Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:07

FFF.jpg3

 

 

FFF était un groupe de rock français qui brilla pendant une décennie (1991-2000) avant de disparaitre de la circulation.

Mélangeant rock et funk en une fusion énergique, FFF se tailla une jolie réputation dans l’Hexagone, en raison de ses prestations scéniques explosives et de la personnalité attachante de son leader le chanteur d’origine béninoise Marco Prince.

Le troisième album sobrement intitulé « FFF » sort en 1996.

Le premier morceau « On ne badine pas avec la mort » assez calme, brille surtout par les variations vocales de Prince, les envolées guitaristiques de Yarol Poupaud et par un texte assez sérieux sur le Sida.

L’ambiance est beaucoup plus électrique sur « Barbès » excellente fusion énergétique rendant hommage à ce quartier populaire et coloré de Paris.

Dans la même veine, « Mauvais garçon » s’avère plus laborieux avec une style très reggae et des refrains particulièrement faibles mais ce petit écart est vite gommé par l’excellent « Le pire et le meilleur » qui fait la part belle à un rock puissant parfaitement maitrisé.

Arrive ensuite la perle du disque, une surprenante power ballade éthérée aux textes d’une beauté poétique exceptionnelle « Morphée ».

Pour faire baisser la tension, les doux « Act up » chanté à moitié en anglais et « Le muscle magique »  assez humoristique viennent apporter une accalmie à cette tornade de fusion.

FFF replace alors sa fusion funk-rock nerveuse avec « Niggalize it » une nouvelle fois influencé par l’anglais.

La fin de l’album s’effectue en pente douce avec « Un jour » ballade curieusement intimiste sur le retour aux origines, « Laisser aller » mollasson et dépressif avant « Knock you down » un ultime uppercut power funk administré dans les règles de l’art.

En conclusion, « FFF » est un album de qualité dans la droite lignée des productions de fusion à la mode durant la fin des années 90.

Avec son énergie, la verve et la fraicheur de son chanteur, FFF tire honnêtement son épingle du jeu et propose un album agréable comportant quelques titres accrocheurs (« Barbés », « Le pire et le meilleur ») un hors classe « Morphée » avant de connaitre une deuxième partie un poil plus laborieuse.

Mention honorable donc pour cette fusion made in french.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Fusion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens