Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 18:07

La fin des années 80 est difficile pour les groupes de heavy-metal traditionnels et Accept touché par le départ de son chanteur historique Udo Dirkschneider n’excepte pas à cette dure règle.
Pourtant en 1989 sort « Eat the heat » avec David Reece au chant, Jorg Fischer ayant également été remplacé par Jim Fischer.
Avec sa pochette glam aujourd’hui bien clichée et ridicule, « Eat the heat » débute par « X-T-C » mid tempo solide permettant de découvrir et d’apprécier le style puissant et nerveux de Reece, finalement assez peu éloigné du modèle original.
Intrigué on enchaine avec « Generation clash » excellent titre  porté par son ambiance ténébreuse et ses refrains imparables sur lequel Reece se montre assez irréprochable.
La suite laisse forcément plus dubitatif, car si « Chain reaction », carré et énergique tient plutôt bien la route, « Love reaction » interminable et poussif puis
« Turn the wheel » usé jusqu’à la corde malgré l’implication de Reece, peinent à masquer leur manque d’inspiration.
Même lorsque Accept bande ses muscles, « Hellhammer » et « Prisoner » sonnent lisse et sans âme, comme composés et exécutés en mode automatique.
Avec son martèlement constant, « I can’t believe in you » donne plutôt envie de partir en courant tout comme la reprise de Rainbow « Mistreated » englue l’auditeur dan un océan de guimauve.
Dans la dernière ligne droite déboulent « Stand 4 what U R » plus accrocheur, « Break the ice » victime des même lourdeurs avant un « D-train » marqué du sceau d’un heavy explosif.
En conclusion, « Eat the Heat » constitue un point d’inflexion majeur dans la carrière jusqu’alors bien tracée d’Accept.
Le remplacement de Dirkschneider par Reece pèse beaucoup sur le style beaucoup trop lissé et américanisé du groupe et lui fait perdre son originalité.
Beaucoup moins inspiré et original, Accept sonne donc à présent comme n’importe quel groupe de hard rock américain des années 80 et signe donc son autodestruction artistique.
Le phénix clouté saura-t-il renaitre de ses cendres ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Hard Rock
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens