Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 21:55

Nous sommes en 1980 et Diamond head, membre de la New Wave Of British Heavy Metal, sort son premier album « Lightning to the nations ».
Formé en Angleterre dans les années 70, ce quatuor constitué de Sean Harris (chant), Brian Hatler (guitare), Colon Kimberly (basse) et Duncan Scott (batterie) connaitra une carrière éphémère et aurait pu tomber aux oubliettes sans la dévotion leur étant accordé par Metallica, ce qui contribuera à continuer à leur accorder un tantinet d’attention.
Avec sa pochette d’époque assez basique, « Lightning to the nation » s’ouvre par le morceau éponyme, marqué par une énorme puissance de feu mais une construction un peu confuse…
On enchaine ensuite à toute vitesse sur « The prince » qui déchire l’espace par son rythme démentiel et ses parties de guitares (riffs, solos) titanesques sur lesquelles Harris place sa voix aigue.
Mais malgré son punch, « The prince » n’est rien comparé au monument de plus de neuf minutes, « Sucking my love » qui atteint des sommets de perfection : riffs diaboliques, chant impérial suintant le sexe et break central génial aboutissant à une implacable dernière ligne droite.
Par sa structure, son ambition et son délire, « Sucking my love » pourrait appartenir pour moi aux meilleures des années 70 et constitue en tout cas une des merveilles de la musique heavy…
Diamond head ne relâche pas la pression et enquille avec « Am I evil  ?»  un autre chef d’œuvre encore plus vénéneux et puissant, notamment en raison des parties de guitare dingues de Hatler et du chant une nouvelle fois parfait de Harris.
Puisqu’il faut bien souffler un peu, voici « Sweet and innocent » de structure plus simple et accessible mais toujours impressionnant de qualité.
Mais il faut croire que le génie n’est jamais loin avec Diamond head, car « It’s electric » vient de nouveau blaster le cerveau de l’auditeur avec cette fois une vibe rock ‘n’ roll et des refrains fantastiques….
La leçon continue avec « Helpless » nouvelle gifle heavy supersonique, « Shout out the lights » absolument parfait de puissance et de fluidité avec une dimension rock ’n’ roll festive en plus…
C’est avec le cerveau déjà explosé et dispersé aux quatre coins du cosmos qu’on enquille sans ciller « Streets of gold » puis « Waited too long » « Play it loud » toujours vibrant d’énergie vitale, avec un véritable catalogue de riffs et de solos de haute volée.
Dans la dernière ligne droite « Diamond lights » peut être un brin plus convenu face aux autres mastodontes laisse la place « We won’t be back » terrible et « I don’t got » plus lent et massif que ces petits camarades jeux.
En conclusion, ne cherchez pas pourquoi Metallica est devenu fou à l’écoute de ce disque, « Lightning to the nations » n’est pas un titre d’album prétentieux mais bien l’annonce d’un des meilleurs disques de heavy metal de l’histoire.
Quand on réalise l’incroyable potentiel de Diamond head qui avait tout dans son arsenal pour devenir un grand : guitariste génial véritable usine à riffs et à solos assassins, chanteur au timbre puissant et émouvant, compositions dynamiques et géniales, il est difficile de comprendre pourquoi le groupe n’a sorti que deux petits disques avant de sombrer…
Un talent immense donc dans ce premier disque de ce fer de lance de la NWOBHM…avec toutefois au dessus du lot « Sucking my love » et « Am I evil ? »,  « It's electric » titres devenus largement cultes !
Indispensable pour tout fan de heavy rock !

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Heavy Metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens