Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:02

epica.jpg3

 

 

Officiant dans le registre du heavy metal  mélodique à tendance symphonique, voici le groupe américain Kamelot formé de Thomas Yougblood à la guitare, Glenn Barry à la basse, Casey Grillo à la batterie et de Roy Khan chanteur de nationalité norvégienne.

Fondé en Floride à la fin des années 90, Kamelot profita d’un renouveau du heavy metal mélodique au début des années 2000 (Rhapsdoy, Vision divine, Nightwish, Epica, Within temptation …) pour sortir d’un relatif anonymat avec son cinquième album intitulé « Epica ».

Avec sa pochette bien kitsch représentant anges et colombes, « Epica » commence après un court « Prologue » par « Center of the universe » identifiant immédiatement le style du groupe alliant guitares gentiment heavy et belles mélodies mettant en avant la voix classieuse de Roy Khan.

Le rythme s’accélère un tantinet sur « Farewell » qui reste toutefois enrobé d’une épaisse couche d’élégance sophistiquée.

Un « Interlude » néo classique plus tard, « Edge of paradise» déroule avec lenteur son charme progressif pour laisser la place à une superbe ballade « Wander » ou l’émotion suinte à travers chaque inflexion de la voix du seigneur Khan.

Après un nouvel « Interlude » plus discret cette fois vient « Descent of the archangel » au tempo assez soutenu tout en restant mélodique.

La formule est répétée par un enchainement « Interlude » / morceau soutenu et mélodique avec « Fear for the vain » manquant de relief.

Kamelot tente de briser une certaine linéarité avec une deux nouvelles ballades « The coldest winter » correctement exécutée mais assez fade avant que « Lost and damned » plus incisif et vigoureux ne vienne redynamiser l’atmosphère.

Deux courts interludes viennent annoncer la fin de l’album composé d’un « The morning after (carry on) » empli de majesté symphonique et « III ways to epica » plus aérien que jamais.

En conclusion, « Epica » est un album copieux, dense, plaisant mais un peu trop figé dans un seul style à mon gout.

Le heavy metal ici pratiqué a été travaillé pour gommer ses aspects les plus durs pour présenter une visage élégant, sophistiqué et romantique.

Kamelot pratique donc la musique énergique en esthète avec un sens aigu des mélodies raffinées portées par un chanteur parfait dans ce registre.

Pourtant malgré les qualités musicales de l’ensemble, on pourra regretter une certaine répétitivité dans les compositions un peu longuette au détriment de l’intensité.

L’Œuvre pourtant présentée reste cependant digne d’estime.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens