Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 20:34

Contradiction.jpg1

 

 

Après la bonne surprise du premier album, Mass hysteria bat le fer tandis qu’il est chaud et sort en 1999 son deuxième album intitulé « Contraddiction ».

La pochette du disque nettement plus gore, montre cette fois un bébé mutant ou possédé par quelque force occulte.

Le bombardement débute avec « Contraddiction » morceau énergique mais qui peine cependant à décoller pleinement.

Dès le deuxième titre, Mass hysteria surprend en incorporant des refrains planant réellement chantés par Mouss Kelai au milieu de sa traditionnelle foret de gros riffs plaqués.

On se dit alors que le groupe a trouvé là un filon quand « Aimable à souhait » et « Attracteurs étranges » reprennent avec moins de réussite la formule, couplets durs/refrains caressants avec en prime quelques breaks instrumentaux en guise d’aération.

Mass hysteria abaisse encore sa puissance sonore sur « Finistère amer » insupportablement long et insipide et se sent sans doute obliger de compenser avec un « P4 » ultra brutal et maladroit.

Bande son parfaite pour un jeu vidéo, « Sur la brèche » est rendu plaisant par son savant mélange samples-guitares tandis que l’audacieux « Furia » renoue en terme d’intensité et en efficacité avec les missiles du premier album.

Malgré leur virulence  « Le dernier tango » et « Osmos’ 99 »  peinent  par manque de fluidité, quand au « Plus juste effet » il démontre une fois de plus la maladresse du groupe dans ses incursions mélodiques.

On termine le disque par une curiosité, « Corazones Olvidadoss (Saetas Dulces) » long délire électro-hispanique sans réel intérêt.

En conclusion, dès son second album, Mass hysteria tente de varier ses compositions en proposant une approche plus nuancée ou quelques timides tentatives mélodiques font leur apparition.

Pas de doute, la musique est toujours rude et trapue, mais le groupe perd fortement en vitesse, fluidité et rate la plupart du temps sa cible.

Outre cette baisse d’impact, Mass hystéria doit faire avec les limitations vocales de Kelai, particulièrement faible sur les passages aériens et nuancés.

Compte tenu de ses lacunes, « Contraddiction » est donc un album particulièrement médiocre et inintéressant à mes yeux.

La suite de la carrière de Mass hysteria ne fera que confirmer cette impression.

Dommage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Fusion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens