Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 18:42

hyper_cube.jpg

2

 

Cinq ans après le succès inattendu du premier « Cube » , Andrezj Sekula donne avec « Cube 2 : hypercube »  une suite en 2002 au film culte de Vincenzo Natali.

La trame narrative est ici quasi identique, huit inconnus se découvrent progressivement prisonniers dans une étrange structure composée de salles truffés de piéges mortels dans lesquelles on accède au moyens de trappes.

Il y a Kate Filmore (Kari Matchett), psychothérapeute, archétype de la belle blonde d’age mur auquel n’importe quelle femme américaine peut avantageusement s’identifier, Mac Guire (Bruce Gray) un vieux colonel angoissé et suicidaire , Simon Grady (Geraint Wyn Davies) , grand costaud particulièrement inquiétant et de surcroît armé d’un couteau, Max Reisler (Matthew Ferguson) jeune informaticien de base, Jerry Whitehall (Neil Crone) ingénieur grassouillet et débrouillard, Madame Paley (Barbara Gordon) mathématicienne à la retraite passablement gateuse, Julia (Lindsey Connell) une séduisante avocate brune et Sasha (Grace Lynn Kung) une étudiante asiatique aveugle .

Cette fois ci les piéges ne sont pas conventionnels mais obéissent à d’étranges lois physiques capables d’altérer le temps, le mouvement et de générer des faisceaux d’énergie pure venant frapper les victimes de ce jeu cruel.

Dans cet affreux casse tête mathématiques, les connaissances scientifiques de Jerry et de Max sont particulièrement utiles pour essayer de survivre.

Aidés par les souvenirs intermittents de Madame Paley, ils parviennent à comprendre qu’ils semblent être prisonniers d’une figure théorique appelée hypercube, un cube à quatre dimension inventé par le physicien Rosenzweig découvert mourant dans une des pièces.

Peu à peu les prisonniers parviennent à comprendre qu’ils sont tous liés directement ou indirectement à Izon une entreprise d’armement dont la branche recherche travaille sur le chaos quantique.

Max révèle qu’un pirate informatique nommé Alex Trusk, a réussi a réaliser un hypercube pour le compte d’Izon.

Au sein du groupe, seul Simon, impressionnant et violent produit un sentiment de menace n’hésitant pas assassiner Madame Paley et Jerry en situation de stress.

Les événements s’accélèrent, Max et Julia meurent en une belle étreinte amoureuse et Simon est puni par l'hypercube de sa brutalité.

Sasha révèle enfin sa véritable identité et le fait qu’elle est en réalité Alex Trusk …

La fin du film, assez étrange utilise l’ambiance paranoïaque des organisations militaires gouvernementales utilisant les hommes comme cobayes d’horribles expériences pseudo scientifiques.

En conclusion, « Cube 2 : Hypercube » va encore plus loin dans le registre intellectuel-prise de tête-paranoïaque que le premier volet.

Mais l’effet de surprise à disparu et les piéges moins spectaculaires dans un univers lisse et aseptisé ont moins d’impact sur le spectateur.

L’histoire très complexe voir embrouillée à souhait fait appel à de solides notions de physique quantique et demeure pour moi inaccessible au commun des mortels.

Si il permet d’en apprendre un peu plus sur le « Pourquoi ? » auquel le premier film de Natali ne répondait astucieusement pas en laissant un champs quasi infini d’interrogations devant lui, « Cube 2 : Hypercube » trop complexe, n’a pour moi pas la puissance dramatique et l’intensité nécessaire pour pleinement passionner.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens