Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 21:35

electric_cafe.jpg3.gif

 

 

Malgré ce revirement bruitiste je n’ai pour autant abandonné l’électro-pop teutonne de Kraftwerk.

Durant les années 80, la production des allemands chute fortement et « Electric café » voit le jour en 1986 soit cinq ans après le précédent album.

Nous sommes toujours ici dans le registre de la fascination technologique à l’image des musiciens représentés à l’aide de grossières images numériques, car rappelons le nous sommes bien au milieu des années 80 et la micro informatique n’en est qu’à ses balbutiements.

« Electric café » commence comme un gag avec « Boing boom tschak » doté malgré son minimaliste patent de bruitages toujours surprenants et du petit arrangement électro sorti d’une autre planète qui vient titiller favorablement les conduits auditifs.

L’usine à sons développe son art sur « Techno pop » aérien et plaisant mais qui peine à passionner sur ses plus de sept minutes comme « Musique non stop »  très représentatif du style des musiciens mais beaucoup trop froid et répétitif.

Plus de créativité et d’originalité sur « The telephone call » qui incorpore des bruitages de téléphones et des parties mélodiques chantées (en anglais) pour humaniser quelque peu le beat rigide de base.

L’usage de chant réussit décidément bien aux allemands comme le prouve « Sex object » réelle pop électronique très accrocheuse osant même suprême audace quelques accords de guitares.

En guise d’épilogue vient « Electric café » sur lequel quelques mots français puis allemands viennent caresser surplomber une musique très plaisante car créative.

En conclusion, souvent mésestimé par rapport aux classiques des années 70 et leurs célèbres tubes,  « Electric café » est un album de musique électronique qui même sans hit planétaire, reste très inspiré et agréable.

Kraftwerk reste incomparable dans la création de sons uniques à la fois mélodiques, froids et rigides.

Dernier disque des allemands avant une longue absence (près de vingt  !) « Electric café » permet de clôturer la tête haute seize ans d’une carrière devenue légendaire.

A écouter donc pour les plus curieux et ouverts d’entre vous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Electronique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens