Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 09:51

Sans plus attendre, Alice Cooper revigoré par sa nouvelle orientation musicale sort en 1976 « Alice Cooper goes to hell » à la pochette verdatre beaucoup plus quelconque.
Le génial producteur-claviériste Bob Erzin est toujours à la manœuvre avec les guitaristes Steve Hunter/Dick Wagner/John Tropea, deux bassistes Tony Levin, Babbit, un batteur Jim Gordon, un pianiste (Al Mc Millan) et même un percussionniste (Jim Maelen).
On commence par un tube « Go to hell » aux riffs et refrains très entrainants malgré un univers toujours macabre puis enchaine sur un autre hit très surprenant teinté de groove « You gotta dance » propre à être joué dans les boites de nuit de l’époque.
Alice prend alors ses habits de crooner pour proposer une ballade gnangnan« I never cry » et « Give the kid a break » inspiré du style music-hall et truffé de chœurs par trop éthérés.
L’artiste se fait meme carrément méconnaissable sur « I’m the coolest » qui susurre abominablement d’une voix suave sur une ambiance feutrée.
Difficile également de classer, « Didn’t we meet » sorte d’ovni musical empruntant autant au rock qu’au music-hall.
Alice revient  ensuite au rock dur avec « Guilty » presque punk dans sa compacité et son agressivité puis bascule dans nouvelle ballade par trop cotonneuse malgré la qualité des arrangements « Wake me gently ».
On s’emballe sur « Wish you were here » lui aussi traversé d’un feeling quasi dance-music, puis retombe au final dans l’insupportable avec une reprise casse gueule de Judy Garland « I’m Always chasing rainbows » classique de la musique populaire datant de 1918 (!) enchainée d’une énième ballade lourdingue au possible « I’m going home ».
En conclusion « Alice goes to hell » constitue une déception majeure après l’audacieux « Welcome to my nightmare ».
Ici Alice délaisse par trop son inspiration hard rock ‘n’ roll et se vautre dans une musique plus accessible composée de ballades guimauves plombées d’arrangements lourdingues et d’explorations diverses (crooner, dance, cabaret).
L’artiste restant talentueux le résultat fonctionne quelquefois mais ce n’est pas la maigre triplette de tubes qui viendra sauver un album globalement insupportable à l’écoute.
Très versatile la créature semble ici avoir été droguée, mise dans une cage dorée et rendue parfaitement inoffensive faisant de ce voyage en Enfer une gentille ballade bucolique…
A fuir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Rock
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens