Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 11:18
Deux en un (Bob Farelly, Peter Farelly)

On ne présente plus les frères Farelly, Bob et Peter, qui en 2003 sévirent à nouveau avec « Deux en un ».

Auréolés de méga succès hilarants comme « Mary à tout prix » ou « Dumb and dumber », les Farelly s’attaquent à présent à un sujet encore plus casse gueule, les frères siamois Bob (Matt Damon) and Walt Tenor (Greg Kinnear) soudés ensemble depuis leur naissance.

Propriétaires d’un restaurant de hamburger dans une petite ville du Maine, les frères sont des célébrités locales et fonctionnent en parfaite symbiose, cuisinant deux fois plus vite que la moyenne et insufflant surtout une superbe ambiance de convivialité.

Mais Walt le beau parleur a des aspirations artistiques et se rêve acteur à Hollywood, ce qui effraie le timide Bob, qui communique via internet depuis 3 ans avec une May Fong (Wen Yann Shi), jolie asiatique de Californie sans jamais avoir osé lui avouer son handicap.

Walt parvient à convaincre Bob de tenter sa chance et le duo se met enquête de petits rôles en contactant un agent lui-même handicapé.

Compte tenu de leur handicap, la chasse au contrat s’avère difficile et même l’accueil bienveillant de Mery Streep, croisée par hasard dans un restaurant n’y change rien.

Walt séduit pourtant par son bagout April (Eva Mendes) superbe latina qui devient une aide précieuse.

La chance finit pourtant par sourire lorsque Cher devant jouée dans une série minable, prend en sympathie le duo et propose à Walt un second rôle d’expert scientifique dans des affaires criminelles.

Malgré le stress pathologique de Bob, Walt crève l’écran aidé en cela par les trucages modernes permettant de masquer son handicap.

En parallèle, il pousse son frère à rencontrer la timide May mais Bob se montre incapable de lui avouer son état, préférant déployer des trésors de ruses pour le masquer ce qui donne l’occasion de jolies scènes de fou rires en voiture ou en boite de nuit ou le duo tabasse l’ex petit amie de May et ses copains, en faisant preuve d’une réelle maitrise des sports de combats.

Pourtant tout semble s’écrouler lorsque le secret de Walt est révélé à la presse mais sous les conseils d’April, le duo choisit d’assumer, devenant des stars de la publicité et permettant aux sponsors de revenir pour faire vivre la série.

Lorsque May découvre la vérité à propos de Bob, elle le quitte pour ses mensonges, ce qui le laisse passablement déprimé.

Bob peine à suivre la vie trépidante de Walt, accro aux lumières de la scène et éprouve le besoin de souffler.

Comprenant l’incompatibilité de son mode de vie avec les aspirations plus tranquilles de son frère, Walt le pousse par un comportement déviant (sexe, alcool, vols et bagarres) à accepter de se faire opérer pour se séparer.

Soutenus par May et April, le duo passe sur le billard et recommence une nouvelle vie.

Bob revient dans le Maine avec May pour reprendre sa vie au restaurant, non sans difficulté.

Sans son frère, Walt voit sa carrière battre de l’aile et les contrats se raréfier.

Au chômage à Los Angeles, il revient voir son frère et reprend ses habitudes avec lui.

Le duo comprend qu’il fonctionne mieux uni, montrant une plus grande confiance, efficacité que séparé.

Le film s’achève sur une superbe représentation théâtrale ou devant Bob, April et May, Walt délivre une prestation époustouflant de danse et de chant, avec Mery Streep et quelques employés handicapés du restaurant.

En conclusion, ne vous fiez pas à son titre et à son sujet laissant à penser à une grosse pitrerie vulgaire, « Deux en un » est un film formidable qui tout en injectant son lot de situations comiques montre beaucoup de respect pour les handicapés.

La force du film réside en effet dans le fait que Bob et Walt se comportent normalement, travaillant, faisant du sport, sortant en boite, séduisant de belles femmes et parvenant même à devenir des stars du cinéma.

Derrière donc les gags, le talent des acteurs et l’invraisemblable humour des frères, pointe donc une belle ode à la tolérance et au respect.

Film méconnu et très belle surprise au demeurant, « Deux en un » constitue l’un des meilleurs films que j’ai pu voir dernièrement.

A voir donc absolument pour retrouver le sourire à l’approche de la fin d’année !

Deux en un (Bob Farelly, Peter Farelly)

Partager cet article

Repost 0
Published by Seth - dans Humour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Seth
  • : Articles/Chroniques pour un partage de voyages interieurs majoritairement littéraires
  • Contact

Recherche

Pages

Liens