Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 12:12

guns_greatest_hit.jpg

4

 

 

Compte tenu de la trop longue gestation de « Chinese democracy » , la maison de disque Greffen sortit en 2004 un best of des Guns ‘n  roses intitulé sobrement « Greatest hits ».

Généralement les fans purs et durs accueillent avec hostilité ce type d’exercice qu’ils estiment vain et uniquement motivé par des motivations purement mercantiles.

Mais pour atteindre un public plus large, la sortie d’un best of est généralement une bonne opération permettant de ne pas faire oublier un ancien groupe à succès, de le faire redécouvrir à de nouvelles générations, bref à continuer à faire parler de lui en haut de l’affiche en attendant un éventuel come back.

C’est plutôt dans cette seconde optique que j’ai abordé ce « Greatest hits » à la sobre pochette blanche.

Quatorze titres donc à dérouler.

Bien entendu c’est l’inévitable « Welcome to the jungle » qui ouvre le bal de manière vive et musclée.

Puis on bascule dans le registre mélodique avec une pluie de ballades le précurseur « Sweet child o’mine » , l’acoustique « Patience » , celle plus musclée « Paradise city » avant la reprise de Bob Dylan « Knockin’ on heaven’s door » qui donne toujours le grand frisson avec son coté hippie mystique et aérien.

Mais jugeant qu’il était temps de se rappeler que les Guns était aussi un groupe de hard rock, le best of fait la part belle au monstrueux épique « Civil war » peut être le meilleur morceau écrit par les californiens, le genre de titre qui vous élève et vous donne toujours beaucoup de courage pour avancer dans votre vis malgré les coups qui s’abattent sur vous.

Toujours hard, le body buildé « You could be mine » rappellera de bienheureux souvenirs aux amateurs du Terminator 2 de James Cameron.

Ballade toujours mais dans un registre supérieur avec la gifle « Don’t cry » capable de faire pleurer le plus endurci des Hell’s angels.

Que dire ensuite de « November rain » ? Sinon que ses neufs minutes épiques la place à un niveau encore supérieur, à celui d’un voyage dans un univers d’émotions d’une intensité aussi hors du commun que le clip de l’époque, véritable film à lui tout seul.

On revient au hard avec « Live and let die » la géniale reprise amélioré de Paul Mc Cartney avec ses riffs façon 7 sur 7 (spéciale dédicace à Anne Sinclair et à son démon de mari).

Les ballades sont toujours à l’honneur, « Yesterdays »  sympathique bien que mineur qui permet de reprendre son souffle après pareil déluge de chefs d’œuvres et le très relaxant et surf music « Since I Don’t have you » entrecoupés du très lourd « Ain’t it fun » tout en puissance et en classe.

Le best of se termine sur une reprise enfiévrée du «  Sympathy for the devil » des Rolling stones preuve que les Guns savent ou sont leurs racines très ancrées dans le rock and roll des origines.

En conclusion, n’en déplaise aux intégristes, ce « Greatest hits » est un très bon cru reflétant la période que je préfère dans la carrière des Guns, c’est-à-dire les deux albums « Use your illusion » .

Bien entendu les ballades sont prédominantes sur ce best of volontairement grand public mais les Guns’n roses ont sans doute écrit leurs plus belles chansons dans ce style aussi n’Est-ce pas dérangeant le moins du monde.

« Greatest hits » remplit donc parfaitement son rôle de compilation et se révèle un excellent investissement pour découvrir ou redécouvrir avec délice ce groupe majeur des années 90.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens