Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 19:41
La possibilité d'une ile (Michel Houellebecq)

Sorti en 2005, « La possibilité d’une ile » est le troisième roman de Michel Houellebecq chroniqué en ces colonnes.
« La possibilité d’une ile » commence comme un roman de Science Fiction ou des humains reliés entre eux par des systèmes informatiques complexes communiquent leurs observations d’une Terre réduite à l’état de destruction puis introduit progressivement un aspect plus contemporain en apparence dissocié ou Daniel un humoriste rencontre un vif succès de part son style corrosif et ses blagues provocatrices sur les minorités ethniques, la pédophilie et le meurtre.
Avec une grande dose de cynisme à l’égard de son public, de son agent, des journalistes ou de « people » comme Jamel Debbouze, Daniel accède à la célébrité et à la richesse en surfant sur des thèmes que n’aurait pas renié Dieudonné et rencontre Isabelle, rédactrice en chef du magazine « 20 ans ».
Un peu plus jeune que lui, Isabelle qui n’en va pas moins sur ses 40 ans, tombe sous le charme de Daniel et une idylle amoureuse nait rapidement.
Intelligente et sportive, mais surtout doté d’un recul appréciable sur le magazine pour petites pétasses qu’elle dirige, Isabelle est une personne attachante dont les réticences à l’égard du sexe gênent Daniel qui attache lui une importance cruciale à la chose.
La vie du couple oscille entre Paris, Biarritz ou vie la mère d’Isabelle et Almeria, magnifique région côtière d’Espagne ou Daniel a acheté une belle maison.
Pourtant passée la quarantaine, Isabelle s’effondre complètement psychologiquement et sombre dans une terrible dépression.
Elle quitte son emploi, se néglige physiquement en prenant une vingtaine de kilos et quitte Daniel pour aller vivre avec sa mère à Biarritz.
Lui aussi également profondément défaitiste et obsédé par le vieillissement, Daniel accepte froidement cette rupture et s’enfonce lui aussi dans une spirale négative, ou la quête de jeunes corps d’adolescentes devient un leitmotiv.
Se sachant lui aussi perdu à terme avec l’approche de la cinquantaine, Daniel estime que la seule raison de vivre est le sexe et que lorsqu’un homme perd sa capacité d’érection, il n’a plus de raison de vivre.
Ces fantasmes troubles l’amènent à rencontrer Esther une jeune aspirante actrice espagnole de vingt ans.
Séduit par sa peau blanche, sa blondeur, son corps mince d’adolescente mais surtout sa sensualité et son absence de tabous sexuels, Daniel tombe immédiatement amoureux et noue avec la starlette une relation basée sur le sexe.
Daniel retrouve le plaisir de faire l’amour, allant jusqu’à utiliser des crèmes pour retarder l’éjaculation et explore avec sa jeune amante, toutes les figures imposées des films pornographiques.
Le destin de Daniel bascule lorsqu’il rencontre par l’intermédiaire de voisins en Espagne, un couple adepte d’une secte appelée les Elohimites croyant en l’existence d’êtres supérieurs assimilés à des dieux extra terrestres.
Il se rend à l’une de leurs séminaires par curiosité et se trouve traité comme un VIP par le gourou, un homme entouré de jeunes femmes prêtes à assouvir docilement ses moindres désirs.
Lors du séminaire, Daniel rencontre Vincent, un jeune artiste peintre contemporain traité lui aussi en VIP, puis d’autres personnes qu’il prénomme Flic ou Comique en raison de leur profession ou de leur trait de caractère dominant.
Daniel gagne vite les faveurs du prophète-gourou qui lui ouvre les portes des secrets de la secte et lui montre le projet de Savant, chercheur en génie génétique menant d’audacieuses recherches sur le clonage humain.
Trouvant un intérêt à fréquenter les Elohimites, Daniel se rend à un nouveau séminaire sur une ile volcanique reculée mais au climat agréable d’Espagne et découvre une nuit prophète assassiné par l’amant italien jaloux d’une belle italienne s’étant donné à lui suivant le rituel de la secte.
Tout d’abord paniqués, Flic et Savant s’affrontent avant de reprendre leurs esprits, faisant disparaitre le corps du prophète dans un volcan, éliminant les témoins gênant dont le couple italien.
Ayant révélé être le fils du prophète, Vincent accepte de se jouer le rôle de sa réincarnation auprès des fidèles donnant ainsi crédit aux expériences de clonages humains de Savant.
La révélation du miracle scientifique à la presse donne un incroyable coup de projecteur à la secte qui acquiert immédiatement un statut international.
Mais lorsqu’Esther le quitte pour suivre une formation aux Etats-Unis, le monde de Daniel s’effondre.
Il se rend compte brutalement de son âge, du ridicule de sa présence au milieu de jeunes faisant la fête de manière débridée lors de la dernière soirée d’adieux d’Esther et décide que sa vie est finie.
Après un bref passage à Biarritz, il constate la mort par suicide d’Isabelle et récupère son adorable petit chien Fox, dernier être vivant qui le rattache à la vie.
Retranché dans sa maison d’Almeria qu’il cherche désespérément à vendre pour tout liquider avant son départ, Daniel rédige sa biographie et assiste à la prise de pouvoir spirituelle des Elohimites qui surclassent les autres religions en offrant à l’homme ce à quoi il aspire : la jeunesse éternelle par le fruit de multiples réincarnations de clones.
La mort de Fox, écrasé par un ouvrier vicieux et stupide, est un drame pour Daniel qui se décide à le faire cloner.
La fin du récit se situe dans le futur ou le 25ième clone de Daniel décide d’imiter une e ses correspondantes appelée Marie et de quitter sa station d’observation pour s’aventurer avec Fox dans les vestiges de la civilisation humaine détruite par le dérèglement climatique et les guerres nucléaires.
N’ayant pas besoin de nourriture solide en raison des merveilleuses améliorations génétiques de Savant sur la structure de l’homme, Daniel25 parcourt avec Fox de vastes territoires ou il trouve des surhumains réduits à l’état de meutes crasseuses pratiquant le cannibalisme pour réguler leur population.
Il survit grâce à un fusil qui terrorise les sauvages mais ne peut les empêcher de tuer Fox.
Arrivé épuisé à l’extrémité de l’Espagne, Daniel25 pénètre seul dans une ultime zone inhabitée, se régénère par photosynthèse et absorption de sels minéraux et reste à contempler le vaste Océan qu’il voit pour la première fois de sa vie.
Ayant perdu toute faculté de réflexion, il mène une vie contemplative centrée sur ses émotions.
En conclusion, « La possibilité d’une ile » est un roman impressionnant d’une construction remarquable dans lequel Houellebecq ressasse ses vieux thèmes récurrents centrés sur le déclin de l’Occident, sa perte de repères spirituels et moraux, sa haine des vieux, sa poursuite du matérialisme et de la jeunesse éternelle dans une optique finalement purement sexuelle.
Extrêmement féroce envers son époque ou les humoristes et les journalistes sont les personnalités dominantes, Houellebecq agrandit sa perspective en insufflant une forte dose de science fiction, montrant une voie possible pour l’évolution de l’humanité : le progrès scientifique anéantissant les religions et la sexualité pour créer des hommes améliorés, détachés des contraintes, contemplant les vestiges de leur monde dans des stations en réseau.
Difficile de ne pas se montrer admiratif devant l’ambition du fond et le style corrosif, désabusé, provocateur, sexuel ou parfois comique de l’écrivain qui parvient à se renouveler tout en conservant ses caractéristiques propres.

La possibilité d'une ile (Michel Houellebecq)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens