Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:43

go_away_white.jpg3.gif

 

 

Changement radical d’univers avec le rock gothique de Bauhaus qui comme son nom ne l’indique pas n’est pas allemand.

Groupe réputé du début des années 80 malgré une carrière plus qu’éphémère, les anglais de Bauhaus se reforment à la surprise générale en 2005 après plus de vingt cinq ans de silence.

Avec Peter Murphy (chant), Daniel Ash (guitare), David J (basse) et Kevin Askins (batterie), Bauhaus sort « Go away white » à la pochette immaculée en 2008.

Le premier morceau trop linéaire « Too much 21st century » peine malgré un riff assez intéressant, telle une petite cylindrée gravissant une cote pentue à passionner l’auditeur.

Plus intéressant est « Adrenalin » qui s’impose par son tempo puissant, sombre, et torturé comme un titre majeur.

Avec « Undone » on bascule dans un univers plus new wave froid et synthétique.

Mais Bauhaus sait aussi se montrer plus organique comme le montre « International bulletproof talent »  et « Endless summer of the damned » morceaux rock puissants et enlevés.

L’allure se ralentit jusqu’à quasiment se figer sur « Saved » long morceau hypnotique mettant formidablement en valeur la voix de Murphy.

Bauhaus poursuit dans cette voie avec « Mirror remains » long et lent morceau atmosphérique aux bruitages étranges et parfois désagréables.

Par contraste, « Black stone heart » se révèle beaucoup plus pop et presque accessible avant de replonger à nouveau dans un long voyage froid et planant sur « The dog’s a vapour ».

On termine avec « Zikir » encore plus dépouillé, froid et sinistre.

En conclusion, « Go away white » constitue une belle découverte d’un groupe singulier et protéiforme capable par instant de délivrer quelques salves post punk appuyées permettant de sortir du sentiment de longue apathie morbide pouvant s’installer avec la succession de morceaux atmosphériques souvent glaciaux.

Equilibré, consistant et assez varié bien que forcément tristounet, « Go away white » force tout de même le respect par son intégrité et sa qualité intrinsèques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Gothique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens