Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 20:55
Tennis, la préparation mentale (Antoni Girod)

D’un sport à l’autre, voici le tennis à présent abordé sous un angle essentiellement psychologique avec « Tennis, la préparation mentale » d’Antoni Girod, entraineur proche de la Fédération Française de Tennis.

Sorti en 1997 puis réédité en 2009, « Tennis, la préparation mentale » se propose d’étudier en trois courtes parties, les mécanismes internes profonds souvent inconscient différenciant souvent deux joueurs de talent et physique équivalents.

Ayant joué au tennis à un modeste niveau en compétition dans ma jeunesse, je me rappelle avoir souvent perdu des matchs pour raisons mentales, en me frustrant face à un adversaire que j’estimais plus faible, en complexant face à un classement réputé supérieur ou plus simplement en manquant de motivation personnelle pour lutter pour arracher une victoire à ma portée.

En préambule, Girod définit le cadre général du jeu des tennis, ses différentes composantes : le public, le conditions météo, le filet, les lignes et deux adversaires face à face puis des concepts généraux permettant de prendre conscience de valeurs structurant l’esprit du sportif.

On retrouve sans surprise la passion, la discipline, la volonté, la combativité, la maitrise de soi, l’audace et le respect.

Bien entendu, ces valeurs ne sont pas toutes pareillement développées chez les différents individus et sont pourtant essentielles dans la construction d’un mental de champion.

Après les valeurs viennent les croyances vues sous un angle également positif : l’idée de toujours trouver un chemin vers la victoire même en cas de situation très défavorable et de domination outrageuse de l‘adversaire, de faire face à toute situation déstabilisatrice comme l’interruption du jeu pour cause de pluie, la constance dans ses efforts, la confiance en soi, l’idée que l’échec fait partie de l’existence comme la victoire et doit être source d’inspiration pour continuer à avancer.

Ces deux dernières croyance sont importantes pour relativiser les défaites source d’abattement, de perte de confiance et de spirale infernale mais également ne pas se griser ou se contenter d’une victoire même particulièrement marquante, mais continuer à se remettre en question pour progresser.

L’auteur incite à développer des automatismes comme la perception fine et l’analyse de l’environnement notamment les conditions de jeu (lumière, vent, pluie), le comportement de l’adversaire trahissant souvent son état d’esprit, sans oublier de trouver si il le faut la force de s’isoler dans une bulle mentale afin de se préserver des impacts parfois négatifs de l’environnement sur soi-même.

L’autosuggestion positive semble une technique efficace tout comme la nécessité de rester dans le temps présent afin de ne pas s’arrêter de jouer en pensant au passé ou en anticipant un résultat futur.

Une donnée importante est la capacité d’action des champions dans les moments clés.
Prendre l’initiative assurerait selon l’auteur statistiquement de remporter à 90% les points décisifs d’un match.

On parle d’aller chercher le match plutôt que d’attendre que l’adversaire le donne, ce qui ne fonctionne que dans 50% des cas.

L’aspect tactique n’est pas négligé avec le maitre en la matière Brad Gilbert, qui avant d’être l’entraineur d’Agassi, a été n°4 mondial dans les années 80 et a expliqué dans un best seller mondial « Winning ugly » l’importance de la stratégie en exploitant au mieux les points faibles de ses adversaires.

L’autre maitre tacticien régulièrement cité dans l’ouvrage est Michael Chang, joueur aux capacités techniques et physiques plus limitées, qui parvint néanmoins à se hisser par son intelligence du jeu et son inébranlable force mentale à la seconde place mondiale dans les années 90.

Dans la seconde partie, Girod s’intéresse à la préparation mentale d’avant match en se fixant des objectifs à court, moyen et long termes suffisamment précis et atteignables pour permettre de trouver la motivation en soi.

Il s’agit ensuite de penser aux moyen d’y arriver et à élaborer plusieurs solutions de rechanges en cas d’obstacle à leur réalisation.

Les techniques pour combattre les phénomènes physiques du stress s’avèrent particulièrement utiles: s’isoler du monde extérieur, plaisanter, se distraire par un film ou en écoutant de la musique, relativiser, s’absorber dans le présent et l’action.

Le but final est de combiner confiance, calme, concentration et combativité en évitant de se surestimer, se sous estimer et de faire la même chose avec son adversaire qui a comme nous ses forces et ses faiblesses.

L’auteur détaille ensuite longuement des techniques de visualisation dans différents moments du match pour aider à la réalisation de ses actions et l’importance de l’attitude corporelle pour se motiver.

On termine par la gestion mentale de l’après match, en s’attachant à analyser ses performances sous un angle rationnel par des grilles techniques, tactiques, physiques et mentales pour conserver des axes de progrès poussant vers des nouveaux objectifs d’amélioration.

En conclusion, « Tennis, la préparation mentale » est un court ouvrage très intéressant qui dépasse le simple cadre du tennis pour s’adresser pour moi à toutes les catégories de sportif désirant améliorer leur approche des compétitions.

Les principes généraux qu’il énonce sont en effet profitables et permettent de ne pas perdre ses moyens, de contrôler sa frustration en cas de difficultés, d’éviter les excès de confiance ou de découragement et de trouver en soi des sources de motivation pour définir des objectifs, une stratégie et déployer les efforts nécessaires pour y parvenir.

Les références aux champions de l’époque sont appréciables même si forcément datées, avec des noms sans doute un peu éclipsés aujourd’hui : Pete Sampras, Boris Becker, Thomas Muster, Michael Chang, Brad Gilbert, Ivan Lendl voir même André Agassi et dans le registre français Yannick Noah, Guy Forget, Cédric Pioline et Arnaud Boetsch.

A n’en pas douter, l’édition de 2009 puisera dans les exemples des champions du XXI ième siècle que sont Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic pour donner un nécessaire coup de neuf à la forme.

Tennis, la préparation mentale (Antoni Girod)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Sport
commenter cet article

commentaires

tennis R 13/04/2016 12:52

pas mal cet article sur le tennis

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens