, Hercule peut juste tenir tête à un héraut de Galactus et ne pèse pas bien lourd face au maitre lui-même.

La voie proposée en échange est donc celle de l’humour, quitte à mettre de coté la crédibilité de l’histoire.

La relation entre le dieu bon vivant porté sur la bagarre, la bombance et les femmes et le robot analytique et timoré est aussi drôle que attachante.

Enfin dernier élément pour gouter son plaisir, le superbe coup de crayon de Layton, créant des univers foisonnant de créativité ou évolue un héros musculeux et charismatique inspiré de Steve Reeves, le star du péplum des années 60, fait qu’on peut que considérer cet « Hercule n°4 » que comme une belle création.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens