Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:25

Le virage hard-US d’Accept entamé sur « Eat the heat » étant un fiasco commercial, le groupe allemand fait ensuite machine arrière, trouve un accord avec Udo Dirkschneider qui revient en 1993 soit quatre années après sur « Objection overruled » à la place du controversé David Reece, l’autre américain, le guitariste Jim Stacey étant lui aussi remercié.
Pochette sobre mais forte sur fond de justice forcément imparfaite comme dirait la doublette du moment Fillon-Le pen, « Objection overruled » débute par son titre éponyme, rapide et musclé.
Seul maitre à bord à la guitare, Wolf Hoffman s’en donne à cœur joie sur le rythme d’enfer impulsé par le batteur Stefan Kaufman.
Le tempo ralentit sur « I don’t wanna be like you » mais pour accroitre encore le pouvoir dévastateur du groupe, qui se fait souvent irrésistible sur ses hymnes métalliques puissamment structurés.
Après avoir accouché d’un nouveau classique à son répertoire, Accept enchaine sur un nouveau titre agressif « Protector of terror » condensé de heavy metal énergique à défaut d’être inventif.
La suite, « Slaves to metal » est une tentative ratée d’approche plus commerciale mais la voix éraillée de Dirkschneider se montre plus à la peine sur ce morceau bancal.
Fort heureusement, « All or nothing » surgit avec lui l’étiquette d’un authentique hymne propre à enflammer les stades.
Mais plus que ce rouleau compresseur, on est séduit par « Bulletproof » mid tempo plus nuancé sublimé par ses refrains puissants qui lance une impressionnante série composée de la magnifique ballade « Amamos la vida » une des plus réussies du répertoire des Allemands qui montre si besoin toute la finesse dont-ils peuvent être capables et de « Sick, dirty and mean » jouissif par son coté heavy méchant sans concession.
La fin de l’album prend des allures d’Ac/Dc période Brian Johnson sur « Donation », d’un instrumetal sympathique « Just by my own » puis « This one’s for you » dernière claque heavy à la dynamique souveraine.
En conclusion, le retour de Dirkschneider change radicalement la donne et fait beaucoup de bien à Accept, véritablement revitalisé avec ce « Objection overruled » d’excellente facture.
Beaucoup de classiques sortent donc de ce qu’on peut considérer comme un nouveau départ pour un groupe qu’on disait à bout de souffle à la fin des années 80.
Puissant, violent, teigneux mais aussi parfois très émouvant, « Objection overruled » confirme qu’on pourra compter à nouveau avec le heavy metal viril d’Accept dans les années 90 !

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Heavy Metal
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens