Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 16:17

Desproges.jpg1

 

Une de mes connaissances, grande admiratrice de Pierre Desproges m’a prêté « Chroniques de la haine ordinaire II » .

J’ai gardé le livre chez moi prêt d’un an avant de me décider finalement à le lire.

Pour les plus jeunes d’entre nous, le nom de Desproges ne dira pas sans doute pas grand chose tant l’humoriste à l’instar de Thierry Le luron est aujourd’hui quelque peu tombé dans un relatif oubli.

« Chroniques de la haine ordinaire II » est le deuxième volet d’une compilation de billets d’humeur radiophoniques que réalisait quotidiennement Desproges sur France Inter durant l’année 1986.

Dans un style très littéraire peut être trop par moment, Desproges s’attaque avec un ton féroce, sarcastique et bien souvent absurde aux cibles « people » de son époque, les Grimaldi, Rika Zarai, Chantale Goya et plus étonnamment le groupe Indochine.

On trouvera l’humoriste un peu facile dans cet exercice mais les billets d’humeur tournent également autour de sujets plus généraux comme la politique, les média, les jeunes (qu’il abhorre) ou le cancer (dont il sera lui même victime en 1988).

L’humour de Desproges se caractérise par un sens prononcé de la provocation et une extrême habileté à manier la langue française ce qui l’autorisera à réaliser un nombre impressionnants de détournements et de jeux de mots.

Elitiste, Desproges déteste le bas peuple qui sort l’été, les sportifs, les rockers et va même jusqu’à rire de ses propres fans en se moquant de leurs lettres d’admiration qu’il lit et tourne en dérision à l’antenne.

Le jazz, le sexe et le bon vin trouvent en revanche toujours grâce à ses yeux.

Pour toutes ses raisons, on qualifiera souvent l’humour de Desproges de « fin » voir « intellectuel » et il est clair que son public était plutôt composé d’intellectuels que de masses populaires.

Pour ma part, je n’ai étonnamment pas apprécié ce livre, décelant sans doute trop nettement le désespoir d’un homme rongé par la maladie derrière le ton corrosif et cynique.

Le style trop littéraire et sophistiqué de Desproges nuit pour moi à la spontanéité et à la fraîcheur de son humour.

De plus la plupart des références ancrées dans les années 80 donnent un coté fort daté à cet humour très en prise avec l’actualité de son époque car en effet qui rirait aujourd’hui de blagues à répétitions sur le syndicaliste Henri Krasucki ?

Le Luron, Desproges, Balavoine, Dalida, Coluche, autant de références françaises à des années qu'il serait temps de dépasser aujourd’hui.

Aujourd’hui on pourrait penser que Stéphane Guillon voir Didier Porte eux aussi chroniqueurs à France Inter officient dans un créneau assez proche de celui de Desproges.


Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens