Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 19:28

story_of_anvil.jpg5.gif

 

Attiré par les excellents échos autour « Anvil ! The story of Anvil » je suis allé voir ce rockumentaire de Sacha Gervasi sorti en février 2010.

Meme si je me targue de connaître assez bien le heavy metal, j’avoue que je ne connaissais ce groupe que de nom, n’ayant écouté qu’une seul de leur album, qui ne m’avait pas de surcroit beaucoup marqué.

Gervasi fan et ami d'Anvil a donc réalisé un documentaire sur l' histoire de ce groupe dont l’ossature est composée du guitariste/chanteur Steve Kudlow alias « Lips »  et du batteur Robb Reiner, amis depuis leurs 14 ans.

Prometteur voir précurseur au début des années 80, Anvil n’a contrairement à ses pairs (Metallica, Slayer, Anthrax ..) jamais réussi à obtenir le succès auquel il semblait destiné, allant d’échecs en mésaventures.

Les deux hommes vieillissants aujourd’hui pères de famille quinquagénaires, vivent à Toronto et sont contraints d’exercer des boulots alimentaires pour pouvoir survivre.

Lips est chauffeur/livreur dans une cantine, quand à Robb il travaille dans le bâtiment.

Pourtant assez étrangement la passion n’a jamais quitté les deux compères, qui continuent contre vents et marées à vouloir faire de la musique et à jouer sur scène.

C’est assurément cette persévérance irrationnelle, cet inébranlable amour en leur art malgré les échecs et les humiliations qui rend le film si touchant.

Gervasi suit Anvil lors d’une tournée catastrophique en Europe de l'Est, avec des salles de 10 000 places ou sont présentes 100 personnes, des galéres de trains et d’avions ratés, des patrons de bars qui ne payent pas leur cachet, des crises de nerfs, des embrouilles entre musiciens, et du découragement à la pelle.

La relation entre les deux musiciens est passionnante, Lips étant un homme émotif, hyper sensible, généreux, passionné, idéaliste mais aussi très fragile et sujet à de multiples sautes d’humeur, Robb étant plus introverti, solitaire et peintre (de talent !) à ses moments perdus.

L’indestructible sentiment d’amitié voir d’amour qui semble les lier est extrêmement impressionnant, les deux hommes se considérant comme frères.

Anvil décide pourtant de tenter de forcer la porte du destin une nouvelle fois et contacte Chris Tsangarides, producteur renommé dans le milieu du heavy metal (Judas Priest, Black Sabbath, Thin Lizzy …) pour produire leur treiziéme album.

Tsangarides ayant déjà travaillé avec eux dans les années 80, accepte mais Lipps et Robb sont obligés d’hypothéquer tous leurs biens pour financer leur projet.

Tout se beau monde se réunit à Douvres, dans le superbe manoir de Tsangarides perdu dans un décor à la Stonehenge aussi sauvage que magnifique.

Meme si le projet arrive à son terme, Anvil a toutes les peines du monde à trouver une maison de disques et essuie refus sur refus notamment de la part d’EMI records.

Sans promotion, Robb et Lipps décident de vendre leur album directement.

Le film se termine sur une heureuse nouvelle, l’annonce d’une participation à un festival au Japon, 25 ans après leur dernière apparition dans ce pays.

Le groupe joue donc dans un stade devant une foule immense, ce qui termine sur une note chaleureuse ce documentaire.

A l’arrivée, « Anvil ! The story of Anvil » peut être vu comme une formidable aventure humaine de deux pauvres types intègres, perdants magnifiques, mus par leurs rêves de gosses et par une passion irraisonnée qui les poussent à endurer tous les tourments.

La formidable histoire d’amitié entre Robb et Lipps m’a fortement émue, les deux hommes se complétant artistiquement et se soutenant dans les moments difficiles.

Je crois que finalement le secret pour supporter la vie est d’être en accord avec soi même puis d’avoir un puissant moteur qui tire son existence et en ce sens les deux musiciens d’Anvil ont tout compris, refusant de plier face aux modes, aux sirènes d’une vie rangée et facile pour faire ce qui leur plait.

Ce film montre que le bonheur n’est pas dans le matérialisme, l’argent, le pouvoir et la possession, d’autres voies existent.

L’art en est une.

Quelle est la votre ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Heavy Metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens