Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 20:31
Valérian, les héros de l'equinoxe (Pierre Christin, Jean-Claude Mézières)

Comme beaucoup de gosses des années 80, j’ai lu les bandes dessinées de Valérian de Pierre Christin (scénario) et Jean-Claude Mézières (dessins).
Sorti en 1978, « Valérian, les héros de l’équinoxe » m’avait à l’époque fortement marqué, c’est pourquoi je l’ai relu en 2015 avec un vif intérêt.
Dans un futur lointain, Valérian et Laureline, le couple d’agents spatio-temporels sont chargés par leur entreprise Galaxy de se rendre sur la planète Simlane pour représenter la Terre dans une compétition d’envergure cosmique.
Sur place, le couple est accueilli par des représentants d’un monde à l’architecture magnifique mais jugé décadent par ses habitants.
L’origine de cette décadence provient des échecs récurrents de la population pour passer une série d’épreuves physiques et mentales donnant le droit aux vainqueurs les plus valeureux d’assurer une descendance à une génération à présent vieillissante.
Seul représentant de la Terre, Valérian se trouve en compétition avec trois autres champions, Irmgaal issu d’un monde guerrier volcanique maniant un glaive enflammé aux pouvoir destructeur, Ortzog colosse blindé aux chaines électriques représentant un monde d’inspiration soviétique industrialisé et rationalisé à l’extrême, Blimfilm, ermite capable de commander aux forces végétales et animales de la Nature.
A coté de ses trois puissants guerriers, Valerian dont les seules capacités résident dans son équipement de cosmonaute et dans un pistolet laser, fait bien pale figure.
Il ne se lance pas moins à leur cotés dans la compétition se déroulant sur Filène une ile éloignée.
Se séparant, les quatre hommes tracent chacun leur route en affrontant des périls naturels comme la traversée volcans pour Irmgaal, de glaciers pour Ortzog , de déserts pour Blimfilm et de montagne pour Valérian.
Ils franchissent les obstacles aidés de leurs pouvoirs et de leur détermination et se heurtent le second jour à des obstacles animaliers.
Irmgaal tue d’énormes reptiles dans des marais fétides, Ortzog surclasse en force un troupeau de gigantesques aurochs dans un défilé montagneux, Blimfilm réussissant à apprivoiser un pélican pour s’extraire d’une jungle tropicale.
Plus modestement, Valérian a affaire avec des rats qu’il brule au laser.
Le dernier jour, les trois champions arrivent les premiers au but et s’affrontent brutalement en se neutralisant mutuellement avant qu’un examinateur ne les séparent pour les préparer à la dernière épreuve de l’esprit.
Valérian arrive plus tard mais est finalement accepté par l’examinateur malgré les protestations des trois premiers arrivés qui l’estiment indigne de concourir à leurs cotés.
Chacun des champions doit donc exposer sa vision de Simlane, Irmgaal décrivant une société militariste axée sur une série de conquêtes sans fin, Ortzog une société collectiviste, industrielle, réglée à l’extrême, Blimfilm un monde dépouillé matériellement centré sur l’ascétisme et la méditation, avant que Valérian un peu embarrassé ne déclare que vouloir que laisser les habitants disposer de leur monde à leur guise.
Moqué pour son manque d’ambition, Valérian remporte pourtant à la surprise générale la compétition.
Ses rivaux sont expulsés sans ménagement et Valérian accède à la Mère suprême, divinité géante à la peau dorée chargée de féconder Simlane.
De leur union née une nouvelle génération d’enfants chargée de repeupler Simlane.
Esseulée, Laureline prend son courage à deux mains et se rend seule à Filène pour retrouver son compagnon.
Elle le retrouve réduit à l’état miniature aux cotés des autres hommes ayant fécondé la Mère suprême et le ramène dans cet état à bord de leur vaisseau spatial.
En conclusion, malgré le poids des ans, « Valérian, les héros de l’équinoxe » ne m’a pas déçu et conserve plus de quarante après toute sa séduction.
Construit sur une intrigue basique mais diablement excitante mettant en compétitions trois surhommes évoquant des super héros américains à la mentalité étroite face aux forces de la nature, « Valérian, les héros de l’équinoxe » tient en haleine en raison du style riche et puissant de Mézières pour aboutir à une conclusion beaucoup plus subtile et cérébrale.
Un petit bijou de Science Fiction des années 70 donc qui se déguste avec délectation…

Valérian, les héros de l'equinoxe (Pierre Christin, Jean-Claude Mézières)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens