Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 14:33
Civil war, tome 4, journal de guerre (Paul Jenkins, Ramon Bachs, Steve Lieber, Lee Weeks, Leandro Fernandez)

En 2006 sort « Civil war, tome 4, journal de guerre » de Paul Jenkins (scénario), Ramon Bachs, Steve Lieber, Lee Weeks et Leandro Fernandez (dessins)

De manière assez étonnante, l’intrigue se noue principalement autour de deux journalistes du Daily Bugle le tenace Ben Urich et Sally Floyd, qui après la catastrophe de Stamford ou le super criminel Nitro a tué six cent personnes après une intervention ratée des New Warriors, amenant le gouvernement américain à légiférer pour que tous les super héros se soumettent à son autorité après s’être faits recensés.

Chaque super héros réagit à sa façon, Spider-man se montrant anxieux à l’idée de révéler sa double identité en raison des risques qu’il ferait courir à ses proches, tandis qu’Iron-man se fait le fer de lance du projet en donnant l’exemple dans une conférence publique.

En plein emballement médiatique, les dissensions entre super héros ne tardent pas à se manifester et Iron-man n’hésite pas à employer la force pour arraisonner les récalcitrants comme Prodigy.

Sally entre en contact avec d’obscurs héros dissidents (Typographe, Battlestar, Network) qui se font traquer et arrêter par le S.H.I.E.L.D tandis que Ben est menacé de mort par le Bouffon Vert, avant qu’un étrange malaise ne mettent ses menaces en suspens.

Lorsqu’il propose à Jonah Jameson d’écrire à ce sujet, il se heurte à un refus et décide de quitter le Daily Globe qui a pour lui perdu sa liberté de parole.

Dans les rues, la guerre prend une autre ampleur et aboutit à d’énormes dégâts matériels, à la mort de Goliath noir tué par la foudre de Thor pour avoir fait partie des insoumis.

De leurs cotés, les journalistes ne restent pas inactifs, Sally parvenant à trouver Captain america qui lui aussi dissident en raison de son adhésion à une haute idée de la liberté individuelle, se cache pour éviter les rafles, tandis que Ben met en évidence que Stark industries tire profit de ces nouvelles lois.

Les super héros leaders du gouvernement comme Mr Fantastic, Iron-man, Sentry, Miss Marvel ou Pourpoint Jaune, suspectent un traitre parmi eux ce qui entretient un climat de paranoïa.

Outre la rébellion de héros terrestres de plus ou moins grande envergure, ils doivent faire de possibles représailles du Prince des mers, furieux que ses émissaires aient été attaqués par l’enragé Norman Osborn (Bouffon vert).

Durant une nouvelle bataille, Captain america est capturé et détenu en prison ou il répond aux questions du duo Ben-Sally, cette dernière critiquant vigoureusement sa mentalité selon elle dépassée.

Stark n’échappe pas non plus aux critiques des deux journalistes, qui l’accusent outre le rôle trouble joué par sa société, de manipuler le Bouffon vert à l’aide de nanites injectées dans son corps pour déclencher la guerre contre Altantis et obtenir une ralliement massif de la population à la loi de recensement.

L’histoire bascule ensuite sur le destin individuel de Robert Baldwin alias Speedball, seul rescapé des New Warriors, qui retrouvé grièvement blessé dans un champs à des centaines de kilomètres de l’impact, est accusé d’être le responsable de la catastrophe ayant couté la vie à 612 victimes.

Tenant tête à Eric Marshall du S.H.I.E.L.D qui lui propose de l‘amnistier en échange de sa soumission aux nouvelles lois gouvernementales, Robert est transféré dans de prison en prison ou sans ses pouvoirs il constitue une cible de choix pour les taulards ultra violents.

Au cours d’un défi à la boxe contre Toomey, une montagne de muscles et de graisse, Robert est blessé par un coup de couteau et délivre alors une intense explosion cinétique tuant la plupart des prisonniers assistant au combat.

Son transfert dans une prison scientifique ou il est étudié sous toutes les coutures par Mr Fantastic est immédiat.

Lors de son procès, Robert est abattu par Stricker le père d’une des victimes puis opéré d’urgence par Richards qui lui sauve la vie.

Robert accepte ensuite de se faire recenser, s’entretient avec Stricker et lui confie qu’il souffrira toute son existence à cause des éclats dans son corps, ce qu’il accepte comme une juste pénitence.

Déterminé, il se fait confectionner un nouveau costume doté de micro pointes pénétrant son corps pour lui faire déchainer sous l’effet de la douleur de puissantes rafales d’énergie.

Speeball n’est plus, place à Penance, le héros torturé sado-maso.

Dans la dernière partie, Wonder-man traque pour le compte du gouvernement américain des agents infiltrés d’Atlantis, qui parviennent en s’injectant périodiquement un sérum à parfaitement s’infiltrer dans la population américaine.

Mais sa mission est perturbée par une attaque du Bouffon vert qui tue un groupe d’une dizaine d’agent Atlantes infiltrés et assomme fugacement l’invulnérable androïde.

La nocivité du Bouffon vert est confirmée lorsqu’on le voit enfin agresser les émissaires Atlantes venus en paix à un conseil mondial, ce qui enclenchera par la suite l’enchainement de nouvelles étapes dans la guerre civile.

En conclusion, « Civil war, tome 4, journal de guerre » se montre malgré une louable volonté de complexification de l’univers Marvel vers des questions en écho avec les problèmes de société américains du Patriot act, réellement décevant.

Le lecteur a l’impression d’assister à une pale resucée des événements passés vus sous un angle différent, cette fois journalistique qui apporte des compléments d’informations sur l’implication d’Iron-man dans le déclenchement de la guerre.

Longue enquête donc dans laquelle mensonges et manipulations sont mis au premier plan au détriment du rythme et de spectaculaires combats entre super héros rivaux.

Seule aventure digne d’intérêt, l’histoire douloureuse et complexe de la repentance de Penance suite à la catastrophe de Stamford.

Pour le reste malgré la qualité du scénario, on s’ennuie ferme dans ces comic books « adultes » !

Civil war, tome 4, journal de guerre (Paul Jenkins, Ramon Bachs, Steve Lieber, Lee Weeks, Leandro Fernandez)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Comics
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens