Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 21:54
Clint Eastwood (Richard Schickel)

Voici longtemps que je voulais lire une biographie de Clint Eastwood l’un des acteurs que j’admire le plus au monde, c’est maintenant chose faite avec « Clint Eastwood » du journaliste Richard Schickel.
Écrit en 1996, donc forcémment un peu daté à l’aube de 2016, « Clint Eastwood » reste néanmoins un volumineux ouvrage de plus de six cent pages retraçant tout le parcours d’une des dernières grandes figures vivantes du cinéma américain.
Né en 1930, Clint Eastwood est un pur Californien de la classe moyenne-pauvre, dont l’enfance puis l’adolescence sont marquées par les multiples déménagements provoqués par son père Clinton Sr Eastwood.
Si la crise économique de l’époque joue assurément un rôle dans ces mouvements incessants, il semblerait que le caractère instable du père soit également en cause.
Sans être pauvres, les Eastwood vivent modestement à Oakland, une ville ouvrière puis emménagent à Piedmont, une banlieue plus chic ou son père travaille comme ouvrier dans les chantiers navals pendant la Seconde guerre mondiale.
Élevé dans une atmosphère de liberté de pensée éloignée de tout dogme religieux ou morale étriquée, Clint est un adolescent peu doué pour l’école, solitaire et taciturne.
Fasciné par la mécanique, il démonte des moteurs de voitures pour le plaisir et est orienté vers une formation de maintenancier aéronautique.
Mais Clint nourrit une autre passion encore plus forte pour la musique et le jazz en particulier, passion hérité du piano de sa grand-mère Andy qui ne le quittera jamais de toute son existence et l’amènera à fréquenter des clubs de Los Angeles pour voir joueur ses idoles essentiellement noires.
Il s’intéresse également au cinéma, vénérant James Cagney dont il partage la silhouette longiligne et le caractère taciturne.
A la fin de ses études, Clint mène une vie de bohème exerçant une quantité impressionnante de petits boulots mal payés et souvent aussi pénibles que dangereux.
En 1951 la Guerre de Corée éclate et Clint de base anti militariste et opposé à cette guerre assez peu justifiable à ses yeux, se fait affecter comme maitre nageur dans une base militaire à Fort Ord (Californie) ou il séjourne deux années tranquilles qui le mettent en contact avec quelques acteurs incorporés comme lui qui lui conseillent étant donné son physique avenant de tenter sa chance comme acteur.
Après avoir échappé par miracle au crash d’un avion qui devait l’emmener voir son père à Seattle, Clint qui nourrira pendant longtemps une phobie de l’avion, quitte l’armée à la fin de la guerre et suit les recommandations de ses amis en s’inscrivant à la Los Angeles City College pour apprendre le métier d’acteur.
Sur place, il suit les enseignement de Georg Shadnoff un des disciples de la méthode Michael Chekhov, qui l’aident à surmonter sa timidité naturelle et surtout à projeter une aura autour de soi, principe que n’oubliera pas l’apprenti acteur dans la suite de sa carrière.
Pourtant malgré un physique spectaculaire soigné par des régimes multi vitaminés et la pratique quasi quotidienne de sport (musculation ou course à pied), sa grande taille et son beau visage, Clint Eastwood connait des débuts calamiteux, étant refusé de presque tous les tournages car son style ne rentrait pas dans les canons des années 50 qui favorise des jeunes premiers torturés à la James Dean ou Marlon Brando ou des beaux gosses fadasses comme Rock Hudson.
Il nourrira de ces années d’humiliations et d’échec une soif de revanche face à l’industrie du cinéma.
Pour compliquer le tout, Clint Eastwood se marrie avec Maggie Johnson, rencontrée alors qu’elle était étudiante à Berkeley et doit concilier vie de famille et velléités artistiques.
Dès 1955, il décroche néanmoins des petits rôles et tourne dans tout ce qui se présente à lui, fantastique, comédies, films de guerre, d’aventures et tourne dans son premier western « Ambush at cimarron pass » film assez catastrophique de Jodie Copeland sorti en 1958.
Durant ses années de galère, Eastwood observe beaucoup les équipes travailler et engrange ainsi de précieuses informations sur ce qu’il faut faire (ou surtout ne pas faire) pour diriger un film.
La chance lui sourit finalement par l’intermédiaire de celle qui deviendra une de ses plus fidèles amies, Sonia Chernus lectrice de scénario chez CBS, qui lui fait rencontrer Robert Sparks un des responsables de la chaine qui lui présenta le script de « Rawhide » un téléfilm narrant les aventures d’une bande de cow boys menant paitre les bœufs au travers du Texas.
Clint accepte le second rôle de « Rowdy Yates» et dirigé par l’ombrageux Bill Warren, deviendra un personnages récurrent d’une série qui rencontrera un fort succès et lui permettra de se faire connaitre durant les huit saison de sa diffusion sur les chaines américaines.
Durant cette période, la situation financière d’Eastwood s’améliore et lui permet de déménager avec sa femme à Beverly Hills.
Homme par nature libre et volage, il a de nombreuses relations extra conjugales sans lendemain, avec l’accord tacite de Maggie, même si d’une d’entre elle, naquit sa fille Kimber fruit d’une union avec une cascadeuse du nom de Roxanne Tunis.
Tout en conservant ses distances, Clint assurera discrètement la subsistance matérielle de cette fille illégitime.
Le destin d’Eastwood bascule en 1964 ou il accepte contre toute attente de quitter le confort douillet et un tantinet ronronnant de « Rawhide » pour se lancer dans une aventure risquée auprès d’un jeune réalisateur italien Sergio Léone, qui le contacte car cherchant un acteur américain connu sans être une vedette pour son premier western « L’étranger magnifique ».
Anticipant le déclin de « Rawhide », Eastwood se rend en Italie, rencontre Léone, décrit comme un fou de cinéma, fasciné par les western classiques à la John Ford.
Au-delà de l’enthousiasme infantile de Léone, Eastwood est séduit par le personnage énigmatique presque mythique qu’on lui propose et par le ton profondément anticonformiste du film.
Une fois réglé un épineux problème de droit avec le modèle du film, le « Yojimbo » du japonais Akira Kurosawa qui deviendra « Pour une poignée de dollars« , Clint tourne en Espagne et apporte sa propre dimension au personnage avec son charisme mutique, sa longue silhouette à la fois nonchalante et menaçante et son look devenu célèbre : poncho, vieux cigarillo, barbe mal rasée.
Formidablement mis en scène par Léone, maitre des gros plans et des ralentis, Eastwood crève l’écran aux cotés de son double maléfique Lee Van Cleef et le film habillé par le génie musical d’Enio Morricone, fait un tabac en Europe avant de gagner les Etats-Unis, ou malgré de virulentes critiques principalement concernant sa violence et son amoralité, se distingue un nationalisme de mauvais aloi autour des valeurs américaines réputées inaltérables et pures du western.
Surfant sur cette association des plus profitables, Eastwood tourne beaucoup en Europe, notamment le peu connu « Les sorcières » de Dino de Laurentiis ou il reçoit en paiement une Ferrari, enchainant « Pour quelques dollars de plus » « Le bon, la brute et le truand » pour Léone avec Eli Wallach aux cotés de Van Cleef sur ce dernier, pour moi le plus mythique des trois.
De manière surprenantes, Eastwood refuse « Il était une fois dans l’Ouest » préférant courageusement ne pas s’enfermer dans un rôle trop déjà exploité dans ses trois films précédents et entame une brouille de longue durée avec Sergio Léone, qui ne manquera pas de régler ses comptes dans la presse les années précédentes en critiquant les limites supposées du jeu d’acteur de son ancien poulain.
De retour aux Etats-Unis ou Maggie lui offre un fils Kyle en 1968, Eastwood, cherche avec son conseiller Irving Leonard, avant tout à se diversifier, avec « Pendez les hauts et courts » de Ted Post, réalisateur et ami d’Eastwood imposé par la star aux studios Malpaso, montrant déjà son caractère dominant.
Western atypique et complexe proposant une réflexion sur la peine de mort, « Pendez les hauts et court » est un échec commercial tout comme le mauvais « Un shérif à New-York » qui aura néanmoins pour mérite de provoquer la rencontre d’Eastwood avec celui qui deviendra son mentor : Don Siegel.
Durant les années 70, Eastwood tourne d’honnêtes films d’action, une comédie musicale boiteuse « La kermesse de l’Ouest » ou il pousse la chansonnette et couche avec la magnifique Jean Seberg, un western de plus « Sierra torride », surprend une nouvelle fois dans « Les proies » de Don Siegel, faux western et véritable drame psychologico-gothique mais également dans « Un frisson dans la nuit » ou il assouvit sa passion du jazz en incarnant un DJ harcelé par une fan.
Mais tout le monde le sait, l’autre grand tournant de la carrière d’Eastwood est « L’inspecteur Harry » sorti en 1971 ou avec Siegel, il incarne un flic aux méthodes radicales vis-à-vis des truands qu’il tue plutôt qu’il ne coffre. Ennemi d’une hiérarchie de bureaucrates inefficaces ou corrompus, Harry Callahan est un homme de terrain, un dur à cuir pour qui seules les résultats comptent, et que ses détracteurs dont la journaliste Pauline Kael fidèle ennemie de l’acteur, taxeront de racisme et de misogynie.
Mais ces critiques ne pèseront pas bien lourd face à l’énorme succès populaire du film, qui engendrera plusieurs suite à succès jusqu’en 1988 signées chez la Warner.
Devenu une icône et un phénomène médiatique, Eastwood acquiert une liberté totale dans ses choix, alternant westerns fascinants plus atypiques comme le puissant« Josey Wales hors la loi » ou « L’homme des hautes plaine » première de ses nombreuses réalisations et véritable hommage à Sergio Léone et films d’actions musclés et efficaces dans la lignée des « Inspecteurs Harry ».
Sa rencontre avec l’actrice Soundra Locke en 1976 sera déterminante et donnera naissance à une curieuse relation, Clint étant officiellement toujours marié à Maggie Johnson, tandis que Locke l’était à Gordon Anderson un sculpteur homosexuel sans talent.
Séduit par cette femme frêle, blonde et pale, Eastwood va divorcer en 1979 de Maggie et l’imposer dans la plupart de ses films de l’époque comme sa partenaire féminin attitrée, lui permettant ainsi d’accéder à des super productions du calibre de l’Inspecteur Harry.
L’éclectisme d’Eastwood est à son paroxysme dans les années 80, avec l’âge venant la fin de la rentable série des Inspecteurs Harry en tentant de nuancer le personnage vis-à-vis des minorités ethniques et sexuelles, deux films de camionneurs/bagarreurs (« Doux, dur et dingue » et autre « Ca va cogner ») qui dopent sa popularité auprès des classes laborieuses américaines, des œuvres d’auteurs déroutantes et cuisants échecs commerciaux comme « Honkytonk man », « Bronco Billy », « Chasseur blanc, cœur noir », un western sombre mémorable « Pale rider », un polar psychologique vénéneux « La corde raide » et même un film de science fiction dans le plus pur (mauvais) esprit de la guerre froide des années Ronald Reagan « Firefox, l’arme absolue » !
Malgré quelques jolie succès commerciaux, ces années sont sans doute les plus difficiles pour la star qui passée le cap de cinquantaine, est de moins en moins crédible dans des rôles d’homme d’action et finit par s’engager en politique en étant élu maire de sa ville à Carmel (Californie).
Il exerce avec sérieux son mandat pendant deux ans avant de passer la main, préférant se consacrer de nouveau à sa carrière cinématographique mise en retrait.
Cette expérience contribue cependant à rendre Eastwood proche des gens et des réalités.
Parallèlement au ralentissement de sa carrière, Eastwood voit sa relation avec Locke s’effriter.
En effet, Locke se voyant approcher la quarantaine, tout désirant s’émanciper en tant que réalisatrice, continue d’exiger le soutien d’Eastwood.
Ses rares essais en solo sont catastrophiques et le maintien de sa relation avec Anderson finissent par exaspérer Eastwood, qui découvre par hasard qu’elle est a pris contact avec un avocat.
La rupture entre Eastwood et Locke est douloureuse pour la star qui se sent trahie de ses exigences financières notamment la possession de deux maisons (dont une à Bel Air).
Embarrassé de longues années par les déclarations venimeuses de Locke qui s’ingénia à le faire passer pour un tyran brutal, Eastwood finira par conclure un accord avec elle aboutissant à ce que les studios de Malpaso soutiennent ses projets artistiques, qui se concluront tous systématiquement par des échecs, dont Locke accusera son ex amant !
Du coté professionnel, Eastwood vieillissant à la fin des années 80, se consacre davantage à la réalisation, assouvissant une nouvelle fois sa passion pour le jazz en consacrant un biopic à Charlie Parker dans « Bird » qui malgré ses qualités, échoue commercialement et surtout artistiquement manquant les Césars/Oscars auquel il prétendait.
Ce relatif manque de reconnaissance est pourtant effacé quatre ans après avec « Impitoyable » qui sera la consécration absolue, artistique aux 4 oscars et commerciale (plus de 159 millions de dollars !) de Clint Eastwood acteur et réalisateur dans son genre de prédilection : le western.
Par un étonnant revirement, la cote d’Eastwood remonte alors en flèche dans les années 90, avec des films d’actions efficaces mais sans génie contre balancés par des drames plus intimistes ou romantiques dont le célèbre « Sur la route de Madison » césarisé et oscarisé, qui change radicalement son image de dur à cuir auprès du public féminin.
La biographie se termine sur une nouvelle étape de la vie la star qui après une relation temporaire avec Frances Fisher une actrice transie d‘amour pour lui dont il aura une fille, tombe sous le charme de Diana Ruiz, journaliste d’une chaine locale de Salinas et l’épousera en 1996 à Las Vegas et aura une fille Morgan, née de cette union.
En conclusion, « Clint Eastwood » est une biographie fleuve, très voir trop détaillée de la part d’un journaliste ami d’Eastwood qui le gratifie d’un traitement plutôt bienveillant.
Les récits détaillés de « tous » les grands films d’Eastwood sont souvent de trop et appesantissent le propos.
Malgré ce petit écueil, cette biographie permet de comprendre Eastwood comme un autodidacte ambitieux, pragmatique, complexe, conservateur mais paradoxalement ouvert d’esprit, attaché aux « petites gens » d’origine comme lui modeste, père de famille médiocre, assez léger dans ses rapports avec les femmes qu’il adore séduire sans contrainte.
Du coté professionnel, on sera séduit par sa persévérance, son sens de l’observation et son gout des prises de risques qui le poussèrent vers ses plus grands succès comme la trilogie de Sergio Léone ou la série des Inspecteurs Harry aux cotés de Siegel qui l’inspirera très certainement par son style paternaliste, direct et efficace.
Pour toutes ses raisons, le personnage d’Eastwood ou delà de son classe et son charismes naturels, continuera de m’inspirer pendant longtemps sur le plan personnel.
Reste évidemment qu’il manque à cette biographie les 20 dernières années de la vie d’Eastwood…

Clint Eastwood (Richard Schickel)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens