Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 20:17
Les cheyennes (John Ford)

« Les Cheyennes » est le second film de John Ford chroniqué ici et le dernier de la carrière de l’immense réalisateur décédé peu après.

Sorti en 1964, « Les Cheyennes » raconte le long périple de cette communauté indienne, quittant les terres arides de l’Oklahoma ou le gouvernement américain les a assigné à résidence pour retourner à leur région d’origine du Wyoming.

Malgré son respect pour ce grand peuple indien, le capitaine Thomas Archer (Richard Widmark) est chargé par sa hiérarchie de pourchasser les Cheyennes et de les ramener à leur place.

Les indiens sont accompagnés dans leur exode par Deborah Wright (Carroll Baker) une institutrice Quaker touchée par leur souffrance et l’injustice dont-ils semblent victimes.

Après la mort du vieux chef malade, Dull knife (Gilbert Roland) prend le leadership du clan mais doit faire face à la contestation de Red shirt (Sal Mineo) partisan lui d’actions plus radicales contre les soldats américains lancés à leurs trousses.

A mesure que la tension monte entre soldats et indiens, Carl Schurz (Edward G Robinson), secrétaire d’état chargé des affaires indiennes prend fait et cause pour eux, en souvenir du combat qu’il a mené pour la libération des esclaves noirs durant la Guerre de sécession.

Mais les autres politiciens sont d’un avis autre, cherchant à réduire la tailles des réserves indiennes pour mieux les contrôler et également récupérer plus de territoires pour les grosses compagnies américaines.

Schurz tient bon, quitte à mettre sa carrière en péril.

Sur le terrain, Archer peine à juguler la fougue du jeune lieutenant Scott (Patrick Wayne) qui lance une attaque hasardeuse contre les Indiens, perd beaucoup d’hommes et se trouve blessé au pied.

Les indiens progressent pourtant dans leur long périple, affrontant parfois la stupidité d’éleveurs de bœufs qui les traquent et les tuent pour le plaisir.

Après un court interlude ou le sheriff Wyatt Earp (James Stewart) refuse de croire la version de trois texans tueurs d’Indiens et tire sur un des hommes particulièrement agressif avant de se refuser à intervenir dans cette délicate affaire, Dull knife parvient à arriver à destination à Fort Robinson garnison tenue par le capitaine Oskar Wessels (Karl Malden).

Mais obéissant aux ordres des politiciens, Wessels décide de renvoyer les Indiens d’où ils viennent ce que Dull knife se refuse obstinément.

Le ton monte entre les deux représentants et Wessels pour faire plier les Indiens décide de les priver de nourriture alors qu’ils sont déjà parqués dans des baraquements non chauffés en plein hiver.
Poussés au désespoir les Indiens tentent une ultime action et prennent les armes.

Une violente lutte éclate alors dans la garnison provoquant la mort d’une majorité d’Indiens et de de nombreux soldats.

Dull knife mène alors les derniers survivants jusqu’à des grottes sacrées pour s’y établir.

Heureusement, Archer convoqué par Schurz à Washington reçoit un soutien massif du politicien qui se rend personnellement sur le terrain pour arrêter les soldats américains prêt à exterminer les derniers Indiens.

Laissés libres, les Indiens finissent de régler leur compte entre eux par la mort de Red shirt, tué par Dull knife qui remet finalement l’insigne du chef des Cheyennes à Little wolf (Ricardo Montalban).

Archer de son coté, s’établit paisiblement avec la belle Deborah qui aura soutenu jusqu’au bout la cause indienne.

En conclusion, « Les Cheyennes » est un western surprenant prenant fait et cause pour le calvaire des Indiens parqués dans des réserves arides dans lesquelles ils dépérissaient peu à peu.

Film humaniste tentant de rétablir le respect pour une population trop vite caricaturée dans les films comme de violents sauvages à exterminer, le dernier film de John Wayne se montre réellement émouvant même si sans doute assez peu nuancé et un peu trop pétri de bons grands sentiments.

Malgré cette approche un peu manichéenne, on ne pourra que souligner l’approche courageuse bien que tardive du réalisateur et vibrer devant la splendeur des grands espaces de l’Ouest américain avec le site à vrai dire incroyable de Monument valley.

Les cheyennes (John Ford)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Western
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens