Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 18:27
Doggybags, volume 3 (Run, Neyef, Florent  Maudoux)

Après avoir pris gout au premier Doggybags, je me suis logiquement dirigé vers d’autres expériences du même genre et ai dégusté « Doggybags, volume 3 ».

Sorti en 2012, « Doggybags, volume 3 » œuvre de Run (scénario) et Neyef (dessins) nous invite à une immersion dans le monde des grands cartels ultra violents qui sévissent au Mexique jusqu’à contester même la suprématie du président Calderon, qui s’appuie pourtant sur l’armée pour leur livrer la guerre.

On commence à Ciuadad Juarez par un assassinat sauvage de gangsters ayant voulu doubler un chef de cartel.

Coincés par des policiers corrompus, quatre hommes sont sauvagement décapités et leurs corps exposés dans la rue et sur Internet pour laisser un message explicite aux autres membres tentés par l’aventure.

Mais le féroce tueur responsable de l’expédition est lui-même harcelé par ses démons intérieurs dans la chambre d’hôtel minable ou il s’est retranché et finit par se suicider après avoir perdu les pédales.

Florent Maudoux prend ensuite les commandes pour une histoire encore plus construite dans laquelle deux immondes chefs de cartel et un chef de la police corrompu racontent leurs histoires de femmes et de meurtres dans un club de striptease.

Mais la stripteaseuse, une superbe brune typée qui effectue un sensuelle danse des sept voiles pour eux se révèle être la même femme indienne/brésilienne/chinoise qu’ils ont voulu exploiter et assassiner.

Les trois hommes sont alors sommairement égorgés par la déesse de la vengeance et même si ils se révèlent être des démons immortels proliférant sur le vice du monde, sont cependant durablement handicapés par leur démembrement.

La dernière aventure montre un raid de tueurs de trafiquants qui profitent du jour des morts dia de muertos sacré et festif au Mexique, pour liquider tout un gang.

Ces tueurs inspirés du mouvement Los Matas Zetas de Vera Cruz, s’habillent en squelettes pour se rendre plus effrayants et massacrent impitoyablement avec une efficacité paramilitaire des trafiquants pourtant surarmés et bien organisés.

Et même lorsque l’un d’entre eux, Guillermo accepte de l’argent d’un chef de cartel rival, la sanction impitoyable tombe : la mort pour le traitre.

En conclusion, « Doggybags, volume 3 » se montre d’un grand niveau de qualité dans son style gangster/horreur très gore.

Tout en livrant des histoires d’une grande violence ou les trafiquants sont finalement les victimes soit de leur conscience, soit d’esprit vengeurs, soit d’autres organisations populaires vengeresses, le comics apporte des analyses historiques et sociologiques passionnantes sur le phénomène des cartels mexicains, capables par leur puissance économique de s’équiper comme de véritables armées, d’acheter des policiers ou des politiciens et surtout de se livrer de barbares guerres de contrôle de territoires ou l’horreur succède à l’horreur.

Un comics pour adultes e qualité donc qui à coté des histoires de gangs blacks californiens, remplira les fans d’histoires de cartels et de folklore mexicain.

Doggybags, volume 3 (Run, Neyef, Florent  Maudoux)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens